• L'essentiel
  • -
  • En savoir plus...
MOTO GP 2011 - QATAR
Paris, le 21 mars 2011

Grand Prix du Qatar : déclarations et analyses

Grand Prix du Qatar : déclarations et analyses

Après chaque course Moto GP, retrouvez les déclarations des principaux protagonistes de la catégorie reine, l'analyse de leurs performances par l'équipe de Moto-Net.Com et le classement général du championnat du monde des Grands Prix Moto 2011.

Imprimer

Enfin ! Après des mois d'attentes interminables et de pronostics enfiévrés, le coup d'envoi de la saison Moto GP 2011 a été donné hier soir sur le circuit du Qatar ! Sans véritable surprise, les Honda et Lorenzo sont déjà au rendez-vous tandis que Stoner s'est livré à une véritable démonstration sur "ses" terres qataries (lire nos Résumés des courses Moto GP, Moto2 et 125 au Qatar) !

Casey Stoner, Honda-Repsol (1er en qualifs et 1er en course) : "Nous sommes arrivés ici après une excellente pré-saison et tout est allé de mieux en mieux. Ce matin nous avions quelques soucis de feeling avec le réservoir plein durant le warm-up et ça nous a aussi gênés en début de course".

"Nous savions cependant que la moto retrouverait son bon comportement au fil des tours. Dani est passé devant et j'ai décidé de le suivre pour voir où il était fort et où j'étais plus faible. J'ai ensuite commencé à retrouver le feeling et à avoir plus d'adhérence, j'en ai donc profité pour attaquer".

"Ce soir la moto a été fantastique, elle l'a été pendant toutes les séances et je suis très fier de courir pour Repsol Honda et de remporter ma première victoire dès ma première course. C'est une excellente façon de commencer la saison ! Je suis vraiment content de la façon dont nous avons travaillé, je tiens à dire un grand merci à Honda et à envoyer mes meilleurs voeux au Japon".

Analyse Moto-Net.Com : Alors que beaucoup craignaient que le jeune australien ne confonde une fois de plus vitesse et précipitation en course après avoir totalement dominé les essais, Casey Stoner n'a commis aucune erreur et s'est imposé en patron aux termes d'un Grand Prix géré avec maestria.

Victorieux pour la quatrième fois à Losail pour sa sixième participation en Moto GP (!), le prodige de Southport a réalisé une prestation remarquable, acceptant de prendre la roue de son coéquipier Pedrosa le temps de trouver ses marques avant d'oublier la concurrence à la faveur de chronos canons (meilleur tour en course en 1'55.366).

Bref, l'aussie a éclaboussé la piste qatarie de son talent et prend du même coup l'ascendant au HRC. Reste à savoir si le n°27 saura aussi faire preuve de la régularité qui lui fait souvent défaut pour confirmer son statut de favori pour le titre...

Jorge Lorenzo, Fiat-Yamaha (3ème en qualifs et 2ème en course) : "Je pense que je peux être aussi fier de ce podium que d'une victoire et c'est ce que je ressens ce soir. Je suis très fier de moi-même et de mon team qui n'a jamais abandonné et a travaillé très dur pour me donner la meilleure moto possible".

"J'ai tout donné durant cette course, du début à la fin, j'étais à la limite à chaque tour. J'ai failli chuter dans un virage mais j'ai réussi à rester sur la moto et finir deuxième était vraiment le mieux que je pouvais faire".

Analyse Moto-Net.Com : A le voir gesticuler et haranguer son équipe sur le podium, on aurait pu penser que le vainqueur de la première course de la saison 2011 était Jorge Lorenzo ! Il est vrai que le champion du monde en titre nourrissait quelques inquiétudes avant le départ, tant la piste qatarie mettait en avant la supériorité des RC212V particulièrement véloces et équilibrées...

Pugnace, le majorquin a puisé dans ses réserves pour donner du fil à retordre à ses rivaux et a même temporairement mené la danse. S'il manque incontestablement des chevaux à sa YZR-M1 pour rester au contact des Honda (12ème vitesse de pointe en course : 322,2 km/h contre 325,7 km/h pour Dovi et Stoner), Lorenzo a prouvé qu'il prendrait les risques nécessaires pour conserver sa couronne.

Voila qui promet de belles empoignades le 3 mars prochain à Jerez, un circuit sinueux qui fait la part belle au châssis - plus qu'au moteur - et où le n°1 aura à coeur de briller devant les siens pour le deuxième rendez-vous de la saison !

Dani Pedrosa, Honda-Repsol (2ème en qualifs et 3ème en course) : “Je suis déçu, pas pour la course mais pour les problèmes que j'ai eus avec mon bras gauche... Je sentais déjà quelque chose durant les essais, mais je ne m'attendais pas à ce que ce soit aussi grave".

"A la fin, j'avais vraiment du mal à m'accrocher au guidon et à 7 ou 8 tours de l'arrivée je n'arrivais plus à utiliser l'embrayage. C'était très difficile et je souffrais beaucoup. La moto a été parfaite durant toute la course, j'aurais peut-être pu gagner mais ça a été au final l'une des courses les plus dures de ma carrière"...

"Je suis fier de ce que j'ai fait parce que je me suis battu contre Casey sur ce circuit, ce que personne n'a jamais fait. Je suis aussi un peu inquiet parce que je ne sais pas ce que l'avenir me réserve. Nous allons à Jerez dans deux semaines, c'est un circuit où la moto fonctionne très bien et où je suis très fort, mais je ne sais pas comment ça se passera".

Analyse Moto-Net.Com : Le petit Asimo du HRC a tout donné pour remporter cette première course de la saison et priver son encombrant coéquipier de la victoire. Mais Dani Pedrosa n'a rien pu faire contre le "coup de Stoner", malgré une belle combativité et des freinages de bûcherons !

S'il justifie sa baisse de régime par des douleurs au bras consécutives à sa chute au GP de Motegi 2010, il semble probable que le dépassement de son coéquipier puis son échappée en solitaire aient aussi considérablement affecté le moral du n°26.

D'autant que le protégé d'Alberto Puig le reconnaît lui-même : "tout s'était bien passé durant les tests, j'étais un peu affaibli mais ça allait et je suis donc vraiment surpris". Or, durant les essais intersaison, les pilotes réalisent de nombreuses simulations de course aux termes desquelles Pedrosa ne s'est jamais plaint d'un tel manque de condition physique...

Andrea Dovizioso, Honda-Repsol (7ème en qualifs et 4ème en course) : "Je suis un peu déçu parce que notre objectif était le podium, mais nous avons quand même fait une bonne course. Sur les premiers tours je pensais pouvoir me battre pour le podium et j'étais content de mon rythme, j'ai d'ailleurs fait mon meilleur temps dans le dernier tour".

"Nous avions un bon rythme, la moto était constante mais nous avons besoin de faire un autre pas en avant pour rester avec Casey et Dani. J'ai perdu du temps en me battant avec Simoncelli, je crois que sa manoeuvre de dépassement était vraiment limite. C'était probablement le tournant de ma course parce que ça m'a fait perdre le temps dont j'avais besoin pour me battre pour le podium".

Analyse Moto-Net.Com : Andrea Dovizioso a beau être rapide et régulier, la comparaison directe avec Stoner et Pedrosa tourne une fois encore à son désavantage. Auteur d'un meilleur tour en course en 1'55.837, l'italien rend près de cinq dixièmes aux meilleurs chronos de ses coéquipiers : un gouffre !

Le n°4 ne s'est cependant pas épargné en course, en nous offrant quelques jolies passe d'armes avec son "grand copain" Marco Simoncelli. La lutte entre les deux hommes ne fait sans doute que commencer, puisqu'après s'être battu pour sauver sa place au HRC fin 2010, "Dovi" devra continuer à défendre son guidon officiel face à un "Sic" qui le convoite ouvertement...

Marco Simoncelli, Honda-Gresini (4ème en qualifs et 5ème en course) : "Je suis très heureux ! Dans les premiers tours, j'étais très agité : c'était trop beau de lutter contre les premiers du championnat ! Je me suis imposé de rester calme, sinon je risquais de ne pas finir la course ! Plus sérieusement, je suis très content parce que je pensais ne pouvoir tourner qu'en 1'56 et je n'aurais jamais cru descendre plus bas (meilleur tour en 1'55.871, NDLR)".

"A un certain moment, quand j'ai passé Dovizioso, je pensais avoir la possibilité d'aller chercher Lorenzo mais j'ai commis une petite erreur qui m'a fait perdre mon rythme. Sur la fin, lorsque les pneus étaient moins performants et que je luttais avec Dovizioso, j'étais légèrement plus lent que lui et j'ai perdu mon rythme. C'était quand même sympa de voir les autres d'aussi près".

Analyse Moto-Net.Com : Bénéficiant du soutien direct du HRC, Marco Simoncelli et sa RC212V "semi-officielle" n'ont pas raté le premier rendez-vous de la saison 2011 en décrochant directement un Top 5 devant des pilotes d'usine comme Ben Spies, Valentino Rossi ou Nicky Hayden !

Certes, le pilote Gresini termine à plus de sept secondes du vainqueur, mais la performance n'en reste pas moins prometteuse pour l'ancien champion du monde 250 qui n'effectue que sa deuxième saison en catégorie reine. S'il confirme sa récente régularité, le véloce n°58 pourrait bien en surprendre plus d'un en 2011...

Ben Spies, Fiat-Yamaha (5ème en qualifs et 6ème en course) : "La première course de l'année est finie, ce n'était pas parfait, je me suis fait bousculer dans le premier virage et je me suis retrouvé coincé derrière Barbera et Rossi pour les premiers tours. Ils se battaient tous les deux et j'ai donc perdu contact avec le groupe de tête. En dehors de ça, la course s'est bien passée, j'ai eu un peu de mal avec Valentino, il pilotait très bien et ce n'est pas quelqu'un de facile à passer ! Une fois devant lui, nous avons fait nos meilleurs tours et la moto se comportait bien".

Analyse Moto-Net.Com : Légitimement déçu de finir hors du Top 5, le texan n'a pas à rougir de son premier Grand Prix aux couleurs officielles Yamaha : mal parti et "bouchonné" par Rossi (excusez du peu !), Ben Spies a fini par dominer le n°46 avant d'entrer dans un rythme de course extrêmement élevé.

Auteur du quatrième meilleur temps en course (1'55.812), le n°11 ne bluffe pas lorsqu'il laisse sous-entendre qu'il aurait pu se battre aux avant-postes s'il n'avait pas perdu autant de temps dans la première partie de l'épreuve...

Valentino Rossi, Ducati (9ème en qualifs et 7ème en course) : "Nous ne sommes pas venus ici pour récolter une septième place, mais il y a des choses positives à retenir de cette course, à commencer par les chronos car nous étions plutôt rapides. J'ai fait un bon départ et c'était vraiment plaisant, la puissance de cette moto est vraiment un plus pour le départ".

"J'ai ensuite fait une petite erreur dans le premier virage et c'est dommage parce que je me suis retrouvé coincé derrière Barbera pendant plusieurs tours. Autrement, j'aurais pu être plus proche de Simoncelli et de Dovizioso puisqu'il y a un moment où je faisais les mêmes chronos qu'eux". "Je ne les aurais cependant pas battus parce que j'ai eu du mal à piloter comme je le voulais à la fin de la course. Ça ne vient pas de la Ducati puisque c'est un problème que j'avais aussi l'an dernier à cause de ma blessure à l'épaule. Les deux motos sont très différentes et j'ai toujours le même problème, ce qui signifie que ça vient vraiment de ma condition physique. Nous avons amélioré la moto puisque les autres ont eux aussi beaucoup progressé par rapport à l'an dernier".

Hopkins remplacera Bautista à Jerez

Forfait au Qatar suite à la fracture du fémur gauche contractée par Alvaro Bautista lors des essais libres du Qatar, Suzuki annonce que l'infortuné espagnol sera remplacé par John Hopkins pour la deuxième course de la saison prévue à Jerez le 3 mars. Le blason d'Hamamatsu a aussi tenu à préciser que si la GSV-R n'avait pas pris le départ du GP, c'est en raison de l'absence de pilotes disponibles : John Hopkins (pourtant pilote de remplacement de Suzuki !) n'aurait pas eu le temps de revenir des États-Unis pour prendre le départ, tandis que Nobuatsu Aoki, le pilote d'essais de Suzuki, était au Japon où les transports sont encore perturbés par les tragiques événements qui secouent l'archipel. La direction de Suzuki aurait même pris contact avec plusieurs pilotes Moto2 ayant déjà couru en MotoGP, mais aucun d'entre eux n'était disponible. "Nous ne savons pas encore quand Alvaro pourra revenir : John sera en British Superbike quand nous disputerons les épreuves d'Estoril et du Mans et nous allons devoir attendre avant de prendre une décision pour ces courses", a commenté Paul Denning, team manager de Suzuki en Moto GP.

"J'ai pu apprendre beaucoup de choses durant les essais et la course et nous avons déjà donné des instructions sur ce qui doit être fait sur le long terme, par exemple pour être plus performants sur la seconde partie de la saison. A court terme, nous allons continuer à travailler sur les réglages. Nous allons gagner en expérience et je vais travailler dur pour récupérer le plus tôt possible".

Analyse Moto-Net.Com : Attendue par tous les fans de compétition moto en général et les "Ducatistes" en particulier, la première course de Valentino Rossi au guidon d'une Ducati offre un bilan contrasté. Certes, le n°46 n'a pas démérité et termine plus proche des leaders que sa qualification en neuvième position (à 1,5 sec de la pole) ne le laissait présager.

Rossi n'a donc pas failli à sa réputation de "bête de course", puisqu'après avoir réalisé un départ fracassant il a lutté comme un mort de faim avec Ben Spies au risque de s'en coller une lors du dépassement décisif de ce dernier !

Néanmoins, le meilleur tour en course du nonuple champion du monde (1'56.053) le place à tout plus de sept dixièmes derrière la pendule de Stoner (1'55.366) et l'italien termine le Grand Prix du Qatar à 16,431 sec de l'australien. Beau joueur (ou employé modèle ?), le Docteur ne colle pas les motifs de sa contre-performance sur la selle de sa GP11, mais déplore le manque de forces de son bras.

Nicky Hayden, Ducati (13ème en qualifs et 9ème en course) : "J'ai pris un mauvais départ et lorsque De Puniet a chuté j'ai quasiment dû m'arrêter pour l'éviter. Je suis content de ne pas l'avoir percuté mais ça m'a beaucoup ralenti, j'étais dernier et il y avait un peu d'écart".

"J'ai cependant tracé mon chemin et une fois en neuvième position j'ai pu trouver mon rythme et bien tourner. Je rattrapais Edwards et j'aurais bien voulu me battre contre lui dans le dernier tour, mais j'étais un peu court. Le week-end a été dur pour moi mais tout le monde a fait son maximum"

Analyse Moto-Net.Com : Mal à l'aise avec sa GP11 officielle depuis le début du week-end, le sympathique champion du monde 2006 a vécu un GP difficile qu'il termine neuvième à 27,416 sec du vainqueur.

Auteur d'une première partie de course catastrophique, il pointera même en antépénultième position devant le rookie Karel Abraham et le décevant Toni Elias, avant d'entamer sa remontée au 10ème tour. Une désillusion cuisante pour Hayden, auteur d'une jolie quatrième place lors du GP du Qatar 2010 : sûr que l'américain ne doit pas partager l'avis de Rossi lorsque ce dernier affirme que la Desmosedici a progressé par rapport à l'an dernier...

Randy de Puniet, Ducati-Pramac (11ème en qualifs et chute en course) : "Je suis déçu de cette chute et de la malchance qui veut que j'aie touché mon coéquipier. Mon pneu arrière était probablement encore froid sur le flanc gauche, et dès que j'ai ouvert l'accélération la moto est partie dans les airs et je me suis retrouvé avec le nez sur le bitume".

"C'est vraiment dommage parce que nous étions très confiants après le warm up positif que nous avons disputé (5ème temps, NDLR). Il ne nous reste qu'à penser à Jerez où, dans deux semaines, nous essaierons de nous racheter après cette malchance".

Analyse Moto-Net.Com : La saison ne pouvait pas plus mal commencer pour l'unique pilote français engagé en Moto GP : non seulement Randy de Puniet ne bouclera même pas un tour aux couleurs de son nouveau team, mais dans sa chute la roue avant de sa GP11 est venue heurter le poignet de son coéquipier Loris Capirossi qui s'est immédiatement arrêté au box, craignant une fracture de la main...

Or, si l'expérimenté Capi-T-Rex ne semble guère lui tenir rigueur de ce malencontreux épisode ("je suis déçu, mais ce sont des choses qui peuvent arriver", relativise le n°65), il n'en va pas de même pour Fabiano Sterlacchini, le directeur technique du team Ducati Pramac...

"Je pense que c'est la première fois qu'une telle chose arrive : les deux pilotes sont hors-jeu après seulement quelques virages, après un contact entre eux", a commenté avec amertume le nouveau boss de Randy...

Classement général provisoire Moto GP 2011

Position-Pilote-Moto-Nationalité-Points

  • 1-Casey STONER-Honda-AUS-25
  • 2-Jorge LORENZO-Yamaha-SPA-20
  • 3-Dani PEDROSA-Honda-SPA-16
  • 4-Andrea DOVIZIOSO-Honda-ITA-13
  • 5-Marco SIMONCELLI-Honda-ITA-11
  • 6-Ben SPIES-Yamaha-USA-10
  • 7-Valentino ROSSI-Ducati-ITA-9
  • 8-Colin EDWARDS-Yamaha-USA-8
  • 9-Nicky HAYDEN-Ducati-USA-7
  • 10-Hiroshi AOYAMA-Honda-JPN-6
  • 11-Cal CRUTCHLOW-Yamaha-GBR-5
  • 12-Hector BARBERA-Ducati-SPA-4
  • 13-Karel ABRAHAM-Ducati-CZE-3

.

.

Commentaires

Bestof: 
1
Lectures: 
0
Après ce premier GP, on s'aperçoit que la pression est vraiment partout, et il faudra s'attendre à des surprises et certainement à des chutes redoutables qui risquent d'en laisser plusieurs sur le carreau. Bien malin qui peut aujourd'hui annoncer le nom du futur champion du monde. La pression a été vécue à des degrés divers par tous les pilotes. Stoner était dans son jardin et a pris tous les risques au moment de lâcher Pedrosa pour mieux marquer son retour chez Honda, est-ce que cet exercice d'équilibre se poursuivra avec succès sur toute la durée de la saison. Pedrosa en a lourd sur les épaules, et lui qui était considéré comme le leader du HRC l'an dernier se retrouve presque dans la peau du challenger dans sa propre écurie. Dovizioso a la tête sur le billot, et il ne doit pas être facile de se battre contre Simoncelli, tout simplement pour préserver sa place 2012 au HRC. Aller chercher Stoner et Pedrosa ne doit pas encore entrer dans l'ordre de ses priorités. Celui qui a peut être le moins de pression, c'est Simoncelli, car il sait qu'en étant pilote privé, même avec une machine d'usine, on lui pardonnera beaucoup de choses, et ses commentaires d'après courses sentent bon la fraîcheur du pilote qui ne doute pas. Abraham doit surtout ressentir la pression de son père qui a l'air d'être un Puig bis, mais doit quand même être conforté dans sa confiance, car il prouve qu'il aura bientôt le niveau pour être là. Pression également pour Lorenzo, champion en titre, que tout le monde attend de voir confirmer. Spies lui a mis une telle pression durant les essais d'inter saison, qu'il a reconnu avoir roulé au dessus de ses pompes tout le GP pour assurer le podium. Spies, de son côté, s'est tellement mis de pression pour être devant qu'il a fait un départ timoré qu'on paye cash à ce niveau. Le transfert de Rossi a fait tellement de bruit qu'il s'est permis de faire un très gros départ, alors qu'habituellement, il observe un ou deux tours avant d'attaquer, et c'est certainement avec Pedrosa et Lorenzo, celui qui a le plus à perdre cette saison. Deux inconnues viennent certainement âlourdir le poids de ses responsabilités: tout le monde attend un miracle de sa part pour faire évoluer la Ducati, à commencer par tous les autres pilotes de la marque et il doit commencer à douter de son possible rétablissement physique, tellement le temps parait long à tout le monde. Hayden, se retrouve une nouvelle fois dans l'ombre du Maestro, et son départ timoré fut du même calibre que celui de Spies. Là encore, pression, quand tu nous tiens... Barbera est capable de très bonnes choses sur quelques tours, mais, comme l'an dernier, il aura du mal à maintenir ce rythme sur la durée d'un GP. Lui, la pression, il se la met tout seul dans son team, et doit regarder avec attention l'évolution de ses collègues Aspar en Moto 2, et notamment celle de Simon, qui lorgnera forcément sur son guidon l'an prochain. Aoyama, tout Japonais qu'il est, doit quand même difficilement encaisser le fait de voir son coéquipier équipé d'une moto usine, et prendra beaucoup de risques pour briller à côté de Simoncelli. Il faut lui souhaiter de ne pas se reblesser aussi gravement que l'an dernier. Capirossi doit également avoir beaucoup de pression, tout d'abord avec un coéquipier aussi véloce que Randy sur un tour chrono, mais aussi parce qu'il renoue avec Ducati et doit revivre dans sa tête ses anciennes heures de gloire passées avec la marque, et que son âge ne jouera pas en sa faveur s'il veut s'offrir un nouveau tour de manège en 2012 avec les nouvelles 1000cc. Randy se met la pression tout seul au moment des départs, et il ne faudrait pas qu'il retombe dans ses travers, et dans son complexe du départ raté, qui lui a joué de mauvais tours par le passé. Le retour de De Maria dans son entourage serait peut être une bonne chose pour le canaliser et lui apporter de nouveau la sérénité dont il disposait l'an dernier. Bautista, qui a clamé toute l'inter saison, qu'en étant le seul pilote Suzuki, lui permettrait de mieux cerner la machine, en lui apportant toutes les modifications qu'il souhaitait, a tout à prouver et son casque devait ressembler à une cocotte minute durant les essais, au point de lui faire perdre une partie de sa lucidité, ce qu'il a payé très cher, trop cher même. Edwards et Crutchlow font certainement partie des pilotes qui roulent avec le moins de pression. Edwards parce que c'est sa dernière saison et que personne ne lui demande d'être champion du monde, et Crutchlow, parce qu'il sait qu'en temps qur Rookie, on lui pardonnera beaucoup de choses. Résultat: une course discrête mais très honorable de la part des 2 Tech3 Men. Quand à Elias, plus de pression que pour lui, tu meurs. Champion du monde Moto2 en titre, équipé d'une Honda, remplaçant de RDP qui a brillé l'an dernier, largué par Abraham qu'il taxait régulièrement en 2010, et ancien vainqueur en motogp, ses résultats de début d'année auraient de quoi plomber le moral de Rocky Balboa lui-même. Plus que de savoir qui a la capacité d'être champion du monde sur ses qualités de pilotage, la vraie question sera certainement cette année de savoir qui résistera le mieux à la pression et saura rester le plus longtemps sur ses roues, car des surprises, il risque d'y en avoir à chaque GP, bonnes ou mauvaises. Et cela, il y a longtemps que cela ne s'est pas produit en catégorie Reine.
Bestof: 
1
Lectures: 
0
Chacun pense ce qu'il veut de Randy. J'avoue qu'à chaque fois qu'il se vautre je hurle et le traite de tous les noms d'oiseaux. Cependant je reste persuadé qu'il ne manque vraiment pas grand chose pour le voir finir régulièrement dans le top 6. De plus, à ce jour je ne vois aucun pilote français capable d'aller aussi vite que lui.

Ajouter un commentaire

Identifiez-vous pour publier un commentaire.

.

A lire aussi sur le Journal moto du Net

Annulation des Grands Prix MotoGP de Grande-Bretagne et d'Australie

Le championnat du monde des Grands Prix moto 2020 ne fera pas étape sur les circuits de Silverstone (Royaume-Uni) et de Phillip Island (Australie) suite à l'annulation pure et simple des GP de Grande-Bretagne et d'Australie à cause du Covid-19... Explications.
Les assureurs ne souhaitent pas rembourser les deux mois de confinement...

Suite à la demande d'UFC-Que Choisir visant à obtenir le remboursement de 2,2 milliards d'euros aux assurés auto (50 euros) et moto (29 euros) en raison des économies liées au confinement, la présidente de la Fédération française de l'assurance (FFA) a pris sa plus belle plume pour répondre à l'association que oui, mais non... Explications.
Nouveau casque Arai Concept-X : chic et classique

Le nouveau casque moto Concept-X est la réponse du manufacturier japonais Arai à l'actuelle mode du néo-rétro. Développé sur la base du Renegade-V, ce casque intégral en fibres évolue dans un segment "vintage chic" avec un prix de 579,99 euros. Présentation.
Prix du nouveau scooter 3-roues Yamaha Tricity 300

Dévoilé à Milan cet automne, le nouveau scooter Tricity 300 accessible aux titulaires du permis auto rejoint la gamme 3-roues Yamaha aux côtés du scooter Tricity 125 et de la moto Niken.
Reprendre la moto avec l'aide des motards de la gendarmerie

Pendant que la France passe progressivement du rouge à l'orange et au vert à la faveur du déconfinement, les bleus organisent des journées de reprise de la moto pour ne pas voir tout en noir...
La stratégie du réseau Kawasaki face au coronavirus

Comment le réseau de concessions moto Kawasaki réagit-il à la crise du Covid-19 ? Quelles sont les actions mises en place pour relancer l'activité depuis le déconfinement ? Réponses dans notre entretien MNC avec Antoine Coulon, responsable marketing de Kawasaki France. Interview.
La stratégie du réseau Honda moto France face au coronavirus

Deux options sont possibles face à un obstacle en tout-terrain : ralentir pour l'enrouler ou mettre plein gaz pour le survoler. Offensif et proactif, Honda France opte clairement pour la seconde stratégie afin d'aider son réseau à surmonter les conséquences du Covid-19. Entretien MNC avec Fabrice Recoque, directeur de la division moto de Honda France. 
Pratique 4 commentaires

Soutenez le Journal moto du Net

Aidez les petites entreprises à traverser la crise économique qui va suivre celle du coronavirus : en vous abonnant à MNC Premium, vous lisez toutes les infos réservées sans pub intrusive, vous profitez de nombreux avantages (invitations, d'annonces gratuites, etc.) et vous préservez notre indépendance !

ARTICLES PREMIUM   |   JE M'ABONNE !

Guide pratique Nouveautés moto 2019 : prix, présentation et dates de disponibilité

Calendrier MotoGP 2020

Reports et annulations : calendrier mis à jour

Pilotes MotoGP 2020 Plateau : Pilotes et équipes
Intersaison : Tests MotoGP
GP moto du Qatar 8 mars : GP du Qatar (MotoGP annulé)
GP moto de Thaïlande 22 mars : GP de Thaïlande (reporté en octobre)
GP moto des Amériques 5 avril : GP des Amériques (reporté en novembre)
GP moto d'Argentine 19 avril : GP d'Argentine (reporté en novembre)
GP moto d'Espagne 3 mai : GP d'Espagne (reporté sine die)
GP de France moto 17 mai : GP de France (reporté sine die)
GP moto d'Italie 31 mai : GP d'Italie (reporté sine die)
GP moto de Catalogne 7 juin : GP de Catalogne (reporté sine die)
GP moto d'Allemagne 21 juin : GP d'Allemagne (annulé)
GP moto des Pays-Bas 28 juin : GP des Pays-Bas (annulé)
GP moto de Finlande 12 juillet : GP de Finlande (annulé)
GP moto de République tchèque 9 août : GP de République tchèque
GP moto d'Autriche 16 août : GP d'Autriche
GP moto de Grande-Bretagne 30 août : GP de Grande-Bretagne
GP moto de San Marin 13 septembre : GP de San-Marin
GP moto d'Aragon 4 octobre : GP d'Aragón (avancé au 27 septembre)
GP moto du Japon 18 octobre : GP du Japon
GP moto d'Australie 25 octobre : GP d'Australie
GP moto de Malaisie 1er novembre : GP de Malaisie
GP moto de Valence 15 novembre : GP de Valence (reporté au 29 novembre)

SAISON 2020   |   SAISONS PRÉCÉDENTES

  • En savoir plus...