• L'essentiel
  • -
  • En savoir plus...
MOTOGP 2019
Paris, le 22 février 2018

Pourquoi Tech3 quitte Yamaha à partir de 2019

Rupture : Pourquoi Tech3 quitte Yamaha à partir de 2019

Séduite par une offre concurrente, l'équipe française Tech3 a décidé de ne plus courir sous les couleurs Yamaha à partir de 2019. Le constructeur prend acte et réfléchit à la possibilité de conserver un team satellite. Retour sur ce divorce annoncé avant même la reprise de la saison 2018, dans trois semaines au Qatar...

Imprimer

Une chose est sûre : ni Johann Zarco ni Hafizh Syahrin, la nouvelle recrue du team français pour 2018, ne rouleront sur une Yamaha aux couleurs Tech3 en 2019... "Après 20 ans de partenariat et de succès mutuel, l'équipe Tech3 a informé Yamaha qu'elle allait mettre fin à sa collaboration avec le constructeur à la fin de la saison 2018", annonce la marque aux diapasons en précisant que "Yamaha a accepté la décision de Tech3 et fournira tout son soutien à l'équipe jusqu'à la dernière course de la saison 2018".

Le constructeur annonce en outre qu'il réfléchit actuellement à la possibilité de "faire courir un team satellite en 2019" et sous quelle forme.

Une offre qu'il ne pourra pas refuser...

De son côté, le team Tech3 assure qu'il "continuera sa participation au championnat du monde MotoGP et Moto2" mais annoncera "ultérieurement ses projets pour 2019 et les saisons suivantes".

Rupture : Tech3 quitte Yamaha à partir de 2019

"On nous a fait une offre qui intègre un élément qu'on attendait quasiment depuis les débuts de Tech3 et je n'ai pas pu refuser", indique Hervé Poncharal en paraphrasant presque une réplique culte du Parrain... mais sans dévoiler pour l'instant ce fameux élément !

"Tech3 est une petite boîte qui doit penser à l'avenir et examiner différentes options", poursuit le patron français basé à Bormes-les-Mimosas (83), "mais naturellement on représentera l'équipe Monster Yamaha jusqu'au tout dernier tour du GP de Valence 2018 (la dernière épreuve de la saison, NDLR). Johann Zarco et Hyafizh Sahrin (la nouvelle recrue, NDLR) se battront pour les meilleures positions et Yamaha peut sans aucun doute compter sur nous pour être un partenaire loyal et performant".

Johann Zarco et Hyafizh Sahrin

De son côté, le directeur général des sports mécaniques chez Yamaha prend acte de la décision du team manager : "nous avons été informés très récemment par Hervé Poncharal qu'il ne souhaitait pas prolonger son contrat avec Yamaha pour la location de ses YZR-M1", explique Kouichi Tsuji. "Après en avoir discuté avec lui, il est devenu clair qu'il avait choisi de signer avec un autre partenaire et malheureusement nous avons dû accepter et respecter son choix".

"Il avait choisi de signer avec un autre partenaire"

"La fin d'un partenariat aussi fructueux est toujours un peu triste car elle marque la fin d'une relation à long terme", poursuit le dirigeant japonais qui reste "très reconnaissant de la loyauté d'Hervé, de son soutien à la marque Yamaha et des excellents résultats qu'il a obtenus jusqu'à présent".

"Nous continuerons à soutenir pleinement l'équipe Tech3 et ses pilotes tout au long de la saison 2018", assure M. Tsuji, "tout en évaluant les possibilités de monter une autre équipe satellite en championnat du monde MotoGP pour 2019 et les années suivantes"... Et pourquoi pas avec le team VR46, la structure de Valentino Rossi qu'il souhaite faire monter en catégorie reine ?

En ce qui concerne Tech3, les détails de la fameuse "offre qu'on ne peut refuser" évoquée par Hervé Poncharal ne seront connus que dans les prochains jours. Mais on peut d'ores et déjà imaginer qu'ils prévoient la mise à disposition de prototypes (KTM ? Suzuki ?) en cours de développement, au lieu des modèles de l'année précédente que louait jusqu'à présent Tech3 à Yamaha...

A suivre naturellement sur MNC Sport : restez connectés !

Commentaires

Bestof: 
1
Il y a un "petit" détail qui manque dans les raisonnements qui précèdent : la mise au point ! Chez Yamaha en 2017, on a essayé de faire une moto pour Vinales à qui l'intersaison promettait un titre. Quelqu'un peut-il dire ici que cette décision ait été une réussite ? Par la suite, Vale a remis l'église au milieu du village, bien aidé par les perfs de notre Johann national il est vrai. Depuis combien de temps les chronos de référence ne sont pas le fait des Yamaha officielles ? A part le premier jour de teste au Qatar, notable exception vinalesque... H.Poncharal n'est pas une garenne de 4 semaines, il a bien vu les ergotages de Yamaha obligé de ménager la chèvre et le chou entre les manques en capacités de metteur au point de Vinales et les exigences de la star incontestée du MotoGP ! Du coup, Johann s'avérant un bon metteur au point, si jamais il partait pour un guidon usine chez KTM, qui peut prédire le résultat ? Jusqu'ici, les motos autrichiennes n'ont pas été accompagnées par de grands metteurs au point, ce n'est rien de le dire. Alors un défi du genre Zarco sur une KTM officielle, qui la met au point et la fait gagner, ce serait largement plus brillant que de rouler sur une Yamaha dont on se doute déjà qu'il peut la faire gagner, comme il l'a montré lors de la saison dernière. Quant à pouvoir ne serait-ce que penser que Poncharal n'ait pas mis JZ5 dans la balance de ses négociations alors que c'est un atout majeur, c'est du plus grand naïf, excusez... Johann sur une KTM officielle, c'est LE défi en or massif, et s'il le relève avec succès à la clé, son nom serait bien plus grand dans les tablettes qu'avec un titre que tout le monde jugerait presque "naturel" sur une Yamaha... Je suppute, d'accord, mais je ne me fais pas payer pour ça, promis-juré !
Bestof: 
1
Je partage ton analyse Bakura, mais, pour l'instant tout n'est que conjectures. Le nerf de la "guerre", c'est l'argent : on le sait tous. Poncharal est à la tête d'une entreprise qu'il doit faire tourner et c'est bien normal qu'il regarde vers le futur. Il est en mesure de faire des choix que tout le monde ne peut comprendre sans connaître l'arrière-plan financier. Cela dit, je ne crois pas que ses choix hypothèquent la saison 2018 de Zarco : ce dernier a déjà bien démontré tout son talent l'an passé. J'étais à Valence et même si le public avait les yeux fixés sur Marquez, toute l'étendue de son talent a été démontrée. Donc il est clair que les usinent le convoitent et c'est normal que son patron prenne des décisions dans ce sens. Maintenant, que la saison démarre !
Bestof: 
1
Emile, Gépé, vous n'allez pas me faire croire qu'on vous apprend la dureté de la vie maintenant quand même ? Pas vous ! Vous vous doutez bien que le tableau est LOIN d'être tout blanc d'un côté, tout noir de l'autre. Ce n'est pas "le méchant Poncharal" et "les gentils Yamaha". Et surtout, mettez-vous un instant dans sa tête : depuis un an, on parle de plus en plus fort de l'arrivée du team VR46 en MotoGP, évidemment avec Yamaha puisque ça permettra à ces derniers de rester associés à l'immense aura médiatique de Rossi même s'il s'arrête de piloter, et à ce dernier de s'assurer d'un traitement aux oignons pour son team. Dans ce contexte, que faire ? Attendre gentiment une issue plus qu'incertaine où, dans le meilleur - et le plus improbable - des cas on lui fournira des machines de seconde main sans avantage financier ou technique ? Sachant que, comme je le disais, c'est l'issue la moins certaine et que les hypothèses tendaient plutôt à un gentil remerciement de la part de Yam et à un au revoir au MotoGP ? Clairement, Poncharal et ceux qui l'ont convaincu ont finement joué : ils coupent l'herbe sous le pied de Yamaha et ce sont eux qui vont devoir cravacher pour construire 2019. Là où ça m'ennuie comme vous, c'est que c'est nocif pour Zarco pour la saison 2018 parce que le contexte ne lui offre aucune stabilité... Du moins pour ce qui en ressort pour le moment. Mais si jamais ce qui s'est signé avec ce "futur partenaire" offre un réel soutien, voire statut officiel à Tech3 (je ne vois pas quel autre paramètre attendrait Poncharal), pourquoi il ne chercherait pas à emmener Zarco avec lui sachant combien il a montré être terriblement en phase avec son équipe pour tirer tout le monde vers le haut ? Pourquoi, ber83 notamment, tu penses qu'il "n'aime pas" Johann alors que Poncharal était le premier à monter au créneau l'an dernier pour marteler qu'il ne devait ses résultats qu'à son travail et pas juste à sa machine comme le sous-entendait les pilotes officiels, qui ne s'en sortent pas mieux que lui à châssis équivalents ? Poncharal n'est pas plus idiot que nous, c'est même le contraire : il sait très bien qu'en ayant Johann avec lui il dispose d'un des top pilotes de la catégorie, qui a soif de podiums et de victoires. S'il peut le conserver en lui promettant un statut officiel avec leur futur partenaire, il ne va pas se priver ! Dans le cas contraire, il sait qu'il perdra Zarco si ce dernier claque une nouvelle grosse saison, donc c'est sans doute une des composantes qui a poussé Tech3 à ce choix. Enfin, Emile, tu as aussi la mémoire courte ou plutôt, tu es injuste : as-tu oublié que Tech3 n'a pas toujours eu des tops pilotes et encore moins des machines au niveau des officiels, notamment en 2002 où ils roulaient avec des 500 là où les teams officiels étaient sur les 1000 ? Mais même sans aller aussi loin, regarde sur les dix dernières saisons : les Dovi, Crutchlow, Spies, Espargaro, Zarco... Bizarrement ils étaient tous excellents chez Tech3. C'est quand même bien la preuve que ce team a un vrai savoir-faire pour répondre aux attentes de leurs pilotes.
Bestof: 
1
@Gépé, pas sûr du tout que nous ayons tous les éléments. Il n'est pas impossible, par exemple si c'est KTM, que JZ puisse courir Tech3/KTM usine, et qu'il soit compris dans l'accord. C'est aussi possible que la pression de VR pour avoir son team avec Yam empêchait Tech3 de se projeter après 2 ans et que la place chez KTM aurait été prise par un autre, il fallait peut-être dégainer tout de suite. De toute façon Poncharal avait indiqué presque clairement que la guerre avec VR était déclarée pour l'écurie satellite. Vu les implications financières de VR chez Yam on connaissait le résultat avant le match. Poncharal n'est donc pas forcement un con ou au salaud comme vous le dites, un peu trop rapidement.

Ajouter un commentaire

Identifiez-vous pour publier un commentaire.

.

A lire aussi sur le Journal moto du Net

Interview Lucas Mahias (Kawasaki) : En test les chronos ne servent à rien, c'est une connerie

Moto-Net.Com a appelé Lucas Mahias juste avant son départ pour l'Australie et la première manche du World Supersport 2019. Un peu "vert" des performances en retrait de sa R6 officielle l'an dernier, le champion WorldSSP 2017 a décliné une offre en Superbike pour rouler sur la ZX-6R de Sofuoglu chez Kawasaki Puccetti. Il nous explique ça... et plein d'autres choses ! Interview.
WSBK 2019 3 commentaires
Consultant MotoGP, pilote MotoE et EWC : saison 2019 chargée pour Randy de Puniet !

Le français Randy de Puniet s'apprête à vivre une saison bien remplie : outre la moto électrique du team LCR en MotoE, l'ancien pilote de Grands Prix commentera le MotoGP sur Canal+... et restera finalement pilote en championnat du monde d'endurance EWC ! Chez qui ? Mystère... Interview vidéo.
24 Heures Motos 2019 2 commentaires
Canal+ signe Rossi et Lorenzo pour présenter le MotoGP 2019 !

L'esprit Canal frappe fort en 2019 avec les droits sur le MotoGP pour les "trois à cinq prochaines années". La chaîne cryptée présentait ce matin, sur la splendide terrasse de Vivendi, son équipe de choc composée de Marina Lorenzo, Louis Rossi, Randy de Puniet, Sylvain Guintoli, Laurent Rigal et David Dumain. Au hasard, interview vidéo de la plus charismatique des six.
MotoGP 2019 16 commentaires
Interview MNC : les objectifs de Johann Zarco en MotoGP 2019

Nouveau pilote officiel KTM en MotoGP 2019, le français Johann Zarco livre ses premières impressions et ses objectifs au Journal moto du Net. Interview vidéo.
Pilotes et équipes 4 commentaires
Interview MNC : les objectifs de Fabio Quartararo en MotoGP 2019

Parmi les pilotes à suivre cette année en MotoGP, Fabio Quartararo découvre la catégorie reine au guidon d'une Yamaha YZR-M1 du team Petronas SRT. Du haut de ses 20 ans, le jeune français livre ses premières impressions et ses objectifs au Journal moto du Net. Interview vidéo.
Pilotes et équipes 5 commentaires
Interview Jules Danilo (PTR Honda) : Je veux me prouver que je peux encore être compétitif

La saison 2019 du World Supersport qui débute dans deux semaines comptera quatre pilotes français : le champion Mahias, le patron Cluzel, l'espoir Perolari... et le débutant Danilo ! Moto-Net.Com a contacté notre "deuxième" Jules (n°95) avant qu'il ne décolle pour l'Australie. Interview.
Interview Jules Cluzel (GMT94) : On va passer une super saison 2019 tous ensemble !

A trois semaines du début du championnat du monde Supersport 2019 en Australie, le Journal moto du Net a interrogé l'un des prétendants au titre, le français Jules Cluzel. Pour MNC, le n°16 revient sur sa saison 2018 de folie, sa signature au GMT94, ses enthousiasmants tests hivernaux, sa R6 avec sélecteur à droite, ses objectifs, sa vision de la course, son jeune coéquipier Corentin Perolari, son team manager Christophe Guyot... Interview.
Essai Honda CB 500 X 2019 : la route du X

Honda peaufine sa gamme CB 500 pour 2019 avec des améliorations techniques et cosmétiques sur les trois motos qui la composent, particulièrement sur le trail CB 500 X qui évolue le plus. Premier essai.
Trail 5 commentaires
Nouveauté Triumph : la future Daytona 765 grillée en plein test

Triumph arrive cette année en Grand Prix comme fournisseur unique de moteurs de la catégorie Moto2. Pour annoncer la grande nouvelle en 2017, la firme d'Hinkley avait fabriqué un prototype de Daytona 765... Or une version commerciale est en route ! Enfin, en développement...
Motos 3 commentaires

Invitations MNC Premium

En m'abonnant à MNC Premium je lis toutes les infos réservées sans pubs intrusives, je profite d'invitations, réductions, annonces gratuites, etc. et je soutiens l'indépendance du Journal moto du Net !

TOUS LES AVANTAGES   |   JE M'ABONNE !

Guide pratique Nouveautés moto 2019 : prix, présentation et dates de disponibilité

Calendrier MotoGP 2019

Tests d'intersaison
10 mars : GP du Qatar
31 mars : GP d'Argentine
14 avr. : GP des Amériques
5 mai : GP d'Espagne
19 mai : GP de France
2 juin : GP d'Italie
16 juin : GP de Catalogne
30 juin : GP des Pays-Bas
7 juil. : GP d'Allemagne
4 août : GP de République tchèque
12 août : GP d'Autriche
25 août : GP de Grande-Bretagne
15 sept. : GP de San-Marin
22 sept. : GP d'Aragón
6 oct. : GP de Thaïlande
20 oct. : GP du Japon
27 oct. : GP d'Australie
3 nov. : GP de Malaisie
17 nov. : GP de Valence

SAISON MOTOGP 2019  |  SAISONS PRÉCÉDENTES

  • En savoir plus...