• L'essentiel
  • -
  • En savoir plus...
FAUT PAS SE PRIVER !
Paris, le 14 mai 2019

60 voitures radars privées en Bretagne, Pays de la Loire et Centre-Val de Loire

60 voitures radars privées en Bretagne, Pays de la Loire et Centre-Val de Loire

Pas moins de 60 voitures banalisées équipées d'un radar vont sillonner les routes des régions Bretagne, Pays de la Loire et Centre-Val de Loire à partir de janvier 2020. Leur particularité ? Comme depuis un an en Normandie avec plus ou moins de réussite, elles seront conduites par un opérateur privé et non un policier ou un gendarme. Explications.

Imprimer

Une société privée chargée de constater les excès de vitesse via un radar planqué dans une voiture banalisée : ce n'est pas aux États-Unis mais bien en France, à l'initiative au printemps 2018 du délégué interministériel à la sécurité routière Emmanuel Barbe.

Mais que fait la Police ?! "Ils se consacrent à des tâches où il leur est indispensable d'intercepter l'automobiliste : contrôle d'alcoolémie, de stupéfiant, etc.", répond l'État pour justifier la privatisation de cette tâche traditionnellement dévolue aux forces de l'ordre. Jusqu'au jour où ces missions de prévention et de protection seront également du ressort d'une société privée ?!

Toujours est-il que cette "externalisation" apporte toute satisfaction, notamment - et surtout ? - sur un plan économique : ces fameuses voitures-radars nécessitaient auparavant deux fonctionnaires de police ou de gendarmerie, alor que désormais un seul opérateur privé suffit ! L'économie réalisée tombe sous le sens...

Sans compter que l'État en profite pour exiger un fort retour sur investissement volume de présence puisque "ces véhicules sont destinés à effectuer des contrôles de vitesse 6 heures par jour, 7 jours sur 7, 24 heures sur 24". Une amplitude horaire impossible à atteindre par les forces de l'ordre chargées d'autres missions.

La sécurité routière ne se "prive" de rien

Confiées à la société Mobiom, les premières voitures-radars privées ont fait leur apparition en Normandie et vont bientôt être rejointes par "60 véhicules banalisés" répartis à parts pratiquement égales sur les régions Bretagne (19 voitures), Pays de la Loire (20) et Centre-Val de Loire (21).

Leur mise en circulation est prévue "à partir du mois de janvier 2020" et trois sociétés différentes - une par région - seront nommées via un appel d'offres pour "préserver la concurrence". Oui, comme pour l'attribution d'un chantier de construction !

"Comme en Normandie, les entreprises qui seront désignées à l'issue du deuxième appel d'offres seront rémunérées en fonction du nombre de kilomètres de contrôle effectués", rappelle la Délégation à la sécurité routière, (DSR) souvent attaquée quant à la transparence - voire la légalité - de ces contrôles externalisés.

"Les trajets réalisés et les plages horaires de contrôle sont fixés par les services de l'État (...) et ne sont en aucun cas laissés à la libre appréciation des entreprises ou de leurs conducteurs. De même, les entreprises ne sont pas rétribuées au nombre d'infractions enregistrées", se défend la DSR.

"Difficultés techniques inhérentes à toute innovation"

Mais si le ministère de l'intérieur - chargé de la Sécurité routière - se frotte les mains à l'idée d'étendre les zones couvertes par les voitures-radars privées, la question se pose de leur efficacité et de leur rentabilité...

Le premier bilan de leur déploiement en Normandie s'est avéré beaucoup moins reluisant que prévu, en raison d'une sous-utilisation des véhicules affectés et du faible kilométrage quotidien réalisé par les opérateurs externes. Loin du projet initial de flasher tous les jours en "H-24" ! 

La DSR évoque "des difficultés techniques inhérentes à toute innovation technologique" qui seraient désormais "résolues" par le "système actuel". Et livre d'impressionnantes données chiffrées pour appuyer son propos : "plus de 800 tournées" auraient été effectuées depuis le premier trimestre 2019 par ces voitures-radars privées, soit "environ 200 000 kilomètres de contrôle".

Ces contrôles ont généré près de "12 000 messages d'infraction", poursuit l'instance gouvernementale en calculant que la part des excès de plus de 20 km/h relevée par ces véhicules banalisés est "30% supérieure à celle des radars fixes". Ce constat constitue à ses yeux "la preuve de leur efficacité pour lutter contre les grands excès de vitesse".

Voitures radars privées, comment ça marche ?

Les voitures radars privés contrôlent - en roulant - la vitesse des véhicules croisés et qui les doublent via un radar spécifique placé à l'avant et orienté vers la gauche. Ce dernier utilise un flash infrarouge - contrairement aux cabines fixes - qui rend l'infraction indétectable par le contrevenant.  

Ce radar détermine automatiquement l'allure à respecter grâce à un GPS embarqué, tandis que des caméras à l’avant et à l’arrière du véhicule lisent en temps réel les panneaux de signalisation pour confirmer l’exactitude de la vitesse à contrôler. Aucune intervention humaine n'est requise : il suffit d'allumer le dispositif et de s'insérer dans la circulation. 

L'opérateur au volant - en tenue civile, aussi anonyme que la voiture banalisée - suit un parcours précis indiqué par un système de navigation GPS et n'a aucun accès aux données enregistrées : celles-ci sont transmises de façon cryptée au Centre national de traitement des infractions (CNT) à Rennes.

"De fait, lorsque la voiture-radar circule, son conducteur ignore tout de l'activité de constatation des excès de vitesse, totalement autonome", assure la Sécurité routière en ajoutant que l'entreprise titulaire du marché "ne peut ni accéder aux clichés de verbalisation, ni connaître le nombre d'infractions constatées par le biais des véhicules dont elle a la charge durant leur conduite".

Du cash contre des flashes

La rémunération de ces opérateurs privés est basée sur un nombre de kilomètres à contrôler chaque jour. Le prestataire n'est donc pas directement payé "au flash" et n'obtient par ailleurs rien de plus en effectuant davantage de distance : "non seulement il ne verra pas sa rémunération augmenter mais il devra payer une lourde amende", menace même la DSR.

Et s'il en effectue moins ? Sa rémunération sera "diminuée d'autant", indique la Délégation à la sécurité routière qui détermine avec les préfectures concernées un nombre précis et limité d'itinéraires à effectuer chaque jour.

Rappelons que la marge d'erreur de ces radars embarqués est deux fois supérieure à celle des radars fixes : 10 km/h pour les dépassements de vitesse inférieurs à 100 km/h et 10% au-delà. Enfin, certains conducteurs en infraction accusent l'opérateur d'avoir sciemment roulé en dessous de la limitation pour l'inciter à le dépasser... et déclencher le radar !

.

.

Commentaires

Ajouter un commentaire

Identifiez-vous pour publier un commentaire.

.

A lire aussi sur le Journal moto du Net

Essai F900XR : la nouvelle moto Sport GT BMW

En 2020, BMW stoppe la F800GT mais n'abandonne pas pour autant le segment des motos routières sportives de moyenne cylindrée. Le constructeur allemand lance une inédite F900XR inspirée de la S1000XR et déclinée de la F900R... Moto-Net.Com a pu la tester une demi-journée. Compte rendu.
Routière 7 commentaires
Comment regarder les courses MotoGP à la TV en 2020 ?

Pour la deuxième année consécutive, les Grands Prix Moto GP seront diffusés en exclusivité sur Canal+ et sur le player officiel motogp.com. Le Journal moto du Net fait le point sur la grille des programmes et les nouveautés 2020.
MotoGP 2020 20 commentaires
Interview Julien Toniutti : le Tourist Trophy, c'est le MotoGP de la course sur route 

Julien Toniutti est l'une des vedettes du nouveau jeu vidéo de moto TT Isle of Man – Ride on the Edge 2. L'ancien pilote MNC et champion de rallyes routiers nous explique comment il devenu le français le plus rapide au Tourist Trophy et revient sur ses expériences, virtuelles et bien réelles ! Interview vidéo.
Tourist Trophy 1 commentaire
Essai Z H2 : le maxiroadster super gonflé de Kawasaki

Nouvelle patronne chez les roadsters Kawasaki en 2020, la Z H2 compte surtout dominer les maxiroadsters de la concurrence... Moto-Net.Com a pu mettre à l'épreuve son moteur suralimenté, sa partie cycle et son électronique à Las Vegas (Nevada, USA) sur circuit, sur ovale (!) puis sur route. Essai.
Roadster 9 commentaires
Essai V-Strom 1050 XT : Suzuki reconfigure son maxitrail 

Le maxi trail Suzuki, relancé en 2013 et revu en 2017, profite de la norme Euro5 pour évoluer de nouveau en 2020. Moteur, électronique, esthétique et aspects pratiques : Moto-Net.Com a testé les nouveautés de la V-Strom 1050 XT. Essai.
Trail 10 commentaires
Triumph délocalise en Thaïlande et prépare de nouvelles motos avec Bajaj

Seules des séries spéciales haut de gamme sortiront désormais de l'usine Triumph d'Hinckley (Royaume-Uni), qui se recentrera sur le développement de ses futures motos. Comme les futures petites et moyennes cylindrées prévues en partenariat avec le géant indien Bajaj ? Explications.
Vie des entreprises 5 commentaires
Harley-Davidson relance la Softail Standard

La Softail Standard fait son retour en 2020 avec le moteur Milwaukee-Eight 107 de 1746 cc, une selle monoplace et un coloris unique noir. De quoi se prendre de nouveau pour Lorenzo Lamas, l'inoubliable interprète du Rebelle sur le chopper Harley-Davidson ! Présentation.
Motos 3 commentaires
Le prix de la nouvelle Yamaha Tracer 700 est-il bien placé face aux motos concurrentes ?

La nouvelle Tracer 700, relookée et améliorée pour 2020, débarque dans les concessions Yamaha au prix de 8799 euros. Comment se situe ce trail routier polyvalent par rapport à ses concurrentes ? Réponses dans notre guide MNC.
Routière 13 commentaires
Euro5 condamne les Suzuki GSX-R1000 et les Burgman 125, 200 et 650 !

La mythique GSX-R1000, relancée en grandes pompes en 2017 puis améliorée en 2019, va temporairement disparaître des catalogues Suzuki européens à cause d'Euro5. La nouvelle norme sonne aussi le glas des scooters Burgman 125, 200 et 650, référence historique parmi les maxi-scooters !
R&D 6 commentaires

Abonnement MNC Premium

Vos invitations MNC Premium

En m'abonnant à MNC Premium je lis toutes les infos réservées sans pub intrusive, je profite d'invitations, réductions, annonces gratuites, etc. et je soutiens l'indépendance du Journal moto du Net !

TOUS LES AVANTAGES   |   JE M'ABONNE !

Guide pratique Nouveautés moto 2019 : prix, présentation et dates de disponibilité
  • En savoir plus...