• L'essentiel
  • -
  • En savoir plus...
PROJET DE DÉCRET
Paris, le 27 avril 2017

Le gouvernement veut interdire la possibilité de signaler les contrôles radars

Le gouvernement veut interdire la possibilité de signaler les contrôles radars

Mêlant allègrement lutte contre le terrorisme et simples contrôles routiers, le ministère de l'intérieur veut interdire la diffusion par "applications smartphone, GPS, sites internet ou réseaux sociaux" de "tout message de nature à signaler les opérations de police dans certains périmètres"... Y compris les contrôles radars !

Imprimer

L'éphémère nouveau futur ancien ministre de l'intérieur, Matthias Fekl, souhaite adopter un "décret portant interdiction de diffuser par l’intermédiaire des services électronique (oui, sans S, NDLR !) d’aide à la conduite ou à la navigation tout message de nature à signaler les opérations de police dans certains périmètres".

En clair, même si le projet de texte ne le mentionne pas explicitement : interdire la possibilité de signaler les emplacements des contrôles radars, alors même que la Cour de cassation vient de rappeler dans un arrêt de septembre 2016 qu'il n’existait en l'état actuel du droit "aucune interdiction d’annoncer la présence des radars et des contrôles routiers à l’aide d’un réseau social"

Comme le veut la procédure dès lors qu'il s'agit d'un projet de règle technique, le gouvernement français doit notifier officiellement la Commission, qui a désormais trois mois (jusqu'au 25 juillet 2017) pour donner son avis et "répondre de façon appropriée". 

Libre prestation de services ?

Si elle estime que le projet crée "des obstacles à la libre circulation des marchandises ou à la libre prestation de services de la société de l'information ou au droit dérivé de l'UE", la Commission pourra émettre un avis circonstancié à l'attention du gouvernement français. La période de statu quo serait alors prolongée de trois mois supplémentaires concernant les produits et d'un mois supplémentaire concernant les services, tandis que Paris devrait communiquer à Bruxelles les mesures prises en réponse à l'avis circonstancié.

"Un impact favorable sur la sécurité routière est attendu", plaide le futur ancien gouvernement français dans sa notification du 24 avril 2017 visiblement écrite avec les orteils d'un stagiaire, à tel point qu'on pourrait presque croire à un "fake"...

En effet, le signalement des forces de l’ordre effectuant des contrôles d’alcoolémie ou de stupéfiants incite certains usagers de la route alcoolisés ou ayant consommés (oui avec un S, NDLR !) stupéfiants (oui sans "des", NDLR !!) à changer d’itinéraire afin d’éviter ces contrôles. Par conséquent, ces signalements ne permettent pas de lutter efficacement contre la conduite en état d’ivresse et après usage de stupéfiants et aux accidents qui y sont associés" (lutter "aux" accidents, bref passons, NDLR). 

Applications, GPS, sites internet et réseaux sociaux dans le viseur

M. Fekl, par ailleurs conseiller régional de Nouvelle Aquitaine, souhaite donc "interdire la diffusion, au sein de tout service électronique d’aide à la conduite ou à la navigation (notamment : applications smartphone, GPS, sites internet, réseaux sociaux), de tout message ou indication permettant aux usagers de ce service de connaître la localisation des forces de l’ordre dans certains périmètres et susceptible de nuire à l’efficacité des opérations de police administrative de sécurité routière ou des opérations de police judiciaire réalisées". 

"Ces périmètres, communiqués par le gouvernement aux exploitants de ces services électroniques, seront ceux où auront lieu certains contrôles sensibles, notamment dans le cadre de la lutte contre le terrorisme ou la criminalité organisée, d’actions de sécurité routière, de la recherche de détenus évadés ou de personnes enlevées", justifie le ministre de l'intérieur en assurant que "ces périmètres ne couvriront donc que les contrôles les plus sensibles et ne pourront s’étendre sur plus de vingt kilomètres" et que "l'interdiction ne pourra dépasser vingt-quatre heures". 

Une contravention de cinquième classe (1 500 euros d'amende) serait donc appliquée aux exploitants (Coyote, Winkangoo, Inforad, Waze, etc.) qui ne respecteraient pas ces nouvelles dispositions, au moyen d'un nouvel article R. 131-1 du code de la route. 

Le long combat des gouvernements...

On se souvient que lesdits exploitants s'étaient empressés d'obtempérer en 2011 lorsque le gouvernement (dirigé à l'époque par un certain François Fillon) avait voulu rendre les indications volontairement moins précises.

Les avertisseurs, légaux (à ne pas confondre avec les détecteurs, illégaux), étaient alors passés d'une précision de quelques mètres à de vagues "zones dangereuses" s'étendant sur 500 m en ville, 2 km hors agglomération et carrément 4 km sur autoroute !

Plus récemment, c'est le sénateur (LR) de l'Hérault, Jean-Pierre Grand, qui voulait interdire les moyens de prévenir de la présence de radars et de contrôles de police. Avec ce nouveau projet de décret, les systèmes d'aides à la conduite  devraient impérativement ignorer des zones de 20 kilomètres... Autant dire qu'ils perdraient toute utilité !

.

.

Commentaires

Bestof: 
1
@46QDO : il ne faut pas être dupe, le fait de mettre dehors le vioque a fait parti de la "dédiabolisation" du parti. Tout ça a été orchestré avec l'aide du fondateur historique; la preuve, il lui prêté une partie des fonds nécessaires à la campagne. Mais le coeur historique nauséabond est toujours là à agir dans l'ombre ... alors attention ! On est sur un sujet qui parle de restreindre certaines de nos libertés, avec l'extrême droite ... je vous laisse deviner.

Ajouter un commentaire

Identifiez-vous pour publier un commentaire.

.

Les derniers essais MNC

A lire aussi sur le Journal moto du Net

Le coronavirus brouille toujours les chiffres de l’accidentalité routière 

Déjà pas bien simple en temps normal, la lecture des chiffres de la sécurité routière est encore et toujours compliquée par la crise sanitaire et ses mesures restrictives (en termes de mobilité principalement). En mars 2021, la mortalité a augmenté de +20 % par rapport à l’an dernier, baissé de -28 % comparé à mars 2019...
Une F 900 "R Force" en exclusivité pour les - nouveaux - motards français

BMW Motorrad France a profité du salon du deux-roues de Lyon pour dévoiler une F900R Force, édition limitée (à 300 exemplaires) de son apprécié roadster. Proposée uniquement dans sa version A2 (bridée à 35 ou 70 kW), la moyenne cylindrée reçoit une décoration inspirée de la voltige aérienne. Briefing.
GP Portugal 2021 : une boîte qui coûte son troisième podium à Zarco ?

Johann Zarco a fait bondir ses fans de leur canapé quelques minutes trop tôt lors du GP du Portugal MotoGP 2021... Alors qu’il se battait pour monter sur un troisième podium - en trois courses cette année ! - le n°5 du team Ducati Pramac a hélas perdu l’avant... En confondant vitesse et précipitation ?
GP du Portugal 20 commentaires
GP Portugal 2021 : Quartararo maintient la M1 et son moral au top

Passé - un peu - à côté du Grand Prix d’ouverture 2021 au Qatar, Fabio Quartararo enchaîne deux succès sur deux circuits très différents : Losail et Portimao. Le bon 20 français du team Yamaha officiel prouve ainsi qu’avec sa nouvelle M1 et son nouveau mental, il peut gagner partout...
GP du Portugal 2 commentaires
Marché moto en mars 2021 : un an après, MNC fait le point avec la CSIAM

C’était écrit. Les ventes du marché français du motocycle ont explosé - doublé ! - le mois dernier, en comparaison du désastreux mois de mars 2020. En guise d’analyse, Moto-Net.Com a interrogé le nouveau représentant des constructeurs Vincent Thommeret, président de la branche moto de la CSIAM.
Ducati plus favorable aux carburants synthétiques qu'aux motos électriques

Rétropédalage à Bologne : Ducati ne produira finalement pas de motos électriques à court terme comme annoncé depuis 2019. Le constructeur italien s'intéresse davantage aux carburants de synthèse comme Porsche, autre marque du groupe Volkswagen propriétaire de Ducati. Explications.
R&D
Pas de contrôle technique moto en France en 2022, mais...

Un contrôle technique sur les motos et maxiscooters de plus de 125 cc à partir du 1er janvier 2022 ? Les motards - plus ou moins - en colère le rejettent en bloc. De toute manière, la France n’est pas prête : son Ministère des Transports propose d’autres contrôles à la place. Explications.
Sécurité routière 15 commentaires

Soutenez le Journal moto du Net

Aidez les petites entreprises à traverser la crise économique qui va suivre celle du coronavirus : en vous abonnant à MNC Premium, vous lisez toutes les infos réservées sans pub intrusive, vous profitez de nombreux avantages (invitations, annonces gratuites, réductions, etc.) et vous préservez notre indépendance !

ARTICLES PREMIUM   |   JE M'ABONNE !

Guide 2021 des nouveautés moto et scooter : infos, essais et prix
  • En savoir plus...