• L'essentiel
  • -
  • En savoir plus...
Paris, le 14 septembre 2014

Moto GP - Rossi : sa famille, sa carrière, ses idoles...

Moto GP - Rossi : sa famille, sa carrière, ses idoles...

Dans une interview accordée à la chaîne TV de Movistar , sponsor-titre du team Yamaha en MotoGP, Valentino Rossi s'est confié sur cetains aspects intimes de sa vie et de sa carrière. L'italien, qualifié en première ligne pour la première fois de la saison à Misano , évoque notamment la pression des courses à domicile, ses…

Imprimer

Dans une interview accordée à la chaîne TV de Movistar, sponsor-titre du team Yamaha en MotoGP, Valentino Rossi s'est confié sur cetains aspects intimes de sa vie et de sa carrière. L'italien, qualifié en première ligne pour la première fois de la saison à Misano, évoque notamment la pression des courses à domicile, ses relations avec ses parents, son passage chez Ducati ou encore les pilotes de légende contre lesquels il aurait aimé courir...

"Courir à domicile est une situation qu'il faut savoir gérer"

"C'est assez dur", avoue le nonuple champion du monde à propos des attentes forcément plus hautes lorsqu'on court à domicile. "D'un côté c'est agréable, parce qu'après m'être entretenu avec vous, je vais pouvoir rentrer chez moi, dîner là-bas et c'est évidemment pratique. De l'autre côté, j'ai beaucoup d'amis et de membres de ma famille qui viennent voir la course et c'est une situation qu'il faut savoir gérer".

Le casque spécial Misano de Rossi

Comme lors de chacun de ses Grands Prix à domicile, Valentino Rossi dispute la course à Misano avec un casque personnalisé. Son AGV Pista GP reçoit ainsi des couleurs flashy et plusieurs jeux d'empreintes : celles des mains de ses mécaniciens et de son designer, Aldo Drudi, mais aussi celles des pattes de ses chiens Cesare et Cecilia ainsi que son chat, Rossano !

Apparaissent aussi les marques des lèvres de deux femmes les plus importantes à ses yeux : sa mère Stefania et sa petite amie Linda Morselli, un mannequin de dix ans sa cadette.

Concernant sa famille, justement, "Vale" parle de sa relation avec son père Graziano, lui-même ancien pilote de Grands Prix. De son père, Valentino a hérité sa passion de la moto, mais aussi ce côté fantasque qui le caractérise.

"En réalité, mon père vient moins souvent sur les courses cette année. Il vient quand il peut et nous parlons toujours des aspects techniques. Il m'explique parfois comment je peux faire pour bien piloter ou la raison qui fait que je n'ai pas battu tel pilote. C'est toujours intéressant de lui expliquer ce que nous faisons avec la moto et d'avoir son point de vue", estime l'officiel Yamaha.

En revanche, le Docteur ne porte pas le même intérêt aux conseils de sa mère Stefania, dont la présence sur les circuits ne concourt pas à le mettre dans les meilleures conditions !

"Elle vient sur quelques courses, pas toutes, mais c'est bien comme ça. Quand elle vient, je suis plus tendu et je ressens plus de pression ! Elle croit aussi qu'elle s'y connaît bien en moto et elle me parle du pneu avant, des réglages et de la façon d'aller vite dans les virages. Je lui réponds toujours : "Oui maman, OK, OK !"

Rossi assure ensuite que son demi-frère Luca Marini (le fils de sa mère Stefania) a fait un choix courageux en décidant de se lancer dans la compétition moto, car faire sa place à haut niveau en portant l'étiquette "frère d'une légende" n'apporte pas que des avantages.

"Oui, c'est très difficile pour lui. Il a quelques avantages mais il a aussi beaucoup d'inconvénients. Sa décision de devenir pilote était très courageuse. Mais il est fort, il va très vite. Nous avons un problème parce qu'il est très grand, plus que moi, mais il aime ça et il a la passion".

Autant de confessions rares, tant le n°46 se montre d'habitude assez réservé et discret concernant sa famille ou sa vie intime. D'une part pour protéger les siens de l'exposition médiatique, de l'autre en raison du traumatisme ressenti dans sa jeunesse lors de la séparation de ses parents.

"Marquez fait la différence, comme je l'avais fait quand j'étais chez Honda"

N'ayant jamais caché son admiration pour l'incroyable trajectoire de l'actuel leader du MotoGP, Marc Marquez, le nonuple champion du monde dresse un parallèle entre la domination de l'Espagnol sur la Honda et celle que lui même a exercé aux débuts des années 2000 lorsqu'il courait au HRC.

Fenati reste dans le team Moto3 de Rossi

Romano Fenati restera finalement dans le team Sky Racing VR46 la saison prochaine, malgré toutes les tensions existantes entre le pilote et son équipe depuis plusieurs courses. Un temps annoncé dans le team Moto2 Italtrans, le jeune pilote italien (18 ans) continuera à porter les couleurs de l'équipe managée par Valentino Rossi.

"L'équipe est simplement dans sa première année d'existence et nous continuons à progresser à tous les niveaux", affirme ce dernier en refusant de commenter les derniers bouleversements subis par l'équipe (le team manager, Vittoriano Guareschi, a quitté l'équipe suite aux conflits avec Fenati, NDLR).

"Nous faisons déjà de belles choses grâce à Romano qui a remporté trois Grands Prix. Nous ne sommes pas bien positionnés au général mais il reste encore six courses et nous ne sommes pas si loin. Rien n'est encore terminé", conclut le Docteur.

"La Honda est très forte et c'est probablement la meilleure moto en ce moment. Mais en tout cas, Marc a, cette année comme l'an dernier, fait la différence de la même manière que je l'avais fait quand j'étais chez Honda", assure-t-il.

"La Honda était à l'époque la meilleure moto mais Gibernau, Biaggi, Hayden, mon coéquipier, et Ukawa étaient aussi sur Honda. Mais nous ne pouvions pas savoir si je gagnais parce que j'avais une Honda", rappelle Rossi qui a choisi à l'époque de quitter une moto dominatrice pour relever le défi Yamaha. "Je suis donc allé chez Yamaha et je pense avoir montré que je gagnais parce que j'étais le plus fort".

Un défi qu'il n'aurait su mener à bien sans les bonnes personnes autour de lui : "pour moi c'est très important, parce que il faut évidemment avoir autour de soi des gens qui soient doués pour leur travail, mais aussi des gens en qui on puisse avoir confiance, et il n'y en a pas beaucoup. J'aime garder une ambiance familiale lors des Grands Prix parce que ça me permet d'être plus tranquille et de me concentrer uniquement sur mon pilotage".

"Ducati ? Si c'était à refaire, je le referais"

Si la pari Yamaha fut couronné de réussite, celui pris en partant chez Ducati ne peut en revanche être classé de la sorte. Un échec dur à avaler pour le Docteur, qui a récemment confié que ce choix était "une erreur" de sa part. Un jugement honnête mais rude, qu'il a tenu à développer. 

"Dans un certain sens, je ne regrette pas être allé chez Ducati parce que c'était un grand défi et que si j'avais réussi à gagner avec Ducati, ça aurait été quelque chose de très particulier, parce que c'était un pilote italien sur une moto italienne. Mais comme je l'ai dit, c'était malheureusement une erreur parce que je n'ai pas pu gagner et que, si j'étais resté chez Yamaha, j'aurais certainement pu gagner d'autres courses et me battre pour le titre, ce que je n'ai pas fait avec Ducati. Mais si je devais le refaire, je le referais".

Avec le recul cependant, il y a une erreur qu'il ne re-commettrait pas : exiger une séparation physique avec son coéquipier, comme il l'avait fait à l'arrivée de Jorge Lorenzo dans le team officiel Yamaha.

"Je ne le referais pas parce que ça n'a servi à rien. Avec ce mur, j'espérais que les données ne seraient pas transférées entre les deux parties du team. Mais le mur était là et les données ont circulé. C'était une erreur de ma part", avoue le prodige de Tavullia.

"Après tout ce que j'avais fait pour Yamaha, qui gagnait après avoir passé tant d'années sans pouvoir le faire, je m'attendais à plus de reconnaissance. Je ne m'attendais pas à ce qu'ils placent Jorge Lorenzo dans le team, parce que Jorge était déjà très fort".

"Ces dernières années, j'apprends beaucoup de Jorge" 

"Mais au fil des ans, avec le recul, je me rends compte que Yamaha avait raison parce qu'il est normal qu'un team comme Yamaha Factory ait deux pilotes capables de gagner et que la reconnaissance en sport est quelque chose de relatif. Mais c'était quelque chose de juste, parce qu'avoir Jorge Lorenzo était très important pour Yamaha et je pense donc qu'ils ont fait le bon choix". 

"Je suis maintenant heureux de faire équipe avec lui. En partie parce que, au début, lors de la première année, il apprenait beaucoup de moi, mais ces dernières années, c'est moi qui apprends beaucoup de lui (notamment en termes de style de pilotage, que Rossi a changé en observant Lorenzo et Marquez, NDLR). L'essentiel est d'essayer d'avoir deux motos devant, d'essayer de battre les Honda et c'est plus facile si nous sommes deux. Cela dit, un coéquipier reste toujours un rival".

Enfin, la star de 35 ans a cité les pilotes de légende contre lesquels il aurait aimé se mesurer : "j'aurais aimé voir comment Giacomo Agostini roulait et certainement Mike Hailwood, ce sont probablement les deux plus grands. Mais j'aurais aussi aimé courir contre Schwantz et Rainey, Doohan et Lawson. Ces années en 500 cc étaient vraiment historiques".

    .

    .

    Commentaires

    Ajouter un commentaire

    Identifiez-vous pour publier un commentaire.

    .

    Les derniers essais MNC

    Les évolutions de la MT-07 2021 sont-elles trop timides ?

Avec cette nouvelle Yamaha MT-07, le constructeur a-t-il eu peur de bouleverser sa formule gagnante ? MNC a posé la question à Antoine Clémot, responsable marketing Yamaha pour l'Europe. Interview vidéo.
    Essai Yamaha MT-07 2021 : certifiée "Eureux 5" !

Chaque année, la MT-07 fait le bonheur d'environ 20 000 motards en Europe... et celui de Yamaha, qui caracole en tête des ventes de motos en France grâce à elle. Sa troisième génération se plie aux normes Euro5 sans véritable audace pour préserver ses appréciés fondamentaux : un moteur rigolo, une partie cycle joueuse et un prix pas déprimant. Un vrai vaccin anti-morosité ! Essai.
    Essai comparatif Honda Forza 750 Vs Yamaha Tmax 560 : le match des maxi-scooters 2021

Avec son prometteur Forza 750, Honda se dresse de nouveau sur le boulevard du succès quotidiennement emprunté par le Yamaha Tmax 560. Ce nouveau maxi-scooter aux accents de moto a-t-il les moyens de ses maxi-ambitions ? Réponses dans notre duel MNC en ville et au-delà.
    Scooter 11 commentaires
    Essai Multistrada V4 2021 : le maxitrail Ducati se met en quatre

La quatrième génération de Multistrada doit faire les 4Volontés de son propriétaire grâce à son inédit V4, son ergonomie repensée, sa partie cycle reconfigurée et sa technologie de pointe. Moto-Net.Com a pu tester le tout nouveau maxitrail de Ducati dans sa version Multistrada V4 S. Premier essai.
    Trail 12 commentaires

    A lire aussi sur le Journal moto du Net

    Essai Yamaha MT-07 2021 : certifiée "Eureux 5" !

Chaque année, la MT-07 fait le bonheur d'environ 20 000 motards en Europe... et celui de Yamaha, qui caracole en tête des ventes de motos en France grâce à elle. Sa troisième génération se plie aux normes Euro5 sans véritable audace pour préserver ses appréciés fondamentaux : un moteur rigolo, une partie cycle joueuse et un prix pas déprimant. Un vrai vaccin anti-morosité ! Essai.
    Marché moto et scooter : les constructeurs font leur bilan 2020

Pour compléter son bilan marché 2020, Moto-Net.Com interroge les principaux constructeurs de moto et scooters sur de problématiques multiples : impact du coronavirus et gestion de la crise, évolutions du marché et des clients, norme Euro5 et permis A2, modèles futurs et avenir des salons... Interviews MNC.
    Marché moto 2020 (1/11) : Bilan annuel complet

Motos et scooters, 125 cc et grosses cylindrées, chiffres de ventes et graphiques, résultats des marques et top modèles par catégories, observations et analyses : le Journal moto du Net dresse le bilan complet du marché français du motocycle en 2020 ! Demandez le sommaire...
    Marché moto 2020 (2/11) : Une année en montagnes coronavi-russes

Le Covid-19 et les des deux confinements nationaux ont finalement eu un impact limité sur le marché français du motocycle : 178 181 motos et scooters (de 125 cc et plus) ont été immatriculés en 2020, soit un léger repli de -3,6 % par rapport à l’excellente année 2019. Bilan global.
    Marché moto 2020 (3/11) : Le classement des constructeurs en France

Yamaha a résisté ! Mis sous pression constante et grandissante ces dernières années par Honda, le blason aux diapasons conserve en 2020 son titre de marque préférée des motards et scootéristes français. BMW conforte sa troisième place devant Kawasaki... et KTM ! Moto-Net.Com établit le Top 20 des constructeurs.
    Bilan annuel complet 1 commentaire
    Guide d'achat moto : quel roadster à 7000 euros en 2021 ?

Cette année, c'est décidé : votre future moto neuve sera un roadster de moyenne cylindrée avec un budget d'environ 7000 euros. Oui, mais laquelle choisir parmi toutes ces "Naked" de 650 à 750 cc extrêmement prisées des jeunes motards et des nouveaux permis A2 ? En suivant ce Guide pratique MNC, pardi !
    Guides pratiques 5 commentaires
    Le roadster Aprilia Tuono 660 au prix de 10 550 euros 

Aprilia dévoile comme prévu la version décarénée de sa moto sportive RS 660 : le nouveau roadster Tuono 660 en reprend les mêmes séduisants arguments, qui servent également de base au futur trail Tuareg issu de la même plate-forme. Présentation.

    Soutenez le Journal moto du Net

    Aidez les petites entreprises à traverser la crise économique qui va suivre celle du coronavirus : en vous abonnant à MNC Premium, vous lisez toutes les infos réservées sans pub intrusive, vous profitez de nombreux avantages (invitations, annonces gratuites, réductions, etc.) et vous préservez notre indépendance !

    ARTICLES PREMIUM   |   JE M'ABONNE !

    Guide 2021 des nouveautés moto et scooter : infos, essais et prix

    Calendrier MotoGP 2020

    Reports et annulations : calendrier mis à jour

    Pilotes MotoGP 2020 Plateau : Pilotes et équipes
    Intersaison : Tests MotoGP
    GP moto du Qatar 8 mars : GP du Qatar (MotoGP annulé)

    Nouvelles dates

    GP moto d'Espagne 19 juillet : GP d'Espagne
    GP moto d'Andalousie 26 juillet : GP d'Andalousie (nouveau)
    GP moto de République tchèque 9 août : GP de République tchèque
    GP moto d'Autriche 16 août : GP d'Autriche
    GP moto de Styrie 23 août : GP de Styrie
    GP moto de San Marin 13 septembre : GP de San-Marin
    GP moto d'Emilie Romagne 20 septembre : GP d'Emilie Romagne (nouveau)
    GP moto de Catalogne 27 septembre : GP de Catalogne
    GP de France moto 11 octobre : GP de France
    GP moto d'Aragon 18 octobre : GP d'Aragón
    GP moto d'Aragon 25 octobre : GP de Teruel (nouveau)
    GP moto d'Europe 8 novembre : GP d'Europe (nouveau)
    GP moto de Valence 15 novembre : GP de Valence
    Nouveau GP moto du Portugal 22 novembre : GP du Portugal (nouveau)

    Courses annulées

    GP moto des Amériques  GP des Amériques
    GP moto d'Italie  GP d'Italie
    GP moto d'Allemagne  GP d'Allemagne
    GP moto des Pays-Bas  GP des Pays-Bas
    GP moto de Finlande  GP de Finlande
    GP moto de Grande-Bretagne  GP de Grande-Bretagne
    GP moto du Japon  GP du Japon
    GP moto d'Australie  GP d'Australie
    GP moto d'Argentine  GP d'Argentine
    GP moto de Thaïlande  GP de Thaïlande
    GP moto de Malaisie  GP de Malaisie

    SAISON 2020   |   SAISONS PRÉCÉDENTES

    • En savoir plus...