• L'essentiel
  • -
  • En savoir plus...
WSBK FRANCE (12 SUR 13)
Paris, le 5 octobre 2015

Déclarations et analyse du Superbike à Magny-Cours

Déclarations et analyse du Superbike à Magny-Cours

La douzième épreuve du World SBK 2015 s'est disputée hier à Magny-Cours, en France. Pour compléter nos comptes rendus en direct, voici les déclarations des pilotes Superbike ainsi que l'analyse Moto-Net.Com des deux courses françaises.

Imprimer

Analyse du Mondial Superbike à Magny-Cours

La saison 2015 du championnat du monde Superbike touche à sa fin... Les pilotes faisaient halte ce week-end une dernière fois sur le continent européen, sur "notre" circuit de Nevers Magny-Cours (58), avant de s'envoler pour la grande finale organisée dans deux semaines - et de nuit ! - sur le circuit de Losail au Qatar.

Comme souvent, l'épreuve française du WSBK a été bouleversée par la pluie. Absente de la totalité des essais libres, elle s'est invitée une première fois lors des sessions de Superpole, déboussolant ainsi totalement les pilotes et leurs équipes !

 Leon Haslam - WSBK France (12 sur 13) Déclarations et analyse du Superbike à Magny-Cours

Remportée par Leon Haslam - premier surpris de devancer Jonathan Rea, de quatre petits millièmes de seconde ! -, l'épreuve de qualification s'est toutefois déroulée sous des trombes d'eau, ne laissant planer aucun doute sur le choix de pneus et sur les réglages des motos.

Le lendemain midi en revanche, après un warm-up débuté sous la pluie et interrompu par la fuite d'huile de la S1000RR du pilote invité Markus Reiterberger, les conditions météorologiques se sont révélées bien plus dures à appréhender...

En première manche, les pilotes se sont élancés sur une piste détrempée, mais sous des cieux plutôt cléments et avec de fortes bourrasques de vent. Les chances de terminer la course sur une piste sèche étaient donc grandes, mais tous sont partis avec des pneus pluie et ils ont eu raison !

On se prosterne devant le "dieu" Rea

Dominé en début de course par Tom Sykes, le champion 2015 Jonathan Rea s'est finalement imposé, profitant d'une nouvelle baisse de régime de son coéquipier... L'impitoyable "JR", titré à Jerez mais privé de podium, tenait à gravir la plus haute marche du podium français.

 Davies, Rea, Sykes et Haslam - WSBK France (12 sur 13) Déclarations et analyse du Superbike à Magny-Cours

Après avoir décroché sa toute première victoire sur le sol français - et mouillé -, le nord-irlandais n'avait plus qu'une idée en tête : doubler la mise, sur le sec cette fois. Pour ce faire, le Ninja n°65 n'a ménagé ni sa ZX-10R, ni ses adversaires !

Leon Haslam et Tom Sykes, notamment, n'ont eu d'autre choix que de s'incliner face à Rea, nouveau dieu du SBK : le premier dans Nürburgring - l'Aprilia n°91 est carrément sortie de la piste -, le second dans Adelaïde où Johnny a laissé sa dédicace sur le carénage de la Kawasaki n°66...

Intraitable sur le mouillé comme sur le sec dimanche, Jonathan Rea ajoute 50 points à son impressionnant score : le n°65 a amassé 528 points au cours des 24 courses disputées cette années (sur 600 points maximum). Et il reste encore les deux manches qataries !

Le champion du monde WSBK 2015 compte 145 points de plus que Chaz Davies et 161 de plus que Tom Sykes... mais également 110 de plus que Guintoli l'année de son titre (24 courses en 2014), 81 de plus que Sykes en 2013 (27 courses), 170 de plus que Biaggi en 2012 (27), 23 de plus que Checa en 2011 (26) et 66 de plus que Spies en 2009 (28).

"J'ai le record de points inscrits par Edwards dans un coin de ma tête (552 points en 2002, NDLR) et pour tenter de le battre, nous devons continuer à gagner des courses", avouait Rea à nos confrères de Bikesportnews quelques jours avant l'épreuve de Jerez.

Rea et son Team 65 - WSBK France (12 sur 13) Déclarations et analyse du Superbike à Magny-Cours

"Je pense que ce serait une récompense supplémentaire pour l'équipe, ils ont travaillé si dur pour nous apporter le titre cette année", notait dimanche midi le pilote sacré en Espagne et qui allait assurer quelque heures plus tard son premier titre constructeur SBK à Kawasaki... avec deux quatrièmes places "seulement" !

Grâce à son doublé obtenu hier en France - le cinquième cette saison -, Jonathan ne se trouve plus qu'à 24 longueurs du record instauré par Colin Edwards (en 26 courses). Une seule victoire à Losail suffirait donc au "dieu" Rea pour inscrire son nom tout en haut des tablettes. Une seconde lui permettrait d'y rester plus longtemps...

Motul, nouveau sponsor titre du WSBK

Sponsor titre cette année des Grand Prix d'Assen, de Motegi et de Valence, le fabriquant de lubrifiants français Motul ajoutera le GP d'Argentine à cette liste l'an prochain, mais aussi et surtout, le championnat du monde Superbike dans son ensemble.

 WSBK France (12 sur 13) Déclarations et analyse du Superbike à Magny-Cours

Motul et Dorna ont profité de l'épreuve de Magny-Cours pour officialiser ce nouveau partenariat sur le long terme, puisqu'il s'étendra de 2016 à 2020 ! La marque française remplacera ainsi son concurrent italien Eni qui figurait cette saison sur le logo officiel du championnat.

"Comme en championnat du monde FIM d'endurance, les teams du WorldSBK pourront utiliser nos produits Motul Factory Line, qui sont conçus pour la compétition et bénéficient de l'expérience accumulée auprès des grands constructeurs qui utilisent nos produits expérimentaux en MotoGP", précise Romain Grabowski, directeur de Motul Motorsport.

Chaz Davies - WSBK France (12 sur 13) Déclarations et analyse du Superbike à Magny-Cours

"Ce partenariat à 360° inclut le lancement d'une ligne de produits WorldSBK by Motul, destinés aux fans du championnat, et nous avons aussi un tout nouveau concept intitulé "Motul SBK Experience" qui nous permettra dès 2016 d'offrir à nos clients une expérience unique à chaque course de la saison", poursuit le responsable français.

"C'est un grand plaisir pour nous de voir une marque aussi importante dans l'histoire des sports mécaniques rejoindre le WorldSBK et partager ses valeurs", estime de son côté Marc Saurina, directeur commercial et marketing du World Superbike.

Chaz Davies - WSBK France (12 sur 13) Déclarations et analyse du Superbike à Magny-Cours

"Motul est le partenaire idéal pour développer notre concept d'expérience de marque puisqu'ils ont une réelle proximité avec l'ADN des courses de motos de production", insiste le boss italien. Dominé en 2015 par quatre pilotes britanniques, le championnat du monde SBK est donc assuré, pour les cinq saisons à venir, d'avoir une certaine "French Touch" !

Moto-Net.Com espère naturellement que les pilotes français réussiront l'an prochain à s'illustrer et à bouter quelques pilotes anglais (nord-irlandais ou gallois !) hors du Top 5 mondial. Car cette année il faut le reconnaitre, nos compatriotes étaient loin du compte...

Zéro pointé pour Ponsson et De Puniet

Pointant à la 25ème place du général, Christophe Ponsson ne pouvait bien entendu pas se battre aux avant-postes. Cette année, le plus jeune pilote du plateau (20 ans le 23 décembre prochain !) découvrait la catégorie "reine" du World Superbike.

Or son apprentissage a été compliqué puisque notre Ninja n°23 a été contraint de changer d'équipe en cours de saison. Somme toute, le fait que Christophe ait inscrit 11 points est respectable : les deux pilotes du team BMW Toth doivent additionner leurs scores pour atteindre cette somme.

Christophe Ponsson - WSBK France (12 sur 13) Déclarations et analyse du Superbike à Magny-Cours

Il est en revanche regrettable que le rookie n'ait pas pu profiter des difficiles conditions de la première manche française pour améliorer son meilleur résultat (Christophe a terminé 14ème à trois reprises : à Aragon, Imola et Laguna Seca).

Car dans deux semaines, le pilote Kawasaki Pedercini aura sans doute du mal à se faire remarquer sur le rapide tracé qatari : hier en seconde manche, sa Ninja a été flashée à 276,2 km/h dans la ligne - pas très - droite de Magny-Cours, contre 289,5 pour la Ducati de Davies... et 282,6km/h pour la Suzuki de Randy de Puniet.

Guintoli et De Puniet - WSBK France (12 sur 13) Déclarations et analyse du Superbike à Magny-Cours

Le n°14 du team Suzuki Crescent Voltcom a beau avoir franchi la ligne d'arrivée 20 secondes avant Ponsson, il ne figure sur la feuille de résultats qu'une ligne au-dessus (18ème). Devancé d'une demi-seconde par Vizziello, Randy se trouvait à une trentaine de secondes de Leon Camier et de sa 15ème place.

Plus inquiétant encore, notre ancien Playboy des Grand Prix - rapport à son sponsor chez Honda LCR ! - a terminé plus de 40 secondes derrière son coéquipier Alex Lowes, pourtant "séché" par sa lourde chute lors de la Superpole détrempée...

 De Puniet et Lowes - WSBK France (12 sur 13) Déclarations et analyse du Superbike à Magny-Cours

"La course sur le sec offrait une belle opportunité à Alex car il se trouvait dans le Top 6 tout le week-end pendant chaque séance d'essais libres, mais nous avons choisi le mauvais pneu arrière et la dixième place était bien le maximum qui pouvait être atteint", soulignait hier soir le team manager, Paul Denning.

"Randy aussi a connu une journée difficile", enchaînait le boss anglais, "et bien qu'il n'ait pas enduré de problèmes avec la moto, le rythme n'était tout simplement pas là. Regardons devant nous, le Qatar arrive dans deux semaines et l'équipe fera de son mieux pour tirer tout le potentiel de la moto".

Sous-entendu (par la rédaction Moto-Net.Com) : libre ensuite à Randy d'exploiter sa machine ou pas ? De toute manière, qu'il termine de nouveau en dehors des points, qu'il accroche un premier Top 6 ou qu'il domine Rea ou Biaggi, le sort en est jeté : De Puniet sera remplacé l'an prochain par Guintoli !

Guintoli à Magny-Cours : 7 sur 7 puis sept à huit

Officialisé la semaine dernière, le transfert de Sylvain de l'équipe Honda Pata vers celle recomposée de Suzuki Yamaha Crescent Voltcom Pata (!) a sans doute rassuré les fans du champion du monde et l'a peut-être même un peu libéré, qui sait ?!

Toute rassurante qu'elle soit, la signature de son contrat pour la saison 2016 n'a toutefois pas été le facteur déterminant dans l'obtention de son premier podium de la saison. Le tracé nivernais et ses conditions météo instables ont davantage pesé dans la balance...

 Guintoli, Melandri et Sykes en 2012 - WSBK France (12 sur 13) Déclarations et analyse du Superbike à Magny-Cours

Les trois saisons précédentes, le n°50 n'était jamais descendu de "son" podium à Magny-Cours. Avant que Chaz Davies n'apporte sa première victoire à la 1199 Panigale cette année, Sylvain était le dernier pilote Ducati à avoir gagné une course, à Magny-Cours justement.

Cette victoire décrochée lors de la première manche française du WSBK 2012, les lecteurs de Moto-Net.Com - qui comme chacun sait, ont un peu plus de chance que les autres - peuvent la revivre sur notre site, dans les conditions - pluvieuses ! - du direct (relire MNC du 7 octobre 2012).

Passé sur Aprilia RSV4 en 2013, Sylvain avait ajouté deux nouveaux podiums nivernais à sa collection et avait encore doublé la mise l'année suivante, son coéquipier Marco Melandri lui offrant même gracieusement la victoire en première manche (relire MNC du 5 octobre 2014).

En prenant le départ de la première course hier matin sur une piste détrempée, notre "Number One" savait qu'il disposait de l'occasion rêvée de poursuivre son incroyable série. Or 19 tours plus tard - au lieu de 21 sur le sec -, le champion 2014 retrouvait les champions 2015 et 2013 dans le parc fermé.

Sykes 2ème, Rea 1er et Guintoli 3ème - WSBK France (12 sur 13) Déclarations et analyse du Superbike à Magny-Cours

Privé de Prosecco depuis son premier - et unique - doublé WSBK au Qatar il y a un an, Guintoli ne cachait pas sa joie et offrait à son public deux "burns" mémorables, car tristement disparus des célébrations de fin de course. La faute au nombre limité de moteurs par pilote et par saison, et afin de permettre aux ingénieurs Pirelli d'étudier l'usure de leurs gommes...

Très talentueux sur le mouillé, Sylvain Guintoli n'a pas pu rééditer son exploit en seconde manche. Sur piste sèche, sa Honda CBR1000RR ne pouvait rivaliser face aux Ducati et Aprilia d'usine. Même son coéquipier, le tonitruant Van den Mark, a dû puiser dans ses extrêmes ressources pour devancer Haslam et sa RSV4...

 Guintoli Number One - WSBK France (12 sur 13) Déclarations et analyse du Superbike à Magny-Cours

L'an dernier, Mister Guintoli avait profité d'une RSV4 hyper véloce pour dominer la finale de nuit de Losail et coiffer sa première couronne mondiale. Cette année, le pilote Honda n°1 aura plus de mal... Mais les quatrième et deuxième places de Rea en 2014 doivent lui donner espoir...

Autre bon signe pour Sylvain Guintoli : sa future monture, la Yamaha R1, est en tête du championnat British Superbike en compagnie de Josh Brooke ! Le pilote australien a d'ailleurs augmenté son avance au championnat en empochant le doublé ce week-end à Silverstone.

La Yamaha R1 fait ses gammes

Depuis la mi-saison, le pilote Yamaha Milwaukee empile les victoires : 9 en 11 courses ! Il prend donc irrésistiblement l'ascendant sur ses cinq adversaires de la phase "Showdown", cette petite particularité du BSB qui vise à isoler les six meilleurs pilotes en fin de saison.

Déjà titrée en Superbike américain avec Cameron Beaubier, la R1 se dirige donc vers le titre anglais, sans doute plus prestigieux. Sylvain Guintoli, le plus british des pilotes français, suivra sans doute les résultats de Brooke dans deux semaines à Brands Hatch !

 Jérémy Guarnoni - WSBK France (12 sur 13) Déclarations et analyse du Superbike à Magny-Cours

Ce dimanche à Magny-Cours, le champion WSBK 2014 surveillait sûrement ce qui se passait aussi en Superstock 1000, catégorie considérée comme l'antichambre du Superbike. Et là encore, la victoire de notre compatriote Jérémy Guarnoni a dû faire plaisir à Sylvain...

Vainqueur de ses deux précédentes courses disputées en STK1000 à Magny-Cours (en 2012 et 2013 sur Kawasaki), "Jey" a de nouveau fait retentir La Marseillaise. "C'était incroyable de gagner devant mon public à Magny-Cours, et pour Yamaha également il s'agit de la première victoire de la nouvelle moto en Stock 1000", souligne habilement le n°11, en recherche d'un bon guidon pour la saison prochaine...

"Cette course a été la plus difficile pour moi dans cette catégorie car j'ai vraiment pris un mauvais départ. Jezek avait une bonne avance à la fin du premier tour et je me suis donc dit qu'il serait très difficile de le rattraper", poursuit le pilote Yamaha.

Heureusement pour Jérémy, le leader de la course est tombé : "j'ai alors attaqué et attaqué encore. J'ai vu que Riccardo Russo était vraiment près et ça m'a un peu perturbé quand il m'a doublé. J'ai attaqué fort dans le dernier tour en me disant "va chercher la victoire ou chute !". J'ai doublé De Rosa et j'ai bouclé un dernier tour très rapide". Facile, non ?!

Pour réaliser ce bel exploit, Guarnoni a également su profiter de sa parfaite connaissance du tracé nivernais : pour rappel, le toulousain avait remporté la 77ème édition du Bol d'Or (en 2013) en compagnie de son - très - grand copain Loris Baz !

 Mathieu Gines - WSBK France (12 sur 13) Déclarations et analyse du Superbike à Magny-Cours

On note au passage que Mathieu Gines, qui se trouvait sur le podium du Bol d'Or 2015 au Paul Ricard aux côtés de David Checa et Kenny Foray, a réalisé une course remarquable : sur sa R1 préparée par MRS, le pilote du GMT94 termine à une magnifique quatrième place, à un souffle du podium et à moins de deux secondes de Guarnoni.

Encourageant, l'unique succès de la Yamaha n°11 engagée par l'équipe privée Trasimeno dans la catégorie STK1000 - extrêmement concurrentielle - ne garantit en rien la réussite de la R1 d'usine gérée par le team Crescent en World Superbike...

Après tout, BMW et sa S1000RR couronnés à trois reprises en Superstock ne sont jamais passés à la vitesse supérieure, et Ducati et sa 1199 Panigale commencent seulement à battre les Kawasaki ZX-10R et Aprilia RSV4 à la régulière - régulièrement même en cette fin de saison...

Est-ce que Sylvain Guintoli et Alex Lowes arriveront à jouer la gagne dès la prochaine saison en World Superbike ? Mystère et boules de Pirelli. En attendant, le rendez-vous est pris dans deux semaines pour suivre la dernière épreuve du championnat du monde Superbike 2015. A suivre naturellement sur MNC : restez connectés !

.

Commentaires

Ajouter un commentaire

Identifiez-vous pour publier un commentaire.

.

Guide pratique Nouveautés moto 2019 : prix, présentation et dates de disponibilité

Soutenez le Journal moto du Net

Aidez les petites entreprises à traverser la crise économique qui va suivre celle du coronavirus : en vous abonnant à MNC Premium, vous lisez toutes les infos réservées sans pub intrusive, vous profitez de nombreux avantages (invitations, annonces gratuites, réductions, etc.) et vous préservez notre indépendance !

ARTICLES PREMIUM   |   JE M'ABONNE !