• L'essentiel
  • -
  • En savoir plus...
L'EUROPE M'A TUER
Paris, le 4 décembre 2021

L'Europe impose des limiteurs de vitesse pour 2022 et veut éteindre le thermique en 2035

L'Europe impose des limiteurs de vitesse pour 2022 et veut la fin du thermique en 2035 !

La Commission européenne rend obligatoire les systèmes d'adaptation intelligente à la vitesse (ISA) dans les nouvelles voitures à partir de l'été 2022 et prône l'abandon de toutes motorisations thermiques - y compris hybrides - dès 2035. Deux décisions qui s'appliqueront tôt ou tard à la moto...

Imprimer

Alors que les constructeurs de moto commencent à introduire des systèmes capables de réduire automatiquement la vitesse en cas de ralentissement en amont grâce à des radars de distance - BMW, Ducati, KTM et, depuis peu, Kawasaki sur sa H2 SX -, l'Europe applique un gros tour de vis supplémentaire avec la mise en place obligatoire de limiteurs dits "intelligents" dans les voitures, poids-lourds et camionnettes l'été prochain...

Ces dispositifs d'adaptation intelligente à la vitesse - qui prennent l'acronyme ISA pour "Intelligent Speed Adaptation" - sont en réalité déjà implantés dans certaines automobiles haut de gamme : leur fonctionnement repose sur la localisation GPS du véhicule, couplée à la lecture des panneaux de signalisation via des caméras, pour connaître en temps réel la vitesse maximale autorisée sur l'itinéraire. 

En cas de dépassement, l'ISA envoie un signal lumineux, sonore ou vibratoire - volant ou pédale - pour inciter à lever le pied, puis réduit la puissance disponible du moteur le cas échéant. Autrement dit : ni plus ni moins que la version modernisée du "Limiteur s’Adaptant à la VItesse Autorisée (LAVIA)" exigé depuis 2006 par la présidente de la Ligue contre la violence routière...

Seule différence - de taille - par rapport au projet soutenu par Chantal Périchon : ces adaptateurs intelligents à la vitesse seront désactivables et le conducteur gardera le dessus sur leur action. Exemple : si le système bride l'accélération pour respecter la vitesse légale, une pression soutenue sur l'accélérateur permet de passer outre. Une "liberté" bienvenue pour doubler, par exemple !

La Commission européenne avait dans un premier temps envisagé d'imposer des dispositifs ni débrayables, ni contournables : l'ISA se calerait automatiquement et systématiquement à l'allure désirée, quitte à activer le freinage en cas de dépassement flagrant. Un premier pas vers la conduite autonome, en somme… 

Du conducteur au semi-conducteur...

Fort heureusement, cette piste a pour l'instant été écartée en raison des limites technologiques de ces limiteurs "intelligents" : leur logiciel de lecture des panneaux - via des caméras - peut être mis en difficulté dans des conditions de visibilité délicates ou des situations complexes, notamment quand plusieurs panneaux se succèdent ou sont placés côte à côte (bretelle d'autoroute ou carrefours, par exemple).

 

"Dans certains cas, les intersections et les croisements de rues ou de routes ne sont pas clairement reconnaissables par les conducteurs et sont donc difficiles à interpréter pour les technologies ISA", reconnaît le règlement européen 2021/1958 publié le 17 novembre au Journal officiel de l'Union européenne. 

Raison pour laquelle cette technologie se cantonne pour l'instant à des alertes et dont il sera possible de débloquer la réduction de puissance. Mais pour combien de temps encore, alors que certains spécialistes estiment qu'une régulation totale et systématique de la vitesse pourrait réduire les accidents mortels de "46%" et les accidents avec blessés graves de "34%" ?

La moto pas encore dans le viseur

Autre question sans réponse : qu'en est-il pour la moto ? A ce jour, les deux et trois-roues motorisés ne sont pas concernées par ce règlement européen 2021/1958 :  le texte officiel prévoit une application sur les voitures, bus, camions et utilitaires homologués à partir du 6 juillet 2022, puis sur tous ces types de véhicules neufs produits à partir de 2024. 

Mais espérer que les motos et les scooters y échapperont paraît bien illusoire, surtout que le Parlement européen s'est déjà prononcé en faveur de sa mise en oeuvre pour les deux-roues... Le sursis ne sera probablement que de courte durée, comme pour les boîtes noires qui vont aussi débarquer sur les voitures à partir de mai 2022.

Que restera-t-il alors du plaisir de piloter une moto, si un "cerveau électronique" décide de son propre chef d'interrompre la poussée rugueuse d'un twin ou l'envolée explosive d'un 4-pattes pour respecter la limitation de vitesse ? Où sera l'émotion quand les étriers radiaux monoblocs s'activeront automatiquement aux abords d'une épingle limitée à 20 km/h ? 

Mieux former tous les conducteurs et améliorer la qualité des infrastructures paraît pourtant plus constructif que les infantiliser à outrance par le biais de garde-fous électroniques ! Car inutile de rêver : le retour en arrière sera impossible. L'homme deviendra, ironiquement, un "semi-conducteur" !

La fin des moteurs thermiques en 2035

Autre annonce lourde de conséquences venue de Bruxelles : la Commission européenne préconise dans son "Pacte vert" d'interdire la vente des véhicules neufs à moteur thermique à partir de 2035. Précision d'importance : cette mesure n'est qu'à l'état de proposition, contrairement aux régulateurs ci-dessus. Elle doit encore être discutée et votée avec tous les membres de l'Union.

 

Mais son existence a mis le feu aux poudres chez les constructeurs, qui n'envisageaient certainement pas la fin des blocs thermiques à si courte échéance : moins de 15 ans, c'est après-demain dans un process industriel ! Dans ces conditions, à quoi bon continuer à développer de nouveaux moteurs à essence si leur espérance de vie est tellement limitée ?

Autre motif de mécontentement : la proposition de l'UE exclut toutes formes de thermiques au profit de l'électrique et l'hydrogène, y compris les moteurs hybrides (essence-électrique). Sauf que la plupart des constructeurs se tournent justement vers ces motorisations mixtes pour préparer l'avenir, en parallèle du développement de leurs gammes de voitures entièrement électriques ! 

Le projet sonnerait également le glas des espoirs placés sur les carburants de synthèse, cette essence fabriquée chimiquement sur laquelle lorgnent des marques sportives comme Porsche et Ducati ! Idem pour les bio-carburants, notamment le bioétanol obtenu à partir du sucre contenu dans le blé, le maïs ou la betterave…

L'association des constructeurs automobiles européens s'en est aussitôt insurgée : "dans le contexte des restrictions technologiques proposées à partir de 2035, nous exhortons toutes les institutions de l’UE à se concentrer sur l’innovation plutôt que d’imposer une technologie, ou d’en interdire une autre comme les moteurs thermiques", réagi l'ACEA. 

"Pour réduire l'empreinte carbone de tous les véhicules en circulation - pas que celle des modèles neufs - nous avons surtout besoin d'innovation et de la disponibilité de carburants renouvelable", estime son président Oliver Zipse, par ailleurs le PDG de BMW.

Des moteurs électriques rechargés au charbon ou au nucléaire : c'est ça, le progrès ?

Sans parler du fait que les voitures électriques ne sont pas encore à maturité : l'autonomie et le temps de recharge continuent à limiter leurs déplacements, leurs prix est prohibitif, tandis que personne n'a résolu le "petit" problème de la production et du stockage de toute l'électricité nécessaire au parc automobile…

 

Rouler dans une voiture "à piles" est peut-être peu polluant mais la recharger est une toute autre histoire : environ 70% de l'électricité dans le monde est actuellement produite à partir d'énergies fossiles ! Exemple en Allemagne, qui fait tourner des usines à charbon pour s'éclairer et se chauffer : cela a-t-il du sens d'utiliser la plus polluante des énergies fossiles pour recharger les batteries de ses BMW et Mercedes électriques ?! 

La France avance de son côté l'argument de son indépendance énergétique grâce au nucléaire… mais reste muette, étrangement, sur la gestion des déchets radioactifs. On les enterre, et on verra dans mille ans ? Allez par ailleurs évoquer les vertus de l'énergie atomique aux habitants de Tchernobyl (Ukraine) ou Fukushima (Japon).

2035 pour les autos, 2036 pour les motos ?!

Autre silence assourdissant : celui des constructeurs moto, qui n'évoquent pas cette fin possible du moteur thermique qui propulsent pourtant 99,99% de leur gamme ! Et pourtant, là encore, cette "mise à mort" du moteur essence ne peut que s'appliquer tôt ou tard aux motos et aux scooters. Penser l'inverse est un non-sens !

A ce titre, ce n'est sans doute pas un hasard si Kawasaki amorce sa révolution "Verte" en faveur de la production de motos électriques : la marque d'Akashi prévoit de présenter "un minimum de trois véhicules électriques" d'ici 2022, et a par ailleurs entamé une collaboration avec Yamaha pour un moteur à hydrogène…

Reste à savoir quelle sera la position des autres constructeurs de moto alors que deux étapes cruciales pourraient être franchies dès demain : l'automatisation de tout ou - grande - partie la conduite d'une part, et de l'autre la suppression des moteurs thermiques. Et dire qu'hier encore, le monde motard râlait contre la disparition du deux-temps !

Triste époque que celle où le plus grand plaisir procuré par son moyen de locomotion proviendra peut-être de sa capacité à se faire… oublier. Au nom de la sécurité routière, les motos pourraient devenir ultra-assistées, silencieuses et sans doute auto-stables (BMW, Honda et Yamaha y travaillent déjà !). Et ce, dans un futur très proche… trop proche du goût de MNC.

.

.

Commentaires

Ajouter un commentaire

Identifiez-vous pour publier un commentaire.

.

Les derniers essais MNC

Essai Z900RS SE : le meilleur des roadsters Kawasaki

Sortie en 2018, la Z900RS est déjà une excellente moto basée sur le best-seller Z900 et inspirée de l’originelle Z1 (mythique, MNC vous explique pourquoi). Or Kawasaki fête ses 50 ans de "Zed" avec, notamment, une Z900RS SE qui intègre l’amortisseur Öhlins de la Z1000R et le freinage Brembo de la Z H2. Un "Best Of" donc... et "Must Have" ?
Essai vidéo du scooter à trois-roues Kymco CV3

Kymco passe à la "puissance 3" avec son nouveau et ambitieux CV3, premier scooter à trois-roues propulsé par un bicylindre en plus d'être généreusement équipé : suffisant pour inquiéter la référence MP3 ? Réponses dans notre vidéo, en complément de notre essai complet à lire sur MNC.
Essai scooter à trois-roues CV3 : Kymco Met la Puissance 3 !

Kymco roule des mécaniques avec son nouveau scooter à trois-roues CV3 et son puissant bicylindre de 50,3 ch - architecture inédite chez les tripodes - pour se distinguer et tenter de surpasser la référence MP3 500. Pari réussi pour cette nouveauté taïwanaise accessible avec un permis voiture (B) ? Réponses dans notre essai MNC.
Kawasaki Z900RS SE et Z900 SE : le bilan de notre essai en vidéo

Outre des coloris 50th Anniversary proposés sur ses "roadzters" (sauce Sugomi ou néo-rétro), Kawasaki célèbre les 50 ans de la Z1 avec une paire d’éditions spéciales : la Z900RS SE et la Z900 SE dont Moto-Net.Com a pu tester le freinage avant Brembo et l’amortisseur arrière Öhlins. Bilan en vidéo.

A lire aussi sur le Journal moto du Net

150 ch et 225 kg pour la Ducati électrique de course MotoE

Ducati dévoile les caractéristiques de sa première moto électrique, le prototype "V21L" conçu pour la coupe du monde MotoE qui se dispute en marge des Grands Prix moto. Cette moto de course "à piles" revendique 150 ch et 140 Nm de couple et une vitesse de pointe de 275 km/h. 
Pourquoi Fabio Quartararo sera pénalisé au GP de Grande-Bretagne 2022 ?

Non vraiment, Moto-Net.Com pose la question à la direction de course du MotoGP  : pourquoi Fabio Quartararo devrait-il réaliser un "Long Lap" lors du prochain Grand Prix MotoGP à Silverstone ? Parce que son dépassement sur Aleix Espargaro à Assen était trop ambitieux ! Vous n’êtes pas bien sérieux...
Pays-Bas 5 commentaires
Yamaha fulmine contre la sanction "injuste et incohérente" reçue par Quartararo

Le team officiel Yamaha ne digère pas - loin s'en faut - la pénalité de tour rallongé (Long Lap) que devra observer son leader Fabio Quartararo lors du prochain Grand Prix en Grande-Bretagne. Son directeur Lin Jarvis fustige le manque d'équité, d'objectivité et de cohérence des commissaires MotoGP : rien que ça !
Pays-Bas 2 commentaires
Régulateur de vitesse moto universel Beracruise Skate Lock

Le français Philippe Beraka invente le premier régulateur de vitesse à aimants adaptable sur tous les accélérateurs de motos, scooters et quads. Simple à installer et à utiliser, ce Beracruise Skate Lock est sans entretien et inusable, en plus d'être à un prix accessible.
Le constructeur anglais CCM lance une nouvelle moto : la Classic Tracker

Clews Competition Machines (CCM) - petite marque britannique aux origines tout-terrain - produit une gamme de séduisantes motos rétros à moteur monocylindre : dernière en date, la Classic Tracker. Présentation.
Piaggio succède à KTM à la tête de l'association européenne des constructeurs de motos (ACEM)

L'association européenne des constructeurs de motos confie sa présidence à Michele Colaninno, directeur général produits, marketing et innovation du groupe Piaggio. La diminution des émissions de carbone et l'électrification sont les enjeux majeurs de son mandat de deux ans.
HJC lance le casque modulable i100 avec mentonnière réversible 

Le nouveau casque i100 de HJC est le premier modulable de la marque coréenne doté d'une mentonnière basculable sur l'arrière. Équipements et aspects pratiques font aussi partie des arguments de cet ouvrable qui répond à la nouvelle norme ECE 22-06. Présentation.

Soutenez le Journal moto du Net

Aidez les petites entreprises françaises qui payent leurs impôts : en vous abonnant à MNC Premium, vous lisez toutes les infos réservées sans pub intrusive, vous profitez de nombreux avantages (invitations, annonces gratuites, réductions, etc.) et vous préservez notre indépendance !

ARTICLES PREMIUM   |   JE M'ABONNE !

Guide 2022 des nouveautés moto et scooter : infos, essais et prix
  • En savoir plus...