• L'essentiel
  • -
  • En savoir plus...
TEST
Massif des Dolomites (Italie), le 28 juin 2016

Essai Yamaha Tracer 700 : petite routière, grandes ambitions

Essai Yamaha Tracer 700 : petite routière, grandes ambitions

Six mois après la néo-rétro XSR700, Yamaha propose une nouvelle déclinaison de sa MT-07 : la Tracer 700, aux partie cycle et plastique méticuleusement préparées. Affichée 1700 euros plus cher que le roadster, la petite routière vaut-elle le coût ? Essai.

Imprimer

Tracer 700 : sur les traces de la 900...

Le rythme imposé par notre ouvreur - qu'il est formellement interdit de dépasser, grr... - oscille entre la balade et la petite arsouille. Et la Tracer 700 s'en sort très bien ! Le moteur et la boîte, on l'a vu en page précédente, autorisent des relances douces en 4ème, efficaces en 3ème et grisantes en 2ème sur les petites routes des Dolomites.

La géométrie de la partie cycle correspond quant à elle parfaitement au programme "Touring" : avec son angle de chasse ouvert d'un demi-degré (24,8° contre 24,5° sur la MT-07) et le bras oscillant plus long de 5 cm, la petite routière se révèle plus posée que le roadster, au sens propre du terme.

Entre deux virages fermés notamment, même les accélérations maxi sur le deuxième rapport ne soulèvent plus la roue avant : le train avant continue de tracer la route avec soin, alors qu'il se montrait plus léger et nerveux sur la MT. Les apprentis "païlotes" apprécieront.

Revers de la médaille : la Tracer 700 se montre moins incisive lors des changements d'angle. Appréciable en ville, la largeur modérée du guidon bride l'agilité de la moto. Heureusement, son poids plume limite les efforts du pilote : moins rapide dans le sinueux que la MT-07, la Tracer 700 n'en devient pas pour autant physique !

La nouvelle Yamaha prend également soin de son conducteur en ce qui concerne l'amortissement, gommant efficacement la majorité des imperfections de la route. La fourche ne peut empêcher le guidon de tressaillir sur les nids de poule ou les gros ralentisseurs, mais on ne lui en veut pas...

En effet, le train avant de la Tracer 700 plonge déjà suffisamment vite et loin sur les freinages vifs. Au final le compromis sport/confort trouvé par les ingénieurs nippons est satisfaisant. Par ailleurs, les prises et lâchers de freins en courbe n'impactent pas trop la trajectoire.

À l'arrière, l'amortisseur - qui peut travailler sur 142 mm en tout (voir la fiche technique en dernière page) - absorbe mieux les gros chocs. Sur les rares routes bosselées rencontrées pendant cet essai, le train arrière de la Tracer 700 s'est également bien comporté, transmettant parfaitement la puissance du moteur au sol.

En termes de freinage, la petite routière remplit aussi son contrat : il est scrupuleusement identique à celui des frangines XSR et MT. À l'avant donc, les étriers 4-pistons demandent un peu de poigne au niveau du levier droit pour serrer de toute leur puissance les petits disques de 282 mm à pétales.

Les amateurs de "tourisme sportif" et de freinages tardifs trouveront sans doute qu'ils manquent un peu de mordant, mais la majorité des utilisateurs se satisferont tout aussi certainement des freins avant, de leur caractère prévenant et finement dosable.

Au niveau du frein arrière, la Tracer offre un bon toucher de pédale : pratique pour ralentir tranquillement à l'approche d'un stop ou d'un feu rouge - sympa pour le duo, notamment - et utile pour peaufiner sa vitesse à l'approche d'une courbe ou à l'intérieur de celle-ci.

La présence d'origine de Pilot Road 4 est tout aussi précieuse : le pneu Touring de Michelin assure à la moto une formidable tenue de route sur le mouillé. En passant sous une grosse averse, MNC vérifie que l'absence de contrôle de traction n'est pas problématique... L'ABS veille et n'est que très rarement réveillé !

De retour sur un bitume sec, le Journal moto du Net confirme que les longs ergots des repose-pieds ne touchent que tardivement le sol. En solo, la garde au sol est donc tout à fait satisfaisante : on peut se pencher dans les virages comme on le ferait avec un roadster... sportif !

La position de conduite très confortable pouvait pourtant faire craindre des prises d'angle plus mesurées : même les grandes jambes ne sont pas pliées à bord de la Tracer 700. Les repose-pieds n'ont pourtant pas bougé de place... C'est la selle qui s'est élevée !

Postée à 835 mm (30 mm plus haut que sur la MT-07), la selle de la nouvelle Yamaha ne devient heureusement pas inaccessible : suffisamment fine à l'avant et rembourrée, la majorité des motards - et motardes - pourront toucher le sol des deux côtés simultanément.

Plus haut que sur le roadster, le guidon se rapproche également du pilote qui peut donc profiter de toute la profondeur de la selle, sans avoir à étirer les bras ou pencher le buste en avant. Mais il doit aussi composer avec des vibrations que les jolies masselottes en métal brossé ne contiennent pas, pas plus que les silent-blocks...

Des grésillements apparaissent effectivement dans les mains lorsque le moteur atteint la zone des 6000 tr/min, le régime autour duquel on tourne pour s'amuser sur petites routes viroleuses, là où le moteur hausse joyeusement le ton (mesurable tant en Nm qu'en dB). Dommage !

Les palpitations des deux pistons sont en revanche bien filtrées sous les pieds par la garniture en caoutchouc, entre les genoux grâce aux pads sur le réservoir - particulièrement utiles pendant les très gros freinages - et sous les fesses par la selle épaisse.

Accueillante, cette selle aide l'amortisseur à absorber les gros chocs. Notre parcours de 250 km ayant été raccourci à 180 km par de menaçants orages, Moto-Net.Com ne peut véritablement se prononcer sur l'endurance du fessier : certains confrères commençaient déjà à trouver le temps long. Pas nous !

En termes de protection, la Tracer 700 surprend positivement : certes, les protège-mains minimalistes ne dévient que très partiellement l'air ou la pluie. Mais le demi-carénage isole bien les genoux et les tibias, tandis que le réservoir protège le dessus des cuisses.

Signalons au passage qu'au terme de notre promenade, l'ordinateur de notre Tracer 700 affichait une consommation moyenne 5 l/100 km, raisonnable compte tenu des six cols franchis à bonne allure. Les motos de nos voisins dans le parking de l'hôtel annonçaient un demi-litre de plus (ah, la Moto-Net Touch !).

Quoi qu'il en soit, l'autonomie de la petite routière Yamaha dépasse sans peine les 300 km et peut même tutoyer les 400 km si l'on considère la consommation moyenne annoncée par le constructeur : 4,3 l/100 km, une valeur atteinte par MNC avec la MT-07 lors de nos précédents essais.

Autre bon point pour la Tracer 700 : sa bulle, dont la finesse à la base n'empêche pas de protéger correctement le buste du pilote. Haussée au maximum (+64 mm répartis en 28 crans !), elle isole du vent les épaules et la moitié du visage (lorsqu'on mesure 1,80 m). Il suffit de se baisser légèrement pour ne plus ressentir de remous.

Moto-Net.Com note toutefois un bémol : si les deux vis de réglage font face au pilote et non à la route, il est tout de même déconseillé de jouer avec en conduisant. Pour lever l'écran au maximum, il faut les dévisser quasiment au maxi aussi, ce qui prend un peu de temps...

La déception est plus grande en ce qui concerne l'absence de place sous la selle : un gilet jaune (obligatoire en France !) ou un bloque-disque (conseillé en France) peuvent se loger contre la petite trousse à outils. Il faudra mettre ses affaires de pluie ou son gros antivol dans le top case (39 l) ou les valises (20 l) en option...

Aperçue sur les premières images de la Tracer 700 (relire notre Présentation MNC), la prise 12V placée sous la main droite du pilote ne fait pas partie de la dotation d'origine. On se console partiellement avec l'entretoise installée de série sur le guidon, support parfait pour un GPS ou un smartphone... mais qu'on branche où ?!

Grande absente - même du catalogue accessoires ! -, la béquille centrale va manquer aux gros rouleurs qui entretiennent scrupuleusement leur chaîne. Elle ne manquera pas en revanche aux tocards motards qui pensent que la graisse du concessionnaire tient 10 000 km ou un an...

Au final, et au regard des très bonnes prestations de sa petite routière, le futur client qui déboursera 8 399 € pour acquérir une Tracer 700 flambant neuve ne pourra pas attaquer Yamaha pour "vol". Cependant, Moto-Net.Com estime que le constructeur aurait pu faire un petit effort.

En effet, face aux 1700 euros qui séparent la MT-09 de la Tracer 900 à l'équipement hyper complet (prise 12V, béquille centrale, selle et guidon réglables, support de valises intégrés, contrôle de traction), les 1700 euros supplémentaires de la Tracer 700 par rapport à la MT-07 semblent moins faciles à justifier.

Certes, la petite Tracer bénéficie d'un bras oscillant spécifique qui tempère habilement les ardeurs du CP2, d'un semi-carénage réussi et d'une bulle réglable et d'un poste de "copilotage" accueillant. Mais les petits portefeuilles auraient apprécié une facture moins élevée de quelques centaines d'euros...

Les concessionnaires Yamaha eux-mêmes auraient sans doute aimé proposer la Tracer 700 à un prix plus placé - comme la MT-07 à sa sortie ! -, car la concurrence sur le petit segment du "Sport Touring midsize" est affutée sur ce plan : l'ER-6f s'affiche à 6999 €, la CBR650F est en promo à 7999 € et la SV650S se brade à 5599 € sans ABS !

.

Commentaires

Ajouter un commentaire

Identifiez-vous pour publier un commentaire.

.

CONDITIONS ET PARCOURS

  • Modèle d'origine
  • 299 km au compteur
  • Parcours : 180 km
  • Routes : Ville et petites routes
  • Pneus : Michelin PIlote Road 4
  • Conso moyenne : non mesurée (ordi 5,0l/100km)
  • Problèmes rencontrés : RAS

POINTS FORTS TRACER 700

  • CP2 toujours aussi savoureux
  • Comportement assagi (Vs MT-07)
  • Facilité de prise en main

POINTS FAIBLES TRACER 700

  • Tarif relativement haut
  • Vibrations du guidon à mi-régime
  • Certains aspects (non) pratiques
Guide pratique Nouveautés moto 2019 : prix, présentation et dates de disponibilité

Soutenez le Journal moto du Net

Aidez les petites entreprises à traverser la crise économique qui va suivre celle du coronavirus : en vous abonnant à MNC Premium, vous lisez toutes les infos réservées sans pub intrusive, vous profitez de nombreux avantages (invitations, annonces gratuites, réductions, etc.) et vous préservez notre indépendance !

ARTICLES PREMIUM   |   JE M'ABONNE !