• L'essentiel
  • -
  • En savoir plus...
COURSE - LE MANS
Paris, le 20 mai 2018

Compte rendu et résultats du GP de France MotoGP 2018 (Marquez vainqueur)

Compte rendu et résultats du GP de France MotoGP 2018

Trois sur trois. Marc Marquez remporte sa troisième course MotoGP consécutive au Mans (72), signant une victoire autoritaire au Grand Prix de France 2018 pendant lequel le héros local Johann Zarco est hélas parti à la faute par excès de zèle... Danilo Petrucci et Valentino Rossi complètent le podium sarthois.

Imprimer

"Je me sens comme en 2014 sur la moto", avouait Marc Marquez en arrivant jeudi au Mans (72), expliquant être de nouveau en mesure de piloter sa Honda comme il l'aime. Pour ses adversaires, ce constat est inquiétant : rappelons qu'en 2014, Marquez avait enchaîné dix victoires d'affilée - du Qatar à Indianapolis - pour décrocher son deuxième titre consécutif en MotoGP ! 

Et les déclarations du champion en titre ne sont pas de la fanfaronnade : le n°93 est clairement au-dessus du lot depuis le début de la saison, ce qui le rendait confiant à l'entame du GP de France 2018. L'espagnol a en effet remporté les deux courses précédentes (Austin et Jerez) et aurait probablement pu compter un succès supplémentaire sans son impatience en Argentine.

Cette supériorité, Marc Marquez l'a affichée dès les essais en appliquant un rythme solide avec un pneu arrière dur, à l'opposé de ses rivaux qui préparent la cinquième manche de la saison avec la solution la plus tendre. A ce stade, le tenant du titre est pour MNC le favori, même si Le Mans ne lui sourit guère habituellement : l'espagnol était tombé l'an passé et ne compte qu'une seule victoire en MotoGP dans la Sarthe (en 2014)...

De - grands - espoirs terminés au sol...

Deux pilotes semblent néanmoins en mesure de ralentir la "Marc Royale" : Andrea Dovizioso, auteur de simulations de course très impressionnantes, et surtout Johann Zarco qui s'élançait depuis la pole position après des qualifications exceptionnelles durant lesquelles il a signé le nouveau record de la piste mancelle sous les vivas du public !

Aucun spectateur n'a pas vibré devant le spectacle offert par Johann, littéralement en osmose sur sa M1 privée ! Même ses rivaux sont impressionnés : "je ne sais pas comment Johann fait, mais il est plus rapide que nous", souffle Rossi, admiratif devant les perfs du tricolore sur une "vieille" M1. 

Forcément, les attentes pour la course sont extrêmement élevées : cela faisait 30 ans qu'un tricolore ne s'élançait pas en pole à domicile ! Tout le monde croise les doigts pour que l'avignonnais décroche cette victoire qui échappe aux pilotes français en catégorie reine depuis... 1954 (George Monneret à Reims) !

A l'extinction des feux, Jorge Lorenzo prend les commandes du GP de France tandis que le n°5 perd quelques longueurs qu'il comble rapidement pour rester au contact. Après quelques tours, Andrea Dovizioso part à la faute dans la foulée de son dépassement sur Lorenzo, laissant le champ libre à Zarco qui pointe alors deuxième de "sa" course nationale !

Mais le tricolore commet à son tour une erreur dans le Garage Vert, trop impatient de dépasser Lorenzo pour se porter en tête. Johann rentre trop vite dans ce virage à droite, écarte, force pour revenir à la corde... et perd l'avant. C'en est terminé des rêves de gloire à domicile...

"J'ai pris un mauvais départ et j'ai fait le yo-yo derrière Lorenzo qui passe moins vite en courbe mais dont la Ducati accélère très, très fort", commente le n°5. "Je devais impérativement le doubler pour imprimer mon rythme, mais sans doute pas à ce moment-là : le réservoir était encore plein, je suis rentré vite dans le Garage Vert et j'ai glissé".

"Ce sont des choses qui arrivent"

"Je m'attendais vraiment pas à tomber, mais ce sont des choses qui arrivent. C'est une leçon pour le futur, sur la manière dont il faut gérer sa course pour décrocher une victoire", analyse Johann Zarco à qui il faut tirer son chapeau pour sa disponibilité auprès des médias après la course. Certains à sa place se seraient calfeutrés dans leur motor home... Mais pas Johann, qui reconnaît et assume son erreur. 

"C'est sa première boulette en quasiment deux ans, et hélas, c'est à la maison (sa dernière chute remonte au Qatar en 2017, NDLR)", regrette Hervé Poncharal qui estime que le podium était largement à la portée de son pilote. "Mais on est toujours plus intelligent après", précise "Ponpon" qui ne jette la pierre au n°5 pour sa chute au Garage Vert, un virage délicat à négocier car bosselé et en dévers.

Et Marquez impose sa Marc !

Après les chutes de ses principaux rivaux, Marc Marquez s'est rapidement hissé aux commandes du GP de France en tassant au passage un Jorge Lorenzo dont le rythme baissait. Une fois devant, le n°93 ne s'est pas retourné pour inscrire sa troisième victoire d'affilée, sa 38ème en MotoGP : le voilà à égalité avec Casey Stoner. S'imposer ne fut toutefois pas évident pour Marquez, qui s'est de nouveau livré à de spectaculaires rattrapages !

Et pourtant, à l'arrivée, le sympathique catalan s'est fait siffler par les supporters français, pas plus respectueux que leurs homologues italiens ou espagnols sur ce coup-là... Franchement, même si la passion peut excuser certains comportements limites, on ne peut que rester abasourdis devant un tel manque de reconnaissance du talent d'un pilote aussi exceptionnel.

"La course a été difficile car tout le monde était très proche. Il a fallu mettre en température le pneu dur, ce qui n'était pas simple dans les premiers tours", explique Marquez à l'arrivée, sans se préoccuper des sifflets... "Ensuite, j'ai pu m'échapper et c'est une victoire importante", précise-t-il.

Rossi sur le podium, Viñales à 23 secondes du vainqueur...

Marquez remporte la victoire devant un étonnant Danilo Petrucci, qui s'est maintenu à moins de 2,5 sec de la RC213V jusqu'au drapeau à damiers. "Petrux" monte sur son premier podium depuis le GP du Japon 2017 : une délivrance pour le n°9, moins incisif cette année sur la version 2018 de la Ducati.

Le pilote Pramac termine devant Valentino Rossi, auteur d'une superbe course malgré son départ depuis la 9ème place sur la grille. Le Docteur est resté dans le groupe de tête toute la course et termine à quelques longueurs de Petrucci, un poil mieux que son compatriote. 

"Je suis très content, ça fait du bien d'être dans le coup pendant toute une course !", se réjouit Rossi qui monte sur son 193ème podium en catégorie reine (229ème en tout) ! "Bien sûr, j'aurais aimé dépasser Danilo, mais il était un tout petit peu trop rapide. C'est un bon résultat", estime le Docteur qui sera à domicile pour la prochaine course prévue au Mugello début juin.

La performance de Valentino Rossi forme un contraste particulièrement criant avec celle de son coéquipier Maverick Viñales, seulement 9ème à l'arrivée à 23,758 sec du vainqueur. "Mack" est comme d'habitude parti très - trop - prudemment avant d'entamer une remontée laborieuse, bien trop insuffisante au regard de son statut.

Rappelons que l'an passé, Viñales remportait au Mans sa troisième victoire en cinq courses et prenait à ce moment-là le statut de futur champion du monde. Mais l'espagnol avait rapidement déchanté, en proie à d'insolubles problèmes de mises au point de sa moto. Depuis cette date, jamais le successeur de Lorenzo chez Yamaha n'a remporté une course…

Le point au championnat 

Fort de sa victoire en France, Marc Marquez consolide sa position de leader au championnat provisoire avec 36 points d'avance après seulement cinq courses. A ce train-là, effectivement, le pilote Honda pourrait répliquer son incroyable saison 2014... 

Maverick Viñales, jamais vainqueur mais toujours placé, récupère la deuxième place du classement aux dépens de Johann Zarco qui recule au troisième rang suite à sa chute, à 37 points de Marquez. Valentino Rossi remonte à la 4ème place avec 39 longueurs de retard sur le leader et deux unités d'avance sur Danilo Petrucci.

Le coéquipier de "Petrux", Jack Miller, fait une entrée remarquée à la sixième place du provisoire grâce à sa remarquable quatrième place arrachée au Mans devant la Honda officielle de Dani Pedrosa. Une belle performance pour Miller, décidément à son aise sur la Ducati Pramac.

Le pilote australien précède au classement la Suzuki d'Andrea Iannone, parti à la faute dès le premier tour du GP de France 2018. Le n°29 brise une belle série : Iannone venait de remporter deux troisième places d'affilée, à Austin puis à Jerez. Une première pour l'italien depuis son passage sur la GSX-RR. 

Cal Crutchlow, courageux 8ème malgré ses douleurs dans le dos suite à sa chute en QP1, occupe la même position au championnat provisoire devant Andrea Dovizioso, qui perd de plus en plus de terrain dans la course au titre...

"DesmoDovi", 10ème au général, accuse désormais 49 points de retard sur Marquez suite à sa chute au Mans, son deuxième résultat blanc consécutif suite à son accrochage avec Lorenzo et Pedrosa à Jerez. Un manque de réussite très rare pour le n°4, qui compte habituellement parmi les pilotes les "sûrs". Rendez-vous du 1er au 3 juin pour le GP d'Italie 2018 !

Résultats et classement du Grand Prix de France MotoGP 2018

  1. 93 Marc MARQUEZ SPA Repsol Honda Team 41'49.773
  2. 9 Danilo PETRUCCI ITA Alma Pramac Racing +2.310
  3. 46 Valentino ROSSI ITA Movistar Yamaha MotoGP +5.350
  4. 43 Jack MILLER AUS Alma Pramac Racing +6.314
  5. 26 Dani PEDROSA SPA Repsol Honda Team +7.419
  6. 99 Jorge LORENZO SPA Ducati Team +10.355
  7. 25 Maverick VIÑALES SPA Movistar Yamaha MotoGP +23.758
  8. 35 Cal CRUTCHLOW GBR LCR Honda CASTROL +25.795
  9. 41 Aleix ESPARGARO SPA Aprilia Racing Team Gresini +26.206
  10. 42 Alex RINS SPA Team SUZUKI ECSTAR +27.937
  11. 44 Pol ESPARGARO SPA Red Bull KTM Factory Racing +32.304
  12. 55 Hafizh SYAHRIN MAL Monster Yamaha Tech 3 +34.962
  13. 21 Franco MORBIDELLI ITA EG 0,0 Marc VDS +37.881
  14. 38 Bradley SMITH GBR Red Bull KTM Factory Racing +38.299
  15. 30 Takaaki NAKAGAMI JPN LCR Honda IDEMITSU +41.986
  16. 12 Thomas LUTHI SWI EG 0,0 Marc VDS +45.260
  17. 17 Karel ABRAHAM CZE Angel Nieto Team +56.872
  18. 10 Xavier SIMEON BEL Reale Avintia Racing +1'12.117

Non classés

  • 45 Scott REDDING GBR Aprilia Racing Team Gresini 17 tours
  • 53 Tito RABAT SPA Reale Avintia Racing 17 tours
  • 5 Johann ZARCO FRA Monster Yamaha Tech 3 19 tours
  • 4 Andrea DOVIZIOSO ITA Ducati Team 23 tours
  • 19 Alvaro BAUTISTA SPA Angel Nieto Team 26 tours

N'a pas fini le 1er tour

  • 29 Andrea IANNONE ITA Team SUZUKI ECSTAR

Classement provisoire MotoGP 2018

  1. Marc MARQUEZ Honda SPA (95 points)
  2. Maverick VIÑALES Yamaha SPA (59 points)
  3. Johann ZARCO Yamaha FRA (58 points)
  4. Valentino ROSSI Yamaha ITA (56 points)
  5. Danilo PETRUCCI Ducati ITA (54 points)
  6. Jack MILLER Ducati AUS (49 points)
  7. Andrea IANNONE Suzuki ITA (47 points)
  8. Cal CRUTCHLOW Honda GBR (46 points)
  9. Andrea DOVIZIOSO Ducati ITA (46 points)
  10. Dani PEDROSA Honda SPA (29 points)
  11. Tito RABAT Ducati SPA (24 points)
  12. Alex RINS Suzuki SPA (22 points)
  13. Pol ESPARGARO KTM SPA (18 points)
  14. Jorge LORENZO Ducati SPA (16 points)
  15. Franco MORBIDELLI Honda ITA (16 points)
  16. Aleix ESPARGARO Aprilia SPA (13 points)
  17. Hafizh SYAHRIN Yamaha MAL (13 points)
  18. Alvaro BAUTISTA Ducati SPA (12 points)
  19. Takaaki NAKAGAMI Honda JPN (10 points)
  20. Mika KALLIO KTM FIN (6 points)
  21. Scott REDDING Aprilia GBR (5 points)
  22. Bradley SMITH KTM GBR (5 points)
  23. Karel ABRAHAM Ducati CZE (1 point)
  24. Thomas LUTHI Honda SWI
  25. Xavier SIMEON Ducati BEL

.

.

Commentaires

Bestof: 
1
Je n'ai pas été au GP cette année... Et je n'ai pas eu le coeur de passer sur les articles relatant la course avant aujourd'hui. Quel crève-coeur, cette chute ! Lorenzo est une vraie plaie à doubler et je redoutais cette erreur qui est finalement bel et bien arrivée. Dommage pour Johann, dommage pour nous... Mais impossible de lui en vouloir d'avoir voulu "trop bien faire" après 21 courses sans jamais chuter ! Nul doute qu'il sortira grandi de cette erreur, et il aura su nous faire vibrer tant avec son incroyable pole position qu'avec ce début de course et ce dépassement couillu au départ. Déçu d'ailleurs de voir que Dovi a été chouiner après ça, ça manque de classe, sérieusement... A croire qu'aujourd'hui certains pilotes veulent que l'on interdisse les dépassements ! D'autant qu'il se plaint de quelque chose qu'il a lui-même "imposé" à Lorenzo a Jerez, avec les conséquences que l'on connait. Un comble ! Bref, sinon que dire à part que Marquez est vraiment trop fort cette saison... Personne ne me semble en mesure de le priver de ce titre qui lui tend déjà presque les bras. Dovi est poissard et se met même à tomber tout seul ; Viñales est totalement inconstant ; Rossi manque bien trop de vitesse pure ; Zarco n'a pas le soutien usine capital pour espérer refaire un peu son retard en cours de saison, Crutchlow tombe trop souvent... C'est (encore) l'année de Marc, clairement !
Bestof: 
1
Les "blue brothers" (46 et 25) qui ne jouent que les seconds rôless en ramassant les points que d'autres plus "généreux" leur ont laissés , Un Zarco qui , comme tout bon français (mais ce n'est pas un reproche , juste un constat) a beaucoup de mal à supporter l'énorme pression à domicile , et qui aurait pu reprendre la piste pour glaner encore quelques points , Iannone retrouvant ses habitudes , Dovizioso victime de son empressement aussi , Marquez royal même s'il tue le suspense au bout de 5 tours , Lorenzo toujours aussi ...prévisible , un public de merde (sans chercher à savoir qui c'est précisément) qui siffle un vainqueur ayant pris des risques avec un pneu dur arrière et qui a su moucher tout le monde au bon moment... Bref un week-end qui s'annonçait grandiose et qui se finit en jus de boudin.....
Bestof: 
1
D'abord un grand bravo a Marquez, qui avait fait un choix de pneu arrière osé, et bravo a Johann, il avait décidé de jouer la victoire et pas les points aujourd'hui pour son GP, c'est pas passé mais c'est pas grave, il nous a déjà fait une pôle d'enfer, je suis finalement plus déçu pour Dovi qui s'éloigne de la tête du championnat. Vivement le Mugello, et qui pour remplacer Lorenzo : Petrux ou Miller, pas simple comme choix, les deux sont excellents, reste que Miller pourrait remplacer Stoner dans les cœurs des Australiens, mais Petrux est Italien, et une équipe 100% Italienne, c'est bon aussi pour l'image, alors pile ou face ??? . Quand au ramasseur de miettes, pardon de points nommé Vinales, il va falloir qu'il se réveille avant la fin de saison quand même ...

Ajouter un commentaire

Identifiez-vous pour publier un commentaire.

.

Les derniers essais MNC

Essai vidéo DesertX : le trail Ducati qui va faire des Euros !

Ducati investit le tout-terrain avec une nouvelle moto aussi belle qu'ambitieuse : le trail DesertX et son énergique bicylindre de 937 cc ! MNC l'a poussée dans ses retranchements sur route, pistes et petits chemins dans un essai vidéo ultra-complet pour découvrir les qualités et les défauts de cette inédite italienne en 21 et 18 pouces. 
Essai vidéo MT-10 2022 : la nouveauté Yamaha en fait-elle trop ?

Yamaha ajoute des muscles et de la technologie supplémentaires à sa MT-10, qui n'en manquait déjà pas ! Plus puissant, plus sophistiqué et toujours aussi "torturé" stylistiquement, le roadster d'Iwata ne devient-il pas too much ? Essai vidéo MNC.
Essai MP3 530 hpe Exclusive : Piaggio remodèle son best-seller

Meilleure vente de scooter Piaggio en France, le MP3 500 connaît une importante évolution en 2022. Un plus gros moteur, un nouveau look et des fonctionnalités inédites (caméra de recul !?) doivent permettre au MP3 530 hpe Exclusive de séduire les scootomobilistes avides de nouveautés... à tout prix ?
Essai Z900RS SE : le meilleur des roadsters Kawasaki

Sortie en 2018, la Z900RS est déjà une excellente moto basée sur le best-seller Z900 et inspirée de l’originelle Z1 (mythique, MNC vous explique pourquoi). Or Kawasaki fête ses 50 ans de "Zed" avec, notamment, une Z900RS SE qui intègre l’amortisseur Öhlins de la Z1000R et le freinage Brembo de la Z H2. Un "Best Of" donc... et "Must Have" ?

A lire aussi sur le Journal moto du Net

Temps forts, déclarations, classements : le bilan du GP du Japon MotoGP 2022

Le GP du Japon n'a pas souri aux trois prétendants au titre MotoGP : Aleix Espargaro termine pour la première fois hors de points, Francesco Bagnaia s'est pris les pieds dans le tapis et Fabio Quartararo finit à une modeste 8ème place. L'officiel Yamaha reprend néanmoins un peu d'air au Motegi, où Jack Miller remporte sa première victoire 2022.
Les têtes couronnées du MotoGP sont tombées au GP d’Aragon 2022

Marquez, Mir, Quartararo... Aucun champion MotoGP n’a franchi la ligne d’arrivée en 2022 à Aragon : le n°93 Honda a abandonné, le n°36 Suzuki était forfait et le n°20 Yamaha a chuté. "El Diablo" perd gros au championnat face à Bagnaia, A. Espargaro et Bastianini, tous montés sur le podium espagnol !
Les nouvelles Moto Guzzi V100 Mandello à partir de 15 499 euros 

La V100 Mandello - nouveau roadster refroidi par eau de Moto Guzzi - est enfin disponible au prix de 15 499 euros en standard et de 17 999 euros en version "S", plus perfectionnée. Présentation.
La Crossfire 125, haut de gamme Brixton, disponible en France à 3999 euros

Les jeunes motards et "motomobilistes" qui craquent pour la Svartpilen 125 mais n’ont pas les 5299 euros exigés par Husqvarna peuvent se tourner vers une machine austro-chinoise très proche de la Vitpilen en termes de look et philosophie, mais bien moins chère : la Crossfire 125 de Brixton Motorcycles. Présentation.
La Mash X-Ride Trail en 21 pouces à 5599 euros 

Le trail X-Ride 650 "21" débarque dans les concessions Mash avec ses roues en 21 et 18 pouces, un an après avoir été testé - et apprécié ! - par Moto-Net.Com sous forme de prototype de présérie. Présentation.
YZF-R1 GYTR 2023 et pièces GYTR Pro : la compé-client de Yamaha est prête

Pour viser la victoire en compétition ou l’humiliation des copains en journée piste, de nombreux français sélectionnent l’YZF-R1. Outre ses qualités d’origine, la Superbike de Yamaha est appréciée des pistards pour son généreux catalogue GYTR (Pro) qui contient 400 pièces et même une moto, prête pour la saison 2023 !
Sportive 1 commentaire
Monster SP : le roadster de Ducati monte en gamme en 2023

Après l’exclusive Streetfighter V4 Lamborghini - à 63 000 euros, mamma mia  ! -, Ducati présente un nouveau modèle 2023 quatre fois plus abordable... et quatre fois moins performant et sensationnel ? Sans doute pas, car la Monster SP dispose de solides atouts ! Présentation et vidéo.

Soutenez le Journal moto du Net

Aidez les petites entreprises françaises qui payent leurs impôts : en vous abonnant à MNC Premium, vous lisez toutes les infos réservées sans pub intrusive, vous profitez de nombreux avantages (invitations, annonces gratuites, réductions, etc.) et vous préservez notre indépendance !

ARTICLES PREMIUM   |   JE M'ABONNE !

Guide 2022 des nouveautés moto et scooter : infos, essais et prix

Calendrier MotoGP 2022

Plateau : Les pilotes et leurs motos 2022

GP de France moto MNC Premium : Invitation GP de France (épuisé)

Courses 2022

GP moto du Qatar 6 mars : GP du Qatar
GP moto d'Indonésie 20 mars : GP d'Indonésie
GP moto d'Argentine  3 avril : GP d'Argentine
GP moto des Amériques 10 avril :  GP des Amériques
GP moto du Portugal 24 avril : GP du Portugal
GP moto d'Espagne 1er mai : GP d'Espagne
GP de France moto 15 mai : GP de France
GP moto d'Italie 29 mai : GP d'Italie
GP moto de Catalogne 5 juin : GP de Catalogne
GP moto d'Allemagne 19 juin : GP d'Allemagne
GP moto des Pays-Bas 26 juin : GP des Pays-Bas
GP moto de Finlande10 juillet : GP de Finlande
GP moto de Grande-Bretagne 7 août : GP de Grande-Bretagne
GP moto d'Autriche 21 août : GP d'Autriche
GP moto de San Marin 4 septembre : GP de San-Marin
GP moto d'Aragon 18 septembre : GP d'Aragón
GP moto du Japon 25 septembre : GP du Japon
GP moto de Thaïlande 2 octobre : GP de Thaïlande
GP moto d'Australie 16 octobre : GP d'Australie
GP moto de Malaisie 23 octobre : GP de Malaisie
GP moto de Valence 6 novembre : GP de Valence


SAISON 2022   |   SAISONS PRÉCÉDENTES

  • En savoir plus...