• L'essentiel
  • -
  • En savoir plus...
COÛT DE POMPE
Paris, le 11 octobre 2018

Carburants : les noms changent... mais pas l'augmentation !

Carburants : le nom change... mais pas l'augmentation !

La dénomination des carburants adoptera vendredi 12 octobre un format commun à travers toute l'Europe et sept pays voisins pour faciliter l'identification des différentes formes d'essence et de gasoil. Cette mesure prévue depuis 2014 intervient en pleine envolée du prix à la pompe... Explications.

Imprimer

Pourquoi changer le nom des carburants ?

En France, identifier le carburant adéquat pour sa moto ou sa voiture est assez simple : les pompes jaunes sont réservées au diesel - donc aucune moto de grande série à ce jour ! - et les vertes et bleues concernent l'essence. Les différentes formes d'essence sont signalées par les logos "SP95", "SP98", "SP95-E10" - qui contient jusqu'à 10% d'éthanol - et "Superéthanol", carburant contenant jusqu'à 85% d'éthanol réservé aux véhicules dits Flex-Fuel.

Problème : chaque pays d'Europe possède sa propre signalétique et ses appellations, ce qui peut compliquer la compréhension des consommateurs étrangers... Le risque est grand de se tromper de carburant en faisant le plein dans un autre pays, sans compter la barrière de la langue.

L'Union européenne a donc décidé d'harmoniser les noms des carburants : sans-plomb et gazole seront désormais identifiés par une figure géométrique ornée d'une lettre et d'un chiffre, de manière identique dans les 28 pays de l'UE et dans sept pays voisins (Islande, Liechtenstein, Norvège, Macédoine, Serbie, Suisse et Turquie).

Cette nouvelle norme européenne - approuvée depuis 2014 - entrera en vigueur dans toutes les stations-service à partir de demain, vendredi 12 octobre 2018, pour permettre aux conducteurs de s'y retrouver en un seul coup d'oeil d'Helsinki (Finlande) à Palerme (Italie).

"L'objectif, qui est assez sain, est de faciliter la vie des gens qui voyagent beaucoup et qui, en traversant plusieurs pays, trouvent des affichages complètement différents", explique à l'AFP Francis Duseux, président de l'Union française des industries pétrolières (UFIP).

Comment identifier les carburants à partir du 12 octobre ?

Le nouveau système s'articule autour de trois figures géométriques : rond pour l'essence, carré pour le gasoil et losange pour les carburants dits "gazeux" comme le gaz naturel comprimé - très peu utilisé sur les véhicules grands publics -, l'hydrogène - également assez rare - ou le gaz de pétrole liquéfié, connu sous le sigle "GPL".

D'autre part, l'essence sera clairement désignée par la lettre "E" à l'intérieur du cercle, tandis que le diesel sera identifié par un "B" dans un carré. Dernière subtilité : cette lettre sera suivie d'un chiffre indiquant la teneur maximale de biocarburant.

B comme Biesel ou B comme Bazole ?

Les essences sans-plomb SP95 et le SP98 seront donc signalées par une pastille ronde avec l'appellation E5 : "E" comme Essence et "5" pour 5% d'éthanol. Le SP95-E10 devient en toute logique "E10" tandis que le super-éthanol se transforme en "E85" : ces deux derniers formats étaient déjà fréquemment utilisés dans les stations, les distributeurs ayant anticipé la réforme.

Le gazole devient de son côté "B7", avec un "B" (comme Biesel ou Bazole, pourquoi pas ?!) pour l'identifier et un "7" indiquant qu'il contient 7% de biocarburants, produits à partir de colza, de maïs ou de betterave. Le logo "B10" désignera par ailleurs "un nouveau gazole pouvant contenir jusqu'à 10% de biocarburants", prévoit la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF).

L'ancienne signalétique sera-t-elle supprimée ?

Contrairement à ce que vous avez pu lire par ailleurs : non, le bon vieux logo "SP95" sur fond vert n'est pas mort ! La nouvelle signalétique européenne va prendre place aux côtés de l'ancienne, chaque pays conservant ses propres appellations. Le rond "E5" et le carré "B7", par exemple, apparaîtront en complément.

"Les pompes restent exactement comme elles sont aujourd'hui : avec des stickers jaunes par exemple pour le gazole. On va juste adjoindre en-dessous la norme européenne", confirme Francis Pousse, du Conseil national des professions de l'automobile (CNPA), cité par l'AFP.

Ce "double affichage" sera également étendu aux marquages présents sur les véhicules, généralement près du bouchon du réservoir de carburant. Là encore, certains constructeurs ont devancé la directive puisque certaines motos ou voitures très récentes en sont déjà équipées.

Nouvelle signalétique des carburants : progrès ou contrainte ?

"C'est plutôt positif", juge Pierre Chasseray, délégué général de l'association 40 millions d'automobilistes. "Au moins, quand on voyagera à l'étranger, on saura ce que c'est que du B7. Jusqu'à présent il fallait être "Champollion" pour comprendre que c'était du diesel", plaisante-t-il.

L'association de défense des automobilistes recommande toutefois, pour que l'introduction de ce système "se passe très bien", que l'étiquetage européen continue de cohabiter à l'avenir avec les appellations actuelles. Sous-entendu : que l'Europe ne décide pas du jour au lendemain de supprimer le double affichage...

Les nouveaux panneaux ne cachent pas l'augmentation continue des carburants

Hasard - ou non - des calendriers : la mise en place de ces nouvelles appellations des carburants survient au moment où leur tarif atteint des sommets : le litre de gazole, carburant consommé à hauteur de 80% en France malgré le scandale du Dieselgate, dépasse même pour la première fois la barre des 1,50 €... soit 10 de nos anciens francs ! 

Le carburant pour véhicules diesel (le B7, donc !) s'affiche en moyenne "à 1,5217 euro le litre" en date du 8 octobre selon le dernier relevé hebdomadaire du ministère de la Transition écologique et solidaire, qui chiffre la hausse à "3,82 centimes de plus que la semaine précédente". 

L'essence sans plomb 95 (E5, vous y êtes ?) a pour sa part augmenté de "2,13 centimes" sur la même période pour atteindre "1,5733 euro le litre", en moyenne constatée sur l'ensemble des stations-service françaises. Le SP98 croît quant à lui de "1,80 centimes", à 1,6358 €/l. Plutôt qu'une signalétique commune, l'Europe ne pourrait-elle pas mettre en place des tarifs communs ?!

Comme d'habitude, la situation tendue à la pompe en France est officiellement imputée à des conséquences externes contre lesquelles le gouvernement ne pourrait rien faire : la variation du cours du brut, le taux de change euro-dollar, le niveau des stocks de produits pétroliers sont ainsi régulièrement mises en cause. 

Les conflits avec les pays producteurs de "l'Or noir" font également office de pratiques paravents : les cours du pétrole ont effectivement grimpé en flèche depuis l'annonce de sanctions prises par les Etats-Unis contre l'Iran, jusqu'à atteindre leur plus haut niveau depuis quatre ans.

Sur 10 euros de carburant à la pompe, 6 vont dans la poche de l'Etat

Pour autant, l'augmentation des cours du pétrole ne suffit pas à expliquer de telles hausses, loin s'en faut : le coût de la matière brute ne représente en moyenne qu'entre 27 et 28% du prix du carburant, soit moins d'un tiers. En revanche, les taxes décidées par Bercy comptent à elles seules pour environ 60% du prix au litre ! 

Deux - énormes - taxes s’appliquent sur l’essence et le gazole en France : la taxe intérieure sur la consommation de produits énergétiques (TICPE, anciennement TIPP) et la TVA. Notons que c'est essentiellement la différence du montant de la TICPE entre l'essence et le gazole qui explique leur écart de prix à la pompe.

Voila pourquoi le carburant pour diesel subit actuellement les plus fortes hausses : le gazole n'a plus le vent en poupe auprès du gouvernement, Paris envisageant même d'exclure de ses rues cette motorisation dès 2024 ! Mais ce rejet du diesel n'est pas "franco-français" : il s'étend à la plupart des pays européens, y compris en Allemagne où la justice berlinoise vient d'interdire la circulation de voitures de plus de trois à cinq ans... 

Si cette augmentation du prix des carburants met à mal le pouvoir d'achat des motards et des automobilistes, ce n'est donc pas seulement parce que Donald Trump montre les poings en Orient ! Les très importantes taxes françaises en sont davantage responsables, dans un objectif vieux comme la 5ème République (qui fête ses 60 ans) : renflouer les caisses !

"Nous avons fait le choix d'augmenter l'impôt sur la pollution"

Selon le site "Connaissancesdesernergies.org", la TICPE constitue en effet la "quatrième recette de l'Etat" après la TVA, l'impôt sur le revenu et l'impôt sur les sociétés !  Entre cette manne colossale et le milliard d'euros collectés par les radars, comment ne pas en arriver au constat "usagers de la route = vaches à lait" ?!

Le gouvernement ne s'en cache pas : "nous avons fait le choix de baisser l'impôt sur le travail et d'augmenter l'impôt sur la pollution", a admis le premier ministre fin septembre sur France Inter, en réponse aux interrogations sur la hausse continue du prix du carburant constatée depuis cet été.

Courageux mais pas téméraire, Edouard Philippe ajoute aussitôt que cela tient "en partie aux décisions que nous prenons, mais surtout du fait de changements qui ne relèvent absolument pas du gouvernement : entre 50 et 70% de l'augmentation est due à l'évolution du prix des matières premières", assure-t-il sans réellement convaincre. Pas sûr que la nouvelle signalétique européenne suffise à faire diversion...

Commentaires

Ajouter un commentaire

Identifiez-vous pour publier un commentaire.

.

Les derniers essais MNC

Essai Ryker 900 Rally : Can-Am se plie en trois

Moins intimidant, moins lourd et moins cher : le nouveau Ryker de Can-Am (groupe BRP) se serre la ceinture pour rajeunir et élargir l'audience de ces engins atypiques à trois-roues accessibles avec le permis voiture. MNC est allé au Portugal vérifier la pertinence de cette démarche... Essai.
Essai Katana 2019 : nouvelle coupe pour le maxiroadster Suzuki

Suzuki tente en 2019 un audacieux pari sur le segment des roadsters en lançant une nouvelle Katana. Une moto basée sur la mésestimée GSX-S1000, à l'appellation culte mais au look contesté. Moto-Net.Com a pu l'essayer au Japon et à deux mois de sa sortie en France. Banzai !
Roadster 4 commentaires
Essai Moto Guzzi V85 TT : la dolce vita du trail !

Le changement dans la continuité. Reprenant sans le citer le célèbre adage, Moto Guzzi réinvestit le créneau du trail classique et polyvalent avec cette V85 TT. Contrainte de réactualiser ses motos sans renier son passé, la firme italienne propose une moto de caractère, modernisée et abordable. Succès annoncé ? Essai MNC.
Trail 22 commentaires
Essai S1000RR 2019 : la Superbike de BMW sur un air de Daft Punk

Stronger, Lighter, Faster. C'est ainsi que BMW Motorrad définit sa S1000RR 2019 : la troisième génération de la Superbike allemande est plus puissante (207 ch), plus légère (197 kg)... et plus rapide ? Cela reste malheureusement à prouver, car la pluie s'est invitée au lancement presse à Estoril (Portugal).
Sportive 20 commentaires

A lire aussi sur le Journal moto du Net

Essai vidéo du Can-Am Ryker

En complément de notre essai complet du nouveau Can-Am Ryker, voici la vidéo de notre roulage sur les routes du Portugal.
Le service course Ducati se dit serein à la veille du jugement sur sa victoire contestée au Qatar

Luigi Dall’Igna, directeur général du service course Ducati, se dit convaincu que la cour d'appel de la Fédération internationale de motocyclisme (FIM) va rejeter la procédure d'appel lancée par Aprilia, Honda, KTM et Suzuki à propos du déflecteur installé devant la roue arrière des Desmosedici MotoGP au Qatar... Explications.
MotoGP 2019 3 commentaires
Marché moto février 2019 : deuxième mois très florissant

La météo exceptionnellement belle de février 2019 a permis au marché français du motocycle d'enregistrer de nombreuses immatriculations : 3400 chez les 125 et 8597 chez les gros cubes. Soit une hausse globale de +23,4% par rapport à un deuxième mois 2018 très froid mais pas grippé... Bilan complet pour les abonnés MNC Premium.
Février 1 commentaire
Interview MNC : Johann Zarco maintient son objectif de Top 10 en MotoGP

15ème de sa première course MotoGP sur la KTM officielle au Qatar, le pilote français Johann Zarco maintient son objectif de Top 10 au championnat et se confie au Journal moto du Net avant le GP d'Argentine. Interview vidéo.
Pilotes et équipes 13 commentaires
Interview MNC : Fabio Quartararo veut rester plus calme au départ !

Brillamment qualifié 5ème de sa toute première course MotoGP au Qatar, le pilote français Fabio Quartararo promet de rester plus calme au départ ! Avant le GP d'Argentine, il se confie pendant 8 minutes au Journal moto du Net. Interview vidéo.
Pilotes et équipes 2 commentaires
Essai vidéo de la Moto Guzzi V85 TT

En complément de notre essai complet de la nouvelle Moto Guzzi V85 TT, voici la vidéo de notre roulage sur les routes de Sardaigne.
Trail 4 commentaires
Essai vidéo de la Suzuki Katana 2019

En complément de notre essai complet de la Katana 2019, voici la vidéo de présentation que nous avons tournée pendant notre roulage chez elle, au Japon.

Invitations MNC Premium

En m'abonnant à MNC Premium je lis toutes les infos réservées sans pub intrusive, je profite d'invitations, réductions, annonces gratuites, etc. et je soutiens l'indépendance du Journal moto du Net !

TOUS LES AVANTAGES   |   JE M'ABONNE !

Guide pratique Nouveautés moto 2019 : prix, présentation et dates de disponibilité

  • En savoir plus...