• L'essentiel
  • -
  • En savoir plus...
DAKAR MOTO 2018 - PREVIEW
Paris, le 22 novembre 2017

Dakar moto 2018 : ancré en Amérique du Sud, faute de retour possible en Afrique...

Dakar moto 2018 : ancré en Amérique du sud, faute de retour possible en Afrique

Le Dakar célébrera sa 40ème édition du 6 au 20 janvier 2018 avec un parcours de 9000 km dont 4500 de spéciales chronométrées sur les pistes d'Amérique du Sud, où le "Roi des rallyes-raid" aura lieu pour la dixième fois faute de pouvoir retourner en Afrique. Explications, parcours et enjeux.

Imprimer

Comme chaque année, le directeur du Dakar Etienne Lavigne a présenté le parcours du plus important rallye-raid lors d'une conférence de presse à Paris. Et comme à chaque fois, le dirigeant français a été interrogé sur l'éventualité d'un retour en Afrique, pays d'origine du "Roi des rallyes"...

 "Le retour en Afrique, ce n'est aujourd'hui malheureusement pas envisageable, parce qu'il y a des conditions géopolitiques extrêmement complexes avec du terrorisme, des conflits larvés voire clairement ouverts comme au Mali, au Niger ou au Tchad", a répondu Etienne Lavigne cité par l'AFP.

"Il va se passer un peu de temps"

"Ce sont des régions qui sont soumises à une tension sur la sécurité extrêmement forte. Avant d'imaginer le retour de notre événement dans ces régions-là, ce ne sera pas d'ici demain. Il va se passer un peu de temps", précise le patron du Dakar au nom de l'organisateur, Amaury Sport Organisation (ASO).

 

Créé en 1978 par le regretté Thierry Sabine, le Dakar - alors appelé "Paris-Dakar" - a parcouru pendant 30 ans le continent africain jusqu'à ce que des menaces de sécurité en Mauritanie ne provoquent l'annulation de l'édition 2008. L'organisateur s'est alors tourné vers l'Amérique du Sud, qui accueille le rallye sans discontinuer depuis 2009.

Mais ce changement de pays n'est pas du goût de tous : certains sont nostalgiques de la dimension "sauvage" de la course africaine, critiquant l'aspect "balisé" et parfois rectiligne du tracé sud-américain. D'autres s'étonnent surtout que le rallye conserve son appellation "Dakar", alors qu'il se court à des milliers de kilomètres de la capitale sénégalaise...

En cela, le business passe avant la logique : "Dakar" est une marque déposée, aussi prestigieuse que rémunératrice grâce à ses droits d'exploitation et sa myriade de produits dérivés. En changer serait commercialement risqué : imaginez que Coca-Cola prenne une autre identité !

 

Par ailleurs, les pilotes sont majoritairement favorables à la tenue du rallye en Amérique du Sud : la plupart apprécient la diversité des paysages et des pistes, ainsi que l'accueil chaleureux que leur réservent les spectateurs sud-américains, très portés sur les sports mécaniques. 

Il est vrai qu'entre les portions à très haute altitude sur l'Altiplano (jusqu'à 3500 m !), les splendides - mais piégeurs - lacs asséchés de Bolivie et les parties ensablées du Pérou et de l'Argentine, le tracé ne manque pas de variété. L'an dernier, les concurrents étaient passés des très fortes chaleurs de Buenos Aires (entre 35 et 40°C) aux chutes de neige des monts boliviens : exigeant, surtout pour les motards ! 

Espérons en revanche que les conditions météo seront moins problématiques que l'année dernière, quand des pluie torrentielles avaient provoqué le décès de deux habitants du village de Volcan et des dégâts importants dans des contrées reculées. Face aux coulées de boue, l'organisation avait plusieurs fois été contrainte de modifier le parcours à la dernière minute, avec à la clé une certaine confusion et un manque de lisibilité.

"Il y a encore beaucoup de projets en Amérique du Sud", positivise Etienne Lavigne : "il y a des géographies exceptionnelles, des potentiels à explorer. Il y a aussi des pays qui tapent à la porte du Dakar pour que, de nouveau, on puisse l'organiser chez eux. Je pense au Chili, par exemple" (qui s'était désisté en 2016 suite à des tremblements de terre, NDLR).

Départ à Lima (Pérou) le 6 janvier 2018

Pour sa 40ème édition, le Dakar s'élancera de Lima (Pérou) samedi 6 janvier 2018, avec pour objectif de rallier Cordoba (Argentine) le 20 janvier. La première étape, longue de 272 km avec seulement 31 km chronométrés, servira de mises en jambes pour les 337 concurrents inscrits, dont 167 motards

Vainqueur l'an passé, Sam Sunderland (ci-dessus) sera le premier à partir sur sa KTM officielle frappée du n°1. Son coéquipier Matthias Walkner (2ème en 2017) sera à ses trousses, tout comme le troisième pilote d'usine Orange, le français Antoine Méo. Chez Yamaha, les espoirs portent sur Adrian van Beveren, excellent 4ème en 2017, avec comme coéquipiers l'argentin Franco Caimi et le français Xavier de Soultrait.

Chez Honda, Paulo Gonçalves fera jouer son expérience tandis que Joan Barreda tentera une nouvelle fois de convaincre que son talent et sa vitesse peuvent se concrétiser en succès. Ces deux pilotes polyvalents seront en outre chargés de former la jeune garde : les talentueux Kevin Benavides et Ricky Brabec.

De son côté, Husqvarna fait appel au chilien Pablo Quintanilla et à l'américain Andrew Short.

Les premières étapes seront typées "franchissement" dans les dunes péruviennes, avant que l'entrée en Bolivie n'amène son lot de conditions climatiques et atmosphériques extrêmes. Puis le rythme de la course augmentera dans son dernier tiers sur le territoire argentin : une montée en puissance soigneusement élaborée par Marc Coma, directeur sportif du Dakar - et accessoirement quintuple vainqueur de l'épreuve avec KTM !

"Le retour au Pérou, pour un séjour plus long qu’en 2012 et 2013, nous a ouvert la possibilité d’explorer des secteurs encore inconnus, de façon à goûter à tous les sables du pays et de lancer le Dakar sur des bases élevées", explique l'ancien champion espagnol qui s'est longtemps partagé les victoires avec son rival français Cyril Despres, désormais passé sur 4-roues dans le team rallye de Peugeot.

"Le Dakar atteindra théoriquement son pic de difficulté sur l’étape de Super Fiambala : c’est là qu’il faudra briller pour triompher à Córdoba", prévient le traceur du Dakar 2018. Enfin, une journée de repos est prévue vendredi 12 janvier à La Paz (Bolivie).

Le parcours du Dakar 2018 en vidéo

.

.

Commentaires

Ajouter un commentaire

Identifiez-vous pour publier un commentaire.

.

A lire aussi sur le Journal moto du Net

Kawasaki Z650 2020 : smart-vidéo en direct de notre essai

Moto-Net.Com participe au lancement de la deuxième génération de Z650 et vous propose de la découvrir. Essai complet à paraître et à lire sur MNC : restez connectés !
Évolutions et Euro5 pour la Triumph Street Triple 660 S (A2)

La Street Triple 660 S, entrée de gamme Triumph destinée aux permis moto A2, reçoit les évolutions stylistiques de la nouvelle Street Triple RS et se conforme aux normes Euro5 pour 2020. Ce roadster bridable à 47,5 ch sera disponible en février au prix de 8500 euros. Explications.
Le Moto GP ira-t-il disputer un Grand Prix en Arabie saoudite ?

L'Arabie saoudite a profité de l'arrivée du Dakar à Qiddiya pour révéler son intention d'y accueillir un Grand Prix de Formule 1 dès 2023 dans un vaste complexe à construire. Les promoteurs de ce projet pharaonique lorgnent également sur le MotoGP... Explications.
Dakar 2020 : le pilote malles-moto Edwin Straver "entre la vie et la mort"

Edwin Straver, vainqueur l'an passé de la catégorie malles-moto au Dakar, est hospitalisé dans un état critique à Ryad (Arabie saoudite) depuis sa lourde chute dans l'avant-dernière étape… Son pronostic vital est engagé révèle la famille du pilote néerlandais de 48 ans.
Le point MNC sur le prix des nouveautés motos et scooters Honda 2020

La nouvelle grille tarifaire 2020 des motos et scooters Honda révèle les prix de trois nouveautés 2020 : SH125, CMX500 Rebel et Goldwing. Comment ont évolué les tarifs des meilleures ventes Honda ? Explications.
Pratique 1 commentaire
Julien Toniutti repart au Tourist Trophy 2020

Un an jour pour jour après son grave accident au Dakar, Julien Toniutti annonce son retour au Tourist Trophy 2020 sur l'Ile de Man. Le quintuple champion de France des rallyes, "titré" français le plus rapide du TT en 2018, s'explique sur son choix.
De plus en plus de motards en Belgique

Un reportage de la Radio télévision belge francophone (RTBF) fait état d'un net regain d'intérêt pour la moto en Belgique, avec 24 000 nouveaux motards en 2019 qui portent à 500 000 le parc total de motos immatriculées.
Permis moto 3 commentaires
Film documentaire : Radars, la machine à cash

Dans "Radars, la machine à cash", les journalistes Stéphanie Fontaine, Lizzie Treu, Jacques Duplessy et Antoine Champagne mènent une passionnante enquête sur le business des radars automatiques et les attributions surprenantes de ce très juteux marché... Explications.
Radars 9 commentaires
Marché moto 2019 (1/12) : Bilan annuel complet

Le Journal moto du Net dresse le bilan complet du marché français du motocycle en 2019 : chiffres, graphiques, analyses, meilleures ventes, évolutions du marché, classements des constructeurs, nombre d'immatriculations de 125 cc, grosses cylindrées et scooters à 3 roues... Découvrez le sommaire.

Abonnement MNC Premium

Vos invitations MNC Premium

En m'abonnant à MNC Premium je lis toutes les infos réservées sans pub intrusive, je profite d'invitations, réductions, annonces gratuites, etc. et je soutiens l'indépendance du Journal moto du Net !

TOUS LES AVANTAGES   |   JE M'ABONNE !

Guide pratique Nouveautés moto 2019 : prix, présentation et dates de disponibilité
  • En savoir plus...