• L'essentiel
  • -
  • En savoir plus...
CATALOGNE
Paris, le 6 juin 2011

Grand Prix de Catalogne : déclarations, classements et analyses

Grand Prix de Catalogne : déclarations, classements et analyses

Après chaque course Moto GP, retrouvez les déclarations et les résultats des principaux protagonistes de la catégorie reine, mais aussi l'analyse de leurs réussites (et de leurs échecs) par la rédaction de Moto-Net.Com. Débriefing du GP de Catalogne 2011.

Imprimer

Ce week-end en Catalogne, Casey Stoner a signé sa 26ème victoire en catégorie reine au terme d'une course menée avec facilité devant le champion du monde en titre, Jorge Lorenzo (lire notre Résumé de la course Moto GP à Montmelo).

Casey Stoner, Honda-Repsol (2ème en qualifs et 1er en course) : "Nous avons fait un départ correct mais pas aussi bon que celui de Jorge. Je voulais passer devant dès le début mais j’ai dû attendre la fin du premier tour. A partir de là j’ai simplement essayé d’être aussi régulier que pendant les essais libres pour voir s’il pouvait me suivre et en fait j’ai pu prendre l’avantage sans trop forcer et sans être sous pression".

"J’étais vraiment très content, le feeling de la moto était fantastique et puis il s’est mis à pleuvoir. Il pleuvait suffisamment pour qu’on puisse penser que ça allait altérer le comportement de la moto et le dernier virage était assez glissant. Comme j’étais toujours le premier à arriver sur la zone mouillée je vérifiais comment les autres s’en sortaient. S’ils revenaient j’attaquais un peu plus et quand je creusais l’écart je ralentissais un peu".

"Je suis content d’être resté sur mes deux roues et je tiens à remercier tout le monde chez Repsol Honda pour tout le travail effectué ce week-end. La semaine prochaine nous irons à Silverstone, où nous essayerons de nous battre pour une nouvelle victoire, j’espère simplement que Dani sera de retour et je lui souhaite de vite récupérer"

L'analyse Moto-Net.Com : Cinq courses et déjà trois victoires au compteur : il ne fait désormais plus aucun doute que Casey Stoner sera l'homme à battre cette saison ! "Et encore" soupirent les fans de l'Australien : s'il n'avait pas été percuté par Rossi à Jerez, l'officiel HRC serait probablement en tête du provisoire devant un Lorenzo - pour le moment ? - incapable de lui donner la réplique !

Revenu à sept longueurs du majorquin au classement (91 points contre 98 pour Lorenzo), Stoner se positionne comme le grand patron du clan Honda, profitant il est vrai de l'absence d'un Dani Pedrosa contraint au repos depuis son accident au Mans.

Auteur des meilleurs temps en essais libres, le n°27 n'a fait aucun quartier lors de ce GP de Catalogne : débordant Jorge Lorenzo dès l'entame du second tour, Stoner a immédiatement creusé l'écart en descendant progressivement ses chronos jusqu'en 1'43.084. Incapable de franchir la barre des 1'43.4 (1'43.416 dans son 5ème tour), Lorenzo s'est rapidement s'incliné, même si la pluie a semblé un moment en mesure de redistribuer les cartes.

Jorge Lorenzo, Fiat-Yamaha (3ème en qualifs et 2ème en course) : "Je suis vraiment content de mon résultat, j’ai donné le maximum ! Je suis passé devant Casey au début mais je savais qu’il allait me doubler. J’ai essayé de le suivre et de ne pas perdre sa roue arrière le plus longtemps possible".

"En fin de course il a commencé à pleuvoir et c’était dur de rester concentré dans le dernier secteur mais nous avons réussi. Nous restons en tête du championnat, attendons de voir comment ça se passera à Silverstone".

L'analyse Moto-Net.Com : A domicile, Jorge Lorenzo n'ambitionnait naturellement que la victoire : certes, sa Yamaha YZR-M1 manque encore de "coffre" par rapport aux Honda, mais le numéro 1 pensait être en mesure de compenser son handicap, porté par le soutien des fans ibériques, sur un circuit où il a déjà signé deux pole position, une victoire et deux podiums en MotoGP.

Adorant les longues courbes rapides de Montmelo, où la pureté de son style s'exprime à merveille, le leader du championnat s'attendait bien à une course disputée, mais pas à une nouvelle démonstration du redoutable tandem "Stoner-RC212V".

Tenu à distance pendant tout le Grand Prix - presque facilement comme l'a souligné Stoner en conférence de presse ! -, l'officiel Yamaha a une nouvelle fois subi la domination Honda et doit se contenter de la seconde place devant son coéquipier Ben Spies. Un doublé - le premier de Yamaha Factory de la saison - qui permet tout de même au blason d'Iwata de faire contre mauvaise fortune, bon coeur...

Toujours en tête du championnat du monde, "Jorgeuil" commence toutefois à accuser le coup : quels que soient les circuits ou les conditions de piste, les Honda sont à l'aise et paraissent aussi équilibrées que permissives. Pour s'en convaincre, il suffisait d'admirer Stoner gérer les glisses de sa RC212V au millimètre près ou Dovizioso se jouer de décrochages simultanés de l'avant et de l'arrière sur des freinages trop appuyés !

Ben Spies, Fiat-Yamaha (4ème en qualifs et 3ème en course) : "Nous avons poussé tout au long de la course et nous rattrapions progressivement Jorge, je n’essayais pas vraiment de le rattraper pour le doubler mais simplement de rester loin devant Andrea. La moto était excellente, j’étais à l’aise et nous avions besoin de ce résultat".

"Au bout de quelques tours j’ai réalisé que nous avions nos chances pour jouer le podium et j’ai attaqué au maximum. Nous avons fait le bon choix de pneu aujourd’hui, nous avons réussi ce que nous voulions faire et c’est très satisfaisant".

L'analyse Moto-Net.Com : Comme en 2010, où il termine 3ème en Grande-Bretagne, Ben Spies a attendu la cinquième course de la saison pour signer son premier podium : une performance qui tombe à pic pour l'américain, dont certains attendaient un peu plus avec son passage dans l'équipe officielle Yamaha...

Soumis à la comparaison directe avec son champion du monde de coéquipier, Spies se montre en effet moins époustouflant que lors de sa première saison chez Tech3 et ne pointe qu'en septième position au provisoire après deux résultats blancs en Espagne et au Portugal.

Rassuré par ce premier podium (à 4,3 sec du vainqueur tout de même), le n°11 devrait cependant vite rebondir et renouer avec ses objectifs : finir chaque course dans le dosseret de selle des leaders et signer sa première victoire en catégorie reine.

Plus à l'aise sur sa M1 sur laquelle il a procédé à des ajustements ergonomiques, le champion du monde Superbike 2009 attend d'ailleurs la prochaine course à Silverstone avec une impatience non dissimulée.

Andrea Dovizioso, Honda-Repsol (5ème en qualifs et 4ème en course) : "Je n’ai pas pris un très bon départ et ça m’a compliqué la course. Je n’avais pas une bonne stabilité à l’avant sur les premiers tours, quand j’avais le réservoir plein. J’avais aussi une moins bonne motricité avec le pneu dur alors que Lorenzo, Spies et Rossi étaient sur pneus tendres".

"Au niveau des chronos nous avons progressé depuis le Mans mais je ne suis pas satisfait de finir quatrième, à cinq secondes du vainqueur. Aujourd’hui nous étions rapides et je pense qu’avec un bon départ nous aurions au moins pu nous battre pour le podium"

L'analyse Moto-Net.Com : D'un côté, "Dovi" peut se montrer satisfait d'avoir su - encore une fois ! - contenir les assauts de Rossi et de terminer devant son grand rival chez Honda, Marco Simoncelli. De l'autre, comme il le souligne lui-même, finir à cinq secondes du vainqueur n'est guère réjouissant, surtout quand ce dernier pilote la même moto...

Crédité du troisième meilleur temps en course (1'43.506), le n°4 briguait légitiment le podium, mais n'a finalement pas réussi à prendre le meilleur sur Ben Spies qui a su gérer son avance. Profitant de l'absence de Dani Pedrosa pour remonter la troisième place au provisoire (à 35 points de Lorenzo), Andrea Dovizioso admet peiner à trouver les quelques dixièmes le séparant encore des meilleurs...

Valentino Rossi, Ducati (7ème en qualifs et 5ème en course) : "Cette course a des aspects positifs et négatifs : dans les bons côtés, il y a la réduction de moitié de mon retard sur le premier, ainsi que le fait que les pilotes qui m’ont devancé n’étaient pas très loin. Ce qui ne me plait pas, évidemment, c’est la cinquième place : l’objectif était de faire beaucoup mieux que çà"."A vrai dire, j’aurais effectivement pu faire un peu mieux si nous n’avions pas tenté un réglage que nous aurions dû tester pendant le Warm-Up s'il n’avait pas été disputé sur le mouillé. Nous nous sommes trouvés face à un choix : fallait-il utiliser ce réglage à l’aveugle ou pas ? Nous avons tenté le coup et nous avons peut-être fait une erreur parce que la moto bougeait beaucoup à l’entrée des virages, elle glissait, je n’avais pas assez d’adhérence"."Je suis donc resté là pendant toute la course, sans pouvoir porter mon attaque sur Dovizioso et Spies. Je crois que, sans cela, j’aurais pu être un peu plus rapide sur chacun des tours et me battre avec eux. Malgré tout, nous ne sommes pas très loin et nous travaillons bien. Il faut continuer ainsi, le championnat est long et nous sommes encore pleinement concentrés sur le développement de la GP11 même si nous pensons aussi à 2012. Nous n’avons aucune intention de baisser les bras".

L'analyse Moto-Net.Com : Auteur de sa meilleur qualification avec Ducati (7ème... mais à 0.810 sec de la pole !), Valentino Rossi continue indiscutablement à progresser au guidon de la GP11 et les ajustements apportés sur le châssis et l'électronique de la Desmosedici semblent porter leurs fruits.

Néanmoins, le Docteur est encore loin d'avoir soigné tous les maux de sa monture, comme le confirment les sept secondes qui le séparent de Stoner à l'arrivée. "Je pense que nous serons tout le temps en train d'essayer de rattraper Honda et Yamaha", admettait d'ailleurs récemment Jeremy Burgess, le chef mécanicien de Rossi.

Or, pendant que le n°46 en est encore à tenter de dompter la caractérielle italienne - en témoigne sa lourde chute de l'avant en essais libres -, ses rivaux peaufinent des packages déjà bien aboutis et engrangent de gros points... Le nouveau V4 - annoncé plus facile à exploiter - conçu suite aux tests d'Estoril permettra-t-il au nonuple champion du monde de revenir aux avant-postes ?

Dans l'entourage de Rossi, beaucoup semblent - veulent ? - y croire et certains verraient bien le pilote vedette de Borgo Panigale remporter sa première victoire au Mugello le 3 juin prochain...

Marco Simoncelli, Honda-Gresini (1er en qualifs et 6ème en course) : "Je ne sais pas si j’ai tenu l’embrayage trop longtemps au départ mais en tout cas j’ai glissé et beaucoup de pilotes me sont passés devant. J’ai perdu du temps et je n’ai pas pu retrouver l’allure que j’avais durant les essais libres".

"J’étais à une seconde de ceux qui étaient devant moi et je suis revenu à trois dixièmes de Valentino mais après je me suis rendu compte que je prenais trop de risques à certains endroits qui étaient mouillés et j’ai donc décidé de me contenter de la sixième place. Globalement le week-end a été positif. Après ma pole d’hier, la sixième place n’est pas très satisfaisante mais je dois me rappeler de la façon dont je suis arrivé à Barcelone".

L'analyse Moto-Net.Com : S'il a superbement répondu à ses détracteurs en signant sa première pole position en MotoGP devant un public espagnol pour le moins hostile, Marco Simoncelli a finalement réalisé une course moins impressionnante qu'attendue...

Mal parti à l'extinction des feux, le pilote Gresini n'est pas parvenu à renouer avec son rythme affiché durant les essais, sa concentration peut-être troublée par toutes les polémiques - sans compter les menaces de mort reçues avant la course et les messages de mécontentement affichés à son intention autour du circuit ! - que son accrochage avec Pedrosa au Mans a déclenchées...

L'Italien prend néanmoins les points de la sixième place, ce qui lui permet de revenir au neuvième rang du championnat (à 66 points du leader), malgré ses deux résultats blancs à Jerez et Estoril.

Colin Edwards est dur au mal !

Opéré samedi matin pour une fracture multiple de la clavicule - consécutive à sa chute en essais libres -, Colin Edwards a sérieusement envisagé de prendre le départ du GP de Catalogne dimanche matin ! Éconduit par le contrôle médical, le texan s'est montré déçu de cette décision qui met fin à son incroyable série de 141 départs consécutifs en MotoGP ! "Le fait de ne pas manquer une course MotoGP n’est pas l’ambition de ma vie, mais j’étais quand même fier de ma série", a souligné le courageux pilote Tech3. "Je comprends la décision, mais mon épaule va très bien. Le docteur Xavier Mir a fait un travail incroyable parce que ma clavicule était en pièces. Mais mon intention n’a jamais été de disputer toute la course. Je voulais juste prendre le départ, faire quelques tours et rentrer", justifie Edwards qui n’avait jamais manqué un Grand Prix depuis ses débuts en 2003. D'après ses déclarations, Colin Edwards sera de retour au guidon dès la semaine prochaine à Silverstone. Une décision qui montre une fois de plus l'abnégation dont sait faire preuve les pilotes de course, à l'instar de Karel Abraham qui a pris le départ avec un poignet bien chiffonné. D'un autre côté, avec 15 pilotes sur la grille ce week-end et seulement 13 à l'arrivée, chaque participant était assuré des points en Catalogne !

Cal Crutchlow, Yamaha-Tech3 (6ème en qualifs et 7ème en course) : "C’est mon meilleur résultat en MotoGP et je suis bien sûr heureux, mais j’aurais préféré obtenir ce résultat au terme d’une course plus amusante. Après que j’aie passé Nicky Hayden, ça a ressemblé essentiellement à un test de concentration pendant la majeure partie de la course. Je l’ai rattrapé vraiment vite, mais j’ai ainsi usé mon pneu arrière, après quoi j’ai manqué de grip".

"J’ai quand même réussi à semer Nicky et j’ai fini à 26 secondes de Stoner, ce qui n’est pas si mal étant donné que je n’avais jamais couru sur ce circuit au préalable. Si je n’avais pas un peu baissé mon rythme, je suis certain que j’aurais pu finir à environ 20 sec, ce qui était suffisant pour un Top 6 l’année dernière".

L'analyse Moto-Net.Com : Auteur du septième chrono en course (à 0.935 sec de Stoner et à 0.325 sec de Rossi), Cal Crutchlow a réalisé une superbe remontée après un départ moyen et s'est ensuite retrouvé esseulé après avoir dépassé la Ducati officielle d'Hayden.

Regrettant le manque d'action durant la course - comme la plupart des (télé)spectateurs ! -, le rookie du team Tech3 a pourtant fait la fierté de son team manager, Hervé Poncharal, qui n'alignait qu'une seule Yamaha en l'absence de Colin Edwards (lire encadré ci-contre). A domicile, la semaine prochaine sur un tracé de Silverstone qu'il connaît à la perfection (lire MNC du 1er août 2010 : Cal Crutchlow empoche le doublé en WSBK !), le n°35 aura probablement à coeur de franchir une étape supplémentaire...

Randy de Puniet, Ducati-Pramac (12ème en qualifs et abandon en course) : "Je ne suis vraiment pas content de ce qui s’est passé aujourd’hui parce que ça arrive alors que je traverse une période difficile. Au Mans j’étais ‘out’ dès le premier tour et c’était quasiment pareil aujourd’hui".

"Je ne sais pas ce qui s’est passé avec Aoyama, je l’ai vu arriver droit sur moi alors que je sortais du premier virage et que j’étais plutôt bien parti. J’espère que je ne me suis pas blessé à la cheville : elle fait un bruit bizarre quand je marche et j’espère que les ligaments ne sont pas touchés".

L'analyse Moto-Net.Com : En délicatesse avec sa Ducati depuis le début du week-end, Randy repart une nouvelle fois avec zéro point au compteur, harponné par Hiroshi Aoyama dans les premiers tours. Un fait de course malheureux, qui s'ajoute aux trois autres résultats blancs du pilote Pramac en cinq GP...

"Je suis tombé et j’ai entraîné Randy De Puniet dans ma chute, c’était entièrement de ma faute", s'excusera immédiatement le pilote japonais que certains annoncent sur la moto de Dani Pedrosa la semaine prochaine à Silverstone, si d'aventure le petit Catalan choisissait de continuer à panser ses blessures...

Outre la légitime déception éprouvée par notre unique engagé en catégorie reine face à ce nouvel impair, s'ajoute la crainte d'une sérieuse blessure au ligament de la cheville droite : Randy de Puniet passera un IRM mercredi pour évaluer des dégâts qui tombent on ne peut plus mal, puisque le MotoGP vient d'entamer une série de six Grands Prix placés de manière très rapprochée...

Le Français statuera sur sa participation vendredi prochain lors des premiers essais libres du GP de Grande-Bretagne : restez connectés !

.

.

Commentaires

Ajouter un commentaire

Identifiez-vous pour publier un commentaire.

.

Les derniers essais MNC

Essai Z900RS SE : le meilleur des roadsters Kawasaki

Sortie en 2018, la Z900RS est déjà une excellente moto basée sur le best-seller Z900 et inspirée de l’originelle Z1 (mythique, MNC vous explique pourquoi). Or Kawasaki fête ses 50 ans de "Zed" avec, notamment, une Z900RS SE qui intègre l’amortisseur Öhlins de la Z1000R et le freinage Brembo de la Z H2. Un "Best Of" donc... et "Must Have" ?
Essai vidéo du scooter à trois-roues Kymco CV3

Kymco passe à la "puissance 3" avec son nouveau et ambitieux CV3, premier scooter à trois-roues propulsé par un bicylindre en plus d'être généreusement équipé : suffisant pour inquiéter la référence MP3 ? Réponses dans notre vidéo, en complément de notre essai complet à lire sur MNC.
Essai scooter à trois-roues CV3 : Kymco Met la Puissance 3 !

Kymco roule des mécaniques avec son nouveau scooter à trois-roues CV3 et son puissant bicylindre de 50,3 ch - architecture inédite chez les tripodes - pour se distinguer et tenter de surpasser la référence MP3 500. Pari réussi pour cette nouveauté taïwanaise accessible avec un permis voiture (B) ? Réponses dans notre essai MNC.
Kawasaki Z900RS SE et Z900 SE : le bilan de notre essai en vidéo

Outre des coloris 50th Anniversary proposés sur ses "roadzters" (sauce Sugomi ou néo-rétro), Kawasaki célèbre les 50 ans de la Z1 avec une paire d’éditions spéciales : la Z900RS SE et la Z900 SE dont Moto-Net.Com a pu tester le freinage avant Brembo et l’amortisseur arrière Öhlins. Bilan en vidéo.

A lire aussi sur le Journal moto du Net

Régulateur de vitesse moto universel Beracruise Skate Lock

Le français Philippe Beraka invente le premier régulateur de vitesse à aimants adaptable sur tous les accélérateurs de motos, scooters et quads. Simple à installer et à utiliser, ce Beracruise Skate Lock est sans entretien et inusable, en plus d'être à un prix accessible.
Pourquoi Fabio Quartararo sera pénalisé au GP de Grande-Bretagne 2022 ?

Non vraiment, Moto-Net.Com pose la question à la direction de course du MotoGP  : pourquoi Fabio Quartararo devrait-il réaliser un "Long Lap" lors du prochain Grand Prix MotoGP à Silverstone ? Parce que son dépassement sur Aleix Espargaro à Assen était trop ambitieux ! Vous n’êtes pas bien sérieux...
Pays-Bas 5 commentaires
Yamaha fulmine contre la sanction "injuste et incohérente" reçue par Quartararo

Le team officiel Yamaha ne digère pas - loin s'en faut - la pénalité de tour rallongé (Long Lap) que devra observer son leader Fabio Quartararo lors du prochain Grand Prix en Grande-Bretagne. Son directeur Lin Jarvis fustige le manque d'équité, d'objectivité et de cohérence des commissaires MotoGP : rien que ça !
Pays-Bas 2 commentaires
Réactions des pilotes MotoGP au fracassant Grand Prix des Pays-Bas 2022

Vainqueur magistral des deux derniers GP, Fabio Quartararo est tombé de son piédestal ce dimanche à Assen. Tombé deux fois ! Bagnaia, Bezzecchi, Vinales et Aleix Espargaro abordent la longue pause estivale plus sereinement que notre champion toujours leader au provisoire. Et que Zarco toujours troisième ? Réactions du Top 10 et plus.
Le constructeur anglais CCM lance une nouvelle moto : la Classic Tracker

Clews Competition Machines (CCM) - petite marque britannique aux origines tout-terrain - produit une gamme de séduisantes motos rétros à moteur monocylindre : dernière en date, la Classic Tracker. Présentation.
Piaggio succède à KTM à la tête de l'association européenne des constructeurs de motos (ACEM)

L'association européenne des constructeurs de motos confie sa présidence à Michele Colaninno, directeur général produits, marketing et innovation du groupe Piaggio. La diminution des émissions de carbone et l'électrification sont les enjeux majeurs de son mandat de deux ans.
HJC lance le casque modulable i100 avec mentonnière réversible 

Le nouveau casque i100 de HJC est le premier modulable de la marque coréenne doté d'une mentonnière basculable sur l'arrière. Équipements et aspects pratiques font aussi partie des arguments de cet ouvrable qui répond à la nouvelle norme ECE 22-06. Présentation.

Soutenez le Journal moto du Net

Aidez les petites entreprises françaises qui payent leurs impôts : en vous abonnant à MNC Premium, vous lisez toutes les infos réservées sans pub intrusive, vous profitez de nombreux avantages (invitations, annonces gratuites, réductions, etc.) et vous préservez notre indépendance !

ARTICLES PREMIUM   |   JE M'ABONNE !

Guide 2022 des nouveautés moto et scooter : infos, essais et prix

Calendrier MotoGP 2022

Plateau : Les pilotes et leurs motos 2022

GP de France moto MNC Premium : Invitation GP de France (épuisé)

Courses 2022

GP moto du Qatar 6 mars : GP du Qatar
GP moto d'Indonésie 20 mars : GP d'Indonésie
GP moto d'Argentine  3 avril : GP d'Argentine
GP moto des Amériques 10 avril :  GP des Amériques
GP moto du Portugal 24 avril : GP du Portugal
GP moto d'Espagne 1er mai : GP d'Espagne
GP de France moto 15 mai : GP de France
GP moto d'Italie 29 mai : GP d'Italie
GP moto de Catalogne 5 juin : GP de Catalogne
GP moto d'Allemagne 19 juin : GP d'Allemagne
GP moto des Pays-Bas 26 juin : GP des Pays-Bas
GP moto de Finlande10 juillet : GP de Finlande
GP moto de Grande-Bretagne 7 août : GP de Grande-Bretagne
GP moto d'Autriche 21 août : GP d'Autriche
GP moto de San Marin 4 septembre : GP de San-Marin
GP moto d'Aragon 18 septembre : GP d'Aragón
GP moto du Japon 25 septembre : GP du Japon
GP moto de Thaïlande 2 octobre : GP de Thaïlande
GP moto d'Australie 16 octobre : GP d'Australie
GP moto de Malaisie 23 octobre : GP de Malaisie
GP moto de Valence 6 novembre : GP de Valence


SAISON 2022   |   SAISONS PRÉCÉDENTES

  • En savoir plus...