• L'essentiel
  • -
  • En savoir plus...
MOTOGP - INDIANAPOLIS (10 SUR 18)
Paris, le 11 août 2014

Déclarations et analyse du GP d'Indianapolis MotoGP

Déclarations et analyse du GP d'Indianapolis MotoGP

Après chaque course Moto GP, retrouvez les déclarations des principaux pilotes de la catégorie reine et l'analyse de leurs succès (et de leurs échecs) par la rédaction de Moto-Net.Com. Débriefing du Grand Prix moto d'Indianapolis 2014 aux Etats-Unis.

Imprimer

Déclarations et analyse

Après trois semaines de trêve estivale bien méritée, les pilotes du Continental Circus ont abordé la reprise à Indianapolis regonflés à bloc. Trois d'entres eux l'étaient encore plus que les autres : Esteve Rabat en Moto3, Mika Kallio en Moto2 et l'insatiable Marc Marquez en MotoGP (lire nos résumés des courses Moto GP, Moto2 et Moto3).

Marc Marquez, Honda-Repsol (1er en qualifs et 1er en course) : "Je suis vraiment heureux d'avoir pris cette victoire ! Après la trêve estivale, c'était important de reprendre avec une autre victoire. Hier on aurait pu penser que la course allait être assez simple, mais au final ça a été tout le contraire. Nous avons beaucoup souffert, physiquement c'était dur, il y avait beaucoup d'humidité (61% dans l'air, NDLR) et je transpirais beaucoup".

"Les températures de la piste étaient montées de 10°C et les pneus se comportaient donc différemment. C'était dur d'avoir le même niveau de confiance. J'ai donc été patient au début et j'ai décidé d'attaquer une fois que j'avais retrouvé un bon feeling. J'ai pris deux secondes d'avance et au final c'était suffisant (sic !) pour gagner".

L'analyse Moto-Net.Com : Grâce à ce nouveau succès à Indianapolis, son quatrième d'affilée sur le tracé américain (2 en Moto2 et 2 en MotoGP), Marc Marquez poursuit sa fantastique série gagnante débutée en avril au Qatar. Invaincu depuis le début de la saison 2014, l'officiel Honda inscrit un dixième succès consécutif sur ses - déjà longues ! - tablettes.

Le voici désormais à égalité avec le record de Giacomo Agostini, seul pilote avant Marquez à s'être imposé lors des dix premières manches d'une saison en catégorie reine (en 1968, 1969 et 1970). Le n°93, vainqueur de toutes les courses disputées aux États-Unis depuis son arrivée en MotoGP, rejoint aussi l'illustre Mick Doohan, auteur de dix succès de rang avec sa Honda Repsol 500cc en 1997.

"Marquez est un pilote qui utilise sa tête et il a toujours été fort à Indy", analysait "Ago" avant la course. "S'il gagne ce dimanche et qu'il égale mon record, ce sera mérité. Tout ce qu'il a remporté, il le méritait. Je pense qu'il est capable de remporter toutes les courses. Ce serait incroyable, pour lui mais aussi pour le constructeur", souligne la légende italienne aux quinze titres mondiaux.

Pour se convaincre du bien-fondé de l'analyse d'Agostini, il suffit d'observer la photo ci-dessus sur laquelle le génie espagnol est en train de dépasser d'un coup Lorenzo et Rossi lors d'un incroyable changement d'angle. Après cette manoeuvre limite écoeurante, ses rivaux ne l'ont jamais revu...

Grâce à cette 16ème victoire acquise en MotoGP, Marquez possède désormais 89 points d'avance sur son plus proche poursuivant, son coéquipier Dani Pedrosa. L'occasion de noter qu'en une saison et demie, le n°93 a déjà remporté trois succès de plus que Max Biaggi durant ses 8 campagnes en catégorie reine ! Vous avez trop fort ?

Jorge Lorenzo, Yamaha Factory (3ème en qualifs et 2ème en course) : "La route a été longue mais nous progressons sans cesse. Ça a été la course la plus disputée après celle du Mugello. J'ai pris un bon départ et c'était essentiel, mais je n'ai pas été assez fort sur les freins et j'ai dû attendre que d'autres pilotes fassent une erreur ou changent de trajectoire pour les doubler. J'avais besoin d'aller un ou deux dixièmes plus vite par tour pour rattraper Márquez et j'espère que j'arriverai à les trouver pour la prochaine course".

"La moto fonctionnait très bien et j'ai pu aller de plus en plus vite. Une fois que Marc est passé devant Valentino, il a augmenté son rythme. Nous pourrons peut-être rivaliser avec lui sur une piste qui réussit un peu mieux à Yamaha ou à mon style de pilotage. Brno (théâtre de la onzième course la semaine prochaine, NDLR) est une piste que j'aime beaucoup et où notre moto fonctionne bien".

L'analyse Moto-Net.Com : C'est un Jorge Lorenzo en grande forme qui s'est présenté à la dixième manche de la saison. Et pour cause : le Majorquin s'est entraîné jusqu'à 8 heures par jour pendant la trêve afin de recouvrer cette condition physique optimale après laquelle il court depuis l'hiver dernier !

Grâce à ses efforts et à une modification de ses habitudes alimentaires prescrite par son nouvel entraîneur, Marc Rovira, Lorenzo aurait perdu pas moins de 4 kg cet été, pendant que ses pairs bronzaient sur la plage. Le Majorquin s'est par ailleurs essayé au VTT pour diversifier son entraînement, une initiative jugée payante.

"Jusqu'ici, je m'étais toujours entraîné en salle de sport et maintenant j'essaye de davantage travailler dehors. Je suis assez bon à vélo. Ça me plaît parce que ça permet d'être en forme sans mettre trop de pression sur les articulations", confie le n°99 qui apparaît pour la première fois de la saison deux fois d'affilée sur le podium.

A noter que le cyclisme est fréquemment pratiqué par de nombreux pilotes moto, pour certains à un niveau semi-professionnel sur route. Cal Crutchlow et Bradley Smith, par exemple; sont des pratiquants assidus de la "petite reine", tout comme Ben Spies (qui occupe une grande partie de sa retraite à gérer son team pro de cyclisme américain), Sébastien Charpentier, Troy Bayliss ou encore Régis Laconi.

Outre le fait que la pratique du vélo soit excellente pour améliorer le cardio (une donnée essentielle en MotoGP car les organismes sont soumis à rude épreuve), c'est aussi un bon moyen de travailler la coordination et l'explosivité. Les teams managers préfèrent d'autre part voir leur "précieux" pilotes sur des deux-roues sans moteur plutôt que sur des motocross ou des supermotards, que beaucoup plébiscitent pour s'entraîner...

Sous l'insistance du HRC, Marc Marquez a d'ailleurs sagement annulé sa participation prévue à la course de Dirt track de l'Indy Miles prévue juste avant le Grand Prix dimanche, histoire ne pas risquer de corrompre sa fantastique saison par une "bête" blessure.

De son côté, Jorge Lorenzo reste à la quatrième position au championnat avec 117 points marqués, soit moins de la moitié du score parfait obtenu par Marquez (250). L'officiel Yamaha compte encore 40 longueurs de retard sur son coéquipier, Valentino Rossi, troisième du provisoire à quatre petites unités de Pedrosa (157 points pour le n°46, 161 pour le n°26).

Valentino Rossi, Yamaha Factory (5ème en qualifs et en 3ème course) : "Je savais que ça allait être difficile parce que Marc et Jorge avaient été plus rapides que moi lors des essais. Mon départ a été bon et j'ai pu mener la course. J'ai essayé de pousser à la limite pour rester avec Marc, mais il est parti devant".

"J'espérais mieux me battre avec Lorenzo mais je suis satisfait parce que c'est l'une des pistes qui me réussit le moins et que je n'avais plus été sur le podium ici depuis 2008 !".

L'analyse Moto-Net.Com : Bien qu'il soit le premier à s'être imposé en MotoGP sur le Brickyard en 2008, Valentino Rossi n'est pas vraiment fan de la célèbre piste américaine. L'Italien ne s'attendait donc pas à "casser des briques" à Indy, même si les travaux de rénovations réalisés l'ont favorablement impressionné (lire notamment les réactions des pilotes à propos des modifications apportées au Brickyard).

Le célèbre n°46 s'estime par conséquent assez satisfait d'être parvenu à monter sur le podium, d'autant qu'il a en outre livré une première partie de course brillante et audacieuse en menant pendant plusieurs tours. Honnête, Rossi reconnaît qu'il lui manquait quelques dixièmes, ne serait-ce que pour tenir la dragée haute à son coéquipier qui le bat pour la deuxième fois consécutive.

Malgré ses 6,558 sec de retard sur le vainqueur, le nonuple champion du monde repart toutefois d'Indianapolis avec un grand sourire, sans doute ravi d'être devenu le premier pilote de l'histoire de la catégorie reine à marquer plus de 4000 points !

Dani Pedrosa, Honda-Repsol (8ème en qualifs et 4ème en course) : "Le week-end a globalement été difficile et je n'ai jamais été à l'aise sur la moto. Nous n'avions pas trouvé de bon set-up lors des essais. J'ai pu gagner quelques places en course mais j'étais encore loin du rythme pour me battre pour le podium".

L'analyse Moto-Net.Com : Seul pilote à avoir opté pour un pneu dur à l'avant (médium pour les autres), Dani Pedrosa espérait compenser des réglages imparfaits grâce à un choix pneumatique audacieux visant à favoriser sa fin de course.

Pari raté pour le Catalan, transparent pendant toute l'épreuve et pointé à plus de 10 secondes de son vainqueur de coéquipier à l'arrivée...

Il s'agit de la troisième course terminée en dehors du podium pour Pedrosa, sur 10 disputées. Certes, l'officiel Honda n'a pas à rougir de sa saison, mais il lui manque incontestablement un petit - voire assez grand - quelque chose pour soutenir la comparaison avec Marquez à moto égale.

Le n°26 doit en outre surveiller ses arrières car Rossi n'est plus très loin de lui reprendre sa deuxième place au provisoire...

Andrea Dovizioso, Ducati Team (2ème en qualifs et 7ème en course) : "Je suis vraiment content d'avoir roulé devant pendant 15 tours. Je pense qu'il faut regarder les points positifs. Nous avons fait quelques petits changements sur la moto mais elle reste la même, nous ne pouvons pas complètement faire évoluer nos limites cette année".

"Je suis vraiment content de notre gain de vitesse. Nous savions que nous n'allions pas pouvoir tenir un bon rythme sur les 27 tours mais nous pouvons être satisfaits de notre week-end"

L'analyse Moto-Net.Com : Bien aidé par Mac Marquez dont il a sucé la roue en fin de qualification, Andrea Dovizioso s'est mis en avant ce week-end en réalisant sa meilleure qualification depuis sa première - et unique - pole position signée sur la Honda officielle au Japon en 2010.

A ce stade, certains louaient déjà la supposée progression de Ducati, qui étrennait ce week-end un nouveau moteur annoncé plus coupleux, ainsi qu'un nouveau carénage sur les GP14 de "Dovi" et de Iannone. En partance pour Honda-LCR l'an prochain, Cal Crutchlow n'avait lui pas accès à ces pièces...

En course, la Desmosedici frappée du n°4 a un long moment fait illusion. Bien aidé par son pneu arrière Open plus tendre, Dovizioso a temporairement mené la vie dure à Rossi lorsque celui-ci occupait la tête et s'est maintenu aux avant-postes grâce à une belle attaque et à une excellente vitesse de pointe (343 km/h contre 341 pour Lorenzo, 340,4 pour Pedrosa, 340,2 pour Marquez et 337,8 pour Rossi).

Un avantage de V-max sans doute explicable par le meilleur aérodynamisme et le rendement moteur a priori supérieur, mais aussi par les 4 litres d'essence supplémentaires que les Ducati peuvent emporter grâce aux aménagements réglementaires créés pour lisser les différences entre Open (24 l) et Factory (20 l).

Puis, comme lors des Grands Prix précédents, l'avantage tiré du pneu arrière s'est effacé et "Dovi" a progressivement reculé jusqu'à la 7ème position. Soit, ironiquement, juste devant la Ducati "non améliorée" de son coéquipier Cal Crutchlow !

Certes, on ne peut que se réjouir de voir d'autres motos que les Honda et les Yamaha se battre aux avant-postes, même temporairement, grâce à l'introduction de la catégorie Open. Personne ne se plaindra non plus de (re)voir Ducati sur le devant de la scène, surtout pas les "Desmo-fans" !

Mais il n'empêche que ce règlement à "deux vitesses" possède ses limites et qu'aussi agréables à regarder soient-elles, les belles perfs d'un Andrea Doviziosio ou d'un Aleix Espargaro ne sont que des feux de paille allumés artificiellement par une réglementation compliquée, donc peu lisible pour le spectateur lambda.

En outre, le risque d'un accrochage entre un pilote Open et un crack de la catégorie Factory n'est pas à écarter, surtout dans les premiers tours lorsque Marquez, Lorenzo, Rossi et Pedrosa peinent à s'en défaire à cause de leurs avantages. Comment réagiraient les instances dirigeantes et les teams si, par malheur, Dovizioso mettait Marquez hors course jusqu'à la fin de la saison en tentant vaille que vaille de lui tenir tête ?

Au regard des accrochages évités de justesse entre Dovizioso, Rossi puis Lorenzo en début de course (tant du fait du pilote Ducati que de celui de ses concurrents trop pressés de le laisser derrière), la question mérite d'être posée...

Mike di Meglio, Avintia Racing (19ème en qualifs et 12ème en course) : "J'ai eu un bon rythme tout au long du week-end. Même pendant le warm-up où j'ai rencontré des soucis, j'ai vu que j'avais des options pour atteindre mes objectifs et me battre avec les Honda Open. Je savais par exemple qu'avec le pneu dur, je pouvais faire toute la course en 1'35 (soit deux bonnes secondes au tour moins vite que les leaders, NDLR)".

"Je suis heureux car je termine à une bonne position (12ème, NDLR) et j'ai pris des points. Nous devons poursuivre dans cette voie".

L'analyse Moto-Net.Com : Pénalisé en début d'épreuve par un manque de garde au sol (sa CRT à moteur de Kawasaki ZX-10R frottait du côté gauche), Mike di Meglio n'en a pas moins livré sa plus belle course depuis son arrivée en MotoGP.

Certes, le Toulousain compte parmi les bénéficiaires des nombreux abandons enregistrés à Indy (23 pilotes au départ, seulement 15 à l'arrivée). Notamment le regrettable retrait du surprenant Leon Camier (16ème pour sa première qualif en MotoGP), suite à des problèmes électroniques sur la RCV Open d'Hayden dont il assure l'interim.

Il n'empêche que la performance de "Di Meg" est à saluer, notamment pour la constante amélioration dont il a fait preuve tout au long du week-end et pour sa résistance pendant le Grand Prix.

La prochaine course, le Grand Prix de République tchèque, se déroulera sur le circuit de Brno le week-end prochain. Cette 11ème épreuve du calendrier MotoGP, à laquelle ne participera pas Colin Edwards, poussé à la retraite anticipée, sera à suivre sur MNC. Restez connectés !

.

Commentaires

Ajouter un commentaire

Identifiez-vous pour publier un commentaire.

.

Guide 2022 des nouveautés moto et scooter : infos, essais et prix

Soutenez le Journal moto du Net

Aidez les petites entreprises françaises qui payent leurs impôts : en vous abonnant à MNC Premium, vous lisez toutes les infos réservées sans pub intrusive, vous profitez de nombreux avantages (invitations, annonces gratuites, réductions, etc.) et vous préservez notre indépendance !

ARTICLES PREMIUM   |   JE M'ABONNE !