• L'essentiel
  • -
  • En savoir plus...
ACCIDENTOLOGIE
Paris, le 2 décembre 2004

Quelles sont les causes des accidents de moto ?

Quelles sont les causes des accidents de moto ?

Face à la pensée unique actuelle, une salutaire enquête menée à l'initiative des constructeurs européens montre que les causes d'accidents de moto ne sont pas toujours celles qu'on croit... Résultats et analyses.

Imprimer

Pour la première fois en Europe, une enquête approfondie sur les accidents de moto lancée à l'initiative des constructeurs eux-mêmes fournit une véritable base de données d'accidentologie des deux-roues motorisés. Menée pendant deux ans dans cinq pays en collaboration avec la Commission européenne et les associations d'usagers, l'étude MAIDS devrait permettre "l'élaboration et la mise en place de nouvelles mesures de sécurité routière".

MAIDS : In-depth Investigation of Motorcycle Accidents.

ACEM : Association des constructeurs européens de motocycles.

Partenaires : Commission européenne, Fédération des associations motocyclistes européennes (FEMA), Fédération internationale de motocyclisme (FIM), Fédération britannique de motocyclisme (BMF) et Commission internationale des examens de conduite automobile (CIECA).

"Lors d'un accident on sait généralement quand il a eu lieu, qui est impliqué et dans certains cas comment il est survenu, mais le "pourquoi" n'est jamais abordé", regrette Jacques Campagne, secrétaire général de l'ACEM, en présentant l'étude MAIDS ce matin à Paris : "d'où l'intérêt de ces résultats car les autorités, dont M. Heitz ici présent, ont besoin d'une base de données sur les principales causes d'accidents de moto".

Un gros travail d'enquête qui montre que les constructeurs, directement concernés à plus ou moins long terme par la mise à l'index un peu systématique des deux-roues motorisés - ces "mauvais élèves de la sécurité routière" invités à "rejoindre le camp de la conduite apaisée", comme aiment à le rappeler Gilles de Robien et Rémy Heitz - semblent enfin déterminés à ne pas se faire piétiner les parts de marché sans rien faire...

Les données

Lieu de l'enquête : dans chaque pays (France, Allemagne, Italie, Pays-Bas et Espagne), la zone-test devait comprendre des zones urbaines et des zones rurales. En France, c'est le département de l'Essonne qui a été retenu en raison de son caractère à la fois rural et urbain.

Durée de l'enquête : 2 ans (1999-2000).

Nombre d'accidents étudiés : 921 dont 103 mortels (11,2%).

Méthodologie. Elaborée par l'OCDE et commune aux cinq pays, la méthodologie appliquée par l'étude MAIDS repose sur la reconstitution totale de chaque accident, l'inspection des véhicules, l'audition des témoins, le recueil des données médicales et l'accès aux actes de procédures.

Exposition au risque. Une fois toutes les données recueillies, elles ont été saisies dans une base de données pour chaque région-test et comparées aux données d'exposition au risque. "Les analyses statistiques ont permis d'identifier les facteurs de risque en comparant les données des cas d'accidents aux données des cas témoins", précisent les auteurs : "par exemple, les données indiquent que bien que les scooters soient impliqués dans la majorité des accidents, ils ne sont pas surreprésentés proportionnellement à leur présence dans la région test (c'est-à-dire leur exposition au risque)".

Les résultats

L'analyse des données permet d'établir plusieurs types de facteurs ayant causé l'accident : les facteurs humains, très largement majoritaires (87,5%), les facteurs techniques, extrêmement rares (0,7%), les facteurs environnementaux (7,7%) et les défaillances diverses (4,1%).

Errare humanum est. 50% des accidents entre un deux-roues motorisé et une voiture sont dus à une erreur de l'automobiliste (qui dans 70% des cas n'a tout simplement pas vu le deux-roues) tandis que dans 37% des cas l'erreur est imputable au conducteur du deux-roues motorisé lui-même. Un déficit de visibilité des deux-roues qui risque encore de s'accroître avec la généralisation de l'allumage des feux à tous les véhicules, mais qui ne semble pas perturber Rémy Heitz, toujours persuadé que "tout le monde y gagne si tout le monde est mieux vu".

Vitesse. "Vraie fausse" surprise pour les uns, simple confirmation pour les autres : si elle est indéniablement un facteur aggravant en cas de chute, la vitesse n'apparaît pas comme un facteur déterminant dans les accidents de moto. Dans 75% des cas, la vitesse de déplacement du deux-roues au moment de l'impact était en effet égale ou inférieure à 50 km/h, dont 1,5% avec une vitesse de 0 km/h (chocs par l'arrière). "Les excès de vitesse n'ont contribué à l'accident que dans quelques cas isolés", confirme l'étude qui montre que seuls 5,4% des accidents ont été causés par une vitesse du deux-roues supérieure ou égale à 100 km/h.

De quoi relativiser sérieusement le discours "sécuritaire" des partisans des radars automatiques, qui à force de faire semblant de croire que la vitesse est la principale cause d'accidents, risquent de réussir à en convaincre une partie non négligeable de la population...

Evitement. 71,2% des deux-roues motorisés ont tenté une manoeuvre d'évitement immédiatement avant le choc, mais 32% d'entre eux n'y sont pas parvenus et ont perdu le contrôle de leur engin au cours de la manoeuvre. Vous avez dit formation ?

Milieu urbain. 72,3% des accidents ont lieu en zone urbaine contre 24,9% en zone rurale et 2,8% en zone "autre". Toutes zones confondues, le deux-roues heurte une voiture dans 60% des cas, le bitume dans 9% des cas, un camion, une camionnette ou un bus dans 8,4% des cas, un objet fixe dans 8% des cas et un autre deux-roues dans 6,9% des cas.

Glissières de sécurité. Les fameuses "glissières guillotine" ont causé des blessures au pilote d'un deux-roues dans 6% des cas. Un risque relativement faible qui ne doit toutefois pas être ignoré.

Catégories. Contrairement à certaines idées reçues, aucune catégorie n'est gravement surreprésentée dans les accidents de deux-roues motorisés : les scooters sont très majoritairement impliqués en raison de leur grand nombre (354 accidents), mais ramenés à leur exposition au risque (349) ils ne sont que très légèrement surreprésentés. Idem pour les sportives, faiblement surreprésentées avec 137 accidents pour une exposition aux risques de 126. Les sport-touring en revanche sont assez nettement sous-représentées avec seulement 76 accidents pour une exposition au risque de 110.

Cylindrées. Là encore, aucune cylindrée n'est particulièrement sur ou sous-représentée : seuls les cyclos de moins de 50 cc sont très légèrement en surnombre (42,7% d'accidents pour un taux de risque de 39,8%) tandis que les motos de 750 à 1000 cc sont plutôt sous-représentées (8,7% d'accidents pour une exposition de 11,6%), tout comme les plus de 1000 cc (6,3% d'accidents pour une exposition de 9,5%).

Le jour le plus sûr. En raison du retour des beaux jours et du manque de pratique pendant l'hiver, le mois de mai est statistiquement le plus dangereux, suivi par juin et septembre.

Dans la semaine, le lundi et le mardi sont les jours les plus propices aux accidents tandis que le samedi est le jour le plus sûr...


Les premières réactions

"Cette étude est intéressante et ce que je retiens surtout, c'est que nous devons intégrer la vulnérabilité des deux-roues motorisés dans la formation des automobilistes", explique le délégué interministériel à la sécurité routière Rémy Heitz. "La part du facteur humain dans les accidents n'est pas discutable, mais sur la vitesse je suis plus mesuré. Il faudrait regarder de plus près pour voir si son importance n'a pas été minorée". Moto-Net souhaite bon courage aux constructeurs... et recommande la plus grande prudence à ses lecteurs !

.

.

Commentaires

Bestof: 
1
Lectures: 
0
Hmmmm... Je ne vois pas grand monde relever le fait que les gros cubes sont en général moins impliqués... Et quand passe-t'on au gros cubes en général ? Ne serait-ce pas après s'être fait la main sur des cylindrées inférieures ? "La meilleure formation est celle des km's parcourus" (cf mon moniteur moto pilotage), "Le motard qui te dit n'être jamais tombé, et qui ne tombera jamais, te ment" (du même auteur)... Scooter/125/Mob', où sont passées les heures de prévention routière à l'école ? Precepte de base de l'enseignant: On apprend mieux et plus vite quand on est jeune... Ou me trompe-je encore ? Sur ce, rien à dire de cette étude que j'avais lue ailleurs avant hier, mis à part comme reris en choeur par presque toutes/tous... ils s'en foutent ces enfoirés !!! (Ah si... l'allumage des codes... pas suivit par les caisseux saluons ça au moins ! Et pourquoi les motos en jaune ? Pourquoi pas les caisses en mauve ? Ah, oui, il parait que les voitures qui ont le plus d'accident sont rouges... interdisons les voitures rouges !!! Appel à toutes et tous !
Bestof: 
1
Lectures: 
0
Il est clair que, quitte à tomber, il vaut toujours mieux le faire à 40 km/h qu'à 130 km/h. C'est clair pour tout le monde. Par contre, l'étude montre, comme nous le savions tous, que la vitesse n'est généralement pas la cause de l'accident (contrairement à ce que dit la TV à la solde du gouvernement) mais un facteur agravant et que l'automobiliste est assez souvent le responsable de l'accident. A force de répéter un mensonge, on finit par y croire. Mais rien n'y fait, ils sont plus que sceptiques et "il faudrait regarder de plus pret car cela ne peut pas être vrai". Vous pouvez être sur que si l'étude avait montré que la vitesse est la cause des accidents, ils auraient tous crié en coeur "on vous l'avait bien dit. La vitesse est dangereuse. Ouh les vilains motards inconscients et criminels", et ils n'auraient pas eu besoin d'y regarder de plus prêt! Pour la petite histoire, vu ce matin à la TV au journal de la 2 (vous me décevez beaucoup les gars !): "1/3 des photos des radars automatiques partent à la poubelle car il s'agit de motards qui passent impunément devant tous les radars fixes à grande vitesse". Ah bon ? et ceux qui flashent par l'arrière alors ?. Si le gouvernement veut flasher les motards, il n'a qu'à installer que des radars par derrière (et oui, problème, on ne voit pas le conducteur par derrière, c'est balot hein ?!). Avec un beau reportage comme celui là, les automobilistes vont être confortés dans l'idée que le motard est dangereux et qu'il faudrait tous les mettre sur 4 roues dans les bouchons (histoire de bien polluer). Ah oui, au journal, ils ont aussi précisé que les étrangers faisaient aussi parti de ceux qui passaient au travers des mailles du filet. Ils ont oublié de préciser les erreurs de plaques qui envoient la photo à la poubelle (du genre tracteur de la Creuse flashé sur le periph à 130 km/h !).
Bestof: 
1
Lectures: 
0
Cette énième étude met une fois encore en doute le dogme "vitesse=accident". Malheureusement, l'obscurantisme de nos dirigeant est imperméable même aux études sérieuse faisant preuve de rigueur scientifique. La société marche comme cela: ceux qui "savent" ne sont pas ceux qui "décident". Ceci dit, en général la prudence doit bien evidemment rester de mise. La meilleure formation du monde ne permet pas de se soustraire aux lois de la physique (encore que quand je vois Rossi rattraper sa bécane, je reste perplexe !), ce qui veut dire qu'il vaut mieux se réserver assez de MARGE pour éviter d'avoir à effectuer ses manoeuvres d'évitement dans l'urgence absolue! La vie est une question d'équilibre risque/cout. La route aussi. Le risque sur la route correspond à la probabilité d'avoir un accident multipliée par la gravité potentielle de cet accident (grossomodo proportionnelle à la vitesse au carré). Le cout est la frustration de ne pas rouler à la vitesse correspondant à son envie. Si la probabilité d'avoir un accident est faible (selon les paramètres: infrastructure, météo, trafic, machine, compétences, connaissance du tronçon), alors on peut rouler (très) vite en gardant un faible risque, ce qui minimise le cout de la frustration. Toute la question est dans l'appréciation des risques. C'est pour ça qu'on peut rouler super vite, pas tout le temps bien sûr, et pourtant faire des vieux os! Un dernier exemple un peu caricatural: un pilote de grand prix passe sa vie à rouler à des vitesses ahurissantes mais la probabilité d'accident est infime sur circuit alors les risques pris sont "raisonnables".
Bestof: 
1
Lectures: 
0
Il me semble qu'une étude réalisée il y a quelques années par un organisme indépendant montrait quelques résultats intéressants...mais est restée bien au chaud dans les placards (en tout cas en france). Cette étude faite au niveau européen avait pour but d'étudier l'incidence de la puissance des motos sur les accidents. En gros, elle aurait pu contribuer à mettre en place des réglements au niveau européen pour limiter la puissance des 2 roues. En fin de compte cette étude montrait qu'il n'y avait pas de lien direct entre puissance et accidents. Les facteurs étaient plus liés à l'inexpérience (soit jeune permis, soit nouveau véhicule)et à la typologie de la moto. Sur ce dernier point, ça semble un peu en contradiction avec cette nouvelle étude. En tout casz dan stous lec cas, il serait intéressant de se pencher sur la question de la formation, et notamment pour le permis automobile. car visiblement on apprend surtout aux gens à tenir le volant et passer les vitesses, et pas tellement à se soucier de leur environnement extérieur. Mais ça, c'est un gros travail de fond et dont le résultat ne pourra se voir que dans plusieurs années... Résultats pas très visibles et donc pas très rentable au niveau politique! Car les politiques ne raisonnent plus qu'à court terme (c'est à dire en navigant à vue jusqu'à la prochaine élection). Je pense que la question des infrastructures est mineure. On peut toujours faire mieux, mais la france n'est pas trop mal lotie à ce niveau.
Bestof: 
1
Lectures: 
0
Une précision sur la vitesse quand même : elle n'intervient pas dans la plupart des accidents relevés. Mais dans les cas d'accidents mortels, elle est présente quand même . Les lois de la physique ne pardonnent malheureusement pas...

Pages

Ajouter un commentaire

Identifiez-vous pour publier un commentaire.

.

A lire aussi sur le Journal moto du Net

Le concept Scrambler DesertX se transforme en vrai trail Ducati !

Le concept de DesertX basé sur le Scrambler 1100 va être commercialisé... dans une configuration différente ! Les italiens annoncent  que leur trail adoptera le moteur de l’Hypermotard 950, plus performant. Toutes les infos arriveront le 9 décembre, en conclusion d’une nouvelle série de présentations Ducati en vidéo...
Nouvelle GSX-S1000GT, la moto sportive enfin routière de Suzuki !

Suzuki ne l’admettra qu'à demi-mots : sa GSX-S1000F faisait fausse route ! Étroitement dérivée du maxiroadster - dernière génération - et toujours sportive dans l’âme, la GSX-S1000 GT qui la remplace prend un virage routier afin de concurrencer les appréciées Ninja 1000 SX ou Tracer 9... Présentation.
Routière 1 commentaire
Essai R18 B : BMW cherche la bagarre aux baggers américains

Was ist das ? Harley-Davidson lance un maxitrail pour concurrencer la R1250GS ! C’est comme si BMW partait chasser sur les terres des baggers Street Glide ou Chieftain... Or c’est justement le défi que relève la R18 B, nouveau gros membre de la famille Heritage, tout récemment testé par Moto-Net.Com.
Nouvelle Triumph Speed Triple 1200 RR : la crème anglaise du café racer !

Triumph greffe comme prévu un semi-carénage et un phare rond à son énergique roadster Speed Triple 1200 pour livrer une interprétation bigrement chic et sacrément sportive du genre néo-rétro. Présentation de la Speed Triple 1200 RR à 20 490 euros.
Roadster 1 commentaire
Un V6 de 250 ch célèbre les 60 ans de Yamaha en Grand Prix moto

Non, Yamaha ne va pas jeter de FJR 6-cylindres dans la mare des Honda GoldWing et BMW K1600. Le V6 de 250 chevaux qui porte le coloris historique de Yamaha en Grand Prix moto (Rouge et Blanc, pas Bleu !) est un moteur de bateau hors-bord de 4,2 litres de cylindrée pesant 255 kg. Du - trop - lourd, donc !
Grands Prix 2022 : quel pilote sur quelle moto en MotoGP ?

Le Journal moto du Net fait le point  sur la grille MotoGP 2022, première saison sans Valentino Rossi en catégorie reine depuis 2000 ! Le guide du mercato moto avec tous les contrats signés ou en passe de l'être, ainsi que nos dernières informations mises à jour sur les ultimes guidons à pourvoir. 
Comment et pourquoi se protéger du bruit à moto

La pratique de la moto expose fréquemment l'ouïe à un niveau sonore supérieur au seuil recommandé pour conserver une bonne audition. Bruits du moteur, sifflements du vent et autres turbulences aérodynamiques doivent être filtrés, surtout sur longs trajets. MNC fait le point et compare plusieurs bouchons d'oreilles.

Soutenez le Journal moto du Net

Aidez les petites entreprises à traverser la crise économique qui va suivre celle du coronavirus : en vous abonnant à MNC Premium, vous lisez toutes les infos réservées sans pub intrusive, vous profitez de nombreux avantages (invitations, annonces gratuites, réductions, etc.) et vous préservez notre indépendance !

ARTICLES PREMIUM   |   JE M'ABONNE !

Guide 2021 des nouveautés moto et scooter : infos, essais et prix
  • En savoir plus...