• L'essentiel
  • -
  • En savoir plus...
INTERVIEW NUMBER SIXTY-SIX
Barcelone (Espagne), le 12 octobre 2015

Interview MNC : Tom Sykes, pilote Kawasaki en Superbike

Interview MNC : Tom Sykes, pilote Kawasaki en Superbike

Champion du monde Superbike en 2013, vice-champion en 2012 et 2014 (et 2015 ?!), Tom Sykes compte parmi les meilleurs pilotes moto de vitesse de la planète. MNC l'a croisé lors de la présentation de la Kawasaki Ninja ZX-10R 2016. Interview.

Imprimer

MNC : Bonjour Tom ! Tu es arrivé en WSBK en 2009, mais à quand remontent tes début à moto et en course ?
T. S. :
J'ai fait de la moto dès mon plus jeune âge, mais j'ai vraiment commencé à rouler à l'âge de douze ans, en motocross. Je suis passé à la vitesse deux ans plus tard et je suis devenu professionnel à seize ans.

Moto-Net.Com : Tu roules sur Kawasaki depuis cinq ans et tu avais participé au développement du précédent modèle (ZX-10R 2011). Quel était le principal axe de travail sur le modèle 2016 ?
Tom Sykes :
Bien, je ne peux raisonner qu'en termes de performances sur circuit. Nous nous sommes concentrés sur l'inertie de la machine, même si nous avons aussi bossé d'autres petits points. Kawasaki a vraiment fait du bon boulot, en tenant compte de tous nos commentaires effectués sur les circuits et en essayant de les exploiter au mieux pour créer la nouvelle version de la Ninja.

MNC : Ta machine de course 2015 était assez différente de celle de 2014 en raison du règlement WSBK plus strict sur la préparation moteur, notamment. Que penses-tu de cette évolution ?
T. S. :
Ah, malheureusement ces règles n'ont pas joué en ma faveur... Nous avons vraiment eu du mal à gérer certains changements de "caractère", disons, de la moto. C'est vraiment dommage. Dieu merci, le modèle 2016 sort au bon moment, j'ai vraiment hâte de travailler avec cette machine qui sera meilleure compte tenu des nouvelles règles.

MNC : Estimes-tu que cette Ninja conviendra mieux aussi à ton propre style de pilotage ?
T. S. :
Oui, je suis convaincu que cette moto correspondra bien mieux à mon style que le modèle courant. Et en même temps, je pense qu'elle sera meilleure pour les motards qui l'utiliseront sur la route.

MNC : Malgré les nouvelles règles censées limiter les coûts de développement et de préparation des motos, les pole positions et records du tour sont sans cesse battus. À quoi est-ce dû ? A l'électronique, aux pneus, aux pilotes...
T. S. :
Non, non. C'est la combinaison de nombreux facteurs. Nous essayons toujours d'améliorer la moto et son équilibre, les composants des pneumatiques ne cessent de progresser, les suspensions progressent... Il y a une foule de petits détails qui, au final, nous permettent de tourner plus vite. Et avec les améliorations apportées à notre Ninja pour 2016, nous allons encore faire descendre les chronos.

MNC : Notre petit doigt nous a dit que tu ne comprenais pas pourquoi le MotoGP et le Moto2 avaient à ce point copié le Superbike et le Supersport... Penses-tu que le Superbike devrait se distinguer davantage ? Se courir sur des 2-temps 750 cc (Sykes possèdes une bonne vieille H2R de 1974, NDLR) ?
T. S. :
Ah, je ne sais pas, c'est étrange. Le MotoGP s'est drôlement rapproché de la philosophie du Superbike dans le sens où il a adopté le 4-temps, une cylindrée de 1000 cc... Idem pour le Moto2. J'ai donc l'impression que le Superbike a été encore plus éclipsé par le MotoGP, presque tué, mais les deux championnats sont maintenant organisés par le même promoteur alors nous verrons bien comment ça évolue dans les années à venir. Tout ce que j'espère, c'est que le MotoGP et le Superbike pourront conserver le très haut niveau qu'ils ont atteint aujourd'hui, et continuer à coexister.

MNC : Que penses-tu du MotoGP et as-tu déjà testé un prototype de Grand Prix ?
T. S. :
J'aimerais vraiment tenter l'aventure. Je trouve que les paramètres de développement sont bien plus étendus et je pense que cela me plairait beaucoup, que mon style fonctionnerait très bien. Nous verrons. J'aimerais bien avoir l'opportunité d'essayer, mais les chances ne sont plus très élevées.

MNC : Il faudrait que Kawasaki se relance dans la compétition...
T. S. :
Oui naturellement, c'est facile à dire ! (Rires)

MNC : Qu'est ce qui te plaît le plus en World Superbike ?
T. S. :
Ah, c'est dur à dire. C'est une catégorie que je connais depuis pas mal d'années maintenant, c'est un univers sympa. J'aime la stratégie des deux manches par week-end... Il y a pas mal de choses que j'aime bien dans le WSBK, et j'ai conscience de la chance que j'ai d'en faire partie.

MNC : Tu es récemment apparu dans une vidéo pour Kawasaki, dans laquelle tu pilotes la Ninja H2R. Est-ce sympa, impressionnant, très différent de ta moto de course ?
T. S. :
Oui, j'ai vraiment aimé piloter cette moto. C'est de l'ingénierie de très haut niveau, les performances sont vraiment fantastiques. Il se trouve que je possède une ancienne H2R. Et j'ai tellement aimé la nouvelle que je m'en suis procuré une !

MNC : Dans l'actualité du WSBK, que penses-tu de la pige de Biaggi au Qatar pour la finale 2015 ? Cela ne va peut-être pas t'arranger pour reprendre "ta" deuxième place au championnat ?
T. S. :
Oui, on verra... Honnêtement, c'est super pour le championnat. Mais ce qui fait causer chez les pilotes, ce qui surprend tout le monde, c'est le fait qu'il puisse se rendre sur le circuit pour y effecteur des tests privés pendant quatre journées entières, à moins de deux semaines des courses ! C'est assez étrange car cela va lui donner un sacré avantage, d'autant qu'ils n'ont pas à s'inquiéter du nombre limité de moteurs. C'est quelque chose d'assez...

MNC : … agaçant, peut-être ?
T. S. :
... Je pense qu'il a un gros potentiel et je le vois très bien se battre pour la victoire. Je serais très surpris du contraire !

MNC : C'est bon pour le championnat, pour l'audimat...
T. S. :
Oui c'est très bon pour le championnat, de pouvoir de nouveau afficher son nom sur le programme. Et nous verrons bien dimanche soir. Mais je m'attends vraiment à de grandes performances.

MNC : Un autre italien qui fait beaucoup parler de lui, c'est Marco Melandri, qui serait prêt à rouler l'an prochain sans être payé par son team... Qu'en penses-tu ?
T. S. :
C'est bizarre oui. Encore une fois, ce serait bon de retrouver un pilote de la trempe de Marco dans le championnat. J'ai beaucoup de respect pour lui, et c'est un grand nom de la vitesse moto. Évidemment, cela me paraît très étrange de rouler sans toucher d'argent, surtout à ce niveau. Mais je ne peux pas réellement commenter ou juger une décision qui ne relève que de lui.

MNC : Nous venons aussi d'apprendre que Nicky Hayden allait intégrer le World Superbike en 2016...
T. S. :
Oui, c'est super ! Nicky est un gars que je suis depuis de nombreuses années. Le fait qu'il nous rejoigne est fantastique, pour nous comme pour la discipline car c'est un pilote américain et ça nous manquait. C'est une sacrée plus-value. J'espère simplement qu'il trouvera de bons réglages sur la Honda et qu'il pourra se mesurer aux autres.

.

.

Commentaires

Ajouter un commentaire

Identifiez-vous pour publier un commentaire.

.

Les derniers essais MNC

A lire aussi sur le Journal moto du Net

Marché moto et scooter : les constructeurs font leur bilan 2021

En complément de notre analyse complète, les principaux constructeurs de moto et scooters dressent avec MNC leur bilan 2021. Ventes records en France, pandémie qui s’éternise, évolutions des réseaux, gammes et clientèles, titre de Quartararo, défis futurs... Voici le point de vue des pros.
Marché moto 2021 (2/11) : Retour au deux-temps en France

Jamais depuis la crise - financière - de 2008 il ne s’était vendu autant de motocycles en France : en 2021, 133 403 gros cubes et 61 149 petites 125 cc ont trouvé preneurs, sans oublier 9983 scooters à trois roues. Le second semestre n’a toutefois pas été aussi flamboyant que le premier. Comme au bon vieux temps ?
Marché moto 2021 (3/11) : Le classement des constructeurs en France

Plus impacté que ses rivaux par le coronavirus en 2020, Honda a formidablement rebondi en 2021, au point de prendre la tête des ventes de motocycles en France : une première après un quart de siècle de domination Yamaha ! BMW continue de battre des records, Kawasaki baisse encore et Triumph intègre le Top "Five". MNC établit le Top 20 des constructeurs.
Marc Marquez remonte sur sa Honda... CRF, bientôt sur sa RCV ?

Bonne nouvelle : handicapé par un trouble de la vision depuis la fin de la saison dernière, Marc Marquez a fait ses premiers tours de roues en Motocross ! Prochaine étape pour le pilote du HRC : remonter sur une moto de vitesse, avant de retrouver sa RCV pour les essais hivernaux MotoGP ?! Explications.
MotoGP 2022 6 commentaires
Sponsor : Valentino Rossi ramasse la Mooney en Grands Prix moto

La bien-nommée société italienne de services bancaires Mooney sera finalement le contributeur principal des teams MotoGP et Moto2 de Valentino Rossi, après des mois de tractations chaotiques avec le sulfureux sponsor-titre initial : la compagnie pétrolière d'Arabie saoudite Aramco. Explications.
Le nouveau pneu moto Dunlop Roadsmart 4 prêt à prendre la route

Le pneu Dunlop Roadsmart 3 commence à s'user : vive le Roadsmart 4 ! Le manufacturier renouvelle son best-seller pour motos routières et sport-GT avec le plein de technologies, mais toujours dans une optique d'associer performances, longévité et régularité. Présentation.
 
Essai longue durée du casque modulable HJC i90

MNC a testé pendant deux ans le casque modulable HJC i90 et son rapport qualités/prix intermédiaire dans la gamme ouvrable du fabricant coréen. Essai longue durée.

Soutenez le Journal moto du Net

Aidez les petites entreprises à traverser la crise économique qui va suivre celle du coronavirus : en vous abonnant à MNC Premium, vous lisez toutes les infos réservées sans pub intrusive, vous profitez de nombreux avantages (invitations, annonces gratuites, réductions, etc.) et vous préservez notre indépendance !

ARTICLES PREMIUM   |   JE M'ABONNE !

Guide 2022 des nouveautés moto et scooter : infos, essais et prix
  • En savoir plus...