• L'essentiel
  • -
  • En savoir plus...
ESSAI CASQUE GT-AIR
Paris, le 26 janvier 2016

Essai longue durée du casque intégral Shoei GT-Air

Essai longue durée du casque intégral Shoei GT-Air

Dans la gamme des casques moto Shoei, le GT-Air est un modèle intrigant : il se destine en priorité aux adeptes du tourisme mais se donne des airs de sportif. C'est surtout le premier casque intégral japonais à intégrer un second écran solaire... Essai !

Imprimer

Lancé en 2013, le GT-Air se distingue nettement des autres casques intégraux de la gamme Shoei, tout d'abord par sa forme très élaborée : ses "tempes" concaves lui donnent une allure sophistiquée que même le tout dernier X-Spirit III pourrait lui envier.

Copieusement creusée, la coque - en "fibre de verre organique et fibres multi-composite en couches superposées", précise le constructeur japonais - accueille paradoxalement un écran solaire, ce qui constitue une première pour un intégral Shoei.

En termes de finition et de qualité perçue en revanche, le GT-Air respecte la tradition nippone. Comme tous les modèles précédemment testés par Moto-Net.Com (X-Spirit II et XR-1100 notamment), cet intégral taillé pour le tourisme mais sculpté comme un sportif est magnifiquement assemblé.

La peinture de notre modèle d'essai est tout aussi réussie ("Wanderer TC5" pour info, disparu du catalogue en ligne mais toujours disponible en magasin). Vues de loin, les bandes asymétriques blanches accentuent son aspect sportif alors qu'observée de près, la teinte nacrée de ses flancs augmente sensiblement l'aspect "Premium" du casque.

Très facile à enfiler, le GT-Air réserve un très bon accueil même s'il existe des revêtements de casque plus doux. Un grand espace est alloué aux oreilles ainsi qu'à un éventuel système de communication, dont les écouteurs trouveront facilement leur place une fois les fines couches de mousse enlevées.

Aucun problème non plus pour glisser les branches d'une paire de lunettes. Le champ de vision est d'ailleurs excellent car il répond aux attentes des "GT-istes", à savoir bien dégagée sur les côtés. La vue du motard est un peu moins bonne vers le haut, mais cela dérangera uniquement les routards s'aventurant sur circuit.

La présence d'une boucle micrométrique séduira les roule-toujours qui conduisent toute l'année, y compris au coeur de l'hiver. Gage de sécurité selon Shoei, la boucle et sa languette crantée associée sont fabriquées en inox et non en plastique.

Les deux éléments du système de fermeture s'enfilent et se séparent les yeux fermés... même avec les doigts engourdis par le froid ou engoncés dans de gros gants ! Une fois réglée la longueur de la sangle, la boucle permet de serrer au cran près la tension de la jugulaire. Contrairement au simple clip, la boucle micrométrique peut donc faciliter le prêt du casque.

Pour mieux libérer la tête de l'utilisateur en cas de coup dur - sur le tarmac... -, Shoei a également équipé son GT-Air du système EQRS pour Emergency Quick Release System (voir la vidéo officielle sur la chaîne YouTube Shoei). Inaugurée sur le modèle sportif X-Spirit II, cette technologie développée sur la piste est transférée sur la route. Bravo !

Le casque GT-Air conserve l'ingénieux mécanisme Shoei de verrouillage de l'écran principal : en position close, ce dernier vient se plaquer sur un joint double, barrière que ne peuvent franchir ni le vent, ni la pluie, que Moto-Net.Com a pourtant bravés durant de nombreux kilomètres lors de ses roulages.

En hiver, le GT-Air est dépourvu de courants d'air à condition d'avoir convenablement rabattu l'écran (attention de ne pas simplement descendre la visière, l'ultime cran est parfois dur à enclencher) et d'avoir bien fermé toutes les écoutilles, parfaitement préhensibles même avec des gants d'hiver.

Très simple sur le papier et de visu, le système de fixation de l'écran est un peu plus complexe à gérer en raison du minuscule ergot qui guide l'écran dans la patte de fixation. Il demande du doigté et parfois un peu de sang-froid pour désolidariser l'écran du casque.

On regrette également l'absence d'une position "filet d'air" qui permettrait d'évacuer la buée dès la mi-saison. L'ouverture minimale de l'écran sur le GT-Air est trop importante et brasse trop d'air lorsqu'on roule. Au contraire, à très basse vitesse, l'ouverture au niveau de la mentonnière ne dégage pas la buée. Livré de série, le pinlock est donc de mise.

Très facile à installer et à enlever, le film antibuée ne limite en rien la vision supérieure et inférieure dans le casque, mais rogne un peu trop sur les côtés. Dommage aussi que cet indispensable accessoire se marque au fur et à mesure des nettoyages malgré toutes nos précautions.

Parce qu'il doit être utilisé tout au long de l'année - y compris en plein été -, le GT-Air dispose de larges aérations. La principale, au niveau du front, peut se régler sur deux positions : la première, entrouverte, permet de se rafraîchir tandis que la seconde descend plus efficacement la température sous le casque, même lorsqu'on oublie d'ouvrir la sortie d'air à l'arrière (une position).

Le niveau sonore reste bas, toujours à condition de fermer convenablement l'écran. Sans cela, des sifflements interviennent dès les basses vitesses. À haute vitesse, le bourdonnement du vent n'est pas oppressant et le maintien aérodynamique très satisfaisant.

Pour lutter contre l'éblouissement, le GT-Air dispose de l'écran solaire intégré... au modulable de la même marque, le Neotec ! Pour un intégral japonais toutefois, il s'agit bien d'une grande première. Le grand rival Arai a opté pour un écran externe, bien plus exposé aux éléments : pluie, poussière, coin de table de bistro, etc.

Convenablement fumé, l'écran ne voile pas pour autant la vue du pilote et ne la déforme pas davantage. Il ne chatouille pas le nez et ne tape pas contre la monture des lunettes. En somme il sait se faire oublier, à tel point qu'on peste un peu trop vite contre le faible éclairage des tunnels...

Si l'on tâtonne un peu au début pour trouver la gâchette sur le flanc gauche, l'efficacité de la commande finit par convaincre. Sa discrétion est finalement un atout : ne dépassant quasiment pas du casque, elle n'est pas surexposée aux chocs lorsqu'on porte le casque à la main.

Verdict Moto-Net.Com : 8/10

Conditions de l'essai

  • Deux ans de roulage
  • Par tous les temps
  • Problèmes techniques rencontrés : RAS

Points forts

  • Écran solaire intégré
  • Allure de casque sportif
  • Confort et tenue dans le temps
  • Qualité de la peinture

Points faibles

  • Sifflements si l'écran n'est pas verrouillé
  • Pas de petite ouverture d'écran
  • Pinlock un poil étroit
  • Tarif élevé

Aux mains du Journal moto du Net, le casque ne s'est jamais abîmé malgré de nombreuses sorties en présentation presse pendant lesquelles nous avons constaté que le GT-Air (en taille M) se glisse sans trop de mal dans la grande majorité des coffres et valises des motos actuelles.

Estimé à environ 1400 g, le poids du casque semble plus faible encore, qu'il soit porté sur la tête ou trimballé à bout de bras. Notons au passage la solidité de la peinture qui reste impeccable malgré la faible protection qu'offre la housse livrée avec le casque, et surtout malgré les milliers de kilomètres effectués avec !

L'intérieur du GT-Air tient aussi bien le coup, d'autant mieux qu'il est entièrement démontable et lavable. Une fois passées en machine, les mousses perdent leur odeur de fennec (si si !) mais ne perdent pas leur volume. Un point crucial sur un casque de cette gamme... de prix : entre 479 € (coloris uni) et 579 € pour les nouveaux coloris 2016.

Fiche technique Shoei GT-Air

  • Coque en AIM : 6 couches de fibre de verre organique
  • Calotin à double densités EPS
  • 3 différentes coques, du XS au XXL
  • Mousses de joues amovibles et lavables
  • Aérations : menton, front, arrière
  • Spoiler intégré
  • Système d'extraction EQRS
  • Ecran CNS-1
  • Film pinlock antibuée DKS301
  • Écran solaire QSV-1
  • Boucle micrométrique en métal
  • Bonnet démontable et lavable
  • Cache jugulaire amovible et lavable
  • Cache nez Type F
  • Bavette anti-remous Type G
  • Housse de casque Shoei
  • Poids : 1400 g en taille M
  • Tarifs : uni 479 €, métal 499 €, déco 579 €

Commentaires

Ajouter un commentaire

Identifiez-vous pour publier un commentaire.

.

Abonnement MNC Premium

En m'abonnant à MNC Premium je soutiens l'indépendance du Journal moto du Net, j'accède à toutes les informations réservées et je profite d'avantages exclusifs (invitations, cadeaux, réductions, etc.).

 

  • En savoir plus...

Les derniers articles parus

Interview Loris Baz : "Bosser pour revenir jouer avec Rea, Davies et Sykes"

La 31ème saison de World Superbike débute ce week-end à Phillip Island (Australie). La France, absente du championnat l'an passé, vise de nouvelles médailles grâce au - grand ? - retour de notre - grand ! - Loris Baz. Moto-Net.Com s'est entretenu avec le nouveau pilote BMW Althea. Interview.
Essais MotoGP Thaïlande - Jour 3 : Pedrosa met tout le monde d'accord à Buriram

Dani Pedrosa repart de Thaïlande avec le meilleur chrono des premiers essais MotoGP organisés sur le circuit de Buriram. Le pilote Honda-Repsol précède de seulement 86 millièmes la Yamaha-Tech3 de Johann Zarco et les RC213V de Cal Crutchlow et Marc Marquez. Débriefing, déclarations et classements.
Tests d'intersaison 9 commentaires
Emflux One : quand l'Inde se branche sur la moto électrique sportive

Emflux Motors, jeune constructeur de motos électriques basé à Bangalore (Inde), a profité de son salon national Auto Expo Motor Show pour dévoiler sa prometteuse Emflux One, première Superbike à propulsion électrique construite en Inde. Présentation, tarifs et ambitions.
R&D
Toni Bou hors-jeu pendant au moins trois semaines

Le pilote espagnol Toni Bou, 22 fois champion du monde de trial indoor et outdoor, a chuté hier au Mans lors d'une manche du X-Trial. Souffrant d'une triple fracture des vertèbres, l'officiel HRC sera absent pendant "au moins trois semaines", indique son team.
Votre invitation au GP de France Moto 2018

Comme chaque année, Moto-Net.Com a le plaisir d'inviter ses lecteurs au Grand Prix de France MotoGP !
La dénonciation d'un salarié en excès de vitesse serait inapplicable

Selon l'avocat Jean-Baptiste Iosca, président de l'association des Avocats français en droit routier (AFEDR), la loi du 1er janvier 2017 qui oblige l'employeur d'un salarié auteur d'un excès de vitesse à le dénoncer serait juridiquement "inapplicable" et pourrait aboutir à la relaxe après contestation, sans perte de point ni amende.
Radars 9 commentaires
Manif contre les 80 km/h à Nantes le 24 février

La mobilisation commune des motards et des automobilistes contre les 80 km/h se poursuit ce week-end à Nantes, avec une manifestation samedi 24 février à 14h00 au départ du cours Saint-Pierre.
Avertissement sur l'utilisation des cookies
En poursuivant votre navigation sur ce site vous acceptez l'utilisation de cookies et autres traceurs pour vous connecter à votre compte utilisateur, laisser des commentaires, déposer des annonces, paramétrer vos alertes, etc.