• L'essentiel
  • -
  • En savoir plus...
DEUXIÈME ESSAI
Paris, le 3 août 2021

Nouvelle expérience de circulation interfiles à moto dans 21 départements

Nouvelle expérience de circulation interfiles à moto dans 21 départements

La circulation interfiles (CIF) - ou remontée de files - à moto ou en scooter fait de nouveau l'objet d'une expérimentation depuis lundi 2 août, comme s'y était engagée la Délégation à la sécurité routière (DSR) après son premier test jugé pas assez concluant. L'étude s'étendra pendant trois ans dans 21 départements pour récolter davantage d'enseignements... Explications.

Imprimer

 "À titre expérimental, à partir du 2 août 2021, la circulation inter-files (CIF) sera de nouveau autorisée pour les deux-roues et trois-roues motorisés circulant sur les autoroutes et les voies rapides, lorsque le trafic y est dense, dans 21 départements", annonce la DSR, comme prévu suite à une première phase de tests menés de 2016 à 2021.

Cette seconde "expérimentation" - actée en début d'année en concertation avec les associations deux-roues - intervient avec un peu de retard sur le prévisionnel de l'instance gouvernementale : Marie Gautier-Melleray, déléguée interministérielle à la sécurité routière, prévoyait initialement de la mettre en place "à partir du mois de juin".

Rappelons que la circulation interfiles est couramment répandue depuis l'invention du moteur à explosions (ou presque), mais que cette pratique favorable à la décongestion du trafic n'est pas légale puisque non prévue par le code de la route. La remontée de files est de fait "tolérée", sauf quand les forces de l'ordre reçoivent pour consigne d'arrondir les fins de mois du ministère de l'Intérieur de la verbaliser via des opérations "coûts de points" (de permis).

Résultat : la "CIF" fait l'objet d'un interminable bras de fer entre les gouvernement successifs et les usagers deux et trois-roues, qui s'indignent de risquer une sanction de 135 euros et un retrait de 3 points pour - au choix selon l'humeur du verbalisateur en chef - "dépassement par la droite", "changement de voie sans avertissement préalable" ou "non-respect de la distance de sécurité". Pour faire bonne mesure, Pinot peut même ajouter "vitesse excessive eu égard aux circonstances" !

Une étude pour se laisser le temps d'étudier

Pour gagner du temps, la DSR s'était réfugiée derrière un réflexe burocratique : la mise en place d'une fastidieuse étude pour déterminer le rapport "risques-avantages" de la circulation interfiles. Programmé en 2012, ce test "grandeur nature" a finalement été reporté de... quatre ans (!) pour débuter le 1er février 2016 et courir jusqu'au 31 janvier 2021 dans les huit départements d'Île-de-France, les Bouches-du-Rhône, la Gironde et le Rhône.

A l'époque, la Délégation à la sécurité routière assurait que si "les règles de bonne conduite" édictées avec la Fédération française des motards en colère (FFMC) et le Conseil national des professions de l'automobile (CNPA) "font leurs preuves, la circulation interfiles pourra être généralisée dès 2020".

Quatre ans plus tard, sans véritable surprise, la DSR avait de nouveau botté en touche au prétexte que les résultats de cette expérimentation - objets d'un copieux dossier de 81 pages ! - comportaient des "zones d'incertitudes quant aux données analysées" par le Centre d'études et d'expertise sur les risques, l'environnement, la mobilité et l'aménagement (CEREMA).

Parmi ces "zones d'incertitudes", une évidence émerge : tous les accidents mortels survenus en interfiles se sont produits en infraction avec les règles de bonne conduite et de bon sens, essentiellement en situation de grand excès de vitesse : "le plus souvent la vitesse était très supérieure à la limitation à 50 km/h", pointe le CEREMA. 

En clair : l'interfiles est dangereux quand on roule comme un dingue et sans aucun respect des règles élémentaires de sécurité : surprenant, non ?! Mais la Sécurité routière préfère pour sa part ne retenir que l'accidentologie "brute", en écartant les causes pourtant clairement identifiées par le CEREMA : "le résultat (de cette étude, NDLR) n'est pas à la hauteur de nos espérances", avait à l'époque tranché Marie Gautier-Melleray.

Nouvelle expérimentation jusqu'en 2024 dans 21 départements

La remontée de files était donc redevenue une pratique "clandestine" jusqu'à ce lundi 2 août, date à laquelle a débuté une deuxième expérimentation portant cette fois sur 21 départements pendant trois ans : Bouches-du-Rhône, Haute-Garonne, Gironde, Hérault, Isère, Loire-Atlantique, Nord, Rhône (y compris la métropole lyonnaise), Var, Alpes-Maritimes, Drôme, Vaucluse, Pyrénées-Orientales et les huit départements d'Île-de-France.

"La circulation inter-files fera l'objet d'une signalisation dans les zones de l'expérimentation", précise la Délégation à la sécurité routière qui lancera "prochainement" une campagne de communication. Petite précision tacite : l'interfiles reste officiellement interdite en dehors des 21 départements concernés ci-dessus !

"Les conditions de la pratique de la circulation inter-files et des conseils de prudence pour tous les usagers seront également diffusés", prévoit par ailleurs la DSR avant de lister à nouveau ces règles de bonne conduite mises au point avec les associations d'usagers.

Les règles de bonnes conduites en circulation interfiles 

  • La pratique est autorisée sur les autoroutes et les routes à deux chaussées séparées par un terre-plein central et dotées d'au moins deux voies chacune, où la vitesse maximale autorisée est supérieure ou égale à 70 km/h
  • La circulation entre les files de véhicules à l'arrêt ou roulant à une vitesse très réduite se pratique sur les deux voies, ayant le même sens de circulation, les plus à gauche d'une chaussée
  • L'espace latéral entre les véhicules circulant sur les deux voies les plus à gauche d'une chaussée doit être suffisant
  • La circulation inter-files se pratique à une vitesse de 50 km/h au maximum, avec un différentiel de 30 km/h par rapport aux autres véhicules
  • Aucune des voies de circulation sur la chaussée n'est en travaux ou couverte de neige ou de verglas
  • Avant de circuler en inter-files, le conducteur avertit de son intention les autres usagers
  • Les deux ou trois-roues motorisés ne doivent pas forcer le passage 
  • Il est interdit à un véhicule en inter-files de dépasser un autre véhicule en inter-files 
  • Lorsque le trafic se fluidifie et que les véhicules circulent à plus de 50 km/h sur au moins une des deux files, les deux ou trois-roues motorisés doivent reprendre leur place dans les voies

.

.

Commentaires

Ajouter un commentaire

Identifiez-vous pour publier un commentaire.

.

Les derniers essais MNC

Essai Z900RS SE : le meilleur des roadsters Kawasaki

Sortie en 2018, la Z900RS est déjà une excellente moto basée sur le best-seller Z900 et inspirée de l’originelle Z1 (mythique, MNC vous explique pourquoi). Or Kawasaki fête ses 50 ans de "Zed" avec, notamment, une Z900RS SE qui intègre l’amortisseur Öhlins de la Z1000R et le freinage Brembo de la Z H2. Un "Best Of" donc... et "Must Have" ?
Essai vidéo du scooter à trois-roues Kymco CV3

Kymco passe à la "puissance 3" avec son nouveau et ambitieux CV3, premier scooter à trois-roues propulsé par un bicylindre en plus d'être généreusement équipé : suffisant pour inquiéter la référence MP3 ? Réponses dans notre vidéo, en complément de notre essai complet à lire sur MNC.
Essai scooter à trois-roues CV3 : Kymco Met la Puissance 3 !

Kymco roule des mécaniques avec son nouveau scooter à trois-roues CV3 et son puissant bicylindre de 50,3 ch - architecture inédite chez les tripodes - pour se distinguer et tenter de surpasser la référence MP3 500. Pari réussi pour cette nouveauté taïwanaise accessible avec un permis voiture (B) ? Réponses dans notre essai MNC.
Kawasaki Z900RS SE et Z900 SE : le bilan de notre essai en vidéo

Outre des coloris 50th Anniversary proposés sur ses "roadzters" (sauce Sugomi ou néo-rétro), Kawasaki célèbre les 50 ans de la Z1 avec une paire d’éditions spéciales : la Z900RS SE et la Z900 SE dont Moto-Net.Com a pu tester le freinage avant Brembo et l’amortisseur arrière Öhlins. Bilan en vidéo.

A lire aussi sur le Journal moto du Net

Régulateur de vitesse moto universel Beracruise Skate Lock

Le français Philippe Beraka invente le premier régulateur de vitesse à aimants adaptable sur tous les accélérateurs de motos, scooters et quads. Simple à installer et à utiliser, ce Beracruise Skate Lock est sans entretien et inusable, en plus d'être à un prix accessible.
Pourquoi Fabio Quartararo sera pénalisé au GP de Grande-Bretagne 2022 ?

Non vraiment, Moto-Net.Com pose la question à la direction de course du MotoGP  : pourquoi Fabio Quartararo devrait-il réaliser un "Long Lap" lors du prochain Grand Prix MotoGP à Silverstone ? Parce que son dépassement sur Aleix Espargaro à Assen était trop ambitieux ! Vous n’êtes pas bien sérieux...
Pays-Bas 4 commentaires
Yamaha fulmine contre la sanction "injuste et incohérente" reçue par Quartararo

Le team officiel Yamaha ne digère pas - loin s'en faut - la pénalité de tour rallongé (Long Lap) que devra observer son leader Fabio Quartararo lors du prochain Grand Prix en Grande-Bretagne. Son directeur Lin Jarvis fustige le manque d'équité, d'objectivité et de cohérence des commissaires MotoGP : rien que ça !
Pays-Bas 2 commentaires
Réactions des pilotes MotoGP au fracassant Grand Prix des Pays-Bas 2022

Vainqueur magistral des deux derniers GP, Fabio Quartararo est tombé de son piédestal ce dimanche à Assen. Tombé deux fois ! Bagnaia, Bezzecchi, Vinales et Aleix Espargaro abordent la longue pause estivale plus sereinement que notre champion toujours leader au provisoire. Et que Zarco toujours troisième ? Réactions du Top 10 et plus.
Le constructeur anglais CCM lance une nouvelle moto : la Classic Tracker

Clews Competition Machines (CCM) - petite marque britannique aux origines tout-terrain - produit une gamme de séduisantes motos rétros à moteur monocylindre : dernière en date, la Classic Tracker. Présentation.
Piaggio succède à KTM à la tête de l'association européenne des constructeurs de motos (ACEM)

L'association européenne des constructeurs de motos confie sa présidence à Michele Colaninno, directeur général produits, marketing et innovation du groupe Piaggio. La diminution des émissions de carbone et l'électrification sont les enjeux majeurs de son mandat de deux ans.
HJC lance le casque modulable i100 avec mentonnière réversible 

Le nouveau casque i100 de HJC est le premier modulable de la marque coréenne doté d'une mentonnière basculable sur l'arrière. Équipements et aspects pratiques font aussi partie des arguments de cet ouvrable qui répond à la nouvelle norme ECE 22-06. Présentation.

Soutenez le Journal moto du Net

Aidez les petites entreprises françaises qui payent leurs impôts : en vous abonnant à MNC Premium, vous lisez toutes les infos réservées sans pub intrusive, vous profitez de nombreux avantages (invitations, annonces gratuites, réductions, etc.) et vous préservez notre indépendance !

ARTICLES PREMIUM   |   JE M'ABONNE !

Guide 2022 des nouveautés moto et scooter : infos, essais et prix
  • En savoir plus...