• L'essentiel
  • -
  • En savoir plus...
X-SPIRIT 3
Paris, le 9 juillet 2010

Essai du casque Shoei X-Spirit II : l'intégral ultra-sportif

Essai du casque Shoei X-Spirit II : l'intégral ultra-sportif

Nouvelle référence sportive chez Shoei, le casque X-Spirit II a demandé cinq ans de développement aux ingénieurs japonais. Particulièrement choyé sur les plans de l'aérodynamisme, de la vision et de la sécurité, il est le fruit du développement effectué au plus haut niveau de la compétition par les pilotes Shoei.

Imprimer

Porté en course par Chris Vermeulen, Toni Elias, Mika Kallio, Ryuichi Kiyonari ou encore Yukio Kagayama, ce X-Spirit de deuxième génération représente en effet la vitrine du savoir-faire technique du constructeur nippon : autant dire que sa genèse et son élaboration ont fait l'objet d'un soin maniaque, tant dans le choix de son design - très semblable au précédent - que dans l'augmentation de ses performances.

Avec une telle carte de visite et de pareilles prétentions, le casque intégral Shoei ultra-sportif ne pouvait passer à côté d'un essai complet estampillé "MNC" : la rédaction du Journal Moto du Net a donc soumis le heaume japonais à cinq mois de tests intensifs. Bilan !

Le MotoGP autour de la tête !

Doté d'un nouvel écran à large vision CW-1 équipé d'un Pinlock, le X-Spirit II adopte une garniture interne relativement douce au toucher, facilement démontable et conçue pour contenir les vibrations. Lors de l'enfilage, le casque affiche un chaussant typé sport : le crâne et les joues sont maintenues fermement, mais sans inconfort.

Notre lecteur JC21, heureux gagnant du casque X-Spirit II Réplica mis en jeu lors de la première manche du jeu vidéo en ligne de l'année, le célèbre GP Challenge Moto-Net.Com (lire MNC du 1er mars 2010 : JC21 remporte le Challenge Ducati) confirme cette sensation.

"Au début il est un peu difficile à mettre, mais une fois en place on est à l'aise : simplement, l'excellent maintien - notamment au niveau de la nuque - donne cette impression d'être serré au début", affirme notre lecteur qui porte maintenant son superbe Réplica Ryuichi Kionary depuis plusieurs mois avec une satisfaction croissante !

La forme fluide et allongée de la coque disponible en quatre tailles a fait l'objet d'intenses tests en ateliers de soufflerie : marque premium, Shoei revendique une conception et un assemblage entièrement réalisés dans ses locaux japonais, contrairement à de nombreux concurrents qui choisissent de délocaliser leur production pour des raisons de coûts.

Cependant, si la qualité de réalisation ne souffre globalement d'aucune critique et que les matériaux employés sont d'excellente facture, plusieurs points agaçants viennent ternir au fil des mois ce tableau idyllique : la bavette amovible qui se décroche régulièrement (faute d'un système de fixation performant) ou les coutures de la mentonnière qui s'effilochent trop rapidement.

En outre, la partie arrière gagnerait en qualité perçue si le bas du spoiler était solidaire de la coque et que ledit spoiler n'était pas aussi étonnamment mou au toucher, comme réalisé dans le même plastique qu'un cône de signalisation routière ! Enfin, dans cette version unie mise à notre disposition, la peinture sans verni de cet imposant élément retravaillé pour améliorer l'aérodynamisme s'est même révélée très sensible aux chocs et aux projections...

Impérial sur piste…

Porté lors de tous nos essais sur circuit, le X-Spirit II se trouve dans son élément naturel : alors que la manipulation difficile des ventilations frontales supérieures et de l'extracteur arrière agace sur route, leur efficacité sans pareil lors d'une journée d'été passée à taquiner les vibreurs force l'admiration !

Remarquablement stable à haute vitesse - même en tournant la tête à plus de 200 km/h pour vérifier si le collège n'aurait pas l'intention de tenter un freinage ! -, l'intégral Shoei offre un champ de vision large et sans gêne d'aucune sorte, ainsi qu'un confort acoustique dans la bonne moyenne des casques racing.

Malgré sa superposition de couches de fibres de verre et de fibres organiques, le X-Spirit II affiche en revanche un poids conséquent de 1,5 kg en taille M, là où certains de ses concurrents revendiquent plusieurs centaines de grammes en moins...

Pas vraiment gênant au quotidien grâce à un bon équilibrage des masses, ce poids relativement élevé s'explique notamment par l'adoption du système EQRS (Emergency Quick Release System), le système de d’extraction rapide d’urgence Shoei.

Découverte sur le RX-7 GP, l'alter ego du X-Spirit II chez Arai, cette technologie permet à un tiers de retirer facilement les mousses de joues depuis l’extérieur en cas d'accident, évitant ainsi de forcer sur les cervicales du motard en tentant d'ôter son casque.

Ingénieux et parfaitement intégré, ce salutaire dispositif ne souffre en réalité que d'un seul défaut. "Bien qu'elle se montre particulièrement efficace pour éviter d'aggraver d'éventuelles lésions en cas de chute, la technologie d'extraction d'urgence est encore méconnue hors compétition : lors d'un accident sur route, il est hélas peu probable qu'un pompier ou un secouriste soit au fait de la présence de l'EQRS", souligne ainsi Pascal Couturier, le responsable de Shoei France.

… un peu moins sur route !

Conçu pour la piste, le Shoei X-Spirit II avoue évidemment quelques lacunes dans le cadre d'une utilisation quotidienne de type "moto-boulot-dodo" : pas vraiment prévu pour ce genre d'exercice, ce casque hyper-sportif nécessitera ainsi le recours à des bouchons d'oreille lors de longs trajets sur autoroute.

Shoei ayant ajouté un système de fixation des platines sur axe variable afin d'améliorer le contact entre l'écran (réglable sur sept positions) et le très efficace joint d'étanchéité, les Japonais ont de fait été contraint d'installer un ergot supplémentaire au mécanisme de fixation.

Hélas, cette petite pièce en plastique complique singulièrement le démontage de la visière prévue pour recevoir des tears-off, alors que la manoeuvre se montrait remarquable de simplicité auparavant : un détail pénalisant lorsque l'utilisateur décide de changer d'écran lors d'une balade au long cours.

Verdict Moto-Net.Com : 7/10

Conditions de l'essai

  • Durée : cinq mois
  • Utilisation sur sportives et roadsters
  • Météo : de 12°c à 33°C
  • Problèmes rencontrés : RAS

Points forts

  • Maintien optimal
  • Ventilations extrêmement efficaces
  • Système d'extraction rapide des mousses

Points faibles

  • Manipulation de certaines ventilations
  • Caractère exclusif
  • Détails fâcheux au regard du tarif élitiste (bavette baladeuse, coutures de la mentonnière et peinture du spoiler fragiles)

Le X-Spirit II se rattrape en revanche par son large champ de vision et l'efficacité bluffante de ses aérations : sous la pluie, le Pinlock n'est même pas indispensable tant le rendement des ouvertures frontales et l'extraction d'air par l'arrière se montre redoutable ! Dommage que le mécanisme d'ouverture et de fermeture des ventilations hautes se montre de son côté peu pratique à manipuler avec des gants...

En ville et sur piste, l'accessible loquet permettant d'entrouvrir l'écran ou de le bloquer solidement se fait en revanche fort apprécier : il est ainsi possible de rouler sous de fortes chaleurs en laissant un léger filet d'air pénétrer dans le casque, sans avoir à subir de désagréables courants d'air dans les yeux.

Disponible de la taille XS à XXL en quatre tailles de coque et cinq tailles de calotin, le Shoei X Spirit II s'avère être un produit extrêmement abouti et entièrement tourné vers la compétition. Dans ce domaine, il mérite incontestablement la note maximale... ce qui le dessert inévitablement lors d'un usage routier !

Un point à ne pas négliger lors de l'achat de ce casque résolument haut de gamme qui s'échange contre la bagatelle de 689 euros en version unie (blanc ou noir), 799 euros en version "Graphique" et jusqu'à 829 euros pour les modèles Réplica (Vermeulen, Elias, Kallio, Kiyonari et Kayagama).

.

.

.

A lire aussi sur le Journal moto du Net

La norme Euro5 moto pourrait être repoussée d'un an

Pour avoir le temps d'écouler des "centaines de milliers" de motos potentiellement invendues à cause du coronavirus, l'association des constructeurs européens de motos (ACEM) demande à l'Union européenne de repousser l'entrée en vigueur de la norme Euro5 au 31 décembre 2021... Explications.
La stratégie du réseau Kawasaki face au coronavirus

Comment le réseau de concessions moto Kawasaki réagit-il à la crise du Covid-19 ? Quelles sont les actions mises en place pour relancer l'activité depuis le déconfinement ? Réponses dans notre entretien MNC avec Antoine Coulon, responsable marketing de Kawasaki France. Interview.
La stratégie du réseau Ducati face au coronavirus

Comment le réseau de concessions moto Ducati réagit-il à la crise du Covid-19 ? Quelles sont les actions mises en place pour relancer l'activité depuis le déconfinement ? Réponses dans notre entretien MNC avec Ducati France. Interview.
La stratégie du réseau Harley-Davidson face au coronavirus

Comment le réseau de concessions moto Harley-Davidson réagit-il à la crise du Covid-19 ? Quelles sont les actions mises en place pour relancer l'activité depuis le déconfinement ? Réponses dans notre entretien MNC avec Manoël Bonn, directeur marketing Harley-Davidson France. Interview.
La stratégie du réseau Honda moto France face au coronavirus

Deux options sont possibles face à un obstacle en tout-terrain : ralentir pour l'enrouler ou mettre plein gaz pour le survoler. Offensif et proactif, Honda France opte clairement pour la seconde stratégie afin d'aider son réseau à surmonter les conséquences du Covid-19. Entretien MNC avec Fabrice Recoque, directeur de la division moto de Honda France. 
Pratique 4 commentaires
Prix du nouveau scooter 3-roues Yamaha Tricity 300

Dévoilé à Milan cet automne, le nouveau scooter Tricity 300 accessible aux titulaires du permis auto rejoint la gamme 3-roues Yamaha aux côtés du scooter Tricity 125 et de la moto Niken.
Jack Miller rejoint le team officiel Ducati MotoGP en 2021

Une MotoGP Ducati officielle sera de nouveau pilotée par un australien l'an prochain : après Troy Bayliss et Casey Stoner, Jack Miller accède à son tour au guidon de la Desmosedici d'usine en 2021, avec une option pour la saison 2022. Explications.
Pilotes et équipes 2 commentaires

Soutenez le Journal moto du Net

Aidez les petites entreprises à traverser la crise économique qui va suivre celle du coronavirus : en vous abonnant à MNC Premium, vous lisez toutes les infos réservées sans pub intrusive, vous profitez de nombreux avantages (invitations, d'annonces gratuites, etc.) et vous préservez notre indépendance !

ARTICLES PREMIUM   |   JE M'ABONNE !

Guide pratique Nouveautés moto 2019 : prix, présentation et dates de disponibilité
  • En savoir plus...