• L'essentiel
  • -
  • En savoir plus...
ACHAT VITE AMORTI
Paris, le 30 novembre 2018

Le géant américain Tenneco rachète les suspensions Öhlins

Le géant Tenneco rachète les suspensions Öhlins

Le géant américain de la fourniture d'équipements automobiles Tenneco rachète pour environ 140 millions d'euros le fabricant suédois de suspensions auto, moto et vélo Öhlins. Les deux entreprises collaborent depuis une vingtaine d'années. Explications.

Imprimer

"Tenneco Inc. annonce avoir signé aujourd'hui un accord définitif pour acquérir Öhlins Racing A.B. (dit "Öhlins"), une entreprise suédoise qui développe des systèmes de suspensions premium et des composants pour l'industrie automobile et le sport automobile",  a dévoilé le 15 novembre cette société américaine basée à Lake Forest, dans l'Illinois. 

Ce rachat, qui sera effectif au "premier trimestre 2019" et dont le montant s'élève à "environ 160 millions de dollars" (140 millions d'euros), fait de Tenneco le nouveau propriétaire du célèbre fabricant de suspensions : son fondateur, Kenth Öhlins, conserve toutefois une participation minoritaire pour assurer la continuité de la "vision stratégique et technologique" de sa marque.

"Je suis fier de l’équipe Öhlins et de tout ce que nous avons accompli au cours de ces 43 années (Öhlins a été fondé en 1976, NDLR)", assure Kenth Öhlins qui fournit des éléments de suspensions pour Tenneco depuis une vingtaine d'années. "Nous sommes impatients de continuer à élaborer des technologies novatrices permettant d’accélérer notre développement avec l’aide des atouts et des ressources de Tenneco".

Les suspensions Öhlins rebondissent chez Tenneco

Parmi ces "atouts" et "ressources", citons notamment l'assise financière du nouveau propriétaire d'Öhlins : Tenneco est un véritable mastodonte de l'équipements automobile d'origine et en après-vente, avec pas moins de 32 000 salariés dans le monde pour un chiffre d'affaires de 9,3 milliards de dollars en 2017.

En octobre, l'entreprise a également racheté un de ses concurrents, Federal-Mogul, dont le chiffre d'affaire était de 7,8 milliards de dollars. Autrement dit : Tenneco "pèse" potentiellement dans les 18 milliards de dollars. Le rachat d'Öhlins - qui emploie 340 salariés et annonce un CA d'environ "130 millions de dollars" - ne représente pas grand chose pour cette énorme structure.

Pour Tenneco, racheter Öhlins a pour but d'accélérer et de maîtriser le développement des systèmes d'amortissements proposés dans son large catalogue de composants d'origine et en aftermarcket, notamment la marque de suspensions automobile Monroe qu'elle distribue.

Tenneco entend aussi et surtout se concentrer sur les incontournables systèmes dits "intelligents" (pilotés de manière électronique) : "l’équipe experte d’Öhlins nous permettra d’élargir rapidement notre gamme de produits pour nos clients actuels et futurs et nous aidera à accroître notre part de marché dans les secteurs de la mobilité", affirme son co-PDG Brian Kesseler, à droite ci-dessus aux côtés de Kenth Öhlins.

Dans la production moto, Öhlins est le fabricant de référence dans le domaine de la suspension haut de gamme et sportive. Ses célèbres fourches "dorées" et amortisseurs "jaunes" équipent les modèles les plus performants et/ou luxueux de la plupart des constructeurs européens et japonais.

Öhlins : la compétition comme "ressort"

La réputation d'Öhlins s'est essentiellement développée grâce à son savoir-faire exprimé en compétition de vitesse et de tout-terrain : la marque suédoise fournit notamment tout le plateau MotoGP actuel, à l'exception des KTM RC16 qui sont équipées de composants "maison" WP. 

Cette forte implication en sports mécaniques - aussi bien moto, auto et vélo – est un choix qui remonte aux origines de la marque : Öhlins a ainsi remporté son premier titre mondial sur bitume en 1983, en équipant la Yamaha de Grands Prix 250 cc de Carlos Lavado.

Très sollicité par le service course Yamaha, Öhlins sera même en grande partie racheté par le constructeur japonais en 1986. Yamaha restera l'actionnaire majoritaire du fabricant de suspensions jusqu'en 2008, date à laquelle son fondateur Kent Öhlins a repris son indépendance grâce au rachat de 95% des parts de sa société.

Les deux entreprises entretiennent depuis des rapports privilégiés, qui se traduisent par exemple sur des motos comme la MT-09 SP et son amortisseur Öhlins ou la R1-M et ses suspensions électroniques suédoises. C'est désormais Tenneco qui dictera la destinée de cette marque emblématique !

.

.

Commentaires

Ajouter un commentaire

Identifiez-vous pour publier un commentaire.

.

Les derniers essais MNC

Triumph Speed Triple 1200 RR : le bilan de notre essai en vidéo

C'est l’une des bonnes surprises pour 2022 : le retour d'une grosse sportive chez Triumph ! Dérivée du tout nouveau maxiroadster maxisportif d’Hinckley, la Speed Triple 1200 RR se veut moins radicale et plus chic qu’une Superbike. MNC a pu tester cette nouvelle moto atypique, sur route et sur circuit. Essai !
Essai X-Ride 650 (17 et 21 pouces) : attention à la Mash !

Mash, marque française de motos construites en Chine, grimpe une marche supplémentaire via un monocylindre de 644 cc qui propulse notamment un attirant Scrambler en 17 pouces : la X-Ride 650. MNC l'a brièvement testé, ainsi que le prototype de présérie dans son inédite configuration trail en 21 et 18 pouces.  Essai.
Essai vidéo Honda NT1100 2022

Cap sur Tarragone (Espagne), ses routes sinueuses et ses villages pittoresques pour découvrir la nouvelle Honda NT1100. Cette moto routière inédite, extrapolée de l'Africa Twin, tiendra-t-elle toutes ses promesses ? Réponses dans notre bilan vidéo en complément de notre essai complet à lire sur MNC. 
Routière 2 commentaires
Essai Z650RS : Kawasaki lance sa petite Rétro Sport et confort !

Trois ans après la Z900RS, Kawasaki revisite plus succinctement sa Z650 afin de compléter son offre vintage. Très proche de la Z650 d’origine et accessible aux permis A2, la Z650RS (Rétro Sport) propose un look délicieusement "Zeventies", une conduite plus décontractée... et un tarif de néo-rétro chéro. Essai !
Roadster 1 commentaire

A lire aussi sur le Journal moto du Net

Les caractéristiques de la Moto Guzzi V100 "Mande-l'eau" !

Moto Guzzi dévoile au salon EICMA de Milan (Italie) la plupart des caractéristiques de sa nouvelle V100 Mandello, première moto du constructeur de Mandello del Lario propulsée par un V-twin à refroidissement liquide. Présentation.
Routière 2 commentaires
Vidéo embarquée de la Triumph Speed Triple 1200 RR à Ascari

Moto-Net.Com a été convié par Triumph à tester le tout nouveau Speed Triple 1200, dans sa version RR : un inédit et inattendu Café Racer basé sur le Speed RS, avec semi-carénage tout mignon à phare tout rond, aux demi-guidons bien bas et en avant, et aux suspensions Öhlins électroniques ! En piste.
[Vidéo] Une Yamaha R1 GYTR pour le dernier tour de Valentino Rossi

Valentino Rossi était la vedette de l'événement "One more lap" organisé par Yamaha au salon de la moto EICMA de Milan 2021, où le jeune retraité des Grands Prix s'est vu offrir une superbe YZF-R1 entièrement équipée des meilleures pièces du catalogue Genuine Yamaha Technology Racing (GYTR).
La Suzuki Katana un peu plus moderne et bien plus classe en 2022

Étroitement dérivée de la GSX-S1000, la Katana 2022 disposera d’un 4-cylindres de dernière génération plus propre, plus costaud et plus sophistiqué, tandis que sa partie cycle et ses lignes ne bougent pas. Les deux nouveaux coloris en revanche se veulent plus "premium". Découverte.
Roadster 4 commentaires
Honda refait "Forza" avec son nouveau scooter ADV350

Honda ajoute un nouveau scooter dans sa gamme 2022 avec l'ADV350, qui associe le look baroudeur apprécié du X-ADV 750 et le moteur du Forza 350. Présentation.
Scooters 3 commentaires
La Yamaha MT-10 SP à suspensions électroniques repart pour un tour 

La patronne est de retour. La MT-10 SP qui chapeaute la gamme des roadsters MT chez Yamaha profite pour 2022 des mêmes évolutions que la MT-10 "tout court". Elle intègre la dernière génération de suspensions semi-actives Öhlins, conserve ses durits de freins tressés et se pare d’un sabot moteur. Présentation.
Roadster 4 commentaires
La Versys 650 continue son bonhomme de route en 2022

L’un des trails - routiers - préférés des motards français évolue en 2022 : la Versys 650 conserve l’essentiel de sa mécanique largement éprouvée et se concentre sur la cosmétique et l’électronique : la petite Kawasaki reçoit une nouvelle tête et une nouvelle bulle, ainsi qu’un écran couleur et un antipatinage. Présentation.

Soutenez le Journal moto du Net

Aidez les petites entreprises à traverser la crise économique qui va suivre celle du coronavirus : en vous abonnant à MNC Premium, vous lisez toutes les infos réservées sans pub intrusive, vous profitez de nombreux avantages (invitations, annonces gratuites, réductions, etc.) et vous préservez notre indépendance !

ARTICLES PREMIUM   |   JE M'ABONNE !

Guide 2022 des nouveautés moto et scooter : infos, essais et prix
  • En savoir plus...