• L'essentiel
  • -
  • En savoir plus...
PRIVÉS D'EFFACITÉ
Paris, le 5 février 2019

Le premier bilan peu convaincant des voitures radars privées

Le premier bilan peu convaincant des voitures radars privées

Le ministère de l'intérieur livre le premier bilan officiel des voitures radars confiées à l'opérateur privé Mobiom depuis le 23 avril 2018. Résultat : elles sortent peu, roulent en moyenne moins de quatre heures par jour et relèvent un nombre limité d'infractions. Pour l'instant... Explications.

Imprimer

Le gouvernement, jamais à court d'imagination pour réduire ses coûts et maximiser ses profits, présentait au printemps 2018 un projet controversé : confier à des prestataires privés la conduite de voitures équipées de radars de vitesse, pour réorienter policiers et gendarmes vers des tâches jugées "plus qualifiées". 

Cette mesure est entrée en phase d'expérimentation le 23 avril 2018 dans les départements de l'Eure (27) et de la Seine-Maritime (76) avec cinq voitures conduites par des agents de la société Mobiom (groupe Challancin), avant d'être étendue aux autres départements de Normandie à partir du moins de septembre.

En pratique, ces voitures banalisées "flashent" de manière indétectable les véhicules en excès de vitesse, puis transmettent les données au Centre automatisé de constatation des infractions routières (CACIR) du Centre national de traitement (CNT) situé à Rennes (35). Le tout avant même d'avoir le temps de se dire : "tiens, je suis peut-être un poil au dessus"...

Cette procédure étant entièrement automatisée, l'opérateur au volant n'intervient - officiellement - à aucun moment sur le processus de verbalisation. Son rôle est "limité à la simple conduite du véhicule sans aucun paramétrage du radar ni choix des itinéraires de la part du prestataire privé", martèle le ministère de l'intérieur qui vient de délivrer le premier bilan de cette externalisation.

Moins de flics, plus de fric ? Pas pour l'instant ! 

Cette publication fait suite à une demande formulée le 18 octobre 2018 par Michel Raison, sénateur (Les Républicains) de la Haute-Saône (70), connu pour ses positions défavorables au "tout-répressif" en général et à l'abaissement de la vitesse à 80 km/h en particulier

Michel Raison s'interroge notamment sur "le nombre de véhicules en infraction flashés par les voitures radars conduites par l'opérateur externalisé" et sur le nombre de "contraventions adressées à ce jour par l'officier de la police judiciaire" depuis le début de cette opération qui inspire un sentiment général de rejet sur le thème "moins de flics, plus de fric".

Trois mois et demi plus tard (!), voici la réponse du ministère de l'intérieur en charge de la sécurité routière : "en octobre 2018, 190 sorties de voitures radars ont été comptabilisées avec en moyenne 200 km de parcourus par sortie, soit 3h55 de contrôle par sortie. Au final, 2 248 messages d'infractions ont généré 1 873 amendes pour excès de vitesse pour un montant moyen de 135 euros par amende".

Un tout petit tour et puis s'en vont...

Des chiffres étonnamment bas pour une période de six mois, même en incluant la phase d'expérimentation avec cinq voitures d'avril à septembre : à raison de 30 jours par mois, soit environ 180 en tout, cela donne une sortie d'un véhicule par jour ! A se demander à quoi peuvent bien s'occuper les 25 autres véhicules "privatisés"...

La durée de ces sorties interpelle également : moins de quatre heures en moyenne quand le ministère de l'intérieur annonçait fièrement au printemps dernier que les opérateurs privés devraient les faire rouler entre "six et huit heures" par jour ! Comme quoi Pinot n'était pas si inefficace - en plus d'être légitime, lui - dans ce rôle de contrôle...

Mieux vaut toutefois éviter de se réjouir trop vite, car cette mesure n'en est qu'à ses débuts et ne s'étend pas encore à tous les véhicules banalisés disponibles (environ 340 actuellement). Nul doute que le gouvernement va par ailleurs exiger une amélioration de ces résultats, comme le fait n'importe quel client auprès d'un prestataire. L'avantage de la privatisation, ma p'tite dame !

Rappelons que la Fédération française des motards en colère (FFMC) et 40 millions d'automobilistes se sont élevées contre la légalité de cette décision de confier à des opérateurs privés la conduite des voitures radars, tandis que plusieurs maires refusent de les laisser circuler. L'association Anticor évoque également du "favoritisme" dans le choix de la société Fareco (groupe Fayat), qui fournit l'équipement de ces fameuses voitures radars.

.

.

Commentaires

Ajouter un commentaire

Identifiez-vous pour publier un commentaire.

.

A lire aussi sur le Journal moto du Net

M1000RR : BMW lance sa première moto M, sur base de S1000RR

Depuis les années 70 chez les amateurs de sport auto, la lettre M évoque le "must" en termes de voitures BMW. Un demi-siècle plus tard, la marque allemande lance sa première moto affublée du même logo : la M1000RR, une S1000RR (re)taillée pour la compétition. Présentation et comparaisons, photos et vidéo...
Motos 2 commentaires
Horaires du GP de Catalogne MotoGP 2020 dimanche à Barcelone

Horaires et programme du Grand Prix moto de Catalogne à Barcelone, huitième épreuve du championnat du monde MotoGP 2020 à suivre ce week-end sur MNC : attention au décalage des courses dimanche à cause de la F1 !
Marc Marquez ne sait pas quand il reviendra...

Grand absent de cette folle saison MotoGP 2020, Marc Marquez regarde les courses de moto sur son canapé... Alors que le championnat du monde débarque à Barcelone tout près de chez lui, le pilote Repsol Honda se livre à une longue séance de questions réponses avec son team. Interview vidéo.
MotoGP 2020 1 commentaire
Nouvelle Honda CB125F 2021 : la moto utilitaire se surpasse avec Euro5 !

Honda profite du passage obligé aux normes moto Euro5 pour mettre à jour à sa populaire CB125F : nouvel habillage, moteur encore plus économique et 11 kg de moins sur la balance comptent parmi les atouts de cette nouveautés 2021 accessible avec le permis B (voiture) et formation de 7 heures. Présentation.
La Tesi H2 bientôt en France dans les concessions Bimota et Kawasaki

L'inédite Bimota Tesi H2 commercialisée en Italie à partir du 1er octobre 2020 devrait bientôt arriver en France. La marque italienne - détenue à 49,9% par Kawasaki - constitue actuellement son réseau et sollicite naturellement les concessions vertes. Explications avec le responsable marketing, Gianluca Galasso...
Un été 2020 exceptionnellement prolifique pour le marché moto et scooter

Traditionnellement calmes pour les concessionnaires moto et scooter, les mois de juillet et août ont été particulièrement dynamiques en 2020 : +31,2% et +17,2% par rapport à 2019. Pour analyser cet été en pleine "guerre" contre le Covid, Moto-Net.Com s'est tourné vers la concession Kawasaki Paris Grande Armée... Bilan.
Bridgestone maintient l'activité logistique moto de l'usine de Béthune

Coup dur pour les 863 salariés de l'usine Bridgestone de Béthune (62) : le manufacturier japonais prévoit la fermeture de son site de fabrication de pneus auto au motif notamment d'un manque de compétitivité. Interrogé par MNC, Bridgestone France annonce toutefois y poursuivre ses activités de stockage et de réacheminement des pneus moto. Explications.

Soutenez le Journal moto du Net

Aidez les petites entreprises à traverser la crise économique qui va suivre celle du coronavirus : en vous abonnant à MNC Premium, vous lisez toutes les infos réservées sans pub intrusive, vous profitez de nombreux avantages (invitations, annonces gratuites, réductions, etc.) et vous préservez notre indépendance !

ARTICLES PREMIUM   |   JE M'ABONNE !

Guide pratique Nouveautés moto 2019 : prix, présentation et dates de disponibilité
  • En savoir plus...