• L'essentiel
  • -
  • En savoir plus...
FAUT PAS SE PRIVER !
Paris, le 14 mai 2019

60 voitures radars privées en Bretagne, Pays de la Loire et Centre-Val de Loire

60 voitures radars privées en Bretagne, Pays de la Loire et Centre-Val de Loire

Pas moins de 60 voitures banalisées équipées d'un radar vont sillonner les routes des régions Bretagne, Pays de la Loire et Centre-Val de Loire à partir de janvier 2020. Leur particularité ? Comme depuis un an en Normandie avec plus ou moins de réussite, elles seront conduites par un opérateur privé et non un policier ou un gendarme. Explications.

Imprimer

Une société privée chargée de constater les excès de vitesse via un radar planqué dans une voiture banalisée : ce n'est pas aux États-Unis mais bien en France, à l'initiative au printemps 2018 du délégué interministériel à la sécurité routière Emmanuel Barbe.

Mais que fait la Police ?! "Ils se consacrent à des tâches où il leur est indispensable d'intercepter l'automobiliste : contrôle d'alcoolémie, de stupéfiant, etc.", répond l'État pour justifier la privatisation de cette tâche traditionnellement dévolue aux forces de l'ordre. Jusqu'au jour où ces missions de prévention et de protection seront également du ressort d'une société privée ?!

Toujours est-il que cette "externalisation" apporte toute satisfaction, notamment - et surtout ? - sur un plan économique : ces fameuses voitures-radars nécessitaient auparavant deux fonctionnaires de police ou de gendarmerie, alor que désormais un seul opérateur privé suffit ! L'économie réalisée tombe sous le sens...

Sans compter que l'État en profite pour exiger un fort retour sur investissement volume de présence puisque "ces véhicules sont destinés à effectuer des contrôles de vitesse 6 heures par jour, 7 jours sur 7, 24 heures sur 24". Une amplitude horaire impossible à atteindre par les forces de l'ordre chargées d'autres missions.

La sécurité routière ne se "prive" de rien

Confiées à la société Mobiom, les premières voitures-radars privées ont fait leur apparition en Normandie et vont bientôt être rejointes par "60 véhicules banalisés" répartis à parts pratiquement égales sur les régions Bretagne (19 voitures), Pays de la Loire (20) et Centre-Val de Loire (21).

Leur mise en circulation est prévue "à partir du mois de janvier 2020" et trois sociétés différentes - une par région - seront nommées via un appel d'offres pour "préserver la concurrence". Oui, comme pour l'attribution d'un chantier de construction !

"Comme en Normandie, les entreprises qui seront désignées à l'issue du deuxième appel d'offres seront rémunérées en fonction du nombre de kilomètres de contrôle effectués", rappelle la Délégation à la sécurité routière, (DSR) souvent attaquée quant à la transparence - voire la légalité - de ces contrôles externalisés.

"Les trajets réalisés et les plages horaires de contrôle sont fixés par les services de l'État (...) et ne sont en aucun cas laissés à la libre appréciation des entreprises ou de leurs conducteurs. De même, les entreprises ne sont pas rétribuées au nombre d'infractions enregistrées", se défend la DSR.

"Difficultés techniques inhérentes à toute innovation"

Mais si le ministère de l'intérieur - chargé de la Sécurité routière - se frotte les mains à l'idée d'étendre les zones couvertes par les voitures-radars privées, la question se pose de leur efficacité et de leur rentabilité...

Le premier bilan de leur déploiement en Normandie s'est avéré beaucoup moins reluisant que prévu, en raison d'une sous-utilisation des véhicules affectés et du faible kilométrage quotidien réalisé par les opérateurs externes. Loin du projet initial de flasher tous les jours en "H-24" ! 

La DSR évoque "des difficultés techniques inhérentes à toute innovation technologique" qui seraient désormais "résolues" par le "système actuel". Et livre d'impressionnantes données chiffrées pour appuyer son propos : "plus de 800 tournées" auraient été effectuées depuis le premier trimestre 2019 par ces voitures-radars privées, soit "environ 200 000 kilomètres de contrôle".

Ces contrôles ont généré près de "12 000 messages d'infraction", poursuit l'instance gouvernementale en calculant que la part des excès de plus de 20 km/h relevée par ces véhicules banalisés est "30% supérieure à celle des radars fixes". Ce constat constitue à ses yeux "la preuve de leur efficacité pour lutter contre les grands excès de vitesse".

Voitures radars privées, comment ça marche ?

Les voitures radars privés contrôlent - en roulant - la vitesse des véhicules croisés et qui les doublent via un radar spécifique placé à l'avant et orienté vers la gauche. Ce dernier utilise un flash infrarouge - contrairement aux cabines fixes - qui rend l'infraction indétectable par le contrevenant.  

Ce radar détermine automatiquement l'allure à respecter grâce à un GPS embarqué, tandis que des caméras à l’avant et à l’arrière du véhicule lisent en temps réel les panneaux de signalisation pour confirmer l’exactitude de la vitesse à contrôler. Aucune intervention humaine n'est requise : il suffit d'allumer le dispositif et de s'insérer dans la circulation. 

L'opérateur au volant - en tenue civile, aussi anonyme que la voiture banalisée - suit un parcours précis indiqué par un système de navigation GPS et n'a aucun accès aux données enregistrées : celles-ci sont transmises de façon cryptée au Centre national de traitement des infractions (CNT) à Rennes.

"De fait, lorsque la voiture-radar circule, son conducteur ignore tout de l'activité de constatation des excès de vitesse, totalement autonome", assure la Sécurité routière en ajoutant que l'entreprise titulaire du marché "ne peut ni accéder aux clichés de verbalisation, ni connaître le nombre d'infractions constatées par le biais des véhicules dont elle a la charge durant leur conduite".

Du cash contre des flashes

La rémunération de ces opérateurs privés est basée sur un nombre de kilomètres à contrôler chaque jour. Le prestataire n'est donc pas directement payé "au flash" et n'obtient par ailleurs rien de plus en effectuant davantage de distance : "non seulement il ne verra pas sa rémunération augmenter mais il devra payer une lourde amende", menace même la DSR.

Et s'il en effectue moins ? Sa rémunération sera "diminuée d'autant", indique la Délégation à la sécurité routière qui détermine avec les préfectures concernées un nombre précis et limité d'itinéraires à effectuer chaque jour.

Rappelons que la marge d'erreur de ces radars embarqués est deux fois supérieure à celle des radars fixes : 10 km/h pour les dépassements de vitesse inférieurs à 100 km/h et 10% au-delà. Enfin, certains conducteurs en infraction accusent l'opérateur d'avoir sciemment roulé en dessous de la limitation pour l'inciter à le dépasser... et déclencher le radar !

Commentaires

Ajouter un commentaire

Identifiez-vous pour publier un commentaire.

.

Les derniers essais MNC

Duel Honda CB650R Vs Yamaha MT-07 : roadster chic contre roadster choc

Dépasser une référence nécessite soit de lui faire les freins, soit d'emprunter une autre trajectoire particulièrement inspirée. C'est l'alternative tentée par l'élégante Honda CB650R pour bousculer la turbulente Yamaha MT-07, numéro un des ventes moto en France... Essai transformé ? Duel MNC !
Tous les Duels 10 commentaires
Duel Ducati 1100 Vs Triumph 1200 XC : Scrambler contre Scrambler

Deux membres de la famille Scrambler s'opposent sur Moto-Net.Com : le 1100 Special Ducati sorti l'an dernier et le tout nouveau 1200 XC Triumph ! Quelle moto garder à l'issue de ce duel ? MNC étudie minutieusement la question et vous livre sa réponse...
Tous les Duels 3 commentaires
Essai Harley-Davidson CVO Street Glide 117 : Custom Vraiment Ostentatoire !

La dernière génération du V-twin Harley-Davidson atteint l'impressionnante cylindrée de 1923 cc (117 "cubic inches" de l'autre côté de l'Atlantique). Les motos Touring très haut de gamme Custom Vehicle Operations (CVO) sont comme d'habitude les premières à profiter : essai de la spectaculaire Street Glide CVO 117 sur MNC !
Custom 1 commentaire
Essai Tuono V4 1100 Factory 2019 : électrostimulation pour le roadster Aprilia 

La Tuono V4 1100 connaît une nouvelle évolution en 2019 : sa version haut de gamme "Factory" est équipée d'inédites suspensions électroniques Öhlins ! Moto-Net.Com a essayé rapidement le maxi roadster Aprilia (maxi sportif et maxi jouissif !) sur de jolies petites routes italiennes... Andiamo !
Roadster 3 commentaires

A lire aussi sur le Journal moto du Net

Essai vidéo : Duel Honda CB650R Vs Yamaha MT-07

En complément de notre essai comparatif entre la nouvelle Honda CB650R et la référence du marché Yamaha MT-07, voici la vidéo de notre duel de roadsters !
Découverte du team Luc1 Motorsport, animateur du GP de France 2019 !

Dominé par Marquez, le Grand Prix de France 2019 n'a pas été des plus spectaculaires... A contrario, le show mécanique du samedi a été très réussi, notamment grâce à Luc1 Motorsport, un team au remarquable palmarès sportif et aux remarqués stunters ! Présentation en vidéo.
Découverte 2 commentaires
Des drones de la police verbalisent les motards en Ile-de-France

La Police nationale a expérimenté la semaine dernière en Île-de-France deux drones chargés de filmer depuis les airs certaines infractions comme le chevauchement de ligne continue. Première cible de cette attaque des drones : les motards...
Radars 10 commentaires
North West 200 2019 : Hillier et Irwin, double impact pour Kawasaki

Le mauvais temps s'est abattu sur l'Irlande du Nord samedi pour la seconde série de courses de la North West 200 2019 (Supertwin, Supersport, Superstock et Superbike). Les pilotes Kawasaki n°1 et 37 ont particulièrement bien mené leur barque, enfin leur ZX-10R... Débriefing.
North West 200 2019 : nouvelle victoire pour Johnston et Hickman, première pour Bonetti !

Les pilotes de la North West 200 ont disputé trois courses jeudi. Lee Johnston s'est imposé en Supersport sur Yamaha R6, Peter Hickman a dominé le Superstock sur BMW S1000RR et Stefano Bonetti s'est illustré en remportant la victoire - sa première internationale et la première italienne ! - en Supertwin sur Paton S1-R... Débriefing.
Johann Zarco (13ème) quitte le GP de France "avec un petit sourire"

S'il n'a pas brillé devant ses fans, le français Johann Zarco quitte néanmoins le GP de France avec un "petit sourire" car les KTM ont progressé : non seulement elles terminent toutes les quatre dans les points, mais Pol Espargaro s'offre une belle 6ème place à seulement 6 secondes du vainqueur. Débriefing.
Analyses 10 commentaires
Rossi (5ème) et Yamaha en plein tour-Mans au GP de France...

La place de premier pilote Yamaha revient encore une fois à Valentino Rossi à l'arrivée du Grand Prix de France moto 2019, sans toutefois totalement le réjouir : le Docteur s'inquiète du manque d'accélération et de vitesse de pointe de sa M1 face aux trois Ducati qui le précèdent. Débriefing et analyse de la situation du constructeur japonais au championnat du monde.
Analyses 6 commentaires

Abonnement MNC Premium


En m'abonnant à MNC Premium je lis toutes les infos réservées sans pub intrusive, je profite d'invitations, réductions, annonces gratuites, etc. et je soutiens l'indépendance du Journal moto du Net !

TOUS LES AVANTAGES   |   JE M'ABONNE !

Guide pratique Nouveautés moto 2019 : prix, présentation et dates de disponibilité
  • En savoir plus...