• L'essentiel
  • -
  • En savoir plus...
TEST
Paris, le 6 juillet 2011

Essai nouvelle Suzuki V-Strom 2012 : reçue, mention très bien !

Essai nouvelle Suzuki V-Strom 2012 : reçue, mention très bien !

Lors de son premier essai en Croatie, le nouveau trail Suzuki DL 650 V-Strom 2012 n'a fait aucune impasse et a passé l'examen rigoureux de Moto-Net.Com qu'elle décroche avec les félicitations aussi bien en ville, sur petites routes et sur voies rapides.

Imprimer

La peur de la feuille blanche ?

Il y a bientôt 10 ans, lorsque Suzuki sortait son V-Strom 1000, le constructeur assurait créer "une nouvelle catégorie moto : l'Enduro Sport Tourer". Convaincu du fort potentiel de ce genre de moto - surtout en Allemagne, mais aussi en France -, Suzuki lançait dans la foulée, en 2003, la version 650 cc équipée du bicylindre de la SV.

"Avec l'ajout d'un modèle avec ABS en 2006, la V-Strom 650 a toujours été le modèle le plus vendu de sa catégorie", se félicitent d'ailleurs les Jaunes qui ont depuis abandonné le 1000 cc. Mais avec l'arrivée des nouvelles Honda Transalp 700 ou Kawasaki Versys 650 notamment, Suzuki devait revoir sa copie...

Pour "améliorer encore ses performances routières et son confort de conduite", la firme d'Hamamatsu s'est lancée dans le développement d'une nouvelle DL 650 qui marquera en 2012"le 10ème anniversaire de la série V-Strom".

Ah, les fuites sur Internet...

Lorsqu'il débute sa présentation aux journalistes français réunis à Split (Croatie), l'assistant marketing Makoto Kudo nous présente ses plus plates excuses : la nouveauté 2012 qu'il nous "dévoile" n'en est déjà plus une, la faute officiellement à un webmaster distrait (lire MNC du 22 juin 2011 : premières photos et fiche technique de la Suzuki V-Strom 650).

Cette "fuite" met forcément dans l'embarras les responsables japonais : à la vue des seuls clichés, la presse moto et ses lecteurs ont aussitôt compris que la V-Strom 2012 n'était qu'une évolution de l'ancien modèle... et non une refonte totale !

Cette méthode simpliste a néanmoins du bon : en procédant par petites retouches, les ingénieurs limitent les risques de se planter. De plus, il faut reconnaître que la V-Strom 2011 était loin d'être dépassée (lire notamment notre Duel MNC du 17 novembre 2010 : Versys contre V-Strom, deux valeurs sûres en temps de crise !).

Enfin, cette technique de mise à jour possède l'avantage d'être bien moins coûteuse, un argument massue chez Suzuki. Et c'est pourtant là que réside la première - et la seule - mauvaise surprise concernant la toute dernière Suz' : son tarif !

Pas assez chère ?!

Affichée à 8199 € avec son ABS de série, la nouvelle V-Strom 2012 coûte 700 € de plus que l'ancien modèle (2011) proposé à 7 499 € avec l'option ABS. La différence est plus grande encore avec le modèle 2010 toujours disponible en concession Suzuki : 6549 € pour la version sans ABS !

"Certes, la partie cycle est très proche de celle de l'ancien modèle et le moteur est étroitement lié à celui de la Gladius", reconnaît humblement Hisayaki Fuwa, responsable du développement marketing chez Suzuki. "Mais nous avons modifié de nombreuses pièces, installé de nouveaux équipements et intégralement revu son look. Or cela nécessite un investissement non négligeable".

Au niveau du bicylindre par exemple, les ingénieurs nippons ont modifié le profil des cames et recalibré l'injection à double papillons - le fameux SDTV inauguré sur les Gex - afin de rendre le "six-cinquante" (645 cc précisément) plus coupleux à bas et mi-régimes. En outre, les ressorts des soupapes ne sont plus dédoublés et les bougies sont de type iridium à double allumage.

Le système de contrôle de ralenti désormais intégré au corps de papillon (baptisé TI-ISC) contribue aussi à une meilleure capacité et à une plus grande stabilité de démarrage par temps froid, ainsi qu'à la réduction des émissions de CO2 après le démarrage du moteur.

Parallèlement, "le mécanisme de débrayage est passé d'un type à vis à billes (balle-écrou) à un type à cames pour une utilisation précise et fiable, renforçant l'impression d'un fonctionnement instantané", précise Suzuki.

Le nouveau couvercle d'embrayage à double couche et le pignon d'entraînement primaire de type ciseau sont censés diminuer quant à eux les bruits mécaniques. Enfin, le vilebrequin redessiné doit "accroître la sensation de battement du moteur V-Twin à intervalles inégaux"...

Mises bout à bout, ces petites modifications permettent à la fois de gagner en performance (+2 chevaux soit 69 ch en tout, et une courbe de puissance supérieure dans son ensemble) ainsi qu'en consommation : les Japonais affirment que leur nouvelle DL 650 2012 est 10% plus sobre que la 2011...

Copier n'est pas tricher

Un chiffre fort commode puisqu'il correspond exactement à la perte de contenance du réservoir : le nouveau trail Suzuki emporte avec lui 20 litres de carburant... contre 22 pour l'ancien modèle ! L'autonomie estimée aux alentours de 350 km demeure donc d'actualité.

Le réservoir d'essence n'est pas le seul élément extérieur à avoir été revu : l'ensemble de la ligne a été redessiné et offre à la V-Strom un look plus "jouet" qu'auparavant. Le carénage bicolore allège également sa silhouette, de même que le remplacement du radiateur d'huile par un système de refroidissement liquide.

On apprécie que certaines parties en résine noire de l'habillage prennent un aspect carbone - ça fait qualitatif ! -, mais on aurait préféré que toutes les parties brutes soient peintes. Les Japonais gardent sans doute leurs cartouches de peinture pour les prochaines éditions... Et il en va de même pour les clignotants : blancs sur la 2011, ils redeviennent oranges en 2012.

Comme pour la mécanique, Suzuki ne s'est toutefois pas trop éloigné de l'ancien modèle en ce qui concerne le look : double optique, saute-vent à trois positions, pot placé à droite en position haute, cadre périmétrique et bras oscillant en aluminium inchangés, double disque à l'avant et étrier deux pistons, fourche de 43 mm et amortisseur arrière réglable au moyen d'une grosse molette pour l'arrière... On retrouve une bonne partie de la recette à succès du Suz' DL !

Côté pratique, on note l'apparition d'une gâchette sur le commodo gauche permettant de faire défiler les infos du nouveau tableau de bord sans quitter le guidon des mains : une excellente initiative ! La V-Strom marque également un maximum de points grâce à son combiné d'instruments composé d'un compte-tours analogique lisible et d'un écran digital très complet.

D'un seul coup d'oeil on peut ainsi surveiller sa vitesse, le rapport de boîte engagé, les niveaux d'essence et de chauffe moteur, le bon fonctionnement de l'ABS et du refroidissement moteur. Une alerte au gel est même prévue pour les roule-toujours !

En appuyant brièvement sur la gâchette on jongle entre le kilométrage total, les deux trips partiels et leurs deux consommations moyennes respectives. Et en la maintenant enfoncée, on sélectionne au choix l'horloge ou la température ambiante. Enfin, on note la présence sur la clé du système d'antidémarrage (SAIS). Qui dit mieux ?!

Commentaires

Ajouter un commentaire

Identifiez-vous pour publier un commentaire.

.

CONDITIONS ET PARCOURS

 
  • Modèle d'origine avec 2000 km au compteur
  • Parcours : 390 km
  • Routes : Ville, route, autoroute
  • Pneus : Bridgestone Trail Wing
  • Problèmes rencontrés : RAS
 
 
 

POINTS FORTS

 
  • Agrément de conduite
  • Grand confort en général
  • Nouveau compteur et sa gâchette
 
 
 

POINTS FAIBLES

 
  • Tarif en hausse
  • Manque d'inspiration des japonais ?
  • Options complémentaires (selon utilisation)
 
 
 
Avertissement sur l'utilisation des cookies
En poursuivant votre navigation sur ce site vous acceptez l'utilisation de cookies et autres traceurs pour vous connecter à votre compte utilisateur, laisser des commentaires, déposer des annonces, paramétrer vos alertes, etc.