• L'essentiel
  • -
  • En savoir plus...
TEST
Paris, le 6 février 2014

Premier essai Yamaha MT-07 : bien faite pour toi !

Premier essai Yamaha MT-07 : bien faite pour toi !

A seulement 5699 euros, une moto peut-elle vraiment être dynamiquement performante, mécaniquement amusante et esthétiquement valorisante ? Yamaha prouve que oui avec son roadster inédit aussi fun qu'accessible : la MT-07. Essai d'un futur best-seller !

Imprimer

Point technique : tout sur la Yamaha MT-07

Moteur : un couple bien assorti

Cubant 689 cc, le nouveau bicylindre en ligne inauguré par Yamaha sur la MT-07 possède des côtes de 80 mm d'alésage et de 68,7 mm de course. Comprimé à 11,5:1, ce bloc à huit soupapes développe une puissance raisonnable (74,8 ch) et 68 Nm de couple. Une valeur coquette, surtout qu'elle est obtenue à 6500 tr/mn, soit à 4000 tours de la rupture d'allumage !

Comme sur les dernières générations de R1 à calage "Cross plane", ce moteur - appelé CP2 - a été créé avec pour principal objectif d'offrir la meilleure exploitabilité possible. Yamaha l'assure : la recherche d'un contrôle de puissance idéal a primé sur celle de la puissance tout-court.

Pour y parvenir, les motoristes ont notamment fait appel à un calage du vilebrequin à 270° (les pistons montent et descendent avec un décalage de 90°, soit 360-270). Cette solution offre deux avantages pour Yamaha.

Tout d'abord, un meilleur équilibre "naturel" puisque lorsqu'un des deux pistons atteint sa vitesse linéaire maximale, l'autre arrive à son point mort haut. Sur un twin parallèle calé à 180° comme celui de la Kawasaki ER-6, par exemple, quand un piston est au point mort haut, l'autre arrive en bas. La rotation du vilebrequin s'en trouve donc légèrement ralentie, ce qui peut nuire au ressenti. Mais ce type de moteur offre en contrepartie une "rugosité" qui fait parfois défaut aux twins à 270°, plus "lisses" de tempérament...

Deuxième raison pour laquelle Yamaha recourt à ce type de calage : il perpétue une tradition mécanique "maison" débutée en 1995 sur le "bi-en-ligne" de la TRX 850, puis sur les TDM (850 et 900) et la Super Ténéré 1200. Voulu compact et léger (7 kg de moins que le 4-cylindres de la XJ6), le moteur de la MT-07 recourt notamment à des pistons forgés, un balancier à arbre unique et des bielles à chapeau réalisées par fracturation pour atteindre cet objectif.

L'alimentation se fait par le biais d'injecteur à douze trous, tandis que les gaz d'échappement sont évacués par des collecteurs joliment recourbés qui alimentent un silencieux court, inspiré de celui de la "cousine" MT-09 (lui-même proche visuellement de celui des R6 !). L'ensemble est évidement dépollué aux normes Euro 3 via un catalyseur avec structure à nid d'abeille à trois voies.

Saluons les efforts réalisés par Yamaha pour mettre au point un dispositif d'échappement plutôt agréable à regarder et pertinent sur le plan géométrique, puisque les masses les plus importantes sont à proximité du centre de gravité. Enfin, étant donné sa vocation grand public - voire "jeune public" -, la MT-07 sera disponible en version permis A2 bridée à 35 kW.

Selon nos informations collectées auprès de Yamaha, le bridage s'opère au niveau de l'admission et une cale bloque l'ouverture du papillon d'injection.

Partie-cycle : légèreté et dynamisme

Bâtie autour d'un cadre tubulaire en acier de bonne facture, la MT-07 avance un équipement en adéquation avec son statut de moto accessible : une fourche non réglable de 41 mm de diamètre et de 137 mm de débattement et un mono-amortisseur de 130 mm de débattement, dont seule la précharge s'ajuste. Monté à l'horizontale directement sur le carter moteur, cet amortisseur se passe donc de biellettes, sans que cela n'impacte trop sensiblement sa progressivité.

Le freinage s'effectue via des disques de 282 mm à l'avant, que pincent des étriers quatre pistons monoblocs. A l'arrière, un simple disque de 245 mm ralentit l'équipage. Grâce au recours à des disques "à pétales", l'ensemble présente un aspect visuel sportif plutôt agréable. Un ABS (non combiné) est proposé en option pour 500 euros, tandis que l'écartement du levier droit se règle sur cinq positions.

Très légère (179 kg tous pleins faits, selon Yamaha), la MT-07 recourt à une géométrie qui trahit une volonté de transformer "guidon en main" la promesse de dynamisme faite par ce poids contenu.

Son empattement, par exemple, s'établit à 1400 mm (40 mm de moins qu'une XJ6), son angle de chasse est assez fermé (24°, soit 1 degré de moins que sur une ER-6n), et son bras oscillant ne mesure que 530 mm de long. Résultat : la moto est aussi compacte visuellement que vive dynamiquement !

Dommage en revanche que Yamaha ait cédé aux sirènes du marketing en optant pour un pneu arrière de 180 mm de large : un 160 aurait probablement suffi à passer les 75 ch au sol et il se serait montré moins cher à remplacer, un détail non négligeable sur ce type de motos "économiques"...

.

Commentaires

Ajouter un commentaire

Identifiez-vous pour publier un commentaire.

.

CONDITIONS ET PARCOURS

  • Modèle d'origine
  • 450 km au compteur
  • Parcours : 215 km
  • Routes : petites et grandes routes, un peu de ville
  • Pneus : Michelin Pilot Road 3
  • Conso moyenne : Non mesurée (5,7 l/100 km selon ordi de bord)
  • Problèmes rencontrés : RAS

POINTS FORTS YAMAHA MT-07

  • Moteur plein et coupleux
  • Partie cycle saine et équilibrée
  • Prix extrêmement bien placé

POINTS FAIBLES YAMAHA MT-07

  • Selle peu confortable dans sa partie avant
  • Frein avant timide à la prise du levier
  • Pousse la XJ6 vers la sortie !
Guide pratique Nouveautés moto 2019 : prix, présentation et dates de disponibilité

Abonnement MNC Premium

Vos invitations MNC Premium

En m'abonnant à MNC Premium je lis toutes les infos réservées sans pub intrusive, je profite d'invitations, réductions, annonces gratuites, etc. et je soutiens l'indépendance du Journal moto du Net !

TOUS LES AVANTAGES   |   JE M'ABONNE !