• L'essentiel
  • -
  • En savoir plus...
#EMILIAROMAGNAGP ANALYSE QUARTARARO
Paris, le 25 octobre 2021

Fabio Quartararo est désolé pour Bagnaia, mais "c'était mon jour" !

Quartararo est désolé pour Bagnaia, mais "c'était mon jour"

Quelques heures après avoir coiffé sa première couronne mondiale au GP d'Émilie Romagne, Fabio Quartararo était encore terrassé par l'émotion... L'officiel Yamaha devient à 22 ans le premier pilote français champion du monde en catégorie reine des Grands Prix moto au terme d'une saison MotoGP rondement menée ! Déclaration et analyse MNC.

Imprimer

Fabio Quartararo, Yamaha Factory (15ème en qualifs et 4ème en course) : "Pour être honnête, je n'arrive toujours pas à croire ce que j'ai accompli aujourd'hui... C'est si bon ! Ce n'était pas une course facile : j'ai vu Miller tomber mais j'ai croyais que c'était Marc. Puis j'ai regardé l'écran et j'ai vu que Marc se battait avec "Pecco". Ensuite, une autre moto rouge a chuté et j'ai juste pensé : "d'accord, Pecco s'est tombé".

"Bien sûr, je suis super content d'être champion du monde aujourd'hui, mais je ne veux pas être content parce que Pecco est tombé : ce sont deux choses totalement différentes. Je suis désolé pour lui, mais aujourd'hui c'est mon jour : je suis champion du monde et on fait une course intelligente aujourd'hui".

"Essayer de finir sur le podium était l'objectif, mais notre pneu avant était en mauvais état : la solution dure aurait été mieux adaptée, avec plus de stabilité que le médium. Mais je m'en fiche ! Je suis champion du monde aujourd'hui. J'aurais pu finir dernier, le résultat aurait été le même ! Je n'ai pas de mots. Je veux juste profiter de ce moment avec l'équipe".

"Je n'ai déjà plus une voix normale... J'ai beaucoup pleuré, beaucoup crié, mais c'est génial ! Sur la ligne d'arrivée, j'ai pensé à tous ces moments difficiles... Devenir champion du monde MotoGP, c'est une chose à laquelle je ne me serais jamais attendu quand j'étais dans une mauvaise situation il y a quelques années. Je vis un rêve maintenant et je ne réalise pas ce qui m'arrive".

L'analyse MNC : Fabio Quartararo est passé par toutes les émotions ce week-end à Misano (Italie) : du profond agacement face à ses difficultés sur le mouillé à l'indescriptible joie d'accéder à son rêve ultime ! Avec sa sensibilité à fleur de cuir et sa candeur, "El Diablo" nous a fait grimper avec lui dans cet ascenseur émotionnel : ses fans ont pesté samedi... avant de hurler dimanche !

Dépité par sa lointaine 15ème place sur la grille, le jeune niçois s'était résolu à repousser l'échéance à Portimao début novembre : "samedi soir, on s'est dit qu'on allait s'enlever une chose de la tête : le fait d'être titré ce week-end... Je n'étais jamais parti plus loin que 11ème en MotoGP et, là, pour une des courses les plus importantes de ma carrière, je suis 15ème", déplore le n°20.

Fabio et son équipe avaient fait les calculs : le français - leader avec 52 points d'avance - ne devait pas céder plus de trois longueurs à Francesco Bagnaia pour coiffer la couronne. Mission ô combien délicate - voire impossible a priori - dans la mesure où "Pecco" s'est qualifié en pole et qu'il semblait capable d'asséner le même rythme victorieux que lors de la précédente course à Misano fin septembre.

Quand bien même "El Diablo" parvenait à remonter jusqu'à l'italien, le compte n'y était pas si Bagnaia s'imposait : "Mon objectif était juste de marquer dix points si "Pecco" avait gagné, comme on s'y attendait", révèle-t-il. "De cette manière, j'arrivais avec un avantage suffisant pour obtenir le titre à Portimao".

"Si Pecco n'avait pas fait d'erreurs, on n'aurait pas été champions. Or il l'a faite !"

L'officiel Yamaha s'est par conséquent employé à remonter dans le classement avec une énergie et une attitude conquérantes : Fabio est passé de la 15ème à la 5ème place en l'espace de 20 tours sans s'économiser. Le patron de la catégorie reine est même un temps grimpé sur le podium, avant de s'en faire déloger dans le dernier tour par ce diable d'Enea Bastianini !

Entre-temps, un coup du s(p)ort a changé la donne : Bagnaia est parti à la faute dans le virage 15 alors qu'il menait solidement les débats ! Pression des enjeux, déconcentration, nervosité de savoir Marc Marquez juste derrière prêt à saisir la moindre opportunité : les causes de cette erreur sont nombreuses. Mais toujours est-il que sa chute scelle l'accès au titre de Fabio Quartararo ! 

"Si "Pecco" n'avait pas fait d'erreur, on n'aurait pas été champions. Or il l'a faite", reconnaît le meilleur 20 français du monde. "Ce n'est pas la manière dont j'aurais voulu qu'il finisse la course, mais ça n'est pas parce qu'il est tombé qu'il ne faut pas qu'on savoure cette journée : il va bien et je suis super content", admet-il avec franchise et philosophie.

Cette prise de recul est tout à l'honneur du jeune tricolore, fort de sa saison remarquable : outre ses cinq victoires et ses pole positions qui traduisent toute sa vitesse, Fabio est surtout le seul pilote MotoGP à avoir marqué des points lors des 16 courses disputées à ce jour. Cette régularité - qui lui avait fait défaut l'an dernier - est l'une des clés essentielles pour déverrouiller le sacre suprême.

"Je crois que tout ce qui s'est passé l'année dernière m'a beaucoup aidé pour gagner le titre : merci à tous ceux qui m'ont soutenu dans ce moment difficile", reconnaît-il, alors qu'il était passé de la première à la huitième position en 2020. "J'ai beaucoup appris pendant ces deux ans en MotoGP et j'ai encore beaucoup à apprendre pour décrocher d'autres résultats comme celui-ci".

Une saison exemplaire pour un champion qui veut donner l'exemple

Fabio - qualifié 14 fois en première ligne cette saison - s'est hissé à dix reprises dans le top 3 en course : aucun de ses concurrents n'a fait preuve d'une telle constance. Yamaha n'avait pas été à pareille fête depuis le dernier sacre du constructeur japonais en 2015 : Lorenzo avait alors décroché le titre avec 12 podiums - dont 7 victoires - devant son coéquipier Rossi, présent à 15 reprises sur le podium dont quatre fois sur la plus haute marche.

Sa saison exemplaire lui permet également de bousculer plusieurs statistiques historiques (voir ci-dessous), dont la plus importante : Fabio est le premier pilote français titré en catégorie reine des sports moto, exploit jamais réalisé depuis la création du championnat du monde en 1949 ! De quoi booster la pratique de la moto en France, et du sport moto en particulier ?

"J'espère que ce titre va apporter pas mal de choses à la France, le fait d'avoir un sportif qui a déclenché le compteur pour être champion du monde. (...) Beaucoup de personnes, des milliers de spectateurs, aiment voir un français gagner : j'espère vraiment avoir fait un bond pour le sport français", ambitionne le digne successeur de Valentino Rossi sur la Yamaha officielle !

Les statistiques clés de Fabio Quartararo après le GP d'Émilie Romagne

  • Fabio Quartararo est le premier pilote à avoir enchaîné cinq pole - entre Portimao et Montmelo - depuis Marc Marquez en 2014. Fabio rejoint également Marquez au rang des pilotes titrés après remporté l'épreuve inaugurale du championnat. 
  • Il est le premier pilote Yamaha à décrocher au minimum cinq victoires en une saison depuis Jorge Lorenzo en 2015 (sept succès).
  • Premier français titré en 500/MotoGP, Fabio met fin à la domination espagnole en MotoGP qui durait depuis... 2012 ! Le tricolore succède à Jorge Lorenzo, Marc Marquez et Joan Mir. 
  • Fabio Quartararo est le sixième plus jeune pilote sacré en catégorie reine. À 22 ans et 187 jours, il s'intercale entre John Surtees (22 ans et 182 jours) et Valentino Rossi (22 ans et 240 jours).
  • Deux pilotes seulement ont été titrés plus tôt en MotoGP : Marc Márquez (20 ans et 266 jours) et Casey Stoner (21 ans et 342 jours). Fabio est en revanche le plus jeune pilote Yamaha à obtenir le titre MotoGP, devant Jorge Lorenzo qui avait 23 ans et 159 jours lors de sa consécration en 2010.
  • Si aucun français n'a gagné le titre suprême, des consécrations ont toutefois été obtenues dans les catégories inférieures par ses compatriotes Johann Zarco (2 sacres en Moto2), Mike Di Meglio (1 sacre en 125 cc), Arnaud Vincent (1 sacre en 125 cc), Olivier Jacque (1 sacre en 250 cc), Christian Sarron (1 sacre en 250) et Jean-Louis Tournadre (1 sacre en 250 cc).
  • Fabio Quartararo est le pilote tricolore avec le plus de podiums en catégorie reine : 20 à ce jour, contre 18 pour Christian Sarron.
  • Ses huit victoires le classent au sommet de la hiérarchie française devant Régis Laconi, Christian Sarron et Pierre Monneret qui avaient chacun obtenu un succès en catégorie reine.
  • "El Diablo" est titré en catégorie reine sans s'être imposé auparavant dans les autres catégories : une première pour un pilote européen depuis le sacre de Franco Uncini en 1982. 14 autres pilotes ont été dans cette situation dont Barry Sheene, Kenny Roberts, Marco Lucchinelli, Eddie Lawson, Wayne Gardner, Wayne Rainey, Kevin Schwantz, Mick Doohan ou encore Kenny Roberts Jr. En MotoGP 4-temps, ce scénario s'était déjà produit avec l'américain Nicky Hayden et l'australien Casey Stoner.
  • Fabio Quartararo est sixième à égalité avec Max Biaggi et Maverick Viñales dans la liste des pilotes avec le plus de victoires avec Yamaha. Valentino Rossi mène ce classement avec 56 succès.

Résultats du Grand Prix MotoGP d'Émilie Romagne 2021

  1.  Marc MARQUEZ Honda 41'52.830
  2. Pol ESPARGARO Honda +4.859
  3. Enea BASTIANINI Ducati +12.013
  4. Fabio QUARTARARO Yamaha +12.775
  5. Johann ZARCO Ducati +16.458
  6. Alex RINS Suzuki +17.669
  7. Aleix ESPARGARO Aprilia +18.468
  8. Maverick VIÑALES Aprilia +18.607
  9. Luca MARINI Ducati +25.417
  10. Valentino ROSSI Yamaha +27.735
  11. Brad BINDER KTM +27.879
  12. Michele PIRRO Ducati +28.137
  13. Andrea DOVIZIOSO Yamaha +41.413
  14. Franco MORBIDELLI Yamaha +42.830
  15. Takaaki NAKAGAMI Honda +1'22.462

Non classés 

  • Francesco BAGNAIA Ducati 5 Tours
  • Miguel OLIVEIRA KTM 5 Tours
  • Jorge MARTIN Ducati 15 Tours
  • Iker LECUONA KTM 17 Tours
  • Alex MARQUEZ Honda 18 Tours
  • Jack MILLER Ducati 24 Tours
  • Danilo PETRUCCI KTM 25 Tours
  • Joan MIR Suzuki 25 Tours

Classement provisoire MotoGP 2021

  1.  Fabio QUARTARARO Yamaha 267
  2. Francesco BAGNAIA Ducati 202
  3. Joan MIR Suzuki 175
  4. Johann ZARCO Ducati 152
  5. Jack MILLER Ducati 149
  6. Marc MARQUEZ Honda 142
  7. Brad BINDER KTM 136
  8. Aleix ESPARGARO Aprilia 113
  9. Maverick VIÑALES Aprilia 106
  10. Miguel OLIVEIRA KTM 92
  11. Alex RINS Suzuki 91
  12. Pol ESPARGARO Honda 90
  13. Enea BASTIANINI Ducati 87
  14. Jorge MARTIN Ducati 82
  15. Takaaki NAKAGAMI Honda 71
  16. Alex MARQUEZ Honda 54
  17. Franco MORBIDELLI Yamaha 42
  18. Iker LECUONA KTM 38
  19. Danilo PETRUCCI KTM 37
  20. Luca MARINI Ducati 37
  21. Valentino ROSSI Yamaha 35
  22. Stefan BRADL Honda 13
  23. Michele PIRRO Ducati 12
  24. Dani PEDROSA KTM 6
  25. Andrea DOVIZIOSO Yamaha 6
  26. Lorenzo SAVADORI Aprilia 4
  27. Tito RABAT Ducati 1

.

.

.

Les derniers essais MNC

Essai X-Ride 650 (17 et 21 pouces) : attention à la Mash !

Mash, marque française de motos construites en Chine, grimpe une marche supplémentaire via un monocylindre de 644 cc qui propulse notamment un attirant Scrambler en 17 pouces : la X-Ride 650. MNC l'a brièvement testé, ainsi que le prototype de présérie dans son inédite configuration trail en 21 et 18 pouces.  Essai.
Essai vidéo Honda NT1100 2022

Cap sur Tarragone (Espagne), ses routes sinueuses et ses villages pittoresques pour découvrir la nouvelle Honda NT1100. Cette moto routière inédite, extrapolée de l'Africa Twin, tiendra-t-elle toutes ses promesses ? Réponses dans notre bilan vidéo en complément de notre essai complet à lire sur MNC. 
Routière 2 commentaires
Essai Z650RS : Kawasaki lance sa petite Rétro Sport et confort !

Trois ans après la Z900RS, Kawasaki revisite plus succinctement sa Z650 afin de compléter son offre vintage. Très proche de la Z650 d’origine et accessible aux permis A2, la Z650RS (Rétro Sport) propose un look délicieusement "Zeventies", une conduite plus décontractée... et un tarif de néo-rétro chéro. Essai !
Roadster 1 commentaire
Essai Honda NT1100 2022 : la tête de l'exploit

Combien peut valoir une moto routière confortable mais dynamique, rigoureuse mais pas ennuyeuse, sophistiquée mais évidente à piloter ? Pour Honda, la réponse est 13 999 euros et prend le visage - qui ne plaira pas à tout le monde - de la nouvelle NT1100. Essai de cette déclinaison GT de l'Africa Twin qui a littéralement "tout compris".
Routière 5 commentaires

A lire aussi sur le Journal moto du Net

Les caractéristiques de la Moto Guzzi V100 "Mande-l'eau" !

Moto Guzzi dévoile au salon EICMA de Milan (Italie) la plupart des caractéristiques de sa nouvelle V100 Mandello, première moto du constructeur de Mandello del Lario propulsée par un V-twin à refroidissement liquide. Présentation.
Routière 1 commentaire
Vidéo embarquée de la Triumph Speed Triple 1200 RR à Ascari

Moto-Net.Com a été convié par Triumph à tester le tout nouveau Speed Triple 1200, dans sa version RR : un inédit et inattendu Café Racer basé sur le Speed RS, avec semi-carénage tout mignon à phare tout rond, aux demi-guidons bien bas et en avant, et aux suspensions Öhlins électroniques ! En piste.
[Vidéo] Une Yamaha R1 GYTR pour le dernier tour de Valentino Rossi

Valentino Rossi était la vedette de l'événement "One more lap" organisé par Yamaha au salon de la moto EICMA de Milan 2021, où le jeune retraité des Grands Prix s'est vu offrir une superbe YZF-R1 entièrement équipée des meilleures pièces du catalogue Genuine Yamaha Technology Racing (GYTR).
La Suzuki Katana un peu plus moderne et bien plus classe en 2022

Étroitement dérivée de la GSX-S1000, la Katana 2022 disposera d’un 4-cylindres de dernière génération plus propre, plus costaud et plus sophistiqué, tandis que sa partie cycle et ses lignes ne bougent pas. Les deux nouveaux coloris en revanche se veulent plus "premium". Découverte.
Roadster 4 commentaires
Honda refait "Forza" avec son nouveau scooter ADV350

Honda ajoute un nouveau scooter dans sa gamme 2022 avec l'ADV350, qui associe le look baroudeur apprécié du X-ADV 750 et le moteur du Forza 350. Présentation.
Scooters 3 commentaires
La Yamaha MT-10 SP à suspensions électroniques repart pour un tour 

La patronne est de retour. La MT-10 SP qui chapeaute la gamme des roadsters MT chez Yamaha profite pour 2022 des mêmes évolutions que la MT-10 "tout court". Elle intègre la dernière génération de suspensions semi-actives Öhlins, conserve ses durits de freins tressés et se pare d’un sabot moteur. Présentation.
Roadster 4 commentaires
La Versys 650 continue son bonhomme de route en 2022

L’un des trails - routiers - préférés des motards français évolue en 2022 : la Versys 650 conserve l’essentiel de sa mécanique largement éprouvée et se concentre sur la cosmétique et l’électronique : la petite Kawasaki reçoit une nouvelle tête et une nouvelle bulle, ainsi qu’un écran couleur et un antipatinage. Présentation.

Soutenez le Journal moto du Net

Aidez les petites entreprises à traverser la crise économique qui va suivre celle du coronavirus : en vous abonnant à MNC Premium, vous lisez toutes les infos réservées sans pub intrusive, vous profitez de nombreux avantages (invitations, annonces gratuites, réductions, etc.) et vous préservez notre indépendance !

ARTICLES PREMIUM   |   JE M'ABONNE !

Guide 2022 des nouveautés moto et scooter : infos, essais et prix

Calendrier MotoGP 2021

Covid : premiers reports

Pilotes MotoGP 2020 Plateau : Pilotes et équipes 2021
Intersaison : Tests MotoGP

Courses 2021

GP moto du Qatar 28 mars : GP du Qatar
GP moto du Qatar 4 avril : GP de Doha
GP moto du Portugal 18 avril : GP du Portugal
GP moto d'Espagne 2 mai : GP d'Espagne
GP de France moto 16 mai : GP de France
GP moto d'Italie 30 mai : GP d'Italie
GP moto de Catalogne 6 juin : GP de Catalogne
GP moto d'Allemagne 20 juin : GP d'Allemagne
GP moto des Pays-Bas 27 juin : GP des Pays-Bas
GP moto de Finlande11 juillet : GP de Finlande
GP moto d'Autriche 8 août : GP de Styrie
GP moto d'Autriche 15 août : GP d'Autriche
GP moto de Grande-Bretagne 29 août : GP de Grande-Bretagne
GP moto d'Aragon 12 septembre : GP d'Aragón
GP moto de San Marin 19 septembre : GP de San-Marin
GP moto des Amériques 3 octobre :  GP des Amériques
GP moto du Japon3 octobre : GP du Japon
GP moto de Thaïlande17 octobre : GP de Thaïlande
GP moto d'Australie24 octobre : GP d'Australie
GP moto de Malaisie24 octobre : GP de Malaisie
GP moto de San Marin 24 octobre : GP d'Emilie Romagne
GP moto du Portugal 7 novembre : GP d'Algarve
GP moto de Valence 14 novembre : GP de Valence
GP moto d'Argentine  Annulé : GP d'Argentine


SAISON 2021   |   SAISONS PRÉCÉDENTES

  • En savoir plus...