• L'essentiel
  • -
  • En savoir plus...
GP D'ARGENTINE 2018 - ROSSI ET MARQUEZ S'EXPLIQUENT
Paris, le 9 avril 2018

GP d'Argentine - Clash Rossi Marquez : Acte 2 à Termas de Rio Hondo...

GP d'Argentine - Clash Rossi Marquez : Acte 2 à Termas de Rio Hondo

Qu'on le veuille ou non, le GP d'Argentine MotoGP 2018 marque une nouvelle étape dans la guerre plus ou moins froide qui oppose Marc Marquez et Valentino Rossi depuis 2015 et le "Sepang Clash"... Outre le comportement problématique de l'officiel Honda en piste, le fait que le Docteur n'ait pas daigné accepter ses excuses à l'arrivée jette incontestablement une nouvelle rasade de Motul - sponsor titre de l'épreuve - sur un feu qui couve toujours depuis deux ans... S'agit-il d'un nouveau "TermasClash" ou d'un simple fait de course qui a mal tourné ? Débriefing.

Imprimer

Valentino Rossi, Yamaha Movistar (11ème en qualifs et 19ème en course) : "Je vais bien, mais c'est une très mauvaise situation. Si on prend l'exemple de ce qui s'est passé ce week-end, un incident peut arriver à tout le monde. On peut faire une erreur au freinage, on peut toucher un autre pilote. Ca peut arriver, c'est la course. Mais depuis vendredi matin, Marquez a fait ça à Viñales et à Dovizioso, samedi matin à moi et aujourd'hui il a foncé directement dans quatre pilotes".

"Si on commence à courir comme ça, on augmente très dangereusement le niveau de risques. Si tous les pilotes se mettent à rouler comme ça, la moto va devenir un sport très dangereux et ça va mal finir. C'est une situation très dangereuse et j'espère que ce que j'ai dit à Mike Webb, le directeur de course, les incitera à prendre davantage leurs responsabilités.  Il faut qu'ils fassent quelque chose".

"J'ai peur quand je suis en piste avec Marquez", assure le nonuple champion du monde. "J'ai eu peur aujourd'hui en voyant son nom sur mon panneau. Je ne suis pas la direction de course - c'est à eux de décider - mais en se comportant comme ça il détruit notre sport, car quand on roule à 300 km/h sur circuit il faut faire preuve de respect envers nos concurrents".

GP d'Argentine - Clash Rossi Marquez : Acte 2 à Termas de Rio Hondo

Pour Massimo Meregalli, directeur du team Yamaha, le GP d'Argentine se résume à "une journée spectaculaire et dramatique, dans le sens où il s'est passé beaucoup de choses qui échappaient au contrôle de l'équipe et de nos pilotes, mais qui ont joué un rôle crucial dans le dénouement de la course".

"La réorganisation de la grille de départ est quelque chose qu'on n'avait jamais vu en Grand Prix", poursuit le team manager. "Malgré la confusion et le chaos engendrés par cette procédure, Maverick et Valentino ont réussi à rester concentrés. Valentino était sixième derrière Maverick quand sa course a été compromise par Marquez".

"Nous respectons la décision de la direction de course d'imposer une pénalité de 30 secondes à Marquez, mais nous pensons que son style de pilotage dangereux devrait être plus sérieusement découragé (comprendre "plus sévèrement sanctionné", NDLR) pour des raisons de sécurité et pour le bien du sport", conclut Meregalli. "Maverick est remonté à la cinquième place, mais beaucoup de dégâts ont été faits puisque Valentino rate beaucoup de points au championnat. C'est une fin de week-end décevante pour lui, mais toute l'équipe se battra pour rattraper cette défaite lors du prochain GP des Amériques à Austin, où nous espérons ne voir que du fair-play en course"...

"Dangereux et inacceptable"

"C'est dangereux, inacceptable et ça mérite une sanction très forte", surenchérit Lin Jarvis, patron de l'équipe Yamaha en MotoGP en s'interrogeant sur les 30 secondes de pénalité "qui reviennent à lui imposer un deuxième "ride through". De notre point de vue, nous risquons les blessures d'un pilote et nous perdons de nombreux points"...

"Nous avons clairement exprimé notre point de vue auprès de la direction de course en leur demandant d'empêcher ce genre de comportement à l'avenir", poursuit Jarvis. "Comment ils feront et quelles pénalités ils décideront, ça les regarde"... Marquez devait naturellement "faire preuve d'agressivité pour remonter après son ride through", admet-il, mais "il avait été le plus rapide tout le week-end et il y a des endroits et des moments pour dépasser. Quand on est plus rapide au chrono que n'importe qui, il y a de nombreuses possibilités de doubler et ce n'est pas la peine de forcer le passage dans un virage en mettant un autre pilote en danger. C'est ce genre de comportement qu'on veut faire cesser"...

GP d'Argentine - Clash Rossi Marquez : Acte 2 à Termas de Rio Hondo

Marc Marquez, Honda Respsol (6ème en qualifs et 18ème en course) : "C'était une course difficile dans des conditions très difficiles, avec plusieurs points noirs. Juste avant le départ j'ai eu un problème avec le moteur qui a calé. On verra ça plus tard. J'ai levé la main, mais il n'y avait personne. J'ai réussi à redémarrer la moto et j'ai recherché de l'aide auprès des commissaires, car je ne savais pas si je pouvais reprendre ma place sur la grille puisque ma moto avait redémarré, ou si je devais retourner au stand. Un commissaire a levé les mains et un autre a levé le pouce, ce que j'ai interprété comme le signe que je pouvais rester".

"Quand j'ai vu le message de pénalité sur mon tableau de bord (passage au stand, NDLR) je n'ai pas compris, mais j'ai bien sûr obtempéré", poursuit le champion du monde en titre. "Puis j'ai naturellement tenté d'attaquer pour remonter et malheureusement j'ai commis des erreurs, la plus grosse à mon avis étant le choc avec Aleix (Espargaro, NDLR). Je n'ai pas réalisé que je roulais plus vite que lui en arrivant sur lui. J'ai fait de mon mieux pour éviter le contact, mais hélas je n'ai pas réussi. J'ai vu la pénalité (rétrograder d'une place, NDLR) et pour être sûr, j'ai rétrogradé de deux places au lieu d'une seule avant de recommencer à attaquer".

GP d'Argentine - Clash Rossi Marquez : Acte 2 à Termas de Rio Hondo

"Avec Valentino c'était différent, car c'était une conséquence des conditions de piste. J'ai roulé sur une partie humide, j'ai bloqué l'avant et j'ai relâché les freins. J'ai essayé de tourner, encore une fois en faisant tous les efforts pour éviter le contact. Quand il a chuté, je me suis immédiatement excusé. C'était un incident de course comme celui qui avait eu lieu un peu plus tôt entre Zarco et Dani, puis avec Petrucci et Aleix".

"C'était un dimanche risqué. Bien sûr j'ai commis des fautes et je le reconnais. D'autres erreurs ont été commises par la direction de course sur la grille, et d'autres étaient dues aux conditions difficiles, mais une chose est sûre : jamais au cours de ma carrière je n'ai eu l'intention de percuter un autre pilote".

L'analyse de Moto-Net.Com : S'il est un élément à peu près clair dans toute cette histoire, c'est que les relations entre Marc Marquez et Valentino Rossi vont de nouveau se crisper... Leur animosité, toujours latente depuis le GP de Malaisie 2015, va continuer à hanter les prochaines courses de la saison 2018 et risque malheureusement de pousser les - nombreux - fans du Docteur à continuer à siffler le champion du monde en titre dès qu'il montera sur ses - non moins nombreux - podiums...

GP d'Argentine - Clash Rossi Marquez : Acte 2 à Termas de Rio Hondo

Le Journal moto du Net se gardera bien de dire qui a raison et qui a tort. Côté positif, notons que les deux stars internationales de la moto sont désormais séparées de 4 petits points au championnat (Marquez 5ème avec 20 points devance Rossi 8ème avec 16 points), ce qui est de bon augure pour le spectacle - à condition, comme l'appelle de ses voeux Massimo Meregalli, que les courses restent fair-play...

La représentation d'un monde idéal ?

Il ne faudrait pas en effet que les tribunes des circuits de Grands Prix se transforment en de vulgaires arènes de règlement de comptes, comme on le déplore parfois dans le football...  Si la fébrilité de Marquez peut s'expliquer après une procédure de départ aussi calamiteuse et des conditions de piste aussi piégeuses, la colère et la déception de Rossi peuvent également se comprendre... Surtout si, comme l'assure le Docteur, Marquez "l'a fait exprès, ce n'était pas une erreur car il vise entre la jambe et la moto, de façon à ne pas chuter tout en espérant faire tomber l'autre"...

La sécurité des pilotes doit naturellement être la priorité des pilotes eux-mêmes - qui doivent rouler en respectant leurs adversaires - et celle de la direction de course - qui a sanctionné trois fois Marquez pour son comportement en course. Mais ne perdons toutefois pas de vue qu'il s'agit de sports mécaniques, où la volonté de vaincre dans un environnement par définition risqué, voire hostile, dépasse parfois le simple bon sens du spectateur de canapé ou du commentateur d'internet...

"Rossi aussi a eu 25 ans"

Dans un monde idéal, Marquez n'aurait peut-être pas pas fait chuter Rossi et Zarco n'aurait peut-être pas éliminé Pedrosa dès le premier tour, à l'issue de deux faits de course séparés qui présentent de nombreux points communs. Peut-être... Mais la vocation du sport en général - et du sport moto en particulier - est-elle d'offrir aux spectateurs une représentation du monde idéal ? Se réjouirait-on réellement d'assister chaque dimanche à 28 tours de circuit entrecoupés de priorités à droite, de feux rouges et de limitations de vitesse ?

"Valentino aussi attaque fort et lui aussi a eu 25 ans, tout le monde s’en souvient", ajoute Marquez... En attendant le GP des Amériques dans 15 jours, on peut à la fois regretter que Rossi ait ainsi été écarté d'un podium argentin qui était envisageable, mais aussi qu'il n'ait pas jugé bon d'aller ne serait-ce qu'écouter en personne - à défaut de les accepter - les excuses de Marquez à l'arrivée, qu'on ne peut s'empêcher de croire sincères...

Foi de MNC, la grandeur de l'illustrissime Docteur - qui prévoyait un week-end "surprenant" en Argentine mais ne s'attendait certainement pas à autant de "surprises" ! - n'en serait sortie que renforcée pour les années à venir...

Commentaires

Bestof: 
1
Ah purée... Faut que je m'ouvre un nouveau paquet de pop-corn pour lire les échanges ici... C'est vrai que les super-pros et les hyper-antis machin ou tartempion vont s'en donner à coeur joie ! Moi, je vois surtout un sacré manque de maturité de Marquez ! Le "fait de course" comme l'appellent certains se déroule sur le mouillé, donc arriver avec un tel différentiel de vitesse sur un pilote (Rossi) qui est sur la bonne trajo est une immense connerie ! Marquez est un sacré pilote, il n'a certainement pas besoin de ça pour gagner des places en course, surtout qu'il était le plus rapide de tout le plateau aux essais et en course ! Maintenant, dire qu'il a fait exprès c'est aller un peu loin probablement... il y a tout de même le fait qu'il ait joué au bowling à tant de reprises durant le WE qui coince un peu... avant qu'il se lance dans des explications tout de même un peu fumeuses, Rossi dit un truc très vrai, lorsque il dit que les erreurs arrivent à tout le monde, que c'est la course, tout ça, mais que taper autant de camarades de jeu dans le même WE démontre qu'il y a un problème... Marquez aura mon respect lorsqu'il sera capable de gagner sur son pilotage plus que sur les "faits de course", on est pas dans un jeu vidéo en mode "arcade" là, il va falloir qu'il se calme... !

Ajouter un commentaire

Identifiez-vous pour publier un commentaire.

.

A lire aussi sur le Journal moto du Net

Interview MNC : les objectifs de Johann Zarco en MotoGP 2019

Nouveau pilote officiel KTM en MotoGP 2019, le français Johann Zarco livre ses premières impressions et ses objectifs au Journal moto du Net. Interview vidéo.
Pilotes et équipes 4 commentaires
Marché moto janvier 2019 : en hausse, encore et toujours

Les ventes de motos et scooters en France ont progressé de +7,3% en janvier 2019 par rapport à 2018. Les 125 cc ont particulièrement bien roulé (+9,9%), mais les gros cubes ne sont pas en reste (+6,3%) et représentent de plus gros volumes. Premier bilan 2019 pour les abonnés MNC Premium !
Canal+ signe Rossi et Lorenzo pour présenter le MotoGP 2019 !

L'esprit Canal frappe fort en 2019 avec les droits sur le MotoGP pour les "trois à cinq prochaines années". La chaîne cryptée présentait ce matin, sur la splendide terrasse de Vivendi, son équipe de choc composée de Marina Lorenzo, Louis Rossi, Randy de Puniet, Sylvain Guintoli, Laurent Rigal et David Dumain. Au hasard, interview vidéo de la plus charismatique des six.
MotoGP 2019 16 commentaires
Essai Honda CB 500 X 2019 : la route du X

Honda peaufine sa gamme CB 500 pour 2019 avec des améliorations techniques et cosmétiques sur les trois motos qui la composent, particulièrement sur le trail CB 500 X qui évolue le plus. Premier essai.
Trail 5 commentaires
Interview MNC : les objectifs de Fabio Quartararo en MotoGP 2019

Parmi les pilotes à suivre cette année en MotoGP, Fabio Quartararo découvre la catégorie reine au guidon d'une Yamaha YZR-M1 du team Petronas SRT. Du haut de ses 20 ans, le jeune français livre ses premières impressions et ses objectifs au Journal moto du Net. Interview vidéo.
Pilotes et équipes 5 commentaires
Nouveauté Triumph : la future Daytona 765 grillée en plein test

Triumph arrive cette année en Grand Prix comme fournisseur unique de moteurs de la catégorie Moto2. Pour annoncer la grande nouvelle en 2017, la firme d'Hinkley avait fabriqué un prototype de Daytona 765... Or une version commerciale est en route ! Enfin, en développement...
Motos 3 commentaires
Interview Lucas Mahias (Kawasaki) : En test les chronos ne servent à rien, c'est une connerie

Moto-Net.Com a appelé Lucas Mahias juste avant son départ pour l'Australie et la première manche du World Supersport 2019. Un peu "vert" des performances en retrait de sa R6 officielle l'an dernier, le champion WorldSSP 2017 a décliné une offre en Superbike pour rouler sur la ZX-6R de Sofuoglu chez Kawasaki Puccetti. Il nous explique ça... et plein d'autres choses ! Interview.
WSBK 2019 3 commentaires
Essai Honda CB 500 X 2019 : la route du X

Honda peaufine sa gamme CB 500 pour 2019 avec des améliorations techniques et cosmétiques sur les trois motos qui la composent, particulièrement sur le trail CB 500 X qui évolue le plus. Premier essai.
Trail 5 commentaires
Interview Jules Cluzel (GMT94) : On va passer une super saison 2019 tous ensemble !

A trois semaines du début du championnat du monde Supersport 2019 en Australie, le Journal moto du Net a interrogé l'un des prétendants au titre, le français Jules Cluzel. Pour MNC, le n°16 revient sur sa saison 2018 de folie, sa signature au GMT94, ses enthousiasmants tests hivernaux, sa R6 avec sélecteur à droite, ses objectifs, sa vision de la course, son jeune coéquipier Corentin Perolari, son team manager Christophe Guyot... Interview.

Invitations MNC Premium

En m'abonnant à MNC Premium je lis toutes les infos réservées sans pubs intrusives, je profite d'invitations, réductions, annonces gratuites, etc. et je soutiens l'indépendance du Journal moto du Net !

TOUS LES AVANTAGES   |   JE M'ABONNE !

Guide pratique Nouveautés moto 2019 : prix, présentation et dates de disponibilité

Calendrier MotoGP 2019

Tests d'intersaison
10 mars : GP du Qatar
31 mars : GP d'Argentine
14 avr. : GP des Amériques
5 mai : GP d'Espagne
19 mai : GP de France
2 juin : GP d'Italie
16 juin : GP de Catalogne
30 juin : GP des Pays-Bas
7 juil. : GP d'Allemagne
4 août : GP de République tchèque
12 août : GP d'Autriche
25 août : GP de Grande-Bretagne
15 sept. : GP de San-Marin
22 sept. : GP d'Aragón
6 oct. : GP de Thaïlande
20 oct. : GP du Japon
27 oct. : GP d'Australie
3 nov. : GP de Malaisie
17 nov. : GP de Valence

SAISON MOTOGP 2019  |  SAISONS PRÉCÉDENTES

  • En savoir plus...