• L'essentiel
  • -
  • En savoir plus...
Paris, le 24 septembre 2014

Tests de mobilité : quel est le moyen de transport le plus rapide en ville ?

Tests de mobilité : quel est le moyen de transport le plus rapide en ville ?

La Federation of European Motorcyclists Associations (FEMA), qui regroupe les organisations nationales de motards en Europe, a procédé cet été à différents tests qui ont permis de mettre en évidence - s'il en était encore besoin... - l'intérêt du deux-roues motorisé en ville.

Imprimer

La Federation of European Motorcyclists Associations (FEMA), qui regroupe les organisations nationales de motards en Europe, a procédé cet été à différents tests qui ont permis de mettre en évidence - s'il en était encore besoin... - l'intérêt du deux-roues motorisé en ville.

Le principe était très simple : effectuer dans 15 villes européennes le même trajet en voiture, en transports en commun ou à deux-roues (moto ou scooter, parfois cyclo ou vélo).

Quel est le moyen de transport le plus rapide en ville ?

Règles du jeu : partir au même moment d'un même endroit en banlieue pour se diriger vers un même lieu en centre-ville (un trajet de type domicile-travail), se doter d'un chronomètre pour collecter les résultats, prendre des photos et envoyer le tout à la FEMA. Et les conclusions sont tout aussi simples : motos et scooters sont naturellement les plus efficaces !

"Le résultat est clair comme du cristal", se réjouit la FEMA en étudiant les résultats transmis par ses membres : "la vitesse moyenne des motos et cyclomoteurs était supérieure à celle des voitures dans presque toutes les villes".

Gagner du temps et économiser de l'argent...

Des vélos faisaient également partie du test à Bâle, Lausanne, Dublin, Marseille, Anvers et Bruxelles. "A Anvers (Belgique), le cycliste n'a mis que 9 minutes de plus que l'automobiliste pour faire un trajet de 22 km", observe la FEMA, tandis qu'à Marseille "le vélo s'est révélé le mode de transport le plus rapide devant tous les autres, grâce à l'expérience du cycliste et à la présence de pistes cyclables sur le parcours choisi".

"Si vous voulez économiser du temps et de l'argent, utilisez un deux-roues motorisé", note la FEMA en soulignant que l'avantage en termes de réduction trafic bénéficierait aussi financièrement aux villes.

Les plus grands écarts entre les temps de parcours à moto et en voiture ont été relevés à Oslo (38 mn d'écart avec 27 minutes pour la moto contre 1h05 pour la voiture sur un trajet de 29 km) et à Dublin (48 minutes d'écart avec 27 mn pour la moto contre 1h15 pour la voiture sur un trajet de 19 km).

"Si vous roulez à moto dans Oslo, vous gagnez plus d'une heure par jour par rapport à un automobiliste et 1h30 si vous habitez Dublin !", calcule la FEMA en ajoutant les temps de trajets aller-retour : "le fait que tous les motards aient accès aux voies de bus dans Oslo leur garantit aussi une meilleure sécurité et un trajet agréable".

Améliorer la mobilité et à réduire les embouteillages

"Ce test prouve que les deux-roues motorisés peuvent contribuer à améliorer la mobilité et à réduire les embouteillages partout en Europe", conclut la FEMA : "les particuliers perdraient moins de temps et dépenseraient moins d'argent pour leurs trajets domicile-travail s'ils utilisaient un deux-roues motorisé. Les villes européenne pourraient facilement favoriser les déplacements à deux-roues motorisés tout en améliorant la sécurité à moindre coût, par exemple en autorisant la circulation interfiles, en leur donnant accès aux couloirs de bus et de taxis, en ouvrant des parkings spécifiques pour les deux-roues et en les exonérant des péages urbains".

La FEMA a également comparé les coûts de chaque trajet, y compris les frais de parking et de péage, notant par ailleurs que motos et scooters avaient moins consommé de carburant que les voitures : "il n'y avait pas de frais de parking pour les deux-roues dans la plupart des villes, alors que les voitures devaient s'acquitter parfois jusqu'à 25 euros pour se garer pendant une journée", observe l'association. En outre, les voitures devaient payer les péages et les taxes de circulation urbaine à Stockholm et à Oslo, alors que motos et cyclos en étaient exemptés.

Tests complets dans les 15 premières villes

Tests de mobilité : quel est le moyen de transport le plus rapide en ville ?Rome (Italie)

Le test dans la capitale italienne a été réalisé le 25 juin avec un cyclo 50 cc, une moto, une voiture et les transports en commun. "Tous les conducteurs ont respecté les limitations de vitesse et le code de la route", précise la FEMA. Les participants sont partis à 08h30 pour 17,5 km de voies urbaines.

  • Résultat : le cyclomotoriste est arrivé le premier, avec deux minutes d'avance sur le motard. De son côté, l'automobiliste a perdu 56 minutes et 5 euros de parking....

Anvers (Belgique)

Ce test, réalisé mi-juillet entre Sint-Katelinje-Waver et Het Steen, réunissait six moyens de transport différents : moto, voiture, cyclo, vélos, combinaison bus/tram et combinaison bus/train/tram. La distance était de 21 km pour le cyclo et le vélo et de 26 km pour la voiture et la moto.

  • Résultat : la moto est arrivée la première après 29 minutes de trajet. Les vélos ont mis 1h, seulement 9 minutes de plus que la voiture, dont le conducteur gagnerait 44 minutes et 15 euros de parking par jour s'il passait à la moto...

Bruxelles (Belgique)

Le test de Bruxelles a eu lieu début septembre entre Leuwen et le siège de la FEMA basé à Etterbeek (un peu plus de 29 km) avec cinq modes de transport différents : moto, vélo, vélo électrique, voiture et transport en commun (combinaison bus/train).

  • Résultat : là encore, la moto est arrivée la première en 35 minutes et le vélo n'a mis que 16 minutes de plus que la voiture. Un automobiliste gagnerait donc 56 minutes et 30 euros de parking par jour s'il choisissait de goûter aux joies de la moto pour se déplacer dans Bruxelles...

Stuttgart (Allemagne)

Le test a eu lieu le 31 juillet entre Ludwigsburg et la zone industrielle de Feuerbach (10 km) entre trois moyens de transport moto, voiture et cyclo 50 cc.

  • Résultat : sans surprise, le motard est arrivé le premier après 15 minutes de trajet devant le cyclomotoriste (20 minutes) et enfin l'automobiliste (22 minutes)... qui perd donc 14 minutes par jour dans Stuttgart (soit 2 journées et demie par an sur la base de 235 jours de travail annuels, NDLR).

Hambourg (Allemagne)

Le test de Hambourg avait lieu entre Hüttkahlen et Marco-Polo-Terassen (33,3 km), avec un trafic moins dense que d'habitude en raison des vacances. Quatre modes de transport étaient comparés : la moto, la voiture, le vélo électrique et les transports en commun.

  • Résultat : on ne change pas une machine qui gagne et la moto est encore arrivée la première en 55 minutes et 12 secondes, mais seulement 3 minutes et 16 secondes plus tôt que la voiture. "Hambourg est la ville de ce test où l'écart entre la voiture et le deux-roues motorisé était le plus faible", note la FEMA en soulignant que les deux ont dû payer le parking.

Bâle (Suisse)

Le test a été effectué le 15 août entre Himmelried et Claraplatz (21,5 km) avec une moto, une voiture, un vélo et les transports en commun.

  • Résultat : faut-il encore le souligner ? La moto est arrivée la première en 26 minutes, un quart d'heure avant la voiture...

Lausanne (Suisse)

Quelques jours plus tard (le 28 août), un deuxième test a été réalisé en Suisse avec les quatre mêmes catégories de véhicules entre Morges, au bord du lac, et la place Pépinet, dans le centre de Lausanne (14 km).

  • Résultat : la moto est arrivée la première à destination en mettant deux fois moins de temps que la voiture ! Un automobiliste gagnerait donc 38 minutes par jour en roulant à moto dans Lausanne.

Stockholm (Suède)

Le test a eu lieu le 9 août entre Täby et Kungsgatan (entre 18 et 22 km, avec une distance plus longue pour les cyclos en raison des voies empruntées). Cinq moyens de transport s'affrontaient : une moto, un cyclo bridé à 45 km/h un autre bridé à 25 km/h, une voiture et les transports en commun.

  • Résultat : encore une fois, la moto est arrivée le plus tôt après 39 minutes de trajet. Un automobiliste gagnerait donc 23 minutes et 30 euros par jour (parking et taxe urbaine) en conduisant une moto...

Oslo (Norvège)

Le test a eu lieu le 2 septembre entre Ski et la station de métro Helsfyr (28,7 km) entre cinq moyens de transport : une voiture, une moto de grosse cylindrée, une moto légère, un cyclo bridé à 45 km/h et une combinaison train/métro.

  • Résultat : les deux motos sont arrivées le plus rapidement en 27 minutes alors que la voiture effectuait le même trajet en... 1h05, 10 minutes de plus que le cyclo ! L'économie pour un automobiliste qui passerait à la moto serait donc de 1h et 16 minutes par jour (près de deux semaines par an !), sans compter environ 30 euros de péage et de parking...

Tests de mobilité : quel est le moyen de transport le plus rapide en ville ?Dublin (Irlande)

Le test a eu lieu le 10 septembre entre Lexlip et Merrion Square (19 km) entre une moto, un vélo, une voiture et un bus.

  • Résultat : non seulement le motard est arrivé le premier en seulement 27 minutes, mais l'automobiliste s'est également fait enfumer par le cycliste qui lui a collé 35 minutes dans la vue ! Le gain pour un automobiliste dublinois qui passerait à la moto serait de près de deux heures par jour...

Strasbourg (France)

Le test s'est déroulé le 15 septembre entre Hüttenheim et le Conseil général du Bas-Rhin, dans le centre de Strasbourg (31 km) avec une moto, une voiture et une combinaison train/vélo.

  • Résultat : la moto est encore arrivée la première en 25 minutes, 13 minutes avant la voiture. Gain pour un automobiliste qui prendrait le guidon d'une moto : 26 minutes par jour.

Tests de mobilité : quel est le moyen de transport le plus rapide en ville ?Caen (France)

Le test de Caen était le plus court de cette étude avec seulement 6,9 km entre Bijude et la préfecture. Il opposait là encore une voiture, une moto et les transports en commun.

  • Résultat : la moto est arrivée en premier en 12 minutes, 14 minutes avant la voiture.

Marseille (France)

Deux tests ont été réalisé à Marseille mi-septembre. Le premier itinéraire, entre le centre d'Aubagne et le boulevard Sakakini à Marseille (17 km), était optimal pour les transports en commun car les points de départ et d'arrivée étaient tous deux à seulement 5 mn de marche d'une gare.

  • Premier résultat : la voiture a mis 1h30 de plus que la moto !

Le deuxième test marseillais avait lieu dans le centre de Marseille, sur une distance de 7,4 km pour la voiture, le cyclo et la moto et de 6,6 km pour le vélo.

  • Deuxième résultat : pour une fois ce n'est pas le motard qui est arrivé le premier mais le cycliste, "en raison de sa grande expérience du vélo et du fait qu'il ait pu couper par le Parc Borély avec de nombreuses pistes cyclables sur ce parcours", précise la FEMA. Pour un automobiliste qui passerait à un deux-roues, le gain serait tout de même de 15 à 20 minutes par jour.

Bientôt dans d'autres villes...

"C'était la première édition, mais d'autres tests auront lieu régulièrement dans d'autres villes", nous confie pour finir Frédéric Jeorge, président de la FEMA. A suivre naturellement sur MNC : restez connectés !

.

.

Commentaires

Bestof: 
1
Lectures: 
0
Hello, Pour Marseille, sur le second trajet, il faut lire que le cycliste a pu bénéficier d'un parcours bien pourvu en pistes cyclables, ce qui n'est pas le cas du reste de la ville bien à la bourre sur ce point... Merci La fédé 13
Bestof: 
1
Lectures: 
0
Témoignage réellement vécu sur mon trajet quotidien. Trajet centre de Paris (République) - Boulogne Billancourt (banlieue Ouest), soit environ 12km : A pieds : 2h15 En vélo : 50 minutes et du très gros stress : En métro (45 minutes dans une boite à sardines) En bagnole : 30 à 35 minutes En moto : 20 à 25 minutes je n'ai pas encore testé le roller, le skate, ni la trotinette
Bestof: 
1
Lectures: 
0
Berbard Bracam, on peut toujours partir de cas particulier, d'imaginer des hypothèses qui font que, peut-etre dans le futur, ça ne sera plus le cas. N'empeche que actuellement, ça l'est! Car on peut aussi imaginer que cette situation soit reproduite en pleine nuit. Et là, les transports en commun, tu les attends un moment. Cas simple me concernant : une réunion en banlieue nord de Paris, je mets 1h30 en train pour venir de ma province, puis, transports en commun; Et là, ça se gate, RER en travaux, bus de remplacements, correspondances foireuses. Bilan : 3h30 pour aller de Paris à ma destination. Pour le retour, un copain me ramène en moto, 1/2h et je suis à la gare. No comment. Si le 2 roues connait un tel essort, soit c'est qu'il est le mode de transport le plus efficace, soit il y a des centaines de milliers de débiles.
Bestof: 
1
Lectures: 
0
Pour ne parler que de Lausanne, sachant que le dépassement des files est interdit aux deux roues, le temps de trajet devrait être le même à moto ou en voiture. Au mépris des lois, évidemment, tout devient incomparable, et c'est très vrai pour le vélo en particulier. On pourrait dire, à propos de cette enquête, que c'est le plus beau plaidoyer qui soit en faveur du vélo. Remarquer qu'il aurait d'autant plus de valeur que le cycliste a été vainqueur au critérium local ou au Tour de France, qu'il a 18 plutôt que 78 ans. Admettre que des villes encombrées de seuls deux roues (les exemples ne manquent pas sur terre) pourrait être un cauchemar comparable (sinon différent de) à celui que vivent les habitants des métropoles étouffant sous la bagnole et les bus. Je suis partisan du deux roues en ville ne croyez pas, mais le bénéfice que j'en tire tient à la situation particulière dont ceux-là profitent pour l'heure. Faisons de ce moyen de transport le principal utilisé en ville, et les péages lui seront appliqués de même, et les parcs payants, de même que la vidéo verbalisation aura fait de tels progrès que le moindre mouvement d'oreille sera sévèrement sanctionné. Je pense que nous bénéficions d'avantages en tant qu'usagers à deux roues qui sont ceux d'un instant T, par ailleurs soumis à nombre d'aléas physiques et météorologiques qui n'en font pas la panacée. Je ne prône pas vraiment l'avènement du véhicule partagé dont l'autolib serait le précurseur et gogol le prochain maître, mais la société a toutes les raisons d'évoluer vers ce type de transport urbain et périphérique. A propos de transports en ville, un piéton en grande forme vient de démontrer, à Lausanne, ville qui s'est dotée récemment d'un tube (mazette !), qu'on peut fumer le métro avec de bons mollets. J'adore ce genre de démonstration, qui prouve sans discussion qu'un penseur à pied va plus loin qu'un philosophe en chambre :) vidéo ici http://www.24heures.ch/vaud-regions/lausanne-region/court-vite-m2/story/16661641

Ajouter un commentaire

Identifiez-vous pour publier un commentaire.

.

A lire aussi sur le Journal moto du Net

La norme Euro5 moto pourrait être repoussée d'un an

Pour avoir le temps d'écouler des "centaines de milliers" de motos potentiellement invendues à cause du coronavirus, l'association des constructeurs européens de motos (ACEM) demande à l'Union européenne de repousser l'entrée en vigueur de la norme Euro5 au 31 décembre 2021... Explications.
La stratégie du réseau Kawasaki face au coronavirus

Comment le réseau de concessions moto Kawasaki réagit-il à la crise du Covid-19 ? Quelles sont les actions mises en place pour relancer l'activité depuis le déconfinement ? Réponses dans notre entretien MNC avec Antoine Coulon, responsable marketing de Kawasaki France. Interview.
La stratégie du réseau Ducati face au coronavirus

Comment le réseau de concessions moto Ducati réagit-il à la crise du Covid-19 ? Quelles sont les actions mises en place pour relancer l'activité depuis le déconfinement ? Réponses dans notre entretien MNC avec Ducati France. Interview.
La stratégie du réseau Harley-Davidson face au coronavirus

Comment le réseau de concessions moto Harley-Davidson réagit-il à la crise du Covid-19 ? Quelles sont les actions mises en place pour relancer l'activité depuis le déconfinement ? Réponses dans notre entretien MNC avec Manoël Bonn, directeur marketing Harley-Davidson France. Interview.
La stratégie du réseau Honda moto France face au coronavirus

Deux options sont possibles face à un obstacle en tout-terrain : ralentir pour l'enrouler ou mettre plein gaz pour le survoler. Offensif et proactif, Honda France opte clairement pour la seconde stratégie afin d'aider son réseau à surmonter les conséquences du Covid-19. Entretien MNC avec Fabrice Recoque, directeur de la division moto de Honda France. 
Pratique 4 commentaires
Prix du nouveau scooter 3-roues Yamaha Tricity 300

Dévoilé à Milan cet automne, le nouveau scooter Tricity 300 accessible aux titulaires du permis auto rejoint la gamme 3-roues Yamaha aux côtés du scooter Tricity 125 et de la moto Niken.
Jack Miller rejoint le team officiel Ducati MotoGP en 2021

Une MotoGP Ducati officielle sera de nouveau pilotée par un australien l'an prochain : après Troy Bayliss et Casey Stoner, Jack Miller accède à son tour au guidon de la Desmosedici d'usine en 2021, avec une option pour la saison 2022. Explications.
Pilotes et équipes 2 commentaires

Soutenez le Journal moto du Net

Aidez les petites entreprises à traverser la crise économique qui va suivre celle du coronavirus : en vous abonnant à MNC Premium, vous lisez toutes les infos réservées sans pub intrusive, vous profitez de nombreux avantages (invitations, d'annonces gratuites, etc.) et vous préservez notre indépendance !

ARTICLES PREMIUM   |   JE M'ABONNE !

Guide pratique Nouveautés moto 2019 : prix, présentation et dates de disponibilité
  • En savoir plus...