• L'essentiel
  • -
  • En savoir plus...
TESTS MOTOGP SEPANG - YAMAHA
Paris, le 31 janvier 2018

Rossi et Viñales n'expliquent pas leur baisse de régime à Sepang...

Rossi et Viñales n'expliquent pas leur baisse de régime à Sepang

Valentino Rossi et Maverick Viñales font partie des rares pilotes dont les chronos ont baissé le dernier jour des essais MotoGP à Sepang (Malaisie). Les deux officiels Yamaha terminent à plus d'une demi-seconde du meilleur temps décroché par Lorenzo, sans être en mesure d'expliquer le recul de leur performances...

Imprimer

Les essais de Sepang avaient pourtant bien démarré pour Rossi et Viñales, immédiatement dans le rythme dès le premier jour puis en tête du classement le deuxième. L'italien comme l'espagnol se disaient alors "très satisfaits" des évolutions apportées à la M1 2018, dont le châssis est redessiné sur la base du modèle 2016.

Les représentants du team officiel Yamaha louaient aussi les progrès enregistrés grâce au nouveau moteur - plus nerveux -, ainsi que l'intérêt non négligeable apporté par de nouveaux appendices aérodynamiques. Soulagement pour le constructeur d'Iwata, malmené par ses pilotes l'an passé à cause des soucis de motricité de la M1 !

Hélas, l'euphorie n'a pas duré puisque ni Rossi, ni Viñales n'ont progressé le dernier jour, au moment de lâcher la bride pour aller chasser le chrono ! Pire encore : l'un comme l'autre se sont montrés plus lents, passant de 1'59.390 à 1'59.449 pour Rossi (+0,059 sec) et de 1'59.355 à... 2'00.547 pour Viñales (+1,192 !). Loin, très loin du retentissant 1'58.830 de Lorenzo sur la Ducati 2018...

"On n'a pas bien compris ce qui s'est passé"

"Je pensais aller plus vite qu'hier, ce qui est normal puisque c'est la troisième journée. Mais ce fut l'inverse, la journée a été plus difficile", admet le Docteur dont l'une des seules satisfactions est de terminer cette journée meilleur pilote Yamaha (8ème). "Nous avons davantage souffert, j’ai trouvé qu’il y avait moins de grip et du coup nous avons perdu quelques positions".

Le nonuple champion du monde dresse néanmoins un bilan positif en assurant que la Yamaha s'est améliorée dans plusieurs domaines, surtout au niveau de la conservation du rythme en pneus usés, l'un de ses principaux soucis en 2017 : "nous avons un bien meilleur rythme, notamment avec les pneus usés. L'année dernière, j'étais plus en difficulté", décrit-il.

Reste que Valentino Rossi n'est pas en mesure d'expliquer son incapacité à augmenter son rythme le dernier jour, comme il avait logiquement prévu de le faire : "hier j'étais optimiste quant au fait de pouvoir améliorer mon chrono, mais ça a été impossible", regrette le n°46 en faisant le triste constat que lui et son équipe n'ont "pas bien compris ce qui s'est passé"...

"Je ne sais pas pourquoi, mais la journée fut très compliquée"

Son jeune coéquipier Maverick Viñales - qui a fêté ses 23 ans le 12 janvier, juste avant de prolonger pour deux ans avec Yamaha - se montre tout aussi perplexe face à la baisse de régime des M1. Pour l'espagnol, cette troisième journée a même viré au cauchemar avec une dégringolade à la 18ème position, à 1,717 sec du temps de référence !

Ce scénario n'est pas sans rappeler celui qu'il a vécu plusieurs fois l'année dernière, affolant les chronos pendant les essais libres avant de voir son rythme s'effondrer en course... Le résultat au chrono est sans appel : le n°25 n'a pas été en mesure de descendre sous la barre des 2'00, alors qu'il tournait dans la fourchette basse des 1'59 la veille. 

"Je pense que nous avons plutôt bien travaillé, mais je ne sais pas pourquoi aujourd’hui la journée fut très compliquée. Et tout particulièrement l’après-midi", déplore Viñales qui va se concentrer sur l'analyse des données "pour voir ce que nous pouvons améliorer en vue des prochains tests à Buriram", prévus mi-février en Thaïlande.

Plus préoccupant encore pour le clan Yamaha : cette situation s'est déjà produite en novembre lors des premiers essais d'intersaison à Valence (Espagne), ce qui tend à suggérer que le retour au châssis 2016 ne résoudrait finalement pas tous les problèmes de la Yamaha...

"A Valence, Maverick et moi étions troisième et quatrième le mardi et tout allait bien", se souvient Rossi. "Puis des difficultés sont apparues le lendemain : avec la même moto et les mêmes pneus, on était huitième et neuvième". Le spectre d'une M1 au comportement aussi versatile qu'en 2017 continue à planer dangereusement au dessus du box Yamaha...

"Jorge a fait un chrono incroyable"

Les deux coéquipiers sont en revanche certains d'une chose en repartant de Sepang : la démonstration de vitesse réalisée par Jorge Lorenzo le dernier jour est tout bonnement bluffante, malgré les déclarations faussement modestes du majorquin.

"Jorge a fait un chrono incroyable et je pense qu’il sera très compétitif cette année", affirme Valentino Rossi, parfaitement conscient du danger que représente son ancien coéquipier chez Yamaha s'il poursuit sa progression sur une Ducati 2018 visiblement bien née...

"C’était un tour incroyable, et en plus il semble assez régulier", observe aussi Maverick Viñales, qui estime qu'il faudra "se méfier des Ducati, y compris au Qatar" - où le n°25 avait remporté sa première victoire sur Yamaha l'année dernière.

Rappelons qu'en 2017, Andrea Dovizioso avait remporté six victoires sur la Desmosedici, soit deux de plus que Rossi et Viñales réunis : le Docteur ne s'est imposé qu'à une seule reprise - aux Pays-Bas -, alors que l'espagnol compte trois succès (Qatar, Argentine et France)...

Commentaires

Ajouter un commentaire

Identifiez-vous pour publier un commentaire.

.

A lire aussi sur le Journal moto du Net

Valentino Rossi assure qu'il ne pensait pas continuer à courir à 40 ans...

Valentino Rossi fêtera ses 40 ans le 16 février 2019, dans un mois jour pour jour, juste après les premiers essais MotoGP à Sepang (Malaisie)... Un cap que le nonuple champion du monde ne pensait pas atteindre à ses débuts en Grands Prix moto en 1996 !
Pilotes et équipes 10 commentaires
Lionel Favre (Peugeot Motocycles) : "Encore un peu de patience pour le Metropolis électrique"...

Pour les abonnés Moto-Net.Com, le directeur France de Peugeot Motocycles établit son bilan 2018 et revient sur les principaux sujets de l'année : évolution du marché, nouvelles attentes des clients, restrictions de circulation en ville, scooters électriques, salon de la moto... Interview de Lionel Favre.
Les concepts branchés de vélo et trottinette électriques Harley-Davidson

Harley-Davidson a profité du Consumer Electronics Show (CES) pour révéler le prix très élevé (33 900 € !) de sa moto électrique LiveWire. Mais ce n'est pas tout : le constructeur américain présentait également une trottinette et un dérivé de VTT électriques... 
R&D
Dakar moto 2019 : l'analyse MNC et les déclarations des pilotes

La 41ème édition du Dakar moto se referme sur la victoire de l'australien Toby Price, vainqueur héroïque devant ses coéquipiers du team officiel KTM, Matthias Walkner et Sam Sunderland. Retrouvez l'analyse Moto-Net.Com et les réactions des principaux pilotes du Dakar moto 2019.
Dakar 2019 2 commentaires
Hubert Auriol : "Mon roadbook ne va pas s'arrêter là !"

40 après son premier Dakar, Hubert Auriol dédicaçait hier soir son livre TDSPP au Brand Store BMW de l'avenue George V, avant de s'élancer pour un tour du monde en 80 jours... Vidéo.
Smart vidéo en direct de l'essai de la nouvelle Triumph Speed Twin

MNC teste actuellement la Speed Twin : première smart vidéo avec le son du moteur.
Roadster 1 commentaire
La CB650R au prix de 7999 € : le nouveau roadster Honda est-il bien placé ?

Fin du suspens chez Honda, qui dévoile le prix de sa nouveauté majeure pour 2019 : la CB650R débarquera fin janvier en concessions au prix de 7999 euros. Cette moto de reconquête - très stylée - se place pile entre les petits roadsters à 7000 € et les modèles de plus forte cylindrée à 9000 €... Explications et comparaisons.
Roadster 3 commentaires
  • En savoir plus...