• L'essentiel
  • -
  • En savoir plus...
DU CASH SOUS LE RADAR
Paris, le 11 mai 2020

Radars automatiques 2019 : l'État n'a plus la bonne recette...

Radars automatiques 2019 : l'État n'a plus la bonne recette

Mauvaise nouvelle pour le gouvernement : les recettes des radars automatiques sont en baisse pour la deuxième année consécutive avec "seulement" 759,7 millions d'euros en 2019 ! A tel point que la Cour des comptes demande à la Sécurité routière de prendre en compte cette diminution de 12,1%, en partie liée au mouvement des Gilets jaunes... MNC décrypte le bilan des machines à cash.

Imprimer

Les lourdes conséquences économiques de la crise du coronavirus ne seront pas épongées par les recettes des radars : les 4094 machines à cash françaises - radars de vitesse, de feux rouge et de passage à niveaux inclus - n'ont rapporté "que" 759,7 millions d'euros en 2019, en baisse de "12,1%" selon la Cour des comptes.

Dans sa "note d'analyse de l'exécution budgétaire" (NEB) dédiée au compte d'affectation spéciale "Contrôle de la circulation et du stationnement routier", l'institution rappelle que cette importante manne financière était déjà en diminution en 2018 avec 864,3 millions contre... 1,013 milliard (!) d'euros en 2017. En clair : après plusieurs années de forte croissance, les radars rapportent de moins en moins à l'Etat.

Cette baisse s'explique par plusieurs facteurs, à commencer par l'augmentation massive du vandalisme sur les radars pendant le mouvement des Gilets jaunes : "la faible disponibilité des radars explique que le nombre d’avis de contravention n’ait été que de 12,55 millions, chiffre inférieur de moitié à l’estimation budgétaire", développe ce très détaillé rapport de 51 pages !

Mais le fait que de très nombreuses cabines aient été endommagées, brûlées ou repeintes n'explique pas tout : "la diminution des recettes des amendes était perceptible et continue dès le mois de janvier 2018, indépendamment des dégradations des radars", rappelle le plus ancien des grands corps d'Etat.

La politique du tout-répressif aurait-elle trouvé ses limites ?

"Cette constatation pose la question d’une éventuelle tendance à la baisse de ces recettes sur le moyen terme, au-delà du contexte particulier créé par une mesure de sécurité routière pas toujours bien comprise et d’un mouvement de protestation sociale générale", estime la cour qui évoque un meilleur respect des vitesses pour expliquer cette baisse de rendement des cinémomètres.

La Direction à la sécurité routière est ainsi incitée à étudier de plus près ses chères statistiques pour mieux appréhender l'origine cette baisse des recettes des radars. Le gouvernement est donc invité à revoir sa copie en matière de sécurité routière, exclusivement basée sur la coûteuse et mal-aimée multiplication des outils de sanction. 

"Il serait utile que la DSR effectue une étude pour comprendre ce phénomène, susceptible d’être lié à un plus grand respect des limitations de vitesse lorsque le parc de radars fonctionne normalement, et en tirer les conséquences budgétaires", insiste la Cour des comptes qui souligne que "les effets du vandalisme sans précédent subis par les radars en 2018 et surtout en 2019 ne doivent pas faire écran à ce type de réflexion de moyen terme".

De plus en plus d'amendes impayées

Deux autres facteurs alimentent la chute des recettes : la proportion croissante de non paiement des amendes (25,2% contre 23,9% en 2018 et 22,3% en 2017) et le manque de rentabilité des voitures contenant des radars embarqués. Rappelons que ces fameuses voitures radars confiées à des opérateurs privés depuis 2018 offrent un bilan jusqu'ici peu convaincant... 

La Cour des comptes mentionne notamment les conséquences économiques liées à la "prise de retard dans la mesure d’externalisation de la conduite des véhicules-radar", qui a débuté en Normandie avant de s'étendre à trois régions limitrophes : Bretagne, Pays–de-la-Loire et Centre-Val de Loire

Enfin, ce rapport épingle la mauvaise gestion des fonds - publics, rappelons-le ! - alloués aux différentes antennes de la Délégation à la sécurité routière et notamment son Agence nationale de traitement automatisé des infractions (ANTAI). Cette dernière serait un véritable gouffre à subventions avec quelque 82 millions d'euros attribués en 2019 !

La Cour note que la DSR a certes réalisé un effort puisque "92 millions" étaient initialement budgétés pour 2019. Mais cette allocation à l'ANTAI est toutefois en "augmentation par rapport à 2018, malgré le niveau de trésorerie particulièrement élevé de l'agence", déplore-t-elle...

L'agence de traitement automatique des subventions ?!

Car les disponibilités de ANTAI sont effectivement généreuses : son fonds de roulement représente "plus de huit mois d'activité" et cette énorme trésorerie a "pratiquement doublé en trois ans" ! Et pourtant rien n'est fait pour diminuer le taux de subvention de cette agence, malgré les recommandations de la Cour à ce sujet depuis plusieurs années...

Cette situation excédentaire autorisait pourtant une diminution de la subvention à l'ANTAI, d’autant que cette dernière avait moins de contraventions à traiter en 2019 et que cette situation était prévisible : "l’anticipation de la diminution de l’activité de l’agence était connue", martèle la Cour des comptes.

Le rapport appelle donc à accentuer les "efforts de rationalisation de la programmation budgétaire engagés en 2016, en s’appuyant sur des prévisions de recettes prenant mieux en compte les informations disponibles au moment du vote de la loi de finances initial". Cette demande intervient pour la deuxième année consécutive, souligne fermement ce document officiel.

Mais l'Etat n'a guère envie de réviser sa politique budgétaire... et encore moins de remettre en question l'utilité de son arsenal répressif ! Les radars rapportent moins ? "Installons-en davantage", rétorquent les adeptes du tout-répressif ! Après tout, seuls les contribuables sont impactés par la facture et les conséquences de ce déploiement frénétique...

.

.

Commentaires

Ajouter un commentaire

Identifiez-vous pour publier un commentaire.

.

Les derniers essais MNC

Essai vidéo de la Triumph Tiger 660 Sport 2022

MNC s'est rendu à Albufeiura (Portugal) pour tester la nouvelle Tiger 660 Sport sous le soleil d'Algarve : le point en vidéo sur les qualités et faiblesses de cette nouveauté 2022 Triumph, en complément de notre essai complet à lire sur le Journal moto du Net. Essai vidéo.
Essai Triumph Tiger 660 Sport : des atouts plein la Manche

Un semi-carénage avec bulle réglable, des suspensions rehaussées, une position redressée : et voilà la Triumph Trident 660 transformée en Tiger 660 Sport pour "Tracer" sa voie chez les roadsters routiers haut sur pattes ! Essai de cette nouveauté d'outre-Manche bourrée d'atouts… et de quelques limites.   
Essai Speed Triple 1200 RR : le maxiroadster Triumph en Road Racer

Les Anglais ne font jamais rien comme tout le monde et Triumph nous le prouve à nouveau : au lieu de créer une toute nouvelle Daytona 1000 cc potentiellement déclinée en maxiroadster maxisportif, la firme d’Hinckley se base sur son Speed Triple pour sortir une sportive de route au look café racer, la Speed Triple 1200 RR... Essai.
Triumph Speed Triple 1200 RR : le bilan de notre essai en vidéo

C'est l’une des bonnes surprises pour 2022 : le retour d'une grosse sportive chez Triumph ! Dérivée du tout nouveau maxiroadster maxisportif d’Hinckley, la Speed Triple 1200 RR se veut moins radicale et plus chic qu’une Superbike. MNC a pu tester cette nouvelle moto atypique, sur route et sur circuit. Essai !

A lire aussi sur le Journal moto du Net

Marché moto et scooter : les constructeurs font leur bilan 2021

En complément de notre analyse complète, les principaux constructeurs de moto et scooters dressent avec MNC leur bilan 2021. Ventes records en France, pandémie qui s’éternise, évolutions des réseaux, gammes et clientèles, titre de Quartararo, défis futurs... Voici le point de vue des pros.
Marché moto 2021 (2/11) : Retour au deux-temps en France

Jamais depuis la crise - financière - de 2008 il ne s’était vendu autant de motocycles en France : en 2021, 133 403 gros cubes et 61 149 petites 125 cc ont trouvé preneurs, sans oublier 9983 scooters à trois roues. Le second semestre n’a toutefois pas été aussi flamboyant que le premier. Comme au bon vieux temps ?
Marché moto 2021 (3/11) : Le classement des constructeurs en France

Plus impacté que ses rivaux par le coronavirus en 2020, Honda a formidablement rebondi en 2021, au point de prendre la tête des ventes de motocycles en France : une première après un quart de siècle de domination Yamaha ! BMW continue de battre des records, Kawasaki baisse encore et Triumph intègre le Top "Five". MNC établit le Top 20 des constructeurs.
Marc Marquez remonte sur sa Honda... CRF, bientôt sur sa RCV ?

Bonne nouvelle : handicapé par un trouble de la vision depuis la fin de la saison dernière, Marc Marquez a fait ses premiers tours de roues en Motocross ! Prochaine étape pour le pilote du HRC : remonter sur une moto de vitesse, avant de retrouver sa RCV pour les essais hivernaux MotoGP ?! Explications.
MotoGP 2022 6 commentaires
Sponsor : Valentino Rossi ramasse la Mooney en Grands Prix moto

La bien-nommée société italienne de services bancaires Mooney sera finalement le contributeur principal des teams MotoGP et Moto2 de Valentino Rossi, après des mois de tractations chaotiques avec le sulfureux sponsor-titre initial : la compagnie pétrolière d'Arabie saoudite Aramco. Explications.
Le nouveau pneu moto Dunlop Roadsmart 4 prêt à prendre la route

Le pneu Dunlop Roadsmart 3 commence à s'user : vive le Roadsmart 4 ! Le manufacturier renouvelle son best-seller pour motos routières et sport-GT avec le plein de technologies, mais toujours dans une optique d'associer performances, longévité et régularité. Présentation.
 
Essai longue durée du casque modulable HJC i90

MNC a testé pendant deux ans le casque modulable HJC i90 et son rapport qualités/prix intermédiaire dans la gamme ouvrable du fabricant coréen. Essai longue durée.

Soutenez le Journal moto du Net

Aidez les petites entreprises à traverser la crise économique qui va suivre celle du coronavirus : en vous abonnant à MNC Premium, vous lisez toutes les infos réservées sans pub intrusive, vous profitez de nombreux avantages (invitations, annonces gratuites, réductions, etc.) et vous préservez notre indépendance !

ARTICLES PREMIUM   |   JE M'ABONNE !

Guide 2022 des nouveautés moto et scooter : infos, essais et prix
  • En savoir plus...