• L'essentiel
  • -
  • En savoir plus...
MORTEL COMBAT
Paris, le 26 septembre 2019

La sécurité routière défend son bilan sur les 80 km/h

La sécurité routière défend son bilan sur les 80 km/h

La bataille des chiffres se poursuit entre la Délégation à la sécurité routière et le Comité indépendant d'évaluation des 80 km/h, qui dressent un bilan radicalement différent du nombre de vies épargnées par la réduction de la vitesse sur le réseau secondaire. Explications.

Imprimer

Le Comité indépendant d'évaluation des 80 km/h (CIE) n'en démord pas : l'abaissement de la vitesse maximale de 90 km/h à 80 km/h sur les routes bidirectionnelles sans séparateur central est un "échec", aussi bien en termes de "bilan humain" qu'au niveau des "conséquences socio-économiques" de cette mesure entrée en application le 1er juillet 2018.

Ce comité lancé par 40 millions d'automobilistes et qui regroupe plusieurs experts - dont le professeur Rémy Prud'homme interviewé par MNC - et des représentants de la Fédération français des motards en colère (FFMC) évoque même un "fiasco" au "coût pharaonique" dans son étude de 34 pages publiée début septembre et disponible gratuitement sur internet.

Selon ses méthodes de calculs, le CIE avance que le nombre de tués sur douze mois n'aurait "baissé que de 39, soit 0,4 tués par département, valeur statistique non significative assimilable à une marge d'erreur". Loin des "206 vies sauvées" dont fait mention le bilan officiel présenté début juillet par le ministre de l'intérieur... 

Rappelons par ailleurs que le gouvernement tablait à l'origine sur une baisse de 400 vies par an grâce à cette mesure controversée, et qui continue à l'être en raison des augmentations successives de la mortalité routière ces derniers mois (+ 17,9% en août)...

"Rien ne permet d'affirmer que la mesure a eu un effet positif"

L'étude du Comité indépendant d'évaluation des 80 km/h - ci-dessous - chiffre également le coût pour la collectivité à "2,3 milliards d'euros", en majeure partie imputables aux "184 millions d'heures" supplémentaires passées par l'ensemble des usagers sur les routes concernées par cette baisse de la vitesse !

"Après quatorze mois d'application des 80 km/h, rien ne permet donc d'affirmer que la mesure a eu un effet positif", conclut le président du CIE, qui estime "urgent de s'intéresser aux vraies raisons pour lesquelles la baisse continue du nombre des morts sur les routes françaises depuis 1973 s'est arrêtée en 2013".

Jean-Luc Michaud cite "la consommation croissante de stupéfiants, l'alcool au volant, le non-respect du code de la route par toutes les catégories d'usagers, les comportements répétés à hauts risques ou l'addiction au mobile", soit autant de causes d'accidents qui ne seraient pas selon lui "maîtrisées en priorité sur le terrain".

Le démenti de la DSR

Cette étude fait sans surprise bondir la Délégation à la sécurité routière, qui oppose un démenti aux données avancées par le CIE dont l'indépendance et les méthodes sont au passage étrillées. Rappelons que la DSR avait déjà fait valoir un droit de réponse cet été après les accusations de "manipulation des chiffres par l'administration" émises par le même comité.

"Un comité indépendant d'évaluation du 80km/h, en fait une émanation de l'association 40 millions d'automobilistes, particulièrement hostile à cette mesure d abaissement de la vitesse dès son annonce, a produit une étude mettant en cause les résultats fournis par le Centre d'études et d'expertise sur les risques, l'environnement, la mobilité et l'aménagement (CEREMA), sous le pilotage de l'Observatoire national interministériel de la sécurité routière (ONISR)", contre-attaque la sécurité routière.

Puis la DSR remet en cause la crédibilité de l'auteur de l'étude, Rémy Prud'homme, soupçonné de "constituer à lui seul le comité indépendant" et critiqué pour son manque d'humanité : "qualifier de fiasco une mesure qui "n'a permis de sauver que 39 vies" (sic), selon lui, démontre en soi le peu d'importance accordé par l'auteur de ces propos à la vie humaine", pointe l'organisme gouvernemental.

La sécurité routière s'en prend ensuite aux conclusions présentées dans l'étude du Comité indépendant d'évaluation des 80 km/h, entâchées selon elle de "graves lacunes méthodologiques" alors que son propre bilan s'appuie - bien entendu - sur une "méthode statistique claire et fiable".

"L'auteur considère à tort la vitesse comme une cause résiduelle des accidents, indépendante de l'ensemble des autres facteurs d'accidentalité", estime la DSR. "Une telle approche ignore le facteur aggravant que constitue la vitesse lors des accidents de la route. Ce biais introduit une sous-estimation massive du rôle de la vitesse dans l'accidentalité".

Quand rouler moins vite fait gagner du temps !

De même, les estimations de temps perdu à cause de la réduction de l'allure relèveraient de "calculs théoriques abstraits sans lien avec les situations réelles de conduite". La sécurité routière estime ces pertes à "environ une seconde au kilomètre", en s'appuyant sur les conclusions du CEREMA "à partir d'un échantillonnage de 298 itinéraires réels".

A titre indicatif, le Centre d'études et d'expertise sur les risques, l'environnement, la mobilité et l'aménagement se décrit comme un "établissement public tourné vers l’appui aux politiques publiques, placé sous la double tutelle du ministère de la transition écologique et solidaire et du ministère de la cohésion des territoires et des relations avec les collectivités territoriales"...

Cet organisme sous "double tutelle" ministérielle va même plus loin : des gains de temps seraient même observés "dans 34% des situations". Fortiche, non : rouler 10 km/h moins vite permettrait d'arriver plus rapidement à destination ! Encore fallait-t-il y penser ?!

Le CIE accusé de "tromperie" qui doit être "dénoncée"

Ce démenti se termine en fustigeant une "infox" (l'équivalent français de "fake news") à propos du coût du changement des panneaux de signalisation : le CIE l'estime à "150 millions d'euros", alors que la note ne s'élèverait à "mi-septembre 2019" qu'à "1,61 millions d'euros"pour remplacer les "8100" anciens panneaux "90". Des chiffres étonnement inférieurs à ses propres prévisions, qui évoquaient "40 000 panneaux" à changer au prix moyen constaté par MNC de 65 euros HT pièce !

"L'auteur ne s'est même pas donné la peine de vérifier auprès de la délégation à la sécurité routière", regrette la DSR, tandis que plusieurs département souhaitent revenir aux 90 km/h - et donc à de nouveau changer les panneaux ! - mais se heurtent à des obstacles administratifs

"L'ampleur des erreurs méthodologiques de tels travaux est assimilable à de la tromperie. Elle doit être dénoncée", fulmine-t-elle pour clôre son communiqué. Fin de round, chaque adversaire retourne dans son coin jusqu'à la reprise !

.

.

Commentaires

Ajouter un commentaire

Identifiez-vous pour publier un commentaire.

.

A lire aussi sur le Journal moto du Net

KTM rappelle ses motos à moteur monocylindre LC4 de 2018 à 2020

Un joint de récepteur d'embrayage défectueux est à l'origine d'une vaste campagne de rappel sur toutes les motos KTM propulsées par le monocylindre LC4 des millésimes 2018 à 2020. Explications.
Présentation de la nouvelle moto Triumph Tiger 660 Sport

La nouvelle Tiger 660 Sport marque l'arrivée de Triumph sur le segment des motos trails-GT de moyenne cylindrée à partir du roadster Trident 660. Cette nouveauté de 81 ch, compatible permis A2, sera disponible en février 2022 au prix de 9095 euros. Présentation. 
Rentrée studieuse pour le marché français du motocycle en septembre 2021 

5808 immatriculations en 125 cc, 10 550 en grosses cylindrées : la rentrée dans les concessions françaises a été moins bonne que l’an passé, mais nettement supérieure à celle de 2019. Mais si rappelez-vous, cette époque où masque et pass sanitaire n’étaient pas nécessaires pour faire son marché… de la moto et du scooter !
Essai du pneu moto Metzeler Roadtec 01 SE (Sport Edition)

Metzeler (groupe Pirelli) regonfle le potentiel dynamique de son pneu Roadtec 01 pour mieux le caler sur les jantes des motos routières au tempérament sportif (et vice-versa). Essai sur route et sur circuit - mouillé - du Roadtec 01 SE pour "Sport Edition".   
Essais 1 commentaire
Essai veste moto RST Adventure-X avec airbag intégré In&Motion

MNC a testé pendant un an la veste Adventure-X du manufacturier anglais RST (groupe Bihr) dans sa configuration avec airbag autonome intégré. Quelles sont les forces et les faiblesses de cet équipement trail et de son coussin gonflable fourni par In&Motion ? Réponses dans notre essai longue durée.
Présentation de la nouvelle moto néo-rétro Kawasaki Z650RS 2022

Le populaire petit roadster de Kawasaki se décline comme annoncé en version classique Z650RS pour 2022, avec des performances et une partie cycle identiques. Seuls l'habillage et les équipements transforment cette nouvelle moto néo-rétro accessible au permis A2 sous les 8500 euros. Présentation et liste de ses rivales.
 
Roadster 2 commentaires
Suzuki GSX-S1000GT : le bilan de notre essai en vidéo 

Les premiers exemplaires de la GSX-S1000GT ne sont attendus dans les concessions françaises que pour les fêtes de fin d'année. Mais MNC a déjà testé cette importante nouveauté Suzuki 2022 qui entend concurrencer la meilleure vente de moto Sport GT, l'une des dernières aussi, la Ninja 1000 SX... Essai !

Soutenez le Journal moto du Net

Aidez les petites entreprises à traverser la crise économique qui va suivre celle du coronavirus : en vous abonnant à MNC Premium, vous lisez toutes les infos réservées sans pub intrusive, vous profitez de nombreux avantages (invitations, annonces gratuites, réductions, etc.) et vous préservez notre indépendance !

ARTICLES PREMIUM   |   JE M'ABONNE !

Guide 2021 des nouveautés moto et scooter : infos, essais et prix
  • En savoir plus...