• L'essentiel
  • -
  • En savoir plus...
MÊME PAS PEUR !
Paris, le 22 décembre 2017

Viñales s'attendait à plus de difficultés avec Rossi

Viñales s'attendait à plus de difficultés relationnelles avec Rossi

Si Maverick Viñales n'est guère satisfait de sa troisième place au classement MotoGP 2017 pour sa première saison chez Yamaha, il dresse en revanche un bilan positif de sa relation avec Valentino Rossi. De son propre aveu, l'espagnol s'attendait à rencontrer plus de difficultés avec son encombrant coéquipier...

Imprimer

"Honnêtement, je pensais qu'avoir Rossi comme coéquipier serait plus compliqué", avoue Maverick Viñales à nos confrères d'Autosport.com, expliquant que lui et le nonuple champion du monde se sont "mutuellement respectés, y compris pendant les situations délicates auxquelles nous avons dû faire face, et ça c'est très important".

Les propos de "Mack" révèlent le soulagement du jeune espagnol de 22 ans, pour qui l'idée de cohabiter aux côtés de la plus grande star de l'ère moderne des Grands Prix moto constituait visiblement une source d'inquiétude. Il est vrai que la réputation du "Docteur" donne à gamberger, ne serait-ce qu'en raison de son écrasant poids médiatique et de sa notoriété exceptionnelle...

 

"Dans l'ensemble, nous avons bien géré les choses", estime le n°25 qui se réjouit aussi - et surtout ? - de ne pas avoir eu à hausser le ton pour faire entendre sa voix chez Yamaha. Malgré les difficultés, le blason d'Iwata est resté à l'écoute de ses pilotes sans chercher à en favoriser l'un plus que l'autre.

Cette attitude neutre est d'autant plus remarquable que Valentino Rossi a rapidement exprimé l'idée que les soucis de motricité de la M1 provenaient d'un mauvaise direction prise pendant l'intersaison, durant laquelle la remarquable vélocité de Viñales aurait masqué les défauts du châssis 2017 ! En clair : si la Yamaha patinait dans la semoule, c'était à cause du jeunot...

"Je n'ai rien à reprocher à Yamaha, ils ont fait le maximum. Et ça n'a pas changé depuis le début : quand la moto a fonctionné, nous étions tous les deux dans le coup. Lorsqu'un l'un de nous deux était bien sur une course, l'autre l'était également", analyse Viñales, troisième du championnat 2017 derrière Marquez et Dovizioso.

Rossi, un coéquipier facile ?

En définitive, les relations entre Rossi et Viñales se sont révélées raisonnablement cordiales, à mille lieues de la détestation que se vouaient Lorenzo et le n°46... L'occasion de noter qu'à l'exception de cette cohabitation houleuse avec le majorquin,  les rapports de Rossi avec ses anciens coéquipiers - Hayden, Checa ou encore Edwards -  n'ont jamais posé de problèmes.

 

La raison est évidente : le natif de Tavullia a toujours eu un net ascendant sur ses précédents voisins de box - tant sur la piste qu'en dehors -, ce qui lui permettait de faire la pluie et le beau temps dans son équipe. Rappelons que Rossi a écrasé la catégorie reine de 2001 à 2005 avec cinq titres consécutifs, auxquels s'ajoutent ceux obtenus en 2008 et 2009, son dernier en date !

L'arrivée de Jorge Lorenzo en 2008 l'a pour la première fois placé face à un équipier aussi rapide, voire davantage. Cette situation - inacceptable pour son ego - l'a conduit a quitter Yamaha pour Ducati en 2011, avec l'insuccès que l'on connaît. .. Revenu - la queue basse - dans le giron d'Iwata en 2013, Rossi a de nouveau fait équipe avec Lorenzo en acceptant d'être considéré comme le deuxième pilote.

Les deux hommes - jamais vraiment copains - ont alors appris à se supporter puis à collaborer ensemble, reconnaissant même publiquement leurs qualités mutuelles. Mais cette relative réconciliation a brutalement pris fin suite au "SepangClash" en 2015, quand Lorenzo s'est placé contre Rossi dans son conflit avec Marquez... Fin de la trêve !

Deux ans plus tard, la donne a considérablement changé : à 38 ans, Valentino Rossi est conscient que ses chances de décrocher un dixième titre s'amenuisent saison après saison, comme en témoignent ses résultats en baisse : l'italien termine l'année 2017 au  cinquième rang avec une seule victoire et six podiums, soit son plus mauvais bilan sur une Yamaha.

Certes, la M1 2017 manquait d'homogénéité pour briller chaque week-end aux avants-postes. De plus, une fracture à la jambe a mis le n°46 hors jeu lors du GP de San Marin (Italie) et l'a ensuite contraint à déployer des trésors de courage pour arracher une remarquable 5ème place à Aragon (Espagne).

Cependant, Maverick Viñales a de son côté décroché trois victoires et sept podiums au guidon de la Yamaha, grimpant sur la troisième marche du podium final avec 230 points inscrits contre 208 pour son illustre coéquipier. Sportivement, le bilan de l'espagnol est bien meilleur que celui de l'italien, ce que corroborent des chronos souvent plus rapides.

Par ailleurs, si l'entente entre les deux hommes n'a pas suscité de problèmes particuliers, c'est aussi car les deux champions ont su mettre leur rivalité de côté pour tenter de résoudre conjointement les problèmes de la M1. Rossi et Viñales ont intelligemment travaillé main dans la main, conscients de ne pas être suffisamment armés pour lutter pied à pied contre la Honda de Marquez et la Ducati de Dovizioso.

Mais qu'en sera-t-il en 2018 si la Yamaha permet de nouveau aux deux pilotes de lutter pour le titre mondial ? Leurs relations resteront-elles aussi saines après plusieurs affrontements dans la lignée du GP de France, quand l'expérimenté italien était parti au tapis par péché d'orgueil face à son jeune coéquipier ? Rien n'est moins sûr : dans les sports mécaniques en général et dans la compétition moto en particulier, le premier rival d'un pilote est son coéquipier !

Commentaires

Ajouter un commentaire

Identifiez-vous pour publier un commentaire.

.

  • En savoir plus...

Les derniers articles parus

Quelles sont les motos les plus chères du monde ?

Certains constructeurs de motos s'affranchissent de toute considération budgétaire dans le but - pas toujours atteint - d'introduire de nouvelles références technologiques ou stylistiques. MNC dresse la liste non exhaustive de ces machines à fantasmes hors de prix...
Culture 5 commentaires
KTM s'apprête à rappeler ses motos équipées de maîtres-cylindres Brembo

Selon nos informations, KTM procédera courant février à un rappel de certaines motos équipées de freins Brembo fournis en première monte, suite à de possibles dysfonctionnements du maître-cylindre. Explications.
Rappels 6 commentaires
Marché moto 2017 (1/12) : Bilan annuel complet

Chiffres, graphiques, analyses, meilleures ventes, évolutions du marché, classement des constructeurs, nombre d'immatriculations, 125, grosses cylindrées, gros scooters à 3 roues : le Journal moto du Net dresse le bilan complet du marché français du motocycle 2017. Sommaire.
Bilan annuel 1 commentaire
Premières mobilisations des motards contre la vitesse à 80 km/h

En province, les motards ont commencé à se mobiliser pour protester contre la baisse de la vitesse à 80 km/h sur le réseau secondaire, qui doit entrer en application le 1er juillet 2018. Tour de France non exhaustif.
Radars 9 commentaires
La Royal Enfield Himalayan arrive dans les concessions françaises

Le petit trail Royal Enfield Himalayan dévoilé en 2016, accessible aux permis A2, débarque enfin dans les concessions françaises en deux coloris, avec un prix de lancement valable jusqu'au 31 mars 2018. Explications.
Nouveautés 2018 11 commentaires
CISR du 9 janvier : le gouvernement baisse la vitesse à 80 km/h sur les routes

C'est désormais officiel : la France limite à 80 km/h la vitesse sur les routes à deux sens sans séparateur, soit près de 400 000 km de nationales et départementales, à compter du 1er juillet 2018. Mais le CISR réuni à Matignon cet après-midi a également annoncé 17 autres mesures, dont le renforcement des sanctions pour le téléphone au volant et le développement des éthylotests antidémarrage (EAD).
Radars 72 commentaires
Desmosedici GP18 : Ducati mise sur des évolutions pour viser le titre mondial

Lors de la présentation du team officiel Ducati en MotoGP ce matin, le directeur général de Ducati Corse a souligné que la nouvelle Desmocedici GP 18 ne présenterait que des évolutions, forte de son statut de sérieuse prétendante au titre mondial 2017. Explications et déclarations des deux pilotes, Andrea Dovizioso et Jorge Lorenzo, qui y croient tous deux dur comme fer...
MotoGP 2018 18 commentaires
Avertissement sur l'utilisation des cookies
En poursuivant votre navigation sur ce site vous acceptez l'utilisation de cookies et autres traceurs pour vous connecter à votre compte utilisateur, laisser des commentaires, déposer des annonces, paramétrer vos alertes, etc.