Nouveautés - Royal Enfield fourbit ses armes avec la série limitée Classic 500 Pegasus
  • L'essentiel
  • -
  • En savoir plus...
CLASSIC 500 PEGASUS
Paris, le 4 juillet 2018

Royal Enfield fourbit ses armes avec la série limitée Classic 500 Pegasus

Royal Enfield fourbit ses armes avec la série limitée Classic 500 Pegasus

Avec la série limitée Classic 500 Pegasus, Royal Enfield replonge dans son riche passé militaire. Affichée au prix de 6595 euros, elle sera disponible à 1000 exemplaires dans le monde dont 50 en France et au Benelux. Hommage à la RE/WD Flying Flea, première moto parachutée derrière le front ennemi pendant la Seconde Guerre mondiale...

Imprimer

Royal Enfield, constructeur d'origine anglaise passé sous pavillon indien à l'aube des années 50, est de longue date impliqué dans la production militaire et pas seulement pour ses deux-roues. Des munitions et de "l’équipement d’artillerie" sont également sortis de ses chaînes pendant les deux guerres mondiales, activités à l'origine de son ancienne devise "Made like a gun" (construite comme un pistolet).

Aujourd'hui implantée à Chennai (Inde), la marque a depuis longtemps délaissé la fabrication d'armements mais continue en revanche de fournir des motos aux forces armées indiennes. Celles-ci apprécient entre-autres la fiabilité, la simplicité et la faible consommation du placide monocylindre de 27 ch installé sur la cultissisme Bullet 500 et la Classic 500.

Et c'est justement le modèle Classic qui sert de base à une inédite série limitée lancée en hommage à la RE/WD "Flying Flea", une 125cc deux-temps conçue pour les besoins militaires pendant la Deuxième Guerre mondiale. A l'époque britannique, la marque assemblait alors cette "Puce volante" dans son usine souterraine de Westwood (Royaume-Unis).

De la 125cc "Flying Flea" à la Classic 500 Pegasus

Celle qui commémore son parcours presque 80 ans plus tard, la "Classic 500 Pegasus", sera quant à elle construite en quantité limitée à 1000 unités, dont seulement 50 pour la France et le Benelux. Les réservation sont ouvertes sur un mini-site dédié au prix de 6595 €.  Outre ses coloris spécifiques (vert olive ou marron "armée") et ses marquages au pochoir, cette Classic 500 Pegasus se distingue par ses sacoches en toile amovibles. 

Les plus observateurs de nos lecteurs - mais ne le sont-ils pas tous sur Moto-Net.Com ?! – auront certainement détectés le dessin d'un homme sur le dos d'un cheval ailé sur le réservoir et les valises. Ce motif renvoie à la mythologie grecque et au célèbre Pégase, ici chevauché par le guerrier Bellérophon, l'insigne officiel du régiment de parachutistes de l’armée britannique dont Royal Enfiel s'est rapproché pour concevoir cette Classic "Pegasus".

La présence de cet emblème sur cette série limitée est un clin d'oeil historique à la RE/WD 125, qui fût la première moto déployée en parachute derrière les lignes allemandes pendant la deuxième Guerre mondiale. La "puce volante" a notamment été larguée d'avions alliés pendant le débarquement de juin 1944 (le célèbre "Jour J") et l'opération "Market Garden", un important déploiement aéroporté lancé en septembre 1944.

A l'époque, le régiment aéroporté britannique "Pegasus" se servait activement de la Flying Flea pour se déplacer rapidement et établir des communications. Le ministère de la Guerre britannique en commanda "plus de 4000", se souvient Royal Enfield, qui précise que sa 125cc était larguée dans une cage en acier pour la préserver lors de son parachutage !

"Face à de nombreux problèmes techniques, dont des systèmes radios endommagés, les commandants comptaient alors sur la Flying Flea pour délivrer leurs messages. Sa force et sa maniabilité tout-terrain rendaient cette moto presque impossible à arrêter", explique le constructeur, qui a également fourni des motos au gouvernement impérial russe pendant la Première Guerre mondiale...

Royal Enfiel - qui revendique le titre de "plus ancienne marque de moto en production continue" - célébrera-t-il également cette collaboration avec la Russie avec une autre série limitée ? Après tout, l'histoire n'est qu'un éternel recommencement : restez connectés !

Galerie photo Royal Enfield Classic 500 Pegasus

.

A lire aussi sur le Journal moto du Net

Sécurité routière en France : mauvaises routes, bonne conduite ?

Le bilan de la sécurité routière en juillet 2018 fait état d'une baisse des victimes de -5% (Vs juillet 2017). Prudent - toujours ! -, le délégué interministériel se garde d'établir un rapport avec l'instauration des 80 km/h sur les routes... Le mauvais état de ces dernières en revanche, pourrait sauver des vies ?
Deuil : François Etterlé (Suzuki Moto France) s'est éteint

L'ex-directeur commercial de Suzuki France, François Etterlé, nous a quittés. Ce grand nom de la moto en France préparait le prochain Bol d'Argent avec l'enthousiasme qui le caractérisait, celui d'un fringuant jeune homme et éternel passionné de moto. Sayonara Etterlé San..
MotoGP 2019 : Quartararo roulera sur une M1 du team Yamaha SIC

La rumeur circulait depuis un mois dans le paddock de l'Intercontinental Circus... C'est désormais une certitude : le jeune pilote moto français, Fabio Quartararo, s'alignera aux côtés de Franco Morbidelli au sein de la nouvelle équipe satellite Yamaha SIC ! Explications.
11/19 - GP d'Autriche 2019 14 commentaires
Compte rendu et résultats du GP d'Autriche MotoGP 2018 (Lorenzo vainqueur)

Après Iannone en 2016 et Dovizioso en 2017, Lorenzo prouve en 2018 que correctement préparée et magnifiquement pilotée, la Ducati de MotoGP est imbattable sur le Red Bull Ring. Même Marquez, parti de la pole position et remonté à bloc, s'est incliné...
Courses 95 commentaires
Essai Piaggio MP3 350, 500 HPE Sport ou Business : au choix !

Piaggio met à jour sa gamme de MP3 en 2018 : le moteur du 500 évolue légèrement (HPE) et distingue plus nettement ses versions Sport et Business, tandis que le 300 change de moteur et de cylindrée... Place au MP3 350 ! Moto-Net.Com a pu les tester très brièvement. Contact.
Scooter 1 commentaire
Interview Loris Baz : "le WorldSBK devrait employer la méthode MotoGP"

Moto-Net.Com profite de la - très - longue pause estivale du World Superbike pour s'entretenir avec Loris Baz. Unique pilote français et BMW, il galère sur sa S1000RR, pendant que ses concurrents progressent. Comment améliorer la situation et niveler le championnat ? Voici ses réponses.
WSBK 2018 2 commentaires
Moto Animals : de grosses bêtes qui roulent des mécaniques...

Depuis deux ans, Mayobanex Torres Diaz et ses amis imaginent et dessinent des créatures, moitié moto moitié animales. En commercialisant ces "Moto Animals", le jeune designer américain compte développer sa communauté de motard(e)s à travers le monde. Interview.

Abonnement MNC Premium

En m'abonnant à MNC Premium je soutiens l'indépendance du Journal moto du Net, j'accède à toutes les informations réservées et je profite d'avantages exclusifs (invitations, réductions, etc.).

 

  • En savoir plus...
Avertissement sur l'utilisation des cookies
En poursuivant votre navigation sur ce site vous acceptez l'utilisation de cookies et autres traceurs pour vous connecter à votre compte utilisateur, laisser des commentaires, déposer des annonces, paramétrer vos alertes, etc.