• L'essentiel
  • -
  • En savoir plus...
BLOCAGES DU 17 NOVEMBRE
Paris, le 13 novembre 2018

Les actions locales de la FFMC le 17 novembre avec les Gilets jaunes

Les actions locales de la FFMC le 17 novembre avec les Gilets jaunes

Alors que la Fédération française des motards en colère (FFMC) n'appelle pas officiellement à se joindre aux actions des Gilets jaunes le 17 novembre, plusieurs antennes locales organisent ou participent aux blocages contre l'augmentation des carburants. Explications.

Imprimer

Concernant l'appel à la mobilisation citoyenne du 17 novembre contre la hausse des tarifs de carburants, la position du Bureau national de la FFMC est claire : "la FFMC défend des valeurs faites d'humanisme et de liberté et pas simplement un moyen de transport. En conséquence, le Bureau national estime que ce combat n’est pas celui de la FFMC, mais celui des citoyens qui se sentent concernés. A chacune et chacun, en son âme et conscience, de décider d’y participer ou non".

Ce mouvement de contestation populaire, né sur les réseaux sociaux en dehors de toute organisation syndicale ou politique, devrait toutefois être suivi par de très nombreux motards, parfois même à l'initiative de certaines antennes départementales de la FFMC comme à Besançon (25), Montpellier (34), Strasbourg (67), Colmar (68) ou Amiens (80). Florilège.

Affiche mouvement Gilets jaunes 17 novembre

FFMC 01 (Ain)

Dans l'Ain, la FFMC 01 estime que le mouvement du 17 novembre "doit rester une manifestation spontanée de chaque citoyen, sans l’organisation de quelconque mouvement que se soit". Ne Elle invite néanmoins "chaque adhérent, chaque sympathisant de la FFMC et chaque usager à se renseigner sur cette action, ses motivations et son déroulement afin qu'il puisse, s'il le souhaite, participer à titre individuel à celle-ci comme individu, comme motard et comme citoyen".

FFMC 02 (Aisne)

Pas de manif FFMC dans l'Aisne le 17 novembre, car "certains politiciens profitent déjà de ce mouvement pour en tirer les lauriers, voir se l’attribuer, or la FFMC est et restera toujours apolitique", note la FFMC 02.

En revanche, "si vous aussi vous souhaitez continuer les combats après le 17 novembre, n'hésitez pas à venir nous voir ou à rejoindre nos rangs", car "celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu", rappelle l'antenne de l'Aisne.

FFMC 03 (Allier)

La FFMC 03 n'organise pas de rassemblement le 17 novembre et "n'appelle pas non plus ses adhérent(e)s à participer", mais rappelle à toutes fins utiles que "chacun est libre d'y participer à titre privé, sans se revendiquer de la FFMC, en assumant les conséquences qui pourraient découler de débordements".

"Quand la FFMC organise une manifestation, elle fait une déclaration en préfecture comme le stipule la loi et elle active son assurance responsabilité civile", poursuit l'antenne de l'Allier. "De plus, lors de la dizaine d'actions menées en ce début d'année contre les 80 km/h par la FFMC 03, les automobilistes qui étaient également concernés ont brillé par leur absence"...

FFMC 06 (Alpes-Maritimes)

Dans les Alpes-Maritimes, la FFMC 06 indique avoir rencontré "les animateurs du blocage de Nice St-Isidore, qui sont en relation avec d’autres organisateurs de points de blocage du département".

En accord avec eux, la FFMC 06 a décidé de ne pas participer en tant qu’association à cette mobilisation car elle estime que ce mouvement appartient à "tous ces anonymes qui ont le courage de s’engager et qui ne souhaitent aucune récupération, qu’elle soit politique, syndicale, associative ou autres".

D’autre part, "compte tenu de l’ampleur prise localement (de nombreux points de blocage sont prévus dans le 06), la FFMC 06 ne pourrait assurer les conditions de sécurité nécessaires et attendus par les manifestants motards, en engageant son service d’ordre sur une action dont elle n’a pas la maitrise", précise l'association qui invite ses adhérents et sympathisants à "rejoindre et soutenir ce mouvement à titre individuel, en tant que citoyens libres, et de la façon dont ils le souhaitent (signer la pétition, imprimer des affiches, partager l’info avec ses contacts, participer à ces rassemblements, proposer son aide aux organisateurs...)".

FFMC 08 (Ardennes)

Dans les Ardennes, "la FFMC 08 ne prendra pas part en tant qu'organisatrice à la manifestation du 17/11, cependant nous la soutenons". Pour le secteur de Rethel, un rendez-vous est prévu "sur le parking de Carrefour à 8h".

FFMC 10 (Aube)

"En tant qu’association de défense des droits du citoyen motard", la FFMC 10 explique qu'elle n'est "pas directement concernée (par le mouvement du 17 novembre, NDLR) mais elle invite chaque adhérent, chaque sympathisant de la FFMC et chaque usager de la route à se renseigner sur cette action, ses motivations et son déroulement, afin de pouvoir choisir d’y participer à titre individuel en tant que motard et citoyen".

FFMC 12 (Aveyron)

Tout en relayant les différents points de rendez-vous dans le département (Villefranche De Rouergue, Rodez, Millau et Saint Affrique), la FFMC de l'Aveyron estime que "ce mouvement dont le principal thème est la contestation de la hausse des carburants est, semble-t-il, général, divers et sans étiquette" et qu'il "doit le rester pour bien montrer que c’est l’ensemble des Français et des usagers qui gronde".

"Au nom d'une de nos valeurs principales, la solidarité, avec les autres usagers, salariés, retraités, artisans et chômeurs de notre département", la FFMC12 appelle donc ses adhérents et sympathisants à "soutenir les actions du 17/11 en arborant le gilet jaune sur leur tableau de bord, en étant présent(e) le 17 novembre à moto ou en auto sur les lieux d'action et en relayant les informations".

FFMC 13 (Bouches-du-Rhône)

A Marseille, les militants de la FFMC sont "tous concernés par ces taxes et autres impôts déguisés" mais rappellent que "toute manifestation engage la responsabilité de l'organisateur. La FFMC 13 ne peut donc pas s'associer à un organisateur non connu".

FFMC 14 (Calvados)

"Nous souhaitons une belle réussite à cette manifestation", déclare la FFMC 14 : "en tant qu’association ne participera pas aux rassemblements du 17 novembre contre l’augmentation du prix de l’essence, mais invite les motards à y participer à titre individuel et responsable".

"Il s’agit d’un appel de citoyens qui en ont marre de subir les attaques permanentes du gouvernement sur leur pouvoir d’achat", précise l'association qui "ne peut que se féliciter que des citoyens se prennent en main et prennent conscience de certaines inégalités sociales dans notre pays". La FFMC 14 communique également à ses adhérents et sympathisants "quelques lieux de rendez vous pour Caen : 7h30 au parking du cinéma UGC à Mondeville 2 pour les motos et 7h au parking de Cora pour les voitures et le centre routier pour les camions".

FFMC 19 (Corrèze)

"Nous laissons le libre choix à nos adhérents, membres de droits et sympathisants de prendre leurs responsabilités", indique l'antenne de Corrèze en soulignant que "le 17, pas besoin d'étiquette FFMC : nous serons tous des citoyens exaspérés et en colère".

FFMC 20 (Corse)

La FFMC di Corsica appelle à "manifester son mécontentement contre la hausse des carburants et contre la vie chère sur notre île" le 17 novembre, mais "à titre personnel individuel" car "les "organisateurs" du mouvement de blocage ont précisé qu'ils ne voulaient pas de syndicats, pouvoirs politiques ou associations que ce soit".

FFMC 21 (Côte d'Or)

A Dijon (21), la FFMC de la Côte d'Or explique qu'elle ne sera "pas organisatrice ni coorganisatrice de cette journée" et que c'est "à chacun d'entre nous en tant que citoyen de faire le choix de s'associer à ce mouvement spontané".

FFMC 23 (Creuse)

Regrettant que "certains posts sur les réseaux sociaux laissent entrevoir la manipulation ou tentative de manipulation par certains politiciens" qui veulent "tirer les bénéfices de la colère citoyenne", la FFMC de la Creuse "appelle à soutenir cette journée du 17 novembre, qui de toute évidence ne pourra pas en rester là (...). Nous restons solidaires nous seront présents, mais de façon individuelle".

FFMC 24 (Dordogne)

En Dordogne, la FFMC 24 explique que lors de sa réunion plénière du 2 novembre, ses membres ont affirmé "à l'unanimité leur soutien à l'action citoyenne et populaire du 17 novembre contre les prix des carburants".

Mais "pour éviter toute suspicion de récupération" et "contrairement à certains groupes politisés", elle "n'organisera pas la manif et sera aux côtés du peuple en colère" samedi à 7h sur le rond-point de Grand Frais à Bergerac (parking Leader Price) et à 8h sur le parking de Gifi à Trélissac pour un blocage prévu à 14h.

FFMC 25 (Doubs)

"Contre la hausse des prix du carburant et l'écologie punitive", la FFMC du Doubs organise un rassemblement samedi 17 novembre 2018 de 13h à 17h sur le parking Casamene, avenue de la 7ème Armée Américaine à Besancon (25).

"Tu en as marre d'être pris pour un mouton ? Qu'il pleuve qu'il vente ou qu'il neige, tu dois respecter ta parole et venir avec nous pour montrer que cette fois ça suffit et que tu ne te laissera pas tondre une fois de plus !", enjoignent les motards franc-comtois en soulignant que "FFMC 25 ne souhaite pas s'approprier ce mouvement qui vient du peuple français mais plutôt apporter sa pierre à l'édifice".

FFMC 26-07 (Drôme et Ardèche)

La FFMC Drôme Ardèche "se réjouit de voir une telle action citoyenne" le 17 novembre et invite "tous ses adhérents et sympathisants à se joindre à cette mobilisation en tant que citoyens sans étiquette", en espérant "qu’elle ne sera victime d’aucune récupération politique, ni d’aucun débordement".

FFMC 27 (Eure)

Dans le secteur de Pacy-sur-Eure et d'Evreux, un adhérent de la FFMC 27 organise une "action de communication et d’information des usagers" samedi 17 novembre à partir de 8h au carrefour de Chaufour-les-Bonnières, "juste au début de la N13 après l'A13 et quasiment à l’entrée dans la région Normandie".

La FFMC de l'Eure rappelle que "cette action a pour but de sensibiliser, entre autres, les usagers à l’incohérence de la limitation à 80km/h sur les grands axes routiers comme la N13" et remercie "ceux qui pourront se joindre à la petite équipe sur place".

FFMC 28 (Eure-et-Loir)

Constatant que "des personnes ou des groupes de personnes, pas toujours identifiés, lancent sur les réseaux sociaux des appels à protester et à manifester", la FFMC28 indique qu'elle "comprend ces actions et laisse ses adhérents libres de participer à titre individuel, à titre de citoyen".

"Ce mouvement de protestation large dépasse le monde moto, il touche tous les usagers", poursuit l'antenne d'Eure-et-Loir qui "ne sera pas organisateur et n’engagera pas ses militants pour assurer la sécurité des manifestations" dans la mesure où ce mouvement de protestation "ne s’inscrit pas dans un cadre collectif officiel et déclaré, mis en place par des associations et syndicats représentatifs".

FFMC 30 (Gard)

la FFMC du Gard invite les motards à se rassembler samedi à 7h30 devant le stade des Costières à Nîmes pour un "départ en fin de matinée pour Montpellier", où ils rejoindront la manifestation de la FFMC 34.

FFMC 31 (Haute-Garonne)

A Toulouse, la FFMC estime que ce mouvement des Gilets jaunes est un mouvement social comparable à ceux qui sont pris en charge par des syndicats ou des partis politiques. "A la FFMC, nous ne sommes ni l’un ni l’autre et nous et tenons à notre indépendance de tous bords", rappelle l'antenne de Haute-Garonne.

Quant à la "sécurisation de cet événement, nous ne sommes déjà pas dimensionnés pour ceux (de moindre envergure) que nous faisons", poursuit la FFMC 31 en soulignant que "cela ne nous empêche pas de participer à ce mouvement populaire à titre individuel" car "nous sommes forcément tous concernés".

FFMC 33 (Gironde)

"Ce n'est pas à la FFMC de dicter la conduite des motards", estime l'antenne bordelaise de la FFMC : "le mouvement du 17 novembre se veut apolitique, sans syndicats ni partis. Il y aura de nombreux motards sur les manifs, mais pas sous les couleurs de la FFMC".

Rassemblement FFMC 34 au Zenith de Montpellier

FFMC 34 (Hérault)

"Les motards en colère ont toujours été les premiers a bouger à chaque fois que nos gouvernements successifs ont promulgué ou voté des inepties qui avaient uniquement pour but de tondre un peu plus les usagers de la route", rappelle la FFMC 34 en estimant qu'il aurait été "malvenu de ne pas participer au rassemblement des Français ce 17 novembre".

La FFMC de l'Hérault organise donc une manifestation le 17 novembre 2018 sur le parking du Zenith de Montpellier pour un départ à 14h30.

"Cette manifestation concerne tous les usagers de la route", précise l'association : "deux, trois, quatre roues motorisés ou pas, particuliers, professionnels... Il est temps de nous unir face au racket organisé que nous subissons. Seule cette union permettra de faire entendre suffisamment fort le ras le bol des usagers de la route et citoyens accablés par un système de taxation qui se renforce de jour en jour avec pour conséquence de réduire notre pouvoir d'achat".

FFMC 35 (Ille-et-Villaine)

A Rennes, "la FFMC 35 a été interpellée par les organisateurs pour venir prêter main forte et participer à l’organisation d’un "blocage de la rocade rennaise" le 17 novembre 2018", indique l'antenne d'Ille-et-Villaine.

Or comme la FFMC nationale, la FFMC 35 "ne souhaite pas prendre la tête de cet élan, par crainte d’en refouler la partie qui ne souhaiterait pas manifester au côté des motards".

"Nous nous rappelons très bien de la faible adhésion des non-motards, lors de l’appel général à manifester contre les 80 km/h à Rennes", se souvient la FFMC 35. "Nous avions alors dénoncé cette mesure comme un racket fiscal, déguisé dans une mesure de sécurité rentière à faible impact (au delà des portes-monnaies). Ce "mouvement" nous rappelle les "mouvements colère" du début d’année, non structurés et de mobilisation anecdotique en Ille-et-Vilaine (en dehors des clics de souris)".

FFMC 39 (Jura)

La FFMC 39 se refuse à participer en tant qu'association aux blocages du 17 novembre, car elle est "contre toute récupération et il serait malvenu, à l’instar de certaines organisations, de s’approprier ce mouvement. De plus, les rendez-vous étant disséminés en plusieurs points du département, sans organisateur identifié ni encadrement, il paraît difficile d’y organiser un rassemblement motard".

L'antenne jurassienne souhaite toutefois "une belle réussite à cette manifestation" et invite ses adhérents et sympathisants à y participer "s’ils le souhaitent, à titre individuel et responsable".

FFMC 42 (Loire)

"L’initiative de cette manifestation n’appartient pas à la FFMC et celle-ci ne souhaite pas en revendiquer la paternité, ni même la récupérer comme d’aucuns semblent vouloir nous le reprocher", explique l'antenne FFMC de la Loire : "il s’agit d’une initiative citoyenne, spontanée, à laquelle chacun peut adhérer à titre personnel en tant qu’usager de la route, motard ou automobiliste".

FFMC 43 (Haute-Loire)

En Haute-Loire, la FFMC 43 explique qu'elle a rencontré la personne qui a lancé sur Facebook le mouvement dans le département. Or "cette personne a lancé cette manifestation sans savoir comment l’organiser et aujourd’hui elle ne sait plus trop où aller ni où elle en est", remarque la FFMC 43 qui lui a tout de même "donné quelques conseils".

La FFMC 43 a donc décidé de "ne pas participer à l’organisation de cette mobilisation citoyenne" et de "ne pas assurer le service d’ordre sur une action dont nous n’avons pas la maîtrise", tout en espérant que "les organisateurs(trices) ne seront victime d’aucune récupération politique ni d’aucun débordements".

FFMC 45 (Loiret)

"Vu le nombre d'événements déjà organisés à ce jour", la FFMC45 ne sera "pas organisatrice ou coorganisatrice de cette journée" mais étant donné que "les augmentations tarifaires des hydrocarbures impactent aussi nos quotidiens et notre passion, c'est à chacun d'entre nous en tant que citoyen de faire le choix de s'associer à ce mouvement populaire".

FFMC 47 (Lot-et-Garonne)

La FFMC du Lot-et-Garonne "n'organise pas ce mouvement en son nom" mais "en tant qu'usagers de la route, nous vous invitons à soutenir ce mouvement et préconisons un blocage de la ville composé de véhicules (motos, voitures, camions, etc.)", tout en conseillant à ses membres de "rester loin de tous débordements qui pourraient vous porter préjudice".

Des blocages sont organisés à Agen (rassemblement à 6h45 devant l'Intermarché en face du Parc des expos) et à Villeneuve-sur-Lot (7h devant le lycée Georges Leygues).

"Grandissons et prenons-nous en main"

"L'important c'est qu'il y est des motards le 17", résume Gilles Guérin : "qu'aurait apporté de plus le mot d'ordre de la FFMC, vu que tous les partis, syndicats et assos sont "jetés" ? C'est un mouvement non pas populiste mais populaire. Grandissons et prenons-nous en main, au lieu d'attendre l'accord du "père" !"

FFMC 49 (Maine-et-Loire)

Dans le Maine-et-Loire, la FFMC 49 indique que "certaines formations politiques (principalement Debout la France et le Rassemblement national, NDLR) n'ont pas hésité à s'approprier le mouvement" et qu'en tant "qu'organisation apolitique, nous ne pouvons pas nous associer à ces formations".

L'antenne FFMC regrette également que "les organisateurs ne souhaitent pas réaliser leurs actions dans le cadre qui nous semble indispensable à la sécurité de tous et toutes". Elle ne veut donc "pas prendre la responsabilité de telles actions", mais n'en reste pas moins "d'accord avec l'idée du mouvement".

FFMC 51 (Marne)

Pour les actions du 17 novembre, la FFMC de la Marne invite "tous ses membres et ses sympathisants à se joindre au cortège prévu au parking du stade de Reims" mais précise que "nous serons présents en tant que simple usagers de la route et non aux couleurs de la FFMC pour cette fois-ci".

FFMC 54 (Meurthe-et-Moselle)

La FFMC 54 "se refuse à récupérer le mouvement et en cela elle suit les demandes des organisateurs, mais elle n'interdit a personne d'y aller. Au contraire. Nous pensons que les motards n'ont pas besoin de consigne de la FFMC pour s'y rendre".

FFMC 59 (Nord)

"Une organisation de ce type demande beaucoup de ressources humaines, impliquées et actives", note de son côté la FFMC 59 en dénonçant "une contradiction entre les revendications rendues nécessaires par nos "dirigeants" et le peu de présences actives lors de nos actions"...

L'antenne du Nord déplore également "la faible ressource militante formée au service d'ordre au sein de notre antenne et disponible pour ce type d’événement. Nous ne nous opposons pas à cette action, nous ne pouvons simplement y participer sans organisation valable et sécure. Vous avez la possibilité d’y participer selon votre choix ou vos convictions, mais nous reléguer au rang de "vilains petits canards" montre que vous vous trompez de cible"...

FFMC 60 (Oise)

La FFMC de l'Oise "soutient les actions" du 17 novembre et "incite ses adhérents à y participer à titre individuel", mais elle ne "participera activement en tant qu’organisateur que dans le cadre d’un collectif officiel qui serait mis en place par des associations constitués et proches de nos valeurs, ce qui n’est pas le cas actuellement".

FFMC 62 (Pas-de-Calais)

Comme de nombreuses antennes départementales, la FFMC 62 ne participera pas en tant qu’organisatrice à cette mobilisation mais "nous la soutenons et laissons le libre choix à nos adhérents, membres de droits et sympathisants de prendre leurs responsabilités et d y participer ou pas", indique l'antenne du Pas-de-Calais : "plusieurs manifestations se mettent en place, nous nous y rendrons sur nos motos comme les autres en fonction des lieux et des horaires".

FFMC 64 (Pyrénées-Atlantiques)

Après avoir organisé une "consultation", la FFMC des Pyrénées-Atlantiques (64) annonce qu'elle "n'organisera ni n’encadrera de manifestations le 17 novembre, mais nos adhérents, membres de droits et sympathisants ont, comme cela a toujours été le cas, toute liberté de prendre leurs responsabilités et décider par eux-mêmes de participer à l’une des manifestations organisées dans le département".

FFMC 66 (Pyrénées-Orientales)

La FFMC 66, sans y participer en tant qu'association, "souhaite une belle réussite à cette manifestation" et invite "les motards qui le souhaitent à y participer à titre individuel et responsable".

FFMC 67 (Bas-Rhin)

L'événement organisé par la FFMC 67 samedi 17 novembre à 14h sur le parking de la place de la Bourse se déroulera dans le centre-ville de Strasbourg... à pied, "pour ne pas enrichir nos pétroliers et notre gouvernement avec leurs taxes !"

"Nous sommes motards oui, mais aussi citoyens", rappelle la FFMC 67 : "cette manifestation sera à deux... pieds pour que le plus grand nombre puisse y participer, quel que soit son moyen de déplacement, car nous sommes tous concernés et nous avons un gilet jaune à sortir en cas de danger. Venez exprimer avec nous votre "ras le casque" sur les mesures gouvernementales, que ce soit sur les vignettes Crit'air, les 80 km/h ou la hausse des taxes sur le prix des carburants. Nous, motards de la FFMC, nous sommes motards, automobilistes, mais aussi routiers, taxis, ambulanciers".

FFMC 68 (Haut-Rhin)

Estimant que "nous sommes tous concernés par les abus de nos dirigeants", la FFMC du Haut-Rhin constituera "l’équipe de sécurité (accompagnement de la manifestation, gardiennage des motos, accueil des militants, stand, etc.)" pour le rassemblement prévu samedi à 13h devant la préfecture de Colmar (68).

FFMC 71 (Saône-et-Loire)

Bien qu'elle "comprenne les raisons de cette colère" qui poussera les citoyens dans la rue samedi, la FFMC de Saône-et-Loire ne s'impliquera pas directement dans les actions du 17 novembre et laisse "chaque motarde et motard décider de s’associer ou non à ce mouvement".

"Depuis le début de l’année 2018, les appels à manifester lancés par la FFMC et ses antennes départementales, dont la FFMC 71 n’ont, à chaque fois, rassemblé que des utilisateurs de 2 et 3 roues motorisées (plusieurs centaines) et une poignée d’automobilistes", rappelle par ailleurs l'association.

FFMC 72 (Sarthe)

Rappelant que "ce mouvement lancé par Eric Drouet est citoyen, sans parti politique et sans syndicat", l'antenne de la Sarthe estime que ce n'est pas son rôle d'organiser une manifestation car "les raisons de cette initiative citoyenne dépassent très largement le cadre défendu par la FFMC, qui est avant tout une association de défense du motard œuvrant également pour sa sécurité. Or la hausse des taxes/impôts et la baisse du pouvoir d'achat ne touchent pas que les motards".

D'autre part, la FFMC ne souhaite pas "récupérer à son compte cette initiative citoyenne en coorganisant ou en participant à des actions ce même jour", tandis que "beaucoup de ces blocages/manifestations se feront hors cadre légal, ce qui est contraire à ce que fait l’association".

FFMC 74 (Haute-Savoie)

La FFMC 74 se réjouit de la "mobilisation d’envergure nationale" du 17 novembre 2018 pour protester contre la hausse du prix des carburants, mais ne veut pas s'approprier ce mouvement "populaire, spontané, déterminé et qui se veut apolitique". Elle invite donc "chaque adhérent et sympathisant à se renseigner sur cette action, ses motivations et son déroulement afin d’y participer s’il le souhaite à titre individuel, en tant que motard et citoyen en colère".

FFMC 75 (Paris Petite Couronne)

"Nous  ne nous opposons pas à ce mouvement du 17 novembre et bien évidement,  chacun a le droit d’y aller", indique le coordinateur de la FFMC Paris et Petite Couronne, "mais en tant que FFMC, nous attendons de  voir s’il durera le temps d’un pétard mouillé ou s’il s’inscrira sur la  durée. Et là, on verra ce qu’on fait".

"Certains vont suivre un énervé de passage qui appelle sur Facebook à bloquer la France, car tout à coup en se réveillant il découvre scandalisé le racket que nous dénonçons depuis des années", poursuit Jean-Marc Belotti dans un argumentaire aussi long qu'intéressant en s'interrogeant : "il arrive de la planète Mars ou il était en hibernation ? Et nous, motards de la FFMC, on devrait emboîter le pas d'un inconnu seul dans son slip ?"

"Roitelet autoproclamé de Facebook"

"Non, mais franchement, si on faisait ce choix irrationnel, ça reviendrait à insulter l'intelligence de celles et ceux qui nous font confiance pour vraiment défendre leurs droits", estime le coordinateur parisien. "Si des gens veulent nous rejoindre pour apporter leurs bras, leur cerveau et leurs convictions, ils sont les bienvenus. Car si la FFMC Paris peut faire des alliances avec d'autres associations ou collectifs, jamais, elle ne fera allégeance à un roitelet autoproclamé de Facebook. Tout comme nous ne nous laisserons pas berner par la communication facile et la manipulation des réseaux sociaux. Nous ne savons que trop bien que le vrai combat se gagne avec des militants fiables et engagés sur le long terme et pas en s'agitant une fois de temps en temps sur son clavier, pour retourner se rendormir après avoir surfé sur la vague médiatique".

FFMC 76 (Seine-Maritime)

Dans le département d'Edouard Philippe, la FFMC 76 annonce qu'elle "n'organisera pas de manifestation le 17 novembre et et n'engagera pas son service d'ordre dans ce mouvement". En tant qu'association de défense des usagers deux-roues motorisés, elle invite toutefois "tous les motards à participer à titre individuel à ce mouvement contre la hausse des taxes des carburant".

FFMC 80 (Somme)

Dans la Somme, la FFMC 80 "persiste et signe" et organise un barbecue samedi 17 novembre à 10h30 au rond-point des Bornes du Temps (uniquement à moto).

"L'objectif est le blocage de la rocade dans les deux sens afin de nous restaurer tranquillement", explique l'antenne de la Somme qui fournira la braise pour le barbecue (prévoyez de quoi manger et boire) avant d'envisager "un passage à la gare et un petit coucou aux impôts, en fonction du déroulement de la journée".

FFMC 83 (Var)

"Un grand mouvement citoyen en prévision, ça mérite un max de partage !", indique la FFMC du Var à propos du rassemblement prévu le 17 novembre à 11h30 au Palais des Sports de Toulon pour un "blocage Toulon-Fréjus".

"Localement des choix ont dû être faits, car certains organisateurs veulent tout faire pour que la manif dégénère et si c'est le cas c'est la mort de l'antenne", répond en outre la FFMC 83 à un internaute : "avec un budget limité (3000 euros par an), nous ne pouvons pas nous permettre de payer les avocats et les dommages et intérêts causé à des tiers".

FFMC 85 (Vendée)

Comme dans de nombreux autres départements, en Vendée la FFMC 85 invite ses adhérents et sympathisants "à se renseigner sur cette action spontanée, apparemment sans déclaration préalable en préfecture, sur son déroulement, afin qu’ils puissent y participer en tant qu’individus, motards et citoyens, chacun en son âme et conscience et en toute connaissance de cause".

FFMC 87 (Haute-Vienne)

A Limoges, la FFMC 87 propose un regroupement le 17 novembre à 9h30 au parc des expositions de la Bastide pour rejoindre le point de rendez-vous organise. Elle "se félicite que des automobilistes se mobilisent enfin massivement (contrairement aux actions contre les 80 km/h, NDLR !) et démontrent ainsi aux dirigeants de ce pays le bien fondé des revendications émises régulièrement par des associations comme la FFMC".

L'antenne de Haute-Vienne "ne participera pas en tant qu’association à cette mobilisation", mais considère que "les motards ont toute leur place au sein de ce mouvement de contestation et apporte son soutien aux revendications qui les concernent en tant que citoyens et usagers de la route".

FFMC 88 (Vosges)

Dans les Vosges, la FFMC 88 estime qu'elle n'est "pas directement concernée, en tant qu’association de défense des droits du citoyen motard", par le mouvement du 17 novembre, mais "invite chaque adhérent ou sympathisant de la FFMC et chaque usager de la route à se renseigner sur cette action, ses motivations et son déroulement, afin de pouvoir choisir d’y participer à titre individuel en tant que motard et citoyen".

FFMC 89 (Yonne)

La FFMC de l'Yonne ne participera pas en tant qu'association aux blocages du 17 novembre, car "ce mouvement appartient aux citoyens qui l'ont initié" et parce qu'il est "particulièrement important qu'il n'y ait absolument aucune récupération politique, associative ou autre".

"Les motards ont toute leur place au sein de ce vaste mouvement", poursuit la FFMC 89 qui met en garde ceux qui s'y rendront, en les invitant à se renseigner auprès des organisateurs pour connaître "les points d'actions déclarés et sécurisés" afin de ne pas se retrouver "dans une situation dangereuse physiquement ou délicate juridiquement".

FFMC 90 (Territoire de Belfort)

La FFMC du Territoire de Belfort organise samedi 17 novembre de 11h à 17h un "rassemblement snack café barbecue surprise" devant la préfecture, place de la République à Belfort (90).

"Nous avons demandé à la mairie de Belfort de réserver toute la place pour cet événement", prévient la FFMC 90 qui "n'organise pas de blocages dans le cadre du 17novembre" mais "salue cette auto-mobilisation citoyenne" sans vouloir "ni l'orienter, ni la récupérer".

"Nous sommes curieux de toutes les luttes et nous ne voudrions pas louper le train de leur convergence", conclut la FFMC du Territoire de Belfort.

A suivre sur MNC : restez connectés !

.

.

Commentaires

Ajouter un commentaire

Identifiez-vous pour publier un commentaire.

.

A lire aussi sur le Journal moto du Net

Les constructeurs font le point sur le marché moto et scooter en France

Pour compléter notre bilan semestriel du français du motocycle 2019 en France, Moto-Net.Com a interrogé les principaux constructeurs de motos et scooters sur la - grande - forme du marché, leurs bilans et objectifs, le Mondial 2020, les engins de déplacement personnel (EDP) et leur vision à long terme... Interviews.
Curtiss pète les plombs avec ses motos électriques Hades et Zeus Radial V8 !

Curtiss, ancien constructeur de motos thermiques extravagantes reconverti dans l'électrique, explore des voies stylistiques osées pour détourner l'aspect peu sexy d'un moteur à batteries : sous forme d'un gros 8-cylindres sur sa Radial V8 et... phallique sur son Hades ! Découverte.
Motos 4 commentaires
105 ch et 249 kg pour la moto électrique Harley-Davidson LiveWire

La version définitive de la moto électrique LiveWire de Harley-Davidson développerait 105 ch et 116 Nm de couple, d'après les retours des premiers essais réalisés par nos confrères américains. La première moto à piles de la Motor Company doit raccorder ses batteries à l'Europe en septembre au prix de 33 900 euros.
Malgré la mort de son "baby boy", la mère de Carlin Dunne veut que les courses moto se pousuivent à Pikes Peak

Romie Gallardo, mère de Carlin Dunne, estime que la chute mortelle de son "baby boy" près du sommet de Pikes Peak ne doit pas conduire les organisateurs à interdire les motos de cette célèbre course de côte américaine. Explications.
Duel vidéo : Royal Enfield Interceptor 650 Vs. Triumph Street Twin

En complément de notre duel complet entre la Royal Enfield Interceptor 650 et la Triumph Street Twin, voici la vidéo de ce comparatif entre ces deux roadsters néo-rétros...
Que faut-il penser des rumeurs sur la retraite de Rossi et Lorenzo ?

La trêve estivale MotoGP est traditionnellement propice au développement des rumeurs... Dernières en date : l'inévitable raccrochage des gants de l'idole des Grands Prix Valentino Rossi et la retraite éventuelle de Jorge Lorenzo avant la fin de sa première campagne chez Honda-Repsol. MNC fait le point... retraite !
Pilotes et équipes 2020 29 commentaires
Que font les pilotes MotoGP pendant leurs vacances d'été ?

Repos ? Entraînement ? Plage ? Farniente ? Apéro-barbec' ? Hôtels de luxe ? Si certaines stars des Grands Prix moto se montrent discrètes sur leur emploi du temps pendant la pause estivale avant la reprise du championnat du monde en République tchèque, d'autres se répandent abondamment sur les réseaux... Petit panorama rafraîchissant en pool position.
Les huit nouvelles recommandations du CNSR pour améliorer la sécurité routière

Le Conseil national de la sécurité routière (CNSR), réuni début juillet sous la présidence du maire de Flers (61) Yves Goasdoué, livre huit nouvelles recommandations pour réduire l'accidentologie routière. Certaines sont pertinentes, d'autres moins : MNC fait le point route.
Sécurité routière 3 commentaires
Marché moto et scooter 2019 : premier semestre record pour les gros cubes

Avec 103 446 motos et scooters immatriculés de janvier à juin, le premier semestre 2019 a été très positif pour le marché français (+13% Vs 2018). Les 125 poursuivent leur remontée tandis que les gros cubes atteignent un volume jamais vu sur Moto-Net.Com... Chiffres, graphiques et analyses : voici le bilan complet du marché moto et scooter en France sur MNC !
Juin 1 commentaire

Abonnement MNC Premium


En m'abonnant à MNC Premium je lis toutes les infos réservées sans pub intrusive, je profite d'invitations, réductions, annonces gratuites, etc. et je soutiens l'indépendance du Journal moto du Net !

TOUS LES AVANTAGES   |   JE M'ABONNE !

Guide pratique Nouveautés moto 2019 : prix, présentation et dates de disponibilité
  • En savoir plus...