• L'essentiel
  • -
  • En savoir plus...
LES EXPERTS 80
Paris, le 22 août 2019

Comment le CNSR veut empêcher le retour aux 90 km/h

Comment le CNSR veut empêcher le retour aux 90 km/h

Sous pression face aux manifestations de motards (un peu) et à l'impressionnante mobilisation des Gilets jaunes (surtout), les élus de la République ont voté un assouplissement  des 80 km/h. Sauf que le Conseil national de sécurité routière veut à tout prix empêcher les autorités locales de revenir aux 90 km/h, en énonçant une liste de recommandations techniques et de tracasseries administratives quasiment impossibles à respecter... Explications.

Imprimer

Malgré la volonté du Parlement d'assouplir les 80 km/h en laissant le choix aux élus locaux sur les routes dont ils ont la charge, le Conseil national de sécurité routière (CNSR) recommande une procédure en six étapes qui, si elle était adoptée, rendrait pratiquement impossible tout retour aux 90 km/h...

Les 6 étapes impossibles

Dans un document intitulé "Dérogation à la vitesse maximale autorisée de 80 km/h sur route bidirectionnelle sans séparateur central : éléments d’aide à la décision" et rédigé dans un savoureux dialecte technico-administratif, le Comité des experts du CNSR (voir la liste ci-dessous) explique en effet que le retour aux 90 - pardon, "l'exercice de modulation de la vitesse maximum autorisée de 80 à 90 km/h" ! - doit respecter une procédure garantissant  "le plus haut niveau de sécurité routière possible", selon la volonté du premier ministre Edouard Philippe himself.

Cette procédure en six étapes est si contraignante que même un dossier d'homologation du circuit Carole aux normes FIM MotoGP pour accueillir un deuxième Grand Prix de France aurait plus de chances de passer...

1. Réaliser un état des lieux des enjeux d’accidentalité

Pour chaque "réseau routier bidirectionnel du département concerné" par un éventuel retour aux 90 km/h, les autorités locales devront fournir un rapport sur "la mortalité qu’il représente, l'identification du type de routes le plus fortement contributeur du nombre de morts) et les usages (trafics et vitesses pratiquées selon les types de routes).  L’analyse de l'accidentalité précisera notamment la gravité des accidents (accidents mortels, nombres de tués, nombres de blessés hospitalisés) rapporté au linéaire des différents types de routes de catégorie équivalente", préconisent les experts en précisant qu'une "durée de cinq ans est en général retenue pour l’analyse de l’accidentalité des routes interurbaines".

2. Énoncer l’objectif des 90 km/h

Les départements devront expliquer en quoi le retour aux 90 km/h est justifié et en quoi il serait bénéfique.

3. Réaliser une première liste des tronçons susceptibles de repasser à 90 km/h

Mais attention : "afin d’éviter la multiplication des changements de VMA sur les itinéraires, la liste ne proposera que des tronçons homogènes de longueur supérieure à 10 km", précisent les experts !

4. Évaluer les risques des tronçons concernés en fonction des usages (trafic, vitesses pratiquées, modes doux)

Les élus locaux qui auraient l'outrecuidance de s'opposer à la bonne parole gouvernementale devront faire preuve d'une parfaite connaissance des tronçons concernés : trafic des véhicules motorisés usuels et des usagers particuliers (engins agricoles, usagers vulnérables dont piétons et cyclistes), etc.

Ils devront également réaliser in-situ des mesures de vitesse pour "obtenir des distributions des vitesses pratiquées et calculer des indicateurs, notamment la V85 (vitesse pratiquée par 85 % des usagers) qui devra être inférieure à 90 km/h".

5. Définir les mesures compensatoires à adopter pour limiter les risques liés à la modification de la VMA sur les tronçons envisagés. 

Les départements devront procéder à une "séparation physique des flux de trafic" (en clair :  construire un séparateur central ou peindre une double ligne continue avec alerte sonore), "prévenir les sorties de routes et leurs conséquences", enlever les intersections avec des routes secondaires et interdire les tourne à gauche. Au pire du pire, on pourra admettre "un nombre très limité de carrefours giratoires" (les célèbres ronds-points chers aux Gilets jaunes : la boucle est bouclée !)

En complément de ces aménagements, des mesures d'exploitation devraient être mises en œuvre, en particulier "une politique d'entretien permettant de garantir un niveau de service compatible avec la VMA" et surtout "un système de contrôle automatisé permettant de s’assurer du respect de la VMA à 90 km/h par tous les véhicules motorisés" (et bien sûr d'alléger automatiquement de 90 euros les conducteurs plus concentrés sur leur conduite que sur leur compteur).

6. Organiser le suivi avant/après le retour aux 90 km/h

Enfin, les élus devront tenir des statistiques permettant d'évaluer le comportement des usagers et l'accidentalité locale avant et après la modification de la VMA.

En clair, pour qu'un tronçon de route départementale puisse retrouver une limitation à 90 km/h, il doit mesurer au moins 10 km de long, sans aucune intersection ni traversée de hameau et sans véhicule agricole...

Un budget colossal pour 10 km/h de plus...

Mais comme si ça ne suffisait pas, les gestionnaires de voirie de chaque département devraient en outre trouver les budgets pour construire :

  • Un séparateur central entre les deux sens de circulation pour empêcher tout dépassement (au pire, l'interdiction de doubler peut être matérialisée par "un double marquage horizontal continu avec alerte sonore", consentent les experts dans leur grande bonté).
  • Une voie large de 3,5 m dans chaque sens (soit 7 m de voies à double sens) bordée par des dispositifs d'alertes sonores pour éviter les sorties de route.
  • Une "zone de récupération" large de 2 m sur le côté de chaque voie
  • Une "zone de sécurité" large de 4 m
  • Un terre-plein à l'extérieur de chaque voie pour isoler une "bande multifonctionnelle"
  • Une "bande multifonctionnelle" large de 2 m (de l'autre côté de chaque terre-plein extérieur) afin de favoriser les circulations douces

Autant d'exigences techniques qui pourraient se matérialiser par ce schéma élaboré par la Ligue de défense des conducteurs :

 Schéma d'aménagement des routes à 90 km/h

BM = bande multifonctionnelle / TP = terre-plein / ZR = zone de récupération / TPC = terre-plein central

Plusieurs élus dénoncent "l'hypocrisie du gouvernement", à l'image du président du Conseil départemental des Yvelines : Pierre Bédier (Les Républicains) déplore sur RTL que le gouvernement "pose des conditions telles qu'il sera presque impossible aux collectivités concernées de revenir à la situation antérieure. On nous invente des règles alors que les décisions pour les limitations de vitesse doivent être prises sur le terrain".

"Parmi les 500 kilomètres de routes départementales qui pouvaient revenir à 90 km/h, le risque est qu'il n'y ait que très peu de kilomètres, voire pas du tout, qui y reviennent", confirme Jean-François Raynal, vice-président du Conseil départemental des Yvelines interrogé par France Info.

Comité des experts du CNSR

Le comité des experts du CNSR est composé de Laurent Arth, Jean-Pascal Assailly, Anne-Claire d’Apolito, Thierry Fassenot, Sandrine Gaymard, Marie-Axelle Granie, Benoît Hiron, Sylviane Lafont, Emmanuel Lagarde, Marine Millot, Manuelle Salathe, Marie-Laure Seux, Nicolas Simon, Helene Tattegrain et Eric Violette.

A nos lecteurs

Abonnez-vous dès maintenant à MNC Premium pour soutenir l'indépendance du Journal moto du Net, accéder à toutes nos archives depuis 1999 et profiter d'avantages exclusifs (invitations, cadeaux, réductions chez nos partenaires, etc.) !

.

.

Commentaires

Bestof: 
1
Pour répondre à ludo51, oui, le CNSR n'a qu'un rôle consultatif... Mais ce qui est propagé par les instances officielles (propagandé ?) est comme pour toutes les communications officielles, comme par exemple celles de la Sécurité Routière : quand l'accidentalité baisse "hors villes et autoroutes", c'est grâce aux 80 (et ce alors même qu'il y a des portions à 110, à 90, à 80, à 70, à 50, mais bref) donc on communique largement dessus. En revanche, comme en juillet quand l'accidentalité augmente sur ces routes "hors villes et autoroutes", pas un mot pour vanter les mérites du 80. Étonnant, non ?
Bestof: 
1
Edouard 1er (entre autres) le savait pertinemment en lâchant du lest sur cette mesure , qu'en sous-main il s'arrangerait pour que cela soit impossible à revenir effectivement à 90kmh ... Et il semble qu'il(s) y soi(en)t parvenu(s) !!! Mais si je ne m'abuse , le CNSR n'as pas de pouvoir autre que consultatif non ? Ce n'est tout de même pas ce "quarteron" de fonctionnaires aussi inconnus et dont les compétences restent à prouver , qui peut , seul , décider de modifier le code de la route ?

Ajouter un commentaire

Identifiez-vous pour publier un commentaire.

.

A lire aussi sur le Journal moto du Net

Manifestations contrôle technique moto : plus de 30000 motards très en colère !

Les usagers deux-roues n'ont pas manqué l'appel de la FFMC à manifester contre le contrôle technique moto ce week-end, avec un peu de plus 30 000 motards sur 60 départs de manifestations, comptabilise la Fédération française des motards en colère !
Essai vidéo Honda CB750 Hornet 2023

L'essai vidéo MNC d'une nouvelle moto parmi les plus attendues de 2023 : la Honda CB750 Hornet ! Ce nouveau Frelon fait-il mouche avec son bicylindre inédit de 755 cc ? Réponses en images en compagnie de notre essayeur, par ailleurs ancien propriétaire de la Hornet 600 !
Aston Martin passe la vitesse supérieure avec sa moto AMB 001 Pro 

Trois ans après sa première moto AMB 001 inspirée de son hypercar Valkyrie, Aston Martin propose une seconde version - beaucoup - plus puissante : l’AMB 001 Pro développe 225 chevaux. Le constructeur d’auto anglais et son partenaire français Brough Superior (!) ont revu l’aérodynamisme en conséquence... Présentation.
Essai V100 Mandello S : roadster ou tourer, Moto Guzzi tente le grand écart 

Un roadster doit être léger et agile, efficace en ville et plaisant sur route. Une routière doit être accueillante et confortable, équipée pour les longs parcours et le duo. Avec sa toute nouvelle V100 Mandello, Moto Guzzi entend combiner les atouts de ces deux styles de moto... MNC teste la version S, haut de gamme.
Veste moto RST Axiom Plus avec airbag électronique 

Le manufacturier britannique RST (groupe Bihr) enrichit sa collection d'équipements moto avec la veste textile Axiom Plus, qui intègre l'airbag autonome de son partenaire français In&Motion. Présentation.
La Dagger, nouvelle déclinaison du roadster Lawrence de Brough Superior

La marque de motos de luxe (et de Toulouse !) Brough Superior propose un nouveau roadster pour 2023. Enfin, une nouvelle version de de son modèle Lawrence lancé en 2020. Dénommée Dagger, elle reçoit notamment l’homologation Euro5 et des jantes de 17 pouces. Présentation.
Essai Royal Enfield Hunter 350 : chasseuse de primo

La nouvelle Hunter 350 (HNTR) place ses inédites jantes en 17 pouces - une première chez Royal Enfield - en direction des jeunes primo-accédants. Ses atouts ? Une jolie bouille classique et un prix attractif. Ses limites ? Réponses dans notre essai MNC…

Soutenez le Journal moto du Net

Aidez les petites entreprises françaises qui payent leurs impôts : en vous abonnant à MNC Premium, vous lisez toutes les infos réservées sans pub intrusive, vous profitez de nombreux avantages (invitations, annonces gratuites, réductions, etc.) et vous préservez notre indépendance !

ARTICLES PREMIUM   |   JE M'ABONNE !

Guide 2022 des nouveautés moto et scooter : infos, essais et prix
  • En savoir plus...