• L'essentiel
  • -
  • En savoir plus...
TEST
Paris, le 2 mars 2006

Toujours prête !

Toujours prête !

Les utilisateurs de la Deauville veulent toujours plus de polyvalence : pour les satisfaire, Honda a décidé de peaufiner sa petite GT avec 10 chevaux et 10 litres de plus, ainsi qu'un nouveau design pour une même partie cycle. Présentation.

Imprimer

La petite GT de Honda connaît un renouveau cette année, tant esthétique que technique (lire Moto-Net du 29 septembre 2005). Depuis quatre ans, la Deauville n'avait en effet subie aucune modification, les services de r&D du numéro un mondial se consacrant davantage aux incessantes surenchères de leurs modèles hypersportifs ou aux évolutions d'autres modèles.

Mais aujourd'hui, tous les projecteurs se braquent sur cette "mini Pan European" revue et corrigée d'après les commentaires et les attentes de ses possesseurs très variés (coursiers parisiens, dévoreurs d'asphalte, motard lambda, etc.) qui, selon Honda, demandaient principalement "une meilleure capacité de transport, des performances en hausse ou une polyvalence encore renforcée". Contrat rempli ?

Honda Deauville 700 : toujours prête

Les hommes préfèrent les grosses

Premier constat : la Deauville s'est offert un sérieux lifting. Son bloc optique, à l'image de ceux des Silver Wing (lire Moto-Net du 1er mars 2006), reprend l'aspect et la technologie de celui installé sur la Black Bird. Globalement, la partie avant de la nouvelle Deauville est moins pataude qu'avant, notamment grâce à des lignes plus tendues et des clignotants - de couleur blanche - placés plus hauts.

Honda Deauville 700 : toujours prête

En revanche, sa moitié arrière conserve la forme rondouillarde qu'on lui connaît et que ses utilisateurs plébiscitent, la capacité de chargement restant une priorité sur ce modèle. Quant aux feux arrières ils en imposent davantage, puisqu'ils descendent désormais le long des valises.

La capacité des valises atteint désormais 26,7 l à gauche et 27,4 l à droite. Mais l'aménagement dont les japonais sont le plus fiers est avant tout le tunnel permettant la communication entre les deux côtés : il permettra par exemple aux architectes de déplacer leurs plans sans soucis, ou "aux français de transporter leur baguette sans la rompre", plaisante Christophe Baillien, directeur du planning promotionnel chez Honda Europe.

Honda Deauville 700 : toujours prête

La fermeture des valises se montrant parfois fastidieuse, les plus pressés devront tout de même acquérir un certain coup de main.

Pour ceux qui ne se contenteraient pas des 60 l de contenance - en comptant les vide-poches -, il existe en option des couvercles de valises plus profonds (33,5 l à gauche et 37 l à droite) et un top-case de 45 l. De quoi partir loin et longtemps, en somme.

Ne m'appelez plus 650

Mais la Deauville n'a pas seulement pris du volume dans ses espaces de rangement : afin de proposer une moto plus performante, Honda a décidé d'augmenter de 33 cc la cylindrée du bicylindre. Au final, la Deauville 700 - 680 cc en réalité - est donnée pour 65,6 ch à 8 000 tr/min et 66,2Nm à 6 500 tr/min. Tout cela en respectant évidemment la norme Euro 3, la préservation de l'environnement étant l'un des chevaux de bataille de Honda.

Honda Deauville 700 : toujours prête

Ces gains par rapport au modèle 2005 s'expliquent non seulement par l'augmentation de la cylindrée mais aussi et surtout par l'arrivée de l'injection et d'une nouvelle culasse quatre soupapes (au lieu de trois auparavant). Les performances de la Deauville sont bel et bien en hausse et devraient lui permettre d'asseoir définitivement son statut de GT.

Toutes ses évolutions sont a priori très engageantes et l'on peut simplement regretter qu'aucun effort n'ait été réalisé pour diminuer le poids de la bête, qui accuse tout de même un total de 257 kg tous pleins faits... Les gabarits les plus légers devront prêter une attention particulière à leur monture lors des déplacements lents et des phases de béquillage et débéquillage.

Honda Deauville 700 : toujours prête

Une fois enfourchée, la Deauville se fait toutefois pardonner son excès pondéral par l'accueil et le confort qu'elle procure. La selle, qui hérite d'une mousse plus dense, est rabaissée de 16 mm tandis que le guidon est rehaussé de 30 mm. Du coup, la position du pilote est plus verticale et la circulation dans les embouteillages mais surtout les long parcours en sont facilités.

Honda avait promis "un son typique, pur et grondant, en particulier à bas régimes, ajoutant à son charme et à ses qualités de GT". Malheureusement... il n'en est rien et le bicylindre délivre une sonorité plus proche de celle d'un gros scooter que d'une corpulente GT...

Une vraie GT

A bas régime, entre 2 000 et 3 500 tr/min, le moteur se montre un peu réticent et a tendance à "cogner" si on lui en demande trop d'un coup. En revanche, passé ce cap, il se montre très agréable et disponible, bien qu'un peu bruyant. La nouvelle culasse et l'injection - souvent accusée de rendre les moteurs trop linéaires - procurent à la nouvelle Deauville un caractère plus vivant que l'ancien modèle.

Honda Deauville 700 : toujours prête

A tel point qu'on pourrait presque qualifier cette nouvelle motorisation de joueuse entre 5 500 et 8 000 tr/min : les reprises sont alors franches et efficaces, tout en conservant le mérite de ne pas être intimidantes pour les débutants ou les moins téméraires.

L'ensemble de la partie cycle suit sans broncher, à l'image des suspensions qui se jouent des irrégularités du revêtement des routes grecques sur lesquelles Honda a choisi de présenter la nouvelle Deauville. La monte de B020 accentue les prétentions "sportives" - toutes relatives - de la Deauville et l'on prend un certain plaisir à tester ses capacités sur route roulante. Toujours efficace en ville, elle gagne en polyvalence, maître mot des GT.

Honda Deauville 700 : toujours prête

À son bord, le pilote est chouchouté. Les rétroviseurs - excentrés de 55mm de chaque côté par rapport à l'ancienne version - offrent une excellente vue et sont exempts de vibrations. Seuls les adeptes du gymkhana entre les files seront déçus par cette évolution. Outre la position de conduite très confortable, on peut compter sur la bulle qui offre une protection importante en position basse, devenant intégrale en position haute (+17 cm).

Honda Deauville 700 : toujours prête

Concernant la bulle, il est regrettable que le changement de position nécessitent une manipulation contraignante car outillée et relativement longue. À deux, les ingénieurs Honda mettent cinq minutes montre en main... Imaginez-vous tout seul, sur le bord de la route, lors de votre première tentative !

La Deauville 700 sait donc rouler, mais elle sait également freiner. Sur les routes particulièrement grasses et poussiéreuses du bord de mer athénien, les systèmes d'aide au freinage ont fini de convaincre les plus sceptiques : l'ABS se déclenche à juste titre sur des passages où à peine quelques mètres avant, l'adhérence était encore fiable.

Honda Deauville 700 : toujours prête

De son côté, le CBS tranquillisera les novices qui peinent à doser la pression qu'ils exercent sur la pédale. Ainsi, cette dernière actionne non seulement l'étrier arrière mais aussi le piston central de l'étrier avant gauche. Le levier de frein quant à lui actionne les trois pistons de l'étrier droit et les deux pistons extérieurs de l'étrier gauche.

Un système rassurant qui oblige toutefois les motards confirmés à utiliser la pédale pour profiter de toute la puissance du frein avant. Perturbant pour certains, l'automatisme est rapidement acquis.

Pour parfaire sa panoplie de petite GT, la Deauville calcule en continu sa consommation d'essence. Ainsi, lors de cet essai, la 700 Honda affichait une moyenne de 5,7 l au 100 km qui s'est vérifiée à la pompe.

Bonne à tout faire ?

Proposée à 8 700€ (9 300€ avec ABS) en beige, noir, gris ou bleu, la Deauville 700 est repartie pour un tour... qu'il soit de quartier, de ville ou de France ! Car au final, la Deauville pousse encore un peu plus loin le concept de "multi-use" souhaité par Honda.

Honda Deauville 700 : toujours prête

Toujours aussi confortable et désormais entraînée par un moteur vaillant, la Deauville propose un comportement routier très plaisant. Et malgré son poids important, une sonorité pas assez flatteuse et quelques aspects pratiques à perfectionner (fermeture des valises et manipulation de la bulle), la Deauville 700 est certainement l'une des motos incontournables du millésime 2006.

.

.

Commentaires

Bestof: 
1
Lectures: 
0
Après avoir conduis une varadero XL 1000V, et d'autres motos (honda hornet 600, Yamaha fazer 1000), je dirais : Malgré une apparence assez anodine et relativement neutre ( par rapport à d'autres motos), la Honda Deauville 700 est une moto qui au fond cache son jeu et qu'il faut avoir conduit pour connaître et pour pouvoir juger de manière objective. La tenue de route surprend par son excellence et sa rigueur. On a un sentiment immédiat de confort, de sécurité et de fiabilité que l'on ne retrouve pas forcément sur beaucoup de motos indépendamment du prix et de la cylindrée : Par exemple sur des motos surpuissantes et ultralégères de 110 chevaux mais qui concrètement qui n'ont pas une partie cycle conçue pour cette puissance , pas de capacité de rangement, pas d'aptitude au voyage, pas concrètement d'aptitude autoroutière. La position de conduite pour le pilote d'1m 70-1m 75 est ici agréable et naturelle . On a pas le sentiment d'être recroquevillé à quattre patte comme sur certaine sportive, ni d'être trop haut perché comme sur certains trails. C'est juste ce qu'il faut. c'est parfait. L'ABS en option amène un élément de sécurité indéniable notamment sous la pluie , conjugué au cardan sans entretien et sans vérification constante de tension. Enfin les pneux d'origine sont excellents sous la pluie, ce qui n'est pas si courant. Par rapport à la cylindrée, au rapport qualité prix, c'est dans l'ensemble une excellente moto , une moto méconnue, qui à mon sens se démarque du marché, qui ne paie pas de mine mais qui inspire un sentiment de fiabilité et de sécurité sachant que finalement le choix d'une moto (dans le cadre d'une utilisation quotidienne) devrait se faire par rapport à des critères reposant au fond peut être sur des éléments simples et essentiels si l'on considère la moto avant tout comme un moyen de transport au quotidien, par tous les temps et en règle général sur des routes dont la vitesse avoisinne les 80-100 km/h. Pou le motard quadragénaire, en quête de sécurité, de fonctionnalité, et de simplicité, qui choisi avant tout un véhicule pour sa tenue de route et son caractère fonctionnel,la deauville 700 avec sa capacité de chargement réelle (option avec capots élargisseurs et top) case) répond à des critères apparemment simples mais que l'on ne retrouve tout simplement pas sur de nombreuses motos du marché qui n'ont pas la polyvalence de la Deauville et sa tenue de route. D'autre part, pour une personne qui n'a pas la morphologie du teuton d'1 mètre 80, qui peut raisonnablement manier une moto très lourde, la deauville est adaptée au taille et gabarit raisonnable. Bien entendu, elle n'a pas la vocation d'une sportive , et ne dois pas se conduire comme une sportive. Mais dans le cadre des limitations légales, et dans une optique raisonnable, en tant que moyen de transport du lundi au dimanche, elle est très agréable à conduire et surtout vue sa bonne tenue de route par tout type de temps. Elle a les atouts très concrets d'une GT sans en avoir le prix et le poids.D'autre part, les deauvilles sont connues (du moins avec le recul de la 650) pour être des motos robuste et économe et dans l'ensemble le coût de revient et d'utilisation est inférieur à d'autres marques. D'autre part, son poids d'environ 260 kilo tout plein fait, est à mon sens un plus en matière de tenue de route, et il se fait totalement oublier à basse vitesse, ( par rapport à une varadero par exemple). En plus, on a l'impression d'avoir une vraie moto entre les mains, quelque chose qui tient la route et pas un truc ultraléger en aluminium coulé avec un tableau de bord issu de la planète mars. : une moto quoi. L'injection est fiable et ne comporte aucun à coup ce qui est le plus important. Par contre il est clair que par forte chaleur, l'arrivée du système d'injection , fait qu' une certaine chaleur non négligeable a tendance à se faire sentir, mais avec l'adoption d'un bagster, elle est tolérable et se manifeste surtout lors d'arrêt fréquent (files de voiture) et par forte chaleur. Par rapport aux reprises, c'est tout à fait acceptable et sécuritaire et la Deauville 700 est relativement nerveuse et largement assez puissante lors de dépassements ; pour celui qui ne fait pas à mon sens plus de 300 km par jour et qui circule aux vitesses légales sur départementales et autoroutes. D'autre part, au niveau des assurances (casco complet) , le côut n'est pas celui d'une 1000. Dans le cadre d'une utilisation quotidienne, le gabarit de la Deauville , avec top cases et capots latéraux élargisseurs , est juste ce qu'il faut : le sentiment de conduire une vraie GT sans les inconvénients d'une GT.(poids, parcage, coût d'utilisation..). Une fois quand j'avais fait tomber ma varadero 1000 (devant un commissariat en plus ) , on a du se mettre a 3 pour la relever, et dernièrement, j'ai relevé tout seul ma deauville et je ne crois pas être particulièrement musclé. La capacité de chargement des valises est très précieux si l'on considère une moto dans un cadre utilitaire et c'est un réel atout au quotidien du fait que les valises de la Deauville sont intégrées et qu'esthétiquement elles sont jolies, ce qui procure au niveau de la sécurité un avantage. Le bicylindre est attachant et largement assez puissant aux vitesses légales.( si l'on ne circule pas en duo) La finition est dans l'ensemble bonne, même si elle pourrait encore être meilleure (comparaison avec mon ancienne varadero 1000), mais il semble que cela soit peut être le lot de l'évolution des motos actuelles. Le tableau de bord classique ne fait pas toc et est particulièrement clair et visible par rapport à certains tableaux de bords abracadabrants de certaines motos avec des tableaux digitaux minimalistes et illisibles ou on n'arrive pas à lire grand chose et ou on se demande si les progrès technologiques sont vraiment des avancées et si les ingénieurs qui conçoivent ces motos sont des motards (avis personnel). La boite de vitesse est très douce et facile à passer, comme les boites Honda. La conduite à basse vitesse au début demande une certaine adaptation ( manque de souplesse à bas régime) mais on s'habitue vite et le revers positif c'est que la moto est ultra agréable à conduire entre 70 et 100 km/h. Enfin , sur mon modèle )modèle 2006) le bruit moteur est tout à fait respectable et ne donne en aucun cas une impression "toc". De plus la ligne de la moto peut être réhaussée en faisant fixer des protecteurs en tube d'aciers pour protéger le carénage à l'avant, ce qui donne un certain style. d'autre part, avec le top case et les valises élargies, elle a un look assez classieux et elle a un charme certain, vu de derrière comme de devant. pour résumer, c'est à mon sens une moto attachante et qui doit correspondre au cahier des charges que souhaite son propriétaire. Partie cycle excellente, capacité de transport réel, protection, tenue de route, confort, autonomie, et sentiment d'avoir une moto classique et sérieuse qui tiens concrètement la route. en bref, il faut la conduire et juger ensuite.

Ajouter un commentaire

Identifiez-vous pour publier un commentaire.

.

A lire aussi sur le Journal moto du Net

Marché moto et scooter 2019 : premier semestre record pour les gros cubes

Avec 103 446 motos et scooters immatriculés de janvier à juin, le premier semestre 2019 a été très positif pour le marché français (+13% Vs 2018). Les 125 poursuivent leur remontée tandis que les gros cubes atteignent un volume jamais vu sur Moto-Net.Com... Chiffres, graphiques et analyses : voici le bilan complet du marché moto et scooter en France sur MNC !
Juin 1 commentaire
Curtiss pète les plombs avec ses motos électriques Hades et Zeus Radial V8 !

Curtiss, ancien constructeur de motos thermiques extravagantes reconverti dans l'électrique, explore des voies stylistiques osées pour détourner l'aspect peu sexy d'un moteur à batteries : sous forme d'un gros 8-cylindres sur sa Radial V8 et... phallique sur son Hades ! Découverte.
Motos 4 commentaires
105 ch et 249 kg pour la moto électrique Harley-Davidson LiveWire

La version définitive de la moto électrique LiveWire de Harley-Davidson développerait 105 ch et 116 Nm de couple, d'après les retours des premiers essais réalisés par nos confrères américains. La première moto à piles de la Motor Company doit raccorder ses batteries à l'Europe en septembre au prix de 33 900 euros.
Malgré la mort de son "baby boy", la mère de Carlin Dunne veut que les courses moto se pousuivent à Pikes Peak

Romie Gallardo, mère de Carlin Dunne, estime que la chute mortelle de son "baby boy" près du sommet de Pikes Peak ne doit pas conduire les organisateurs à interdire les motos de cette célèbre course de côte américaine. Explications.
Duel vidéo : Royal Enfield Interceptor 650 Vs. Triumph Street Twin

En complément de notre duel complet entre la Royal Enfield Interceptor 650 et la Triumph Street Twin, voici la vidéo de ce comparatif entre ces deux roadsters néo-rétros...
Que faut-il penser des rumeurs sur la retraite de Rossi et Lorenzo ?

La trêve estivale MotoGP est traditionnellement propice au développement des rumeurs... Dernières en date : l'inévitable raccrochage des gants de l'idole des Grands Prix Valentino Rossi et la retraite éventuelle de Jorge Lorenzo avant la fin de sa première campagne chez Honda-Repsol. MNC fait le point... retraite !
Pilotes et équipes 2020 27 commentaires
Que font les pilotes MotoGP pendant leurs vacances d'été ?

Repos ? Entraînement ? Plage ? Farniente ? Apéro-barbec' ? Hôtels de luxe ? Si certaines stars des Grands Prix moto se montrent discrètes sur leur emploi du temps pendant la pause estivale avant la reprise du championnat du monde en République tchèque, d'autres se répandent abondamment sur les réseaux... Petit panorama rafraîchissant en pool position.
Les huit nouvelles recommandations du CNSR pour améliorer la sécurité routière

Le Conseil national de la sécurité routière (CNSR), réuni début juillet sous la présidence du maire de Flers (61) Yves Goasdoué, livre huit nouvelles recommandations pour réduire l'accidentologie routière. Certaines sont pertinentes, d'autres moins : MNC fait le point route.
Sécurité routière 3 commentaires
Journée nationale du partage de la route le 18 juillet

La Fédération française des motards en colère (FFMC), 40 millions d'automobilistes et Mon vélo est une vie lancent la Journée nationale du partage de la route qui aura lieu le 18 juillet. Explications.
Sécurité routière 2 commentaires

Abonnement MNC Premium


En m'abonnant à MNC Premium je lis toutes les infos réservées sans pub intrusive, je profite d'invitations, réductions, annonces gratuites, etc. et je soutiens l'indépendance du Journal moto du Net !

TOUS LES AVANTAGES   |   JE M'ABONNE !

Guide pratique Nouveautés moto 2019 : prix, présentation et dates de disponibilité
  • En savoir plus...