• L'essentiel
  • -
  • En savoir plus...
GUERRE DES SALONS
Paris, le 19 décembre 2006

Le Paris Moto Show jette l'éponge...

Le Paris Moto Show jette l'éponge...

L'idée du Paris Moto Show n'aura finalement pas survécu aux dures réalités du marché : séduisante sur le papier, elle s'est heurtée aux réticences des constructeurs et l'expérience, coûteuse pour l'organisateur, ne sera pas renouvelée en 2007.

Imprimer

Le Paris Moto Show 2007 n'aura pas lieu : l'expérience tentée l'an dernier par Option Organisation (faire sortir la moto du Paris Tuning Show pour lui consacrer un salon à part entière, lire Moto-Net du 1er juin 2005 et Moto-Net du 30 novembre 2005) ne sera pas renouvelée l'an prochain et la moto réintégrera donc gentiment les allées du Paris Tuning Show du 22 au 26 février 2007 au Bourget...

L'objectif du groupe Option - "créer un salon annuel à vocation nationale et interactive" - était pourtant séduisant : les organisateurs expliquaient avoir "mûri le projet pendant deux ans" et être "arrivés à la conclusion qu'il fallait que le marché français du deux-roues ait au moins un salon annuel", car "quelque chose ne colle pas dans le fait que les intérêts du marché du deux-roues ne soient défendus que par un seul salon public qui n'a lieu que tous les deux ans" (le Mondial du deux-roues, NDLR).

Après une première édition mitigée du Paris Moto Show 2006, le patron du groupe Option assurait même qu'il allait persévérer car la rentabilité du Paris Moto Show devait se juger "sur deux ans" (lire Moto-Net du 28 février 2006).

Guerre des salons moto : le Paris Moto Show jette l'épongeLes organisateurs espéraient encore pouvoir convaincre les constructeurs de jouer le jeu, mais ils ont dû se résoudre à jeter l'éponge.

Interrogé par Moto-Net sur le point de savoir s'il n'était pas dommage de baisser les bras aussi rapidement, Eric de Seynes explique d'entrée qu'il ne va "pas être facile de répondre à cette question en restant politiquement correct"... Diable !

Il s'agirait donc à la fois d'un "double langage des constructeurs" et d'une contradiction liée au fait que le Mondial n'ait lieu que tous les deux ans : "aujourd'hui, le marché se cherche", indique Eric de Seynes. "Les constructeurs sont très lents dans leurs évolutions et les principaux acteurs de la moto en France, qui sont des japonais, sont très soucieux de l'establishment et des institutions"...

Le Mondial du deux-roues à la Porte de Versailles, une année sur deux en alternance avec l'automobile, "les rassure même s'il ne répond pas toujours aux attentes des acteurs en eux-mêmes", estime Eric de Seynes.

Guerre des salons moto : le Paris Moto Show jette l'éponge

Ainsi, les acteurs de la moto qui "ne se retrouvaient plus dans le Mondial de la Porte de Versailles et nous demandaient la création d'une voie dissidente" semblent aujourd'hui avoir du mal à franchir le pas... "On leur a dit banco, on tente l'expérience avec vous ! Mais au fur et à mesure que l'on se rapprochait de la date, les ambitions des uns et des autres devenaient de plus en plus frileuses... On s'est donc retrouvé avec un Paris Moto Show 2006 qui était un bon salon régional du nord de la France, mais sur lequel nous avions mis les moyens d'un salon national !" Et force est de constater que l'an dernier, seuls les "petits" constructeurs comme Ducati, KTM, Harley-Davidson et Buell avaient accepté de jouer pleinement le jeu...

Le groupe Option, qui affirme avoir subi "450 000 euros de perte" sur le Paris Moto Show 2006 pour "montrer à la profession que nous étions prêts à investir", estime aujourd'hui que ce n'est pas son rôle de "répéter l'expérience tous les ans !"

"J'ai eu discours très clair avec chacun des constructeurs", poursuit le patron d'Option : "je leur ai dit maintenant, vous savez où nous sommes et le jour où vous êtes prêts à déterminer un format plus économique et plus fédérateur pour l'ensemble du marché, on sera toujours partant !" A suivre...

Guerre des salons moto : le Paris Moto Show jette l'éponge

Guerre des salons moto : le Paris Moto Show jette l'éponge

En attendant, l'espace moto du Paris Tuning Show (du 22 au 26 février 2007 au Bourget) devrait accueillir des préparateurs tels que Lazareth ou Kris Moto Pièces, et permettre des rencontres avec les pilotes du Moto Tour (lire notre Dossier spécial), de la Dark Dog Academy (lire notre Dossier spécial ), du Championnat de France Superbike (lire Moto-Net du 23 novembre 2006) ou du Stunt Bike Show (lire Moto-Net du 12 décembre 2006). Avis aux amateurs !

Commentaires

Bestof: 
1
Lectures: 
0
Dommage que les organisateurs baissent les bras aussi facilement. J'avais bien aime moi, ce salon plus accessible et moins bondé, ou il etait possible de discuter avec les exposants loin de la cohue des curieux venus juste pour se la peter en se faisant prendre en photo devant de jolis joujous. Le tout dans un site spacieux, enfin eloigne de cette satanee ville saturee qu'est Paris. Honte sur les constructeurs qui n'ont pas eu le courage de s'y montrer (ils ont peur de quoi ? Qu'on ne veuille plus d'eux sur le mondial ?). C'etait un occasion de feter la moto chaque annee, dans un cadre un peu moins cul-serré que le mondial, avec moins de paillettes mais plus de contact (le mondial du deux roues, ce devient comme celui de l'auto : une vitrine asseptisee ou le public a le droit de toucher les machines des yeux, et c'est tout), et avec des visiteurs surement plus motives et passionnes que sur le mondial du deux roues. Mais bon, le naturel francais a repris le dessus : ne rien faire qui sort du cadre, menager les susceptibilites, pensee unique ... Tant pis pour ceux qui n'ont pas eu les tripes d'y exposer, ceux qui etaient presents n'en ont que plus de merite.
Bestof: 
1
Lectures: 
0
J'ai aussi visité la première (et dernière!) édition du salon et j'ai été déçu. Entrée aussi chère qu'au mondial moto, peu d'implication des constructeurs et accessibilité laborieuse... En rapport qualité / prix, c'était carrément moins bien que le Mondial du 2 roues, qui me semble être d'un très bon niveau au regard des salons italien et allemand (du moins de ce qu'on peut en voir dans les magazines!!!). Le seul truc intéressant, c'était le stand Ducati avec l'Hypermotard exposé (miam!). Je veux bien croire que l'organisateur n'a pas été aidé par les acteurs du marché... Comme Le Mouss, je pense qu'il aurait déjà été plus judicieux de le proposer en alternative du Mondial une année sur 2, et donc de commencer... cette année. Un salon en alternative du mondial aurait été certainement plus facile à organiser et aurait interessé plus les motards.
Bestof: 
1
Lectures: 
0
A mon avis les organisateurs ont fait une erreur voire deux.La première, l'année dernière le salon s'était déroulé 6 mois à peine après le mondial, quels constructeurs et quels visiteurs voulaient "remettre ça" 6 mois après le mondial de l'establishment?? Perso j'en faisais parti pour les visiteurs et j'ai pu voir que seuls les 4 constructeurs cités ont effectivement suivi. La seconde découle de la première en attendant un an les constructeurs n'ont déçu de la première édition et en attente d'un évenement entre mondial aurait peut être été plus présent comme les constructeurs. Ils en restent que caler en février il est toujours trop proche à un moment ou un autre du mondial. Pourquoi ne pas le faire en octobre qd il n'y pas de salon moto, et l'année suivante callée le salon tuning qd il n'y a pas d'auto??
Bestof: 
1
Lectures: 
0
J'étais de la première édition de ce salon. Malgré ses limites (Honda France absent, peu d'équipementiers, lieu exigü, et site loin de Paris... - A quoi ressemblait le 1er mondial moto ?!!- il est dommage que l'expérience s'arrête. Le mondial du deux roues reste maitre et sa "pensée unique" : tous les deuc ans seulement... et désormais orienté "clinquant", dénué d'esprit motard. Comparativement, L'Intermot de Cologne ou les salon de Bologne, Milan... sont bien plus pertinents. Pourtant fidèle à toutes les éditions du Mondial depuis 1988, je crois pas que je vais me déplacer cette fois ci...

Ajouter un commentaire

Identifiez-vous pour publier un commentaire.

.

Les derniers essais MNC

Essai Triumph Tiger 1200 XRT et XCA 2018 : parés pour l'aventure routière

Vitre électrique, démarrage sans clé, assistant au départ en côte, feux directionnels, régulateur, 3-cylindres de 141 ch. Non, ce n'est pas le descriptif d'une voiture haut de gamme, mais bien celui d'une moto ! Et pas n'importe laquelle : la Tiger 1200 2018 dans ses versions toutes équipées XRT et XCA ! Essais.
Essai Z900RS : la nouvelle néo-rétro Kawasaki Zed, zen et zélée

Kawasaki est de grand retour sur le segment néo-rétro avec une toute nouvelle moto : la Z900RS ! Moto-Net.Com a pu prendre les commandes de cette nouveauté 2018 qui rend hommage à la célèbre Z1 des années 70. Direction Barcelone (Espagne), son soleil et ses jolies routes... Essai.
Duel Yamaha MT-10 SP Vs Kawasaki Z1000R : monstrueuses !

Affûtées par des périphériques haut de gamme, les Kawasaki Z1000R et Yamaha MT-10 SP incarnent la quintessence des roadsters japonais ultra-performants à fort caractère. Leurs 4-cylindres survitaminés et leurs faciès torturés le confirment : ce nouveau duel MNC sera explosif !
Essai Yamaha Xmax 125 : le retour du roi des scooters 125 ?

Détrôné par le Forza 125 en 2015 après 10 années de règne sans partage, le Xmax 125 veut récupérer sa couronne en 2018. Pour ce faire, le scooter Yamaha "made in MBK" reçoit bon nombre d'évolutions que Moto-Net.Com a pu tester : direction Versailles... et son château bien sûr !

 

  • En savoir plus...

Les derniers articles parus

Les Fantic Caballero Scrambler et Flat Track sont prêtes pour 2018

La nouvelle Caballero du constructeur italien Fantic passe du statut de prototype à celui de modèle de série pour 2018 : déclinée en versions Scrambler ou Flat Track, cette séduisante moto est équipée au choix d'un monocylindre Zongshen de 125, 250 ou 449 cc. Explications.
Bilan encore positif pour le marché moto à un mois de la clôture 2017

La cote des motos et scooters auprès des Français ne faiblit pas : 8750 motocycles ont trouvé preneurs en novembre 2017, soit un gain de +1,8% par rapport à novembre 2016. Le marché va terminer l'année de manière positive (+3,4% sur les 11 mois). MNC analyse la situation : bilan complet.
Préparation Triumph Bonneville T120 par Old Empire

Le préparateur moto britannique Old Empire Motorcycles s'est penché sur le cas de la Triumph Bonneville T120, revue et améliorée par le biais de plusieurs habiles transformations. Démonstration.
Johnny Hallyday, 1943-2017

Jean-Philippe Smet, 74 ans, adorait les motos (et les voitures). Anonymes et personnalités du monde de la moto nous confient ce que leur évoque la mort de Johnny, disparu cette nuit.
Mike di Meglio en Mondial Supersport 2018 avec le GMT94

C'est désormais officiel : le pilote Mike di Meglio participera au Mondial Supersport 2018 aux couleurs de son team d'endurance, le GMT94, sur "toutes les épreuves qui ne seront pas en concurrence de date avec celles du championnat du monde d'endurance". Explications.
Contre la vitesse à 80 km/h, les pétitions se multiplient

Face à l'éventuelle baisse de la vitesse sur les routes à 80 km/h qui serait dans les cartons du gouvernement, les associations de défense des conducteurs comme la Fédération française des motards en colère et 40 millions d'automobilistes se mobilisent en lançant des pétitions. Explications.
Essai longue durée : jean moto Helstons Corden Dirty

Mettre le gant sur un jean de moto homologué, élégant et protecteur relève de la gageure... Mais cette perle rare existe et pour ne rien gâcher, sa conception est française : Moto-Net.Com a testé pendant deux ans le pantalon moto Corden Dirty de chez Helstons. Essai longue durée.
Avertissement sur l'utilisation des cookies
En poursuivant votre navigation sur ce site vous acceptez l'utilisation de cookies et autres traceurs pour vous connecter à votre compte utilisateur, laisser des commentaires, déposer des annonces, paramétrer vos alertes, etc.