• L'essentiel
  • -
  • En savoir plus...
PARIS
Paris, le 24 mars 2004

Les voies de bus toujours sous surveillance vidéo

Les voies de bus toujours sous surveillance vidéo

La RATP, en collaboration avec la Préfecture de Police de Paris, poursuit son expérience de surveillance vidéo pour photographier les plaques avant et arrière des véhicules se trouvant sur les voies de bus. Reportage sur la ligne 38.

Imprimer

La ligne de bus n°38, qui traverse Paris de la Porte d'Orléans à la Gare du Nord, est traditionnellement la ligne "pilote" sur laquelle la RATP teste ses nouvelles fonctionnalités et ses nouveaux équipements.

Et depuis fin 2003, l'expérience en cours consiste à équiper les bus de caméras vidéos (une à l'avant et l'autre à l'arrière) pour surveiller la circulation dans les voies de bus et immortaliser, le cas échéant, la plaque avant - et arrière ! - des véhicules indésirables. Rappelons que ne sont autorisés à circuler dans les voies de bus que les taxis, les vélos et assimilés et... les bus ! Les indésirables sont donc les livreurs, les deux-roues motorisés, les cars privés et les (rares) voitures particulières.

Ces caméras numériques, bien que discrètes, sont facilement repérables : l'une est fixée à l'avant du bus, en haut à droite du pare-brise par rapport au conducteur (photo 1) et l'autre sur la lunette arrière, également du côté droit de la chaussée (photo 2). Elles sont toutes deux actionnées par un bouton sobrement recouvert de velcro (photo 3). Elles ne doivent pas être confondues avec les caméras de vidéo-surveillance interne, qui permettent au central de contrôler ce qui se passe à l'intérieur du bus. Notons toutefois que la RATP et Thalès viennent de signer un contrat portant sur la fourniture, dans les 18 mois, de 5 500 caméras couleur (dont 1 300 dotées d'un dispositif audio), 1 300 enregistreurs numériques, 1 400 disques durs amovibles et 220 écrans pour les machinistes...

Caméra avant

Caméra arrière

Bouton de déclenchement

Actuellement à Paris, seuls 17 bus de la ligne 38 (qui en compte 28) sont équipés de caméras extérieures. Lors de leur installation fin 2003, les chauffeurs ont reçu une "rapide formation de 5 minutes sur le fonctionnement de l'appareil". Mais suite à de vives protestations syndicales - "notre métier c'est de conduire un bus, pas d'aider la police à verbaliser", "jamais de ma vie j'appuierai sur ce bouton", "on est pas sous Pétain", "moi j'appuie que quand c'est les flics qui bouchonnent !", peut-on notamment entendre, encore aujourd'hui, au dépôt de la Porte d'Orléans -, la RATP a mis un peu d'eau dans son rosé.

Le déclenchement de la caméra est donc simplement "facultatif", et semble n'être utilisé que dans les cas où le contrevenant fait vraiment preuve de mauvaise volonté. "J'ai à bord 80 personnes pressées, qui payent pour se rendre à leur destination", explique l'un des chauffeurs interrogés par Moto-Net. "Quand un livreur qui nous empêche de passer s'excuse et se dépêche, je laisse faire. Mais quand il me fait un bras d'honneur ou me montre qu'il n'en a rien à foutre, pas de problème : je déclenche la photo !" Sauf, bien sûr, quand le livreur masque sa plaque avec la ridelle de son camion...

Et les motos ? "Les motos c'est différent", explique Olivier, "17 ans de 38" à son actif : "elles ne nous bloquent jamais le passage, sauf exception rarissime comme un coursier qui a la flemme de monter sur le trottoir... Le problème des deux-roues motorisés, c'est qu'ils ont tendance à se faufiler à droite ou à gauche du bus à l'arrêt, lorsque les passagers descendent et veulent traverser. Je jette alors toujours un oeil dans mes rétros et si j'en vois un arriver, je klaxonne pour prévenir le piéton. Je suis moi-même motard et si j'avais un conseil à vous donner, ce serait de rouler vraiment doucement dans les voies de bus. Même si c'est vrai que les plus excités sont souvent les scooters... Je ne compte plus le nombre de scoots que j'ai vus s'encastrer dans un abribus, un kiosque, un feu rouge ou carrément sous mon bus... En fait, ce sont plutôt les vélos qui nous bouchonnent, car à cause du rétrécissement des voies de bus à chaque feu, on est souvent obligés de rester derrière" (photo 3).

Rétrécissement de la voie de bus au niveau des feux

Voie de bus (à gauche) impraticable

Voie de bus praticable

En somme, s'il paraît clair que la plupart des motards parisiens continueront à emprunter les voies de bus lorsque le reste de la chaussée est encombrée, par simple souci de temps, de fluidité et de sécurité, n'en déplaise aux "ayatollahs verts" (© FFMC, lire Moto-Net du 14 mars 2004) de la Mairie de Paris, nous avons tout intérêt à nous y montrer discrets ! D'autant que d'autres conducteurs interrogés par Moto-Net sont carrément opposés à notre présence, tout comme à celle des taxis, vélos ou autres rollers : "les voies de bus, c'est pour les bus ! On a déjà suffisamment de responsabilités comme ça sans qu'on vienne en plus nous casser les c... ! Et c'est un motard qui te le dit !"

Bien. Mais une fois la photo prise par le chauffeur, que se passe-t-il ? Là, ça se corse... En comparaison, obtenir le plan détaillé des bases secrètes du Pentagone serait un jeu d'enfant tout juste bon à occuper un jeune journaliste stagiaire ! "Aucune idée", expliquent en choeur les chauffeurs interrogés par Moto-Net. "C'est pas moi qui m'en occupe", assure le responsable maintenance au dépôt de la Porte d'Orléans. "Je ne peux pas vous le dire", s'excuse le responsable en chef de la ligne 38, "mais nous avons suffisamment de conducteurs qui appuient sur le bouton pour avoir une bonne base de données à exploiter"...

Une seule certitude : aucune verbalisation n'est actuellement effectuée, le dispositif étant toujours "à l'essai". Selon nos informations, il semblerait toutefois que ce soit la Préfecture elle-même qui envoie "régulièrement" ses agents récupérer les disques durs stockés dans les bus et gérés par le département sécurité de la RATP, "entre une fois par nuit et une fois par semaine".

Pour en faire quoi ? "Regarder si ça fonctionne, si les images sont suffisamment nettes et si la distance de prise de vue est bien réglée, afin de pouvoir éventuellement automatiser entièrement le système et le généraliser à toutes les lignes en site propre". Car l'objectif à terme, si les tests sont concluants, est d'automatiser entièrement le processus, avec réception de la contravention directement à domicile comme avec les radars automatiques.

Enfin, toujours selon nos informations, sachez que la distance de prise de vue optimale des caméras est actuellement de 30 à 40 mètres à l'avant et à l'arrière du bus, avec une impossibilité technique de photographier un deux-roues plus proche et se trouvant sur la partie gauche de la voie de bus.

Et chez vous, comment ça se passe ? Les motards sont-ils encore tolérés dans les voies de bus à Lyon, Marseille, Bordeaux, Genève, Bruxelles ?

.

.

Commentaires

Ajouter un commentaire

Identifiez-vous pour publier un commentaire.

.

A lire aussi sur le Journal moto du Net

Les inquiétudes du futur patron de Rossi en MotoGP

Razlan Razali, patron de l'équipe Yamaha Petronas-SRT, avoue avoir douté de sa future recrue Valentino Rossi après sa première course décevante au GP d'Espagne, mais le retour du Docteur sur le podium au GP d'Andalousie a rassuré le dirigeant malais ! Bilan.
Un nouveau Grand Prix pour la finale de la saison MotoGP 2020

Les organisateurs du championnat du monde MotoGP annoncent un nouveau Grand Prix "en Europe le 22 novembre", qui fera office de finale pour la saison MotoGP 2020 une semaine après le GP de Valence. Explications.
Horaires et enjeux du Grand Prix de République tchèque MotoGP 2020

La troisième course du championnat du monde des Grands Prix MotoGP a lieu ce week-end sur le circuit de Brno, en République tchèque. Fabio Quartararo sera-t-il capable d'enchaîner une troisième victoire d'affilée ? Marquez sera-t-il parfaitement remis de ses blessures ? Rossi poursuivra-t-il sur sa lancée ? Présentation, horaires et déclarations.
Nouveaux coloris, Euro5 et améliorations sur les motos BMW 2021

BMW commence la présentation de ses nouvelles motos 2021, qui se fera comme chaque année en deux temps : les nouveaux coloris et les équipements en été, puis les "vraies" nouveautés en automne. Lever de rideau.
L'usine MBK de Yamaha, premier producteur de deux-roues motorisés en France

A l'arrêt pendant deux mois en raison du coronavirus, MBK Industrie tourne de nouveau à plein régime : ses 544 salariés assemblent jusqu'à 22 motos XSR700 par heure sur les chaînes de Saint-Quentin (02), signale fièrement son propriétaire Yamaha. Explications.
Pourquoi la Kawasaki ZX-25R ne sera pas importée en France

Présentée la semaine dernière sur Moto-Net.Com, la Kawasaki ZX-25R a tapé dans l'oeil de nombreux motards sportifs. Hélas, cette mini Ninja fabriquée en Thaïlande ne sera pas commercialisée sur notre vieux continent. Kawasaki France nous apporte quelques précisions. Interview.
 Bilan des 80 km/h : doit mieux faire... ou différemment ?

Deux ans plus tard, la baisse de la vitesse autorisée de 90 à 80 km/h sur les routes à double sens sans séparateur central a-t-elle atteint son objectif de 300 à 400 vies épargnées par an ? Non : le bilan officiel de la Sécurité routière fait état de 349 morts évitées… en 20 mois. Explications et réflexions.
Radars 2 commentaires

Soutenez le Journal moto du Net

Aidez les petites entreprises à traverser la crise économique qui va suivre celle du coronavirus : en vous abonnant à MNC Premium, vous lisez toutes les infos réservées sans pub intrusive, vous profitez de nombreux avantages (invitations, annonces gratuites, réductions, etc.) et vous préservez notre indépendance !

ARTICLES PREMIUM   |   JE M'ABONNE !

Guide pratique Nouveautés moto 2019 : prix, présentation et dates de disponibilité
  • En savoir plus...