• L'essentiel
  • -
  • En savoir plus...
TEST
Abu Dhabi, le 17 février 2012

Essai Ducati 1199 Panigale S : le diamant rouge de Bologne

Essai Ducati 1199 Panigale S : le diamant rouge de Bologne

D'abord, ses lignes mêlant pureté et agressivité ensorcellent... Puis ses performances de moto de course coupent le souffle... Taillée avec génie par les joailliers italiens, la Ducati 1199 Panigale est le nouveau joyau de la couronne de Bologne. Essai !

Imprimer

Ducati 1199 Panigale : l'Ultra-bike !

Trois tours avec Troy Bayliss comme "ouvreur" sur le circuit Yas Marina d'Abu Dhabi (Émirats arabes unis) : voici comment Ducati a choisi de nous faire découvrir son nouveau fleuron hypersportif, la 1199 Panigale (prononcez "Pa-ni-ga-lé", du nom du quartier de Bologne où est installé Ducati) !

Le ton est donné, d'autant que la présence du charismatique triple champion du monde de Superbike (2001, 2006 et 2008) ne doit rien au hasard : l'Australien a étroitement participé au développement de la plus performante et sophistiquée moto sportive jamais conçue par le constructeur italien.

Naturellement, au bout de quelques virages seulement, la coque arrière minimaliste et délicieusement effilée de la 1199 Panigale pilotée par le célèbre n°21 n'est plus qu'un point qui continue à rapetisser... Le bougre n'a rien perdu de son talent et met à profit sa parfaite connaissance de la moto et du circuit pour nous en coller plein la vue !

Entrées en courbe en glisse, sorties en wheeling : Troy épate la galerie alors que nous prenons nos repères au guidon du twin de série le plus puissant du monde. Fort de 195 ch, le bicylindre en L Ducati se paye en effet le luxe de faire jeu égal avec les plus "costauds" des quatre-cylindres sportifs (lire l'encadré "Les concurrentes de la Panigale" en pages suivantes).

Certes, son moteur 100% inédit baptisé "Superquadro" (lire MNC du 12 octobre 2011) a pour lui l'avantage de la cylindrée : 1198 cc contre 999 cc maxi pour ses rivaux à 4-cylindres. Mais la performance n'en est pas moins exceptionnelle et repousse - de très loin ! - les limites structurelles et techniques auxquelles un bicylindre semblait soumis jusque-là.

Pour y parvenir, les Rouges n'ont pas hésité à repenser leur moteur de A à Z, quitte à abandonner certaines signatures mécaniques caractéristiques de la production de Bologne. Si l'angle de 90° et la distribution desmodromique sont conservés, la transmission par courroie et l'embrayage à sec sont en revanche sacrifiés sur l'autel de l'efficacité.

Mais la liste des spécificités de ce "Superquadro" est tellement fournie que nous vous invitons plutôt à la savourer en détails dans notre "Point technique" en pages suivantes !

No compromis

Ultra-compact, ce moteur supercarré (112 mm d'alésage x 60,8 mm de course) prend place dans un châssis... monocoque en aluminium. Oui, vous avez bien lu : le blason de Bologne tourne le dos à l'une de ses marques de fabrique les plus célèbres, le cadre treillis tubulaire en acier !

Le risque de choquer les Ducatistes "purs et durs" est réel, mais parfaitement assumé : la 1199 Panigale vise le statut de référence absolue, ce qui ne laisse aucune place aux compromis. Or le monocoque est effectivement plus léger et moins encombrant qu'un entrelacs de tubes soudés entre eux. Et comme il s'agit d'atouts particulièrement déterminants pour une Hypersport, la messe était dite pour ce bon "vieux" - mais élégant - treillis...

Réalisées avec un soin maniaque, cette pièce d'orfèvrerie est en réalité composée de deux parties distinctes uniquement reliées par le v-twin qui joue donc un rôle porteur : là encore, MNC conseille à tous les passionnés de technique de lire notre présentation détaillée du cadre de la 1199 Panigale en pages suivantes pour découvrir tous ses secrets !

Quasiment invisible au niveau de sa structure avant, le monocoque permet en outre de mettre en exergue la compacité inouïe du bicylindre : vue de face, la 1199 Panigale est d'une finesse capable de filer des complexes à Kate Moss !

Plus menue qu'une Aprilia RVS4 pourtant svelte, la 1199 Panigale a le gabarit d'une 600 cc... mais d'une 600 cc méchamment affûtée : avec seulement 164 kg à sec en version "standard" et en version "S" sans ABS, la Superbike italienne fait jeu égal avec les plus légères des Supersport !

Évidemment, pour en arriver à de telles mensurations, Ducati a dû rogner sur l'ergonomie de son Hypersport : la distance selle / guidon a été raccourcie de 30 mm par rapport à une 1198 et les repose-pieds semblent comme directement fixés sous les fesses !

Résultat : les pilotes de plus d'1m80 ne sont pas vraiment à la fête et peinent à caser leurs jambes autour du réservoir d'une finesse confondante à l'entrecuisse. Cette étroitesse sert d'ailleurs directement la cause de l'accessibilité : malgré une selle perchée à 825 mm du sol, les bottes d'un pilote d'1m75 touchent parfaitement le sol à l'arrêt.

Mais cette assise plate et aussi fine qu'une tranche de carpaccio - en nettement moins tendre ! - n'offre qu'un espace restreint vers l'arrière. Un paramètre avec lequel les plus grands devront composer lorsqu'ils adopteront une position de recherche de vitesse.

Radical et restrictif, l'accueil réservé par la 1199 Panigale ne l'est pas forcément à tous points de vue : le guidon a été surélevé de 10 mm et élargi de 32 mm, ce qui fait que les bracelets tombent plus naturellement sous les mains et engendrent moins d'appuis que sur la 1198.

Appréciable car moins contraignante, cette donnée s'ajoute au réservoir plus court pour modifier de manière drastique la position de conduite. Là où une 1198 demandait de s'allonger vers l'avant pour saisir les bracelets situés très bas, le haut du corps est moins sollicité sur la 1199 Panigale et se trouve plus proche de l'axe de roue avant. Le tout au bénéfice de l'agrément de pilotage.

Pas de méprise, cependant : l'ergonomie reste très sportive et le pilote est plus que jamais comme incrusté "dans" la moto ! En outre, la faible protection offerte par la minuscule bulle oblige impérativement à caler son menton sur le réservoir pour ne pas se faire arracher la tête lorsque le "missile rouge" remonte la ligne droite de 1,173 m du tracé d'Abu Dhabi.

Une ligne droite qui permet d'ailleurs de monter la cinquième au rupteur (11 500 tr/mn) à 285 km/h avant d'enclencher la sixième pour dépasser les 290 km/h ! Si certains d'entre vous ne lisaient cet essai que pour savoir si les 25 ch supplémentaires de la 1199 Panigale étaient bien au rendez-vous, voici un premier élément de réponse... Pour les autres, rendez-vous en pages suivantes !

.

Commentaires

Ajouter un commentaire

Identifiez-vous pour publier un commentaire.

.

CONDITIONS ET PARCOURS

  • Panigale modèle "S" avec 450 km au compteur + option ABS
  • Parcours : 5 sessions de 15 mn sur le circuit Yas Marina d'Abu Dhabi
  • Pneus : Pirelli Diablo Supercorsa SP
  • Problèmes rencontrés : RAS

POINTS FORTS DUCATI 1199 PANIGALE

  • Beauté et raffinement : la Panigale a tout pour elle !
  • Performances et contenu technologique
  • Freinage parfait et bien assisté
  • Santé du twin en haut
  • Réactions de motos de course sur circuit !

POINTS FAIBLES DUCATI 1199 PANIGALE

  • Exclusivité : on ne conduit pas la Panigale, on la pilote !
  • Quid de la fiabilité d'un twin de 195 ch et de l'électronique ?
  • Réactions de motos de course sur route ?
  • Prix justifié vu les performances, mais quand même...
Guide 2021 des nouveautés moto et scooter : infos, essais et prix

Soutenez le Journal moto du Net

Aidez les petites entreprises à traverser la crise économique qui va suivre celle du coronavirus : en vous abonnant à MNC Premium, vous lisez toutes les infos réservées sans pub intrusive, vous profitez de nombreux avantages (invitations, annonces gratuites, réductions, etc.) et vous préservez notre indépendance !

ARTICLES PREMIUM   |   JE M'ABONNE !