• L'essentiel
  • -
  • En savoir plus...

UBERISATION DES RADARS
Paris, le 20 février 2017

Grande manifestation numérique contre les voitures-radars privées

Grande manifestation numérique contre les voitures-radars privées

Pour protester contre la privatisation des contrôles radars embarqués qui débute ce vendredi - et faire face à l'incapacité des automobilistes à se mobiliser "physiquement" -, l'association 40 millions d'automobilistes organise une grande manifestation "virtuelle". Principe : envoyer une photo de soi-même ou de sa voiture pour dénoncer la gestion des radars embarqués par des entreprises privées...

Imprimer

Comment dites-vous ? Valls ? Manuel Valls ? Mais si, rappelez vous, un ancien premier ministre de François Hollande ?! Toujours pas ? Qui s'est fait bananer aux primaires de la gauche par un certain Benoît Hamon sorti de nulle part ? Ah, "l'homme de gauche" qui a obligé les entreprises à dénoncer leurs salariés flashés ? Et qui veut confier à des entreprises privées la gestion des radars embarqués dans des voitures banalisées ?

Oui, celui-là même, qui parmi ses 22 mesures annoncées lors du CISR le 2 octobre 2015, avait souhaité confier la gestion des radars embarqués à des entreprises privées !

Malgré l'opposition de 83% des Français début 2016 selon une étude d'Harris Interactive - contre "seulement" 78% aujourd'hui selon la même source... -, le ministre de l'intérieur (mais si, Bruno Leroux, successeur de Manuel Valls Place Beauvau !) a lancé le 8 janvier un appel d'offres pour recruter les entreprises privées qui auront à l'avenir la gestion des voitures-radars.

Et l'opération commencera dès ce 24 février 2017 : "vendredi débutera en Normandie l’expérimentation qui permettra, au 1er septembre prochain, que la conduite des voitures-radar lancées en 2013 soit confiée à des prestataires privés", se réjouit la Sécurité rentière routière en précisant que "ce test de plusieurs mois est destiné à permettre l’homologation du nouveau système et ne donnera lieu à aucune contravention".

"La première voiture-radar conduite par un opérateur privé est programmée pour septembre 2017 en Normandie", poursuit le gouvernement. "Le dispositif d’externalisation sera ensuite progressivement étendu aux autres régions. Ce seront, dès lors, des entreprises qui fourniront des chauffeurs pour conduire, sous étroit  contrôle de l’État, ces véhicules  banalisés".

"Faire reculer le gouvernement et impliquer les candidats à la présidence de la République"

C'est pourquoi, 40 millions d'automobilistes appelle aujourd'hui "tous les usagers de la route défavorables à la privatisation des voitures-radars à participer à la première grande manifestation numérique de France, en envoyant une photo d'eux ou de leur voiture directement par MMS à Pierre Chasseray, délégué général de l'association, au 07 89 99 63 63 ou via le site www.nonalaprivatisationdesradarsembarques.com".

"Les photographies des manifestants seront diffusées dans le cadre de cette manifestation inédite, visant à faire reculer le gouvernement sur le nouveau projet d'intensification de la répression routière et à impliquer les candidats à la présidence de la République", poursuit l'association en estimant que ce dispositif permettrait de "faire entrer plus de 2 milliards d'euros dans les caisses de l'État".

440 voitures privées dès 2017

Pour Daniel Quéro, président de 40 millions d'automobilistes, la privatisation des radars embarqués n'a d'autre but que de générer - grâce aux amendes issues des contraventions - d'importantes sommes d'argent qui finiront dans les caisses de l'État : "partant du principe qu'une voiture-radar peut flasher - au bas mot - 30 automobilistes par heure, que le ministre de l'Intérieur souhaite que ces véhicules circulent au bout 8 heures par jour et que 440 voitures équipées parcourront nos routes dès l'an prochain, ce sont plus de 38,5 millions de procès-verbaux qui seront dressés à l'encontre d'usagers de la route. Avec un montant moyen de l'amende à 56,85 €, l'État engrangera près de 2,2 milliards d'euros. À coup sûr, une excellente opération financière... En revanche, il n'existe aucune preuve que cette mesure ait un quelconque effet positif sur la sécurité routière".

Les sociétés privées gestionnaires de cette manne seraient rémunérées par l'Etat en fonction du temps que passeront leurs radars-mobiles en circulation. "Autrement dit, plus ils rouleront et sanctionneront, et plus la rémunération due par l'État aux entreprises sera élevée", calcule l'association.

Le revenu universel des radars ?!

MNC ne peut s'empêcher de suggérer au gouvernement de partager cette manne avec les chauffeurs Uber, ou mieux de permettre à chaque citoyen d'investir dans un radar mobile pour le fixer sur sa voiture, sa moto, son vélo, sa trottinette, son skate ou même ses pompes, afin d'en tirer de juteux revenus. L'Etat ferait ainsi coup double en engrangeant des recettes tout en réduisant le chômage... A moins qu'il ne s'agisse d'une forme détournée de revenu universel ?!

"Il y a urgence à agir", tranche plus sérieusement Pierre Chasseray : "les appels d'offre ont déjà été lancés et ce n'est qu'une question de jours pour que le ministre de l'Intérieur mette en œuvre cette mesure scandaleuse. Nous devons donc montrer notre désapprobation de manière forte, par une mobilisation sans précédent. Il faut faire savoir que les Français sont fermement opposés à ce projet et refusent cette politique de répression systématique qui n'a pour seul objectif que de frapper les citoyens au portefeuille. Cette traque est inacceptable et la participation à cette première manifestation numérique sera décisive. C'est pourquoi j'invite tous les usagers à m'envoyer une photo pour prendre part à cet événement : manifester, c'est simple comme un MMS !"

Commentaires

Bestof: 
1
46Qdo, ton commentaire amène justement là où je voulais en venir : combien de Français ont déjà fait la même démarche que toi de contacter leur député pour lui faire par de leur mécontentement. Nous sommes environ 40 millions de conducteurs, si seulement 10% d'entre-nous s'étaient donné la peine d'envoyer un courrier à un de leurs 577 députés, chacun d'entre-eux aurait reçu en moyenne 7000 courriers de mécontentement. Mais non, chacun préfère se lamenter sur son sort, gémir sur internet, et menacer d'un grand coup de balai à l'election suivante. Pour qu'au final, rien ne change.

Ajouter un commentaire

Identifiez-vous pour publier un commentaire.

.

Les derniers essais MNC

Essai Ducati Monster 797 : du plus et du moins

La nouvelle Ducati Monster 797, plus abordable et moins délurée, fait une pause dans la course à la performance pour retrouver la substantifique moelle de la famille Mostro (l’appellation originelle) et du moteur à air. Premier essai !
Essai Suzuki V-Strom 1000 XT 2017 : un super coût !

La Suzuki V-Strom 1000, relancée en 2013 après une suspension de carrière en 2008 à cause des normes Euro3, étrenne en 2017 de menus changements pour renforcer sa polyvalence. Très légèrement restylé et équipé d'un ABS sensible à l'angle, le maxi-trail reçoit aussi une nouvelle bulle plus convaincante. Essai de la version XT.
Essai Suzuki V-Strom 650 XT 2017 : en plein dans la mille !

La V-Strom 650, véritable best-seller avec plus 170 000 ventes depuis 2004, profite d’Euro4 pour évoluer techniquement et esthétiquement en 2017 en se calquant sur la V-Strom 1000. Mieux équipé et plus confortable, le trail de moyenne cylindrée Suzuki atteint un rare niveau d’efficacité. Essai de la version baroudeuse XT.
Essai comparatif Kawasaki Z900, Suzuki GSX-S750 et Yamaha MT-09 : Élection du meilleur roadster japonais "maxi-mid-size"

En 2017, Kawasaki muscle encore son best-seller et lance sa Z900 dans les trois pattes de la MT-09, mise à jour par Yamaha. Suzuki reste fidèle à sa cylindrée fétiche "sept-et-demi" avec sa nouvelle GSX-S750. MNC compare ces trois nouveaux roadsters nippons... ni maxi, ni "mid-size" ?
  • En savoir plus...

Les derniers articles parus

Les accidents de moto coûteraient deux fois plus cher que les accidents de voiture

La Caisse nationale suisse d'assurance en cas d'accidents (Suva), principal assureur-accidents helvétique, vient de réaliser une analyse du coût des accidents de moto montrant qu'ils reviendraient en moyenne deux fois plus cher que les accidents de voiture.
GP du Qatar MotoGP - Lorenzo : "Je veux rester positif"

La première course de Jorge Lorenzo sur la Ducati au Qatar se termine par une lointaine onzième place, loin de ses ambitions et de celles de sa nouvelle équipe. Le transfuge Yamaha, déjà pas rassuré par les conditions climatiques changeantes, a subi les exigences de sa nouvelle moto en fin de course. Déclarations et analyse.
GP du Qatar MotoGP - Marquez : "Avec le pneu avant dur, j'aurais pu gagner"

Entame laborieuse au Qatar pour le champion MotoGP en titre Marc Marquez, victime d'un changement de pneu avant mal inspiré sur la grille de départ. L'officiel Honda termine déçu par sa quatrième position à 6,7 sec du vainqueur Viñales, mais néanmoins satisfait de marquer des points importants. Déclarations et analyse.
GP du Qatar MotoGP - Zarco : "J'ai saisi ma chance..."

Pendant six tours, la star du Grand Prix du Qatar 2017 était Johann Zarco ! Marquez, Dovizioso, Iannone, Viñales et Rossi n'ont vu que la coque arrière de la Yamaha Tech3 du débutant français, lancé dans une échappée inattendue. Impressionnant, même si le rêve s'est brutalement terminé dans les graviers... Déclarations et analyse.
GP du Qatar MotoGP - Rossi : "On n'abandonne jamais !"

Belle performance de Valentino Rossi hier au Qatar, qui termine sur le podium dès la première course du championnat du monde MotoGP. Déclarations et analyse MNC.
GP du Qatar MotoGP - Dovizioso : "Notre choix pneumatique était le bon"

Andrea Dovizioso est passé tout près de l'exploit pour la course d'ouverture au Qatar grâce à une stratégie pneumatique décalée et au souffle de sa Ducati dans la ligne droite du circuit de Losail. Mais un ultime grain de sable a grippé le nouveau coéquipier de Lorenzo : Maverick Viñales ! Déclarations et analyse MNC.
GP du Qatar MotoGP - Viñales : "Je ne pouvais pas espérer mieux"

Maverick Viñales répond brillamment aux attentes placées sur lui avec sa victoire au Qatar dès sa première course sur la Yamaha officielle. L'espagnol n'a pourtant pas eu la partie facile pendant ce week-end qatari perturbé par les pluies. Déclarations et analyse MNC.
Avertissement sur l'utilisation des cookies
En poursuivant votre navigation sur ce site vous acceptez l'utilisation de cookies et autres traceurs pour vous connecter à votre compte utilisateur, laisser des commentaires, déposer des annonces, paramétrer vos alertes, etc.