• L'essentiel
  • -
  • En savoir plus...
UN TRIUMPH KTM ?
Paris, le 13 janvier 2017

Triumph fournisseur du Moto2 en 2019, et KTM alors ?

Triumph fournisseur du Moto2 en 2019 : et KTM, alors ?

La rumeur faisant de Triumph le prochain motoriste du Moto2 en 2019 avec un 3-cylindres d'environ 750cc - probablement dérivé de la nouvelle Street Triple - prend chaque jour plus de consistance. Mais quid des répercussions en cas de victoires de la Moto2 de KTM qui fera ses débuts l'an prochain dans la catégorie intermédiaire ?

Imprimer

Triumph fournira le Moto2 à partir de 2019 : voila l'entêtant refrain chanté par pratiquement tous les acteurs du paddock depuis déjà plusieurs semaines. Certains dirigeants du MotoGP ont ainsi fait savoir que le constructeur qui succédera à Honda à partir de 2019 n'est actuellement pas engagé, ce qui élimine Suzuki mais surtout Yamaha, piste la plus logique en raison du renouvellement de sa R6 en 2017. 

Selon nos confrères de Speed Week, MV Agusta était sur les rangs pour remplacer le vieillissant 4-pattes de la CBR600RR par son fougueux Tre-Pistoni. Mais le constructeur italien a du renoncer en raison de ses soucis financiers... Triumph se serait alors porté candidat avec, lui aussi, un projet de 3-cylindres (sans doute dérivé du 765cc de la Street Triple 2017) dont la puissance évoluerait dans les 160 ch, contre 128 ch pour l'actuel bloc Honda.  Le constructeur britannique aurait même déjà signé un accord avec Dorna, promoteur des Grands Prix : une annonce officielle à ce sujet est attendue le 26 mars, en marge de la première course au Qatar.

Mais cet hypothétique engagement de Triumph en Moto2 - qui coïnciderait avec l'arrivée d'une électronique beaucoup plus sophistiquée - n'est pas sans soulever quelques questions… Comme par exemple de savoir de quelle façon le constructeur britannique valorisera ses victoires "dans le cas où elles sont décrochées par des motos concurrentes", s'interroge à juste titre Matthieu Bretille, responsable (entre autres !) de la rubrique WSBK de Moto-Net.Com et du bilan marché

Comment valoriser un Triumph de... KTM ?!

KTM intégrant le Moto2 l'an prochain avec un team officiel mené par Aki Ajo - avec le champion du monde Moto3 Brad Binder et Miguel Oliveira - , on voit en effet mal Triumph communiquer autour des succès signés par une moto orange pour mettre en avant son moteur ! L'inverse est tout aussi vrai : KTM - et ses pilotes ! - ne va pas vanter les mérites du moulin britannique, même s'il fait des merveilles dans son prototype à châssis tubulaire réalisé avec sa marque de suspensions WP ! Un proto par ailleurs "dégrossi" par Johann Zarco himself (ci-dessous) fin septembre à Aragon (Espagne).  

L'aspect positif pour Triumph - ou tout autre constructeur qui fournirait le Moto2 - tient au fait que la question ne peut se poser qu'avec KTM : toutes les autres Moto2 du plateau ne sont pas conçues par des constructeurs de motos, mais par des fabricants de châssis comme Kalex, Suter ou Speed Up. Le team varois Tech3 fabrique aussi ses propres cadres sur sa Mistral 610. Avec ces structures, le problème de la communication ne se pose pas : le motoriste exclusif peut parfaitement vanter les mérites de son moteur en communicant sur la victoire d'une Kalex ou d'une Suter. Mais la donne ne sera pas la même en cas de succès d'une moto orange frappée du célèbre sponsor "taureau-rouge"…

Rappelons que le Moto2 est actuellement la seule catégorie à s'articuler autour d'un seul fournisseur de moteurs. A la création de cette catégorie en 2010, l'objectif de choix était de limiter les dépenses et d'égaliser les chances : à ce niveau, difficile de parler d'une franche réussite puisque les courses Moto2 ne sont pas forcément très disputées depuis quelques saisons, avec souvent des échappées d'un seul pilote.... A l'inverse, le Moto3 offre un spectacle bien plus intense avec trois motoristes différents : Honda, KTM et Mahindra !

L'arrivée possible de Triumph avec un inédit trois-cylindres, dont la mélodie en échappement libre devrait ravir les mélomanes, changera-t-il la donne ? Réponses en 2019… et avant cela fin mars au Qatar pour savoir si oui ou non, le constructeur britannique succédera bien à Honda ! 

Commentaires

Ajouter un commentaire

Identifiez-vous pour publier un commentaire.

.

Les derniers essais MNC

Essai Street Triple 765 RS : le roadster super sport de Triumph 

Triumph revoit complètement ses roadsters mid-size pour la nouvelle année 2017. Premier (top) modèle à passer entre les gants de Moto-Net.Com : la Street Triple 765 RS, plus puissante, plus sophistiquée, plus "race" et plus chère que les versions R et S... Essai !
Essai KTM 1290 Super Adventure S : maxi-trail maxi performant !

Deux ans seulement après sa sortie, la KTM 1290 Super Adventure évolue en profondeur et se diversifie pour mieux occuper le - juteux - segment des maxi-trails. MNC a testé l'ultra-performante déclinaison "S", forte de ses tempétueux 160 ch (!) et de son électronique de pointe. Essai.
Essai Suzuki GSX-R1000R 2017 : la beauté du Gex 

Décroché par les plus récentes motos hypersportives faute de développements depuis une petite dizaine d'années, Suzuki contracte méchamment les muscles pour reprendre la pole position avec sa nouvelle GSX-R1000 2017. MNC a testé sa déclinaison haut de gamme, la GSX-R1000R, sur le somptueux circuit de Phillip Island (Australie). Essai !
Essai Ninja 650 : Kawasaki camoufle sa routière en sportive

En 2017, Kawasaki introduit une nouvelle Ninja ! Pas une pistarde tout juste homologuée pour la route, mais la version carénée du nouveau roadster Z650, qui remplace l'ER-6f au succès très limité en France. La Ninja 650 peut-elle changer la donne ? Essai MNC.
  • En savoir plus...

Les derniers articles parus

Essai Street Triple 765 RS : le roadster super sport de Triumph 

Triumph revoit complètement ses roadsters mid-size pour la nouvelle année 2017. Premier (top) modèle à passer entre les gants de Moto-Net.Com : la Street Triple 765 RS, plus puissante, plus sophistiquée, plus "race" et plus chère que les versions R et S... Essai !
Essai KTM 1290 Super Adventure S : maxi-trail maxi performant !

Deux ans seulement après sa sortie, la KTM 1290 Super Adventure évolue en profondeur et se diversifie pour mieux occuper le - juteux - segment des maxi-trails. MNC a testé l'ultra-performante déclinaison "S", forte de ses tempétueux 160 ch (!) et de son électronique de pointe. Essai.
Accessoires "Machined" par Roland Sands pour les BMW néo-rétros

Les - nombreux - propriétaires de R nineT et futurs acquéreurs de Scrambler, Pure, Racer ou Urban GS vont pouvoir personnaliser leurs motos grâce à de nouvelles pièces spécialement "usinées" par le préparateur californien Roland Sands...
MotoGP - Tests Australie J3 : Vinales de nouveau le maître des essais

Et de trois ! Après voir dominé les essais de Valence (Espagne) en novembre et de Sepang (Malaisie) fin janvier, Maverick Vinales poursuit sur sa lancée à Phillip Island (Australie) ! A un mois du premier Grand Prix au Qatar, l'officiel Yamaha démontre clairement un avantage de vitesse pure. Le champion en titre Marc Marquez, qui fête ses 24 ans ce vendredi, n'est cependant pas loin…
Nouveaux panneaux pour annoncer les radars automatiques

Le bon vieux panneau précédant un radar automatique - dévoilé en 2003 par Nicolas Sarkozy - change à partir du 1er mars 2017, date à partir de laquelle sera déployé une deuxième génération censée être à la fois plus lisible et informative. Ce nouveau panneau reprend la charte graphique de l’ancien, notamment le fond blanc entouré d’un liseré jaune, mais indique désormais la vitesse à respecter.
Marché moto : les compteurs sont remis à moins de zéro

Plus qu'une remise à zéro des compteurs, ce mois de janvier était une mise au point : après l'effervescence de fin 2016, la baisse de -8,2% du marché du motocycle annonce une année 2017 tendue. Pour ses abonnés Premium, Moto-Net.Com dresse le premier bilan de la nouvelle année.
Essai Suzuki GSX-R1000R 2017 : la beauté du Gex 

Décroché par les plus récentes motos hypersportives faute de développements depuis une petite dizaine d'années, Suzuki contracte méchamment les muscles pour reprendre la pole position avec sa nouvelle GSX-R1000 2017. MNC a testé sa déclinaison haut de gamme, la GSX-R1000R, sur le somptueux circuit de Phillip Island (Australie). Essai !
Avertissement sur l'utilisation des cookies
En poursuivant votre navigation sur ce site vous acceptez l'utilisation de cookies et autres traceurs pour vous connecter à votre compte utilisateur, laisser des commentaires, déposer des annonces, paramétrer vos alertes, etc.