• L'essentiel
  • -
  • En savoir plus...
TEST
Massif des Dolomites (Italie), le 28 juin 2016

Essai Yamaha Tracer 700 : petite routière, grandes ambitions

Essai Yamaha Tracer 700 : petite routière, grandes ambitions

Six mois après la néo-rétro XSR700, Yamaha propose une nouvelle déclinaison de sa MT-07 : la Tracer 700, aux partie cycle et plastique méticuleusement préparées. Affichée 1700 euros plus cher que le roadster, la petite routière vaut-elle le coût ? Essai.

Imprimer

La petite routière Yamaha à l'épreuve

Comme indiqué en première page de ce nouvel essai MNC, le moteur de la Tracer 700 est le même que celui de la MT-07. Ou, plus exactement, le même que celui de la XSR700, moto un peu plus récente donc plus respectueuse de la dernière norme antipollution.

On retient cependant que quelle que soit sa version (Euro 3 ou Euro 4), le moteur - à eau - de 689 cc développe la mêmes puissance et le même couple maxi : 74,8 chevaux à 9000 tr/min et 68 Nm 2500 tours plus bas si l'on en croit la fiche technique du constructeur japonais (publiée en dernière page).

Au guidon de la Tracer 700, Moto-Net.Com note que les performances du fameux "CP2" (bicylindre CrossPlane) restent très satisfaisantes : parfaitement docile, le moteur se montre toujours aussi volontaire dès les bas régimes et fait preuve d'une appréciable souplesse sur les trois premiers rapports.

En agglomération, on peut même déambuler en quatrième vitesse tranquillement sur le quatrième rapport. L'injection et le ride-by-wire bien paramétrés, ainsi que le frein moteur du bicylindre (plus important que sur un 4-pattes), permettent d'adapter sa vitesse sans heurts et sans recourir aux freins. Un plus en duo !

Sur le sixième et dernier rapport, la petite routière accepte de trotter à 60 km/h. Lorsque le patelin est dépassé, on peut réaccélérer doucement, sur un filet de gaz. Le compte-tours digital affiche alors - en tout petit, sur le même tableau que la MT - un régime de 2500 tr/min, limite basse sur les trois dernières vitesses.

La boîte de vitesses seconde merveilleusement bien le moteur : la course du sélecteur est courte, la sélection douce et les rapports sont bien étagés. En utilisation "cool", il est même possible de se passer totalement de la commande d'embrayage pour monter ou descendre les vitesses.

On note au passage que le levier gauche, dépourvu de réglage, est assez éloigné du guidon. Son homologue de droite - le frein avant, bravo ! - propose quant à lui cinq niveaux d'écartement : d'élevé à moyen, mais jamais faible. Les petites minoches seront donc mises à contribution dans les bouchons...

Dans les successions de petites épingles cependant, Moto-Net.Com n'a jamais senti son avant-bras gauche surchauffer : la souplesse du moteur est telle que l'on peut négocier les 180° sur le deuxième rapport sans jouer de l'embrayage ni craindre de caler.

Pour ressortir vigoureusement des virages ou pour doubler rapidement une paire de voitures - d'anciennes mais impeccables Alfa Roméo, Morgan ou Porsche, de sortie comme nous dans les Dolomites ! -, il est nécessaire de cravacher le moteur.

Compte tenu de la cylindrée de la moto, les accélérations sont consistantes à partir de 3500 tr/min, mais c'est passé 6000 tr/min qu'elles deviennent enthousiasmantes : la Tracer 700 tire alors sur les bras du pilote et enchante ses oreilles !

En effet, la sonorité du moteur - de son pot comme de sa boîte à air - augmente sensiblement à mi-régime et donne l'impression de passer aux choses sérieuses. Sans atteindre les fulgurantes accélérations d'une MT-10, la "MT-07 Tracer" a de quoi séduire les motards, même expérimentés (kit 35 kW pour les débutants).

Le Journal moto du Net observe à cette occasion que le silencieux de la Tracer 700 (identique à celui de la MT-07) est aussi mignon que la chambre de tranquillisation des gaz placée en amont (et chipée à la XSR700) sous le moteur est moche, surtout vue du côté gauche...

On regrette donc que cette marmite ne soit pas cachée par un sabot moteur, ce qui aurait par ailleurs ajouté une touche sportive supplémentaire à cette moto classée au rayon "Routières" du catalogue Yamaha Motor France, mais bel et bien qualifié de "Sport Tourer" par les japonais.

Avec leur Tracer 700, les Bleus d'Iwata entendent redynamiser le segment des petites routières sportives. En cela, le petit CP2 (53 kg d'après ses concepteurs) remplit parfaitement sa mission, malgré une prise de poids de la partie cycle non négligeable : 14 kg de plus que la MT originelle (avec ABS).

Pour correspondre au programme "Touring" de la Tracer, le cadre de la MT et sa boucle arrière ont été légèrement renforcés. "Entre parenthèses, ces deux éléments en acier ainsi que le pot d'échappement et les carénages sont fabriqués dans notre usine MBK", souligne Vincent Thommeret, directeur de YMF.

"Les moteurs qui arrivent directement du Japon et les autres périphériques sont assemblés sur les chaînes de St-Quentin dans l'Aisne"... Contrairement aux Yaris de Toyota, aucune mention "Fabriquée en France" ne figure sur la Tracer 700. Cette information n'est pourtant pas anodine pour tout le monde.

À l'instar de la XSR700, la Tracer 700 est un produit créé par et pour l'Europe : imaginée chez Yamaha Motor Europe (Pays-Bas) et dessinée par le bureau de design GK Europe (Pays-Bas également), la moto a été développée par le service département R&D de Yamaha... à Monza (Italie) ! Fin de la parenthèse industrielle.

Le bras oscillant est le seul élément spécifique à la petite routière : plus long de 50 mm que celui de la MT-07 en aluminium embouti - également monté sur la XSR700 -, le double bras en alu coulé est fixé au moteur via un amortisseur et un jeu de biellettes retravaillés par rapport au roadster (12 mm de débattement supplémentaire).

Principale cause de la hausse du poids tous pleins faits entre la "MT-07 de ville" et celle "de route" (la Tracer 700 est annoncée à 196 kg par Yamaha) : le semi-carénage. Ce dernier s'inspire logiquement de celui de la plébiscitée Tracer 900 : 15000 "MT-09 de route" circulent déjà en Europe !

Le trait a toutefois été adouci, ce qui n'est pas pour déplaire à MNC : les protège-mains de la Tracer 700, notamment, n'élargissent pas ridiculement la moto et n'handicaperont pas le motard lors de ses - prudentes ! - remontées de files. Ils surplombent, sans intégrer totalement, les clignotants.

L'intégration des carénages aurait pu être peaufinée : sur les coloris Rouge "Tech" et Bleu "Yamaha" (à ne pas confondre avec le "Race Blue" à jantes bleues qui n'est pas encore proposé sur la tracer 700...), les vis noires font un peu tâche. De même, on aurait apprécié un coup de pinceau sur le garde-boue avant.

Sans surprise, la nouvelle Yamaha adopte un double optique. Et là encore, les contours sont adoucis par rapport à ceux de la Tracer 900. Ils rappellent même un peu ceux de feu la Fazer8. Les prises d'air, en revanche, évoquent celles de la grande soeur.

Si ces prises d'air ne sont pas là pour gaver pas le moteur, elles ne sont pas pour autant fictives : "elles servent à rafraîchir des composants électroniques comme le redresseur/régulateur de tension à gauche, l'unité centrale ECU et le boîtier hydraulique d'ABS à droite", précisent les ingénieurs japonais.

Enfin, pour améliorer l'autonomie de la moto, la contenance du réservoir progresse de 3 litres (17 en tout), participant également à l'augmentation - et à l'élévation verticale ! - du poids de la Tracer par rapport à la MT. Moteur coupé, la moto reste toutefois très facile à manoeuvrer.

Dotée d'un bon rayon de braquage, la Tracer 700 est d'autant plus facile à manier qu'elle offre deux excellentes prises : les poignées passager ! MNC n'a d'ailleurs testé le poste de "copilotage" qu'à l'arrêt, mais peut déjà affirmer que l'accueil est bon.

Outre ses poignées bien dessinées, le passager jouit de très belles platines de repose-pieds, nettement plus longues que sur la MT. La selle monopièce est un peu mieux rembourrée que le strapontin du roadster et les repose-pieds sont couverts de gomme. La classe affaire !

Devant, le pilote bénéficie du même type de prestations : guidon monté sur silent-blocks, selle moelleuse, repose-pieds garnis... Moto-Net.Com a cette fois pu les tester sur près de 200 km de tournicotantes routes italiennes. L'essai continue en page suivante : "avanti" !

.

Commentaires

Ajouter un commentaire

Identifiez-vous pour publier un commentaire.

.

CONDITIONS ET PARCOURS

  • Modèle d'origine
  • 299 km au compteur
  • Parcours : 180 km
  • Routes : Ville et petites routes
  • Pneus : Michelin PIlote Road 4
  • Conso moyenne : non mesurée (ordi 5,0l/100km)
  • Problèmes rencontrés : RAS

POINTS FORTS TRACER 700

  • CP2 toujours aussi savoureux
  • Comportement assagi (Vs MT-07)
  • Facilité de prise en main

POINTS FAIBLES TRACER 700

  • Tarif relativement haut
  • Vibrations du guidon à mi-régime
  • Certains aspects (non) pratiques
Guide pratique Nouveautés moto 2019 : prix, présentation et dates de disponibilité

Soutenez le Journal moto du Net

Aidez les petites entreprises à traverser la crise économique qui va suivre celle du coronavirus : en vous abonnant à MNC Premium, vous lisez toutes les infos réservées sans pub intrusive, vous profitez de nombreux avantages (invitations, annonces gratuites, réductions, etc.) et vous préservez notre indépendance !

ARTICLES PREMIUM   |   JE M'ABONNE !