• L'essentiel
  • -
  • En savoir plus...
TEST
Paris, le 28 janvier 2014

Essai R1200GS Adventure 2014 : toujours plus

Essai R1200GS Adventure 2014 : toujours plus

Entièrement remaniée en 2013, la BMW R1200GS reste la référence des maxi trails et l'une des meilleures ventes de moto en France. Cette année débarque sa déclinaison Adventure pour les motards qui en veulent plus... toujours plus ! Premier essai.

Imprimer

La R1200GS Adventure ''liquide'' arrive

Apparue sur nos routes - et chemins - en 2001, la GS Adventure (alors "R1150") représente dans sa toute nouvelle version 2014 "le partenaire idéal pour les expéditions et voyages au bout du monde", assure BMW.

R1200GS Adventure 2014 : disponibilité, coloris et tarif

  • Disponibilité : février 2013 dans le réseau BMW Motorrad France
  • Coloris : Olive uni mat, Blanc alpin ou Bleu racing métal
  • Tarif : 16 650 €

"On identifie immédiatement sa capacité à voyager, à repousser les limites, à affirmer la personnalité de celui qui la pilote", poursuit adroitement le constructeur allemand qui connaît pertinemment la raison principale du succès de son gros engin...

"Nos clients la choisisse avant tout pour son look", confirme à Moto-Net.Com Frédéric Garraud, responsable SAV chez BMW Motorrad France. Qu'on se le dise : posséder cette BMW R1200GS Adventure, c'est l'assurance d'être considéré comme un aventurier, un motard, un "vrai", de la trempe des Ewan McGregor, GSman, Maxime Barat ou Marcos Poidebard !

Dévoilée par BMW en amont des salons de la moto de Milan et de Paris, cette Adventure - à ne pas confondre avec la KTM 1190 du même nom ! - continue de souffler le chaud et le froid sur le plan esthétique (lire notre présentation MNC de la BMW R1200GS Adventure 2014... et vos commentaires !).

Sans entrer dans la polémique, Moto-Net.Com peut attester que de visu, le "zoupère" maxi trail de BMW en impose. Garée à côté de la R1200RT (lire notre Essai MNC de la BMW R1200RT 2014), la R1200GS Adventure n'a rien à envier à sa frangine question prestance ou charisme. Adepte du Grand Tourisme elle aussi, l'Adventure paraît infatigable, incassable... "Unstoppable", comme ils disent chez Béhème.

Étroitement dérivée de la R1200GS, ce modèle se dote en effet d'attributs spécifiques qui renforcent son allure de baroudeur. Ainsi, les lames - en plastique ! - qui cachaient les petits radiateurs sur la GS "tout court" cèdent leur place à un habillage plus discret mais surmonté d'une solide armature en tubes d'acier.

À ce sujet, on note que contrairement à la précédente génération d'Adventure (celle de 2010 sortie en même temps que sa jumelle R1200GS, lire notre Essai MNC de la BMW R1200GS 2010 : la reine hausse le ton !), la version 2014 bénéficie d'un treillis qui coiffe intégralement les cylindres du flat-twin.

À l'inverse, on observe une nette diminution de la surface des pare-mains... "Tu préfères rentrer au bivouac les mains en sang sur une Adventure 2014, ou réparer ton moteur au milieu du désert les gants propres sur une 2010 ?", pourraient plaisanter messieurs Palmade et Darmon !

Évidente à déceler - à tel point que BMW Motorrad a omis de la mentionner dans son dossier de presse ! -, l'arrivée de jantes à rayons en lieu et place des jantes à bâtons accentue le côté enduro de la bête. La GS Adventure bénéficie en outre de repose-pieds plus larges et d'un sélecteur et pédales de frein réglables qui s'adaptent soit aux grosses bottes de TT, soit aux mocassins à glands...

Car la clientèle de ce type de motos est comparable à - la même que ? - celle des gros 4x4 SUV dont l'immense majorité ne roulent jamais sur la moindre motte de terre : "des motards plutôt âgés et aisés qui veulent une moto polyvalente et valorisante", nous résume BMW France.

"Après l'allure, ce que les possesseurs de GS Adventure apprécient beaucoup, c'est le grand réservoir", poursuit notre interlocuteur. La "groß Guéesse" dispose en effet d'un réservoir - en aluminium, bitte schön - d'une contenance de 30 litres, soit moitié plus volumineux que celui de la GS standard actuelle (20 litres).

Les fans de la marque feront toutefois remarquer que la nouvelle Adventure emporte 3 litres de carburant de moins que l'ancienne Adventure. Malgré les progrès effectués en termes de consommation (BMW annonce 4,3 l/100km à 90 km/h et 5,9 l/100km contre 4,6 et 6,1 auparavant), la nouvelle BMW va théoriquement moins loin...

Il n'empêche, avec plus de 500 km d'autonomie sur autoroute et presque 700 sur route - théoriquement toujours, notre balade de 150 km en Corse ne nous ayant pas permis de valider ces données -, l'Adventure dispose d'un argument massue face aux trails ou motos routières moins "endurantes" (lire notre Comparatif R1200GS 2013 Vs Tiger Explorer XC Vs XT1200Z Super Ténéré), auquel seront réceptifs les roule-toujours (plus loin !) et les commuters lassés de faire la queue à la pompe chaque lundi matin...

Cet avantage ne va toutefois pas sans contrepartie : très volumineux, le réservoir de l'Adventure rend la moto impressionnante, pour ne pas dire intimidante ! Il écarte également davantage les cuisses que ne le fait le fin réservoir de la GS de base, mais la position de conduite - identique par ailleurs - reste très confortable.

Le plus handicapant est finalement le surpoids de la moto, qui plus est placé extrêmement haut ! Évaluée par BMW Motorrad à 260 kg tous pleins faits - enfin, "réservoir rempli à 90%", avouent les Allemands -, la grosse GS semble aussi lourde, si ce n'est plus, que la RT (274 kg pour rappel).

Soulager la béquille latérale puis manoeuvrer la machine moteur éteint demande de généreuses doses de courage et d'équilibre. Culminant à 890 mm de hauteur (idem pour l'ancienne Adventure, 850 mm sur la GS standard), la selle est habilement affinée dans sa partie avant et permet aux pilotes d'environ 1,70m de poser les deux pointes de pieds par terre.

Pour les plus petits, il faudra attendre d'avoir démarré le flat-twin à refroidissement partiellement liquide - what else ? - pour retrouver un semblant d'aisance... À condition naturellement de vouloir aller de l'avant car pour reculer, le moteur ne sera d'aucune aide !

Malgré la prise de poids de 12 kg par rapport à la GS "normale" - mais limitée à 1 kg par rapport à l'ancienne Adventure -, le maxi trail allemand demeure toujours aussi facile à béquiller. Sa centrale dessinée rien que pour elle et livrée d'origine permet de stationner sans peine.

En revanche, l'un de nos confrères qui avait stoppé sa GS Adventure sur la latérale dans une légère descente, moteur en marche sans vitesse enclenchée - klein filou ! -, a pu constater amèrement que l'on n'est pas trop de deux pour relever la bête...

À terre, la BMW R1200GS Adventure 2014 est loin d'être KO : les pare-cylindres jouent parfaitement leur rôle et permettent à la moto et à son pilote de reprendre la route comme si de rien n'était ! Moto-Net.Com poursuit donc son essai... en page suivante !

Commentaires

Bestof: 
1
Lectures: 
0
Ah mince... j'ai fait une conclusion ?? à l'insu de mon plein gré alors ?? Ah ? tu parles du coup de "la détentrice de la tradition" peut-être `? Bof.. je dis cela parce que la nine-T, très esthétique pour certains et arborant pourtant une fort beau et vrai "flat" à air pêchu a laissé son telelever au vestiaire, qu'une S1000RR n'a rien à voir avec le mot "tradition", que de pourtant fort intéressant modèles accessibles (série F) ont fourches conventionnelle et chaine de transmission, et que des photos "prétendument volées" circulent, montrant la possible nouvelle "R" dépourvue elle aussi de la suspension magique.. Ok, j'aurais pu mentionner la RT.. on attribue à BMW, pour la grande série au moins, l'arrivée du carénage intégral, on pourrait lui laisser cela.. Bon, en fait, je suis un peu fâché avec certaines décisions de BMW ces temps, notamment l'assourdissante absence d'un joli "flat sportif" comme l'ont été les R1100S et R1200S (je ne compte pas la trop exclusive quoique sublime HP2 Sport)... Car à la fin, merde, quid des belles heures du sport moto à l'épopque où la domination japonaise n'existait pas ? des brêles du feu de dieu comme la RS500, ou plus modestement la R69S ou R90S ont écrit de jolies pages de l'histoire moto, et pas seulement de l'histoire de BMW, ou encore les chameaux bariolés du Dakar à l'époque où il finissait à... Dakar ! Et plus près de nous, les manches de "Boxercup"... A croire que BMW n'a pas les couilles d'asseoir leurs solutions, raison pour laquelle ils s'en sont allés - avec la réussite que l'on sait - s'inspirer des motos aux yeux bridés ! Alors bon, je ne veux pas donner dans le passéisme, mais ce que je trouve dingue, c'est qu'arrivé enfin à une époque où l'image de BMW est bien plus sportive qu'avant, la gamme des bicylindres se voit amputée de sa version "S"... certes elles n'ont jamais affolé les compteurs des chiffres de vente, mais vu le coté modulaire et les économies d'échelles dont témoignent la série R depuis des lustres, je ne vois pas le problème ! Une S est un porte-drapeau dynamique de plus ! Mais non, on préfère contenter les journalistes (qui râlaient contre les comodos pourtant géniaux), les commuters, les bobos ou les kékés... c'est vrai que cela fait plus vendre que de sacrifier un peu à "la beauté du geste" et à la mise en lumière des solutions atypiques de BMW ! Pour revenir à notre (gros) mouton, cela fait belle lurette que les GS me font de l'oeil, j'ai testé dans tous les sens toutes les versions depuis la 1100, et me dit depuis toujours que "je finirai là-dessus" (ou "là-haut", arf..), parce que c'est mieux pour pécho' la passagère, pour faire ses courses, aller au taf, partir en vacances "moto", etc.. sans oublier se se faire plaisir dans les cols en voyant la mine dépitées des potes en brêles-de-nain-qui-vont-vite ! Peut-être ne devrais-je pas utiliser le mot "tradition" justement, puisque BMW font tout ce qu'ils peuvent pour casser l'image... !? Un mot encore pour les râleurs invétérés qui pullulent ici: s'ils y a plusieurs articles qui traitent de BMW, c'est qu'il se trouve que BMW sort plusieurs choses nouvelles... faut vraiment pas être très futé pour croire qu'une rédaction ou une autre serait "achetée" par des marques... et lorsque il s'agit de convier la presse, les marques justement, et pas seulement BMW, soignent les journalistes, c'est de bonne guère et c'est toujours ainsi.. voyage, hôtel, bouffe, dispo des modèles... ce sont les règles du jeu, et c'est pour tout le monde la même chose, alors arrêtez de sortir des conneries plus grosses que vous ! :-)

Ajouter un commentaire

Connectez-vous ou inscrivez-vous pour publier un commentaire

CONDITIONS ET PARCOURS

  • Modèle Full options
  • 1000 km au départ
  • Parcours : 150 km
  • Routes : petites routes corses
  • Pneus : Michelin Anakee 3
  • Conso moyenne : NC
  • Problèmes rencontrés : RAS

POINTS FORTS R1200GS ADVENTURE 2014

  • Agrément et perfs du Flotte twin
  • Look et sonorité (!) enduro
  • Confort digne d'une routière

POINTS FAIBLES R1200GS ADVENTURE 2014

  • Agilité en retrait
  • Poids important et haut perché
  • Tarif avec les - bonnes - options
Avertissement sur l'utilisation des cookies
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et autres traceurs, afin de vous permettre la connexion à votre compte utilisateur, de laisser des commentaires sur les articles, de déposer des annonces, de paramétrer vos alertes, de vous proposer des publicités ciblées adaptées à vos centres d'intérêt et d'obtenir les données statistiques qui nous permettent de mieux répondre aux attentes de nos lecteurs.