• L'essentiel
  • -
  • En savoir plus...
ACCIDENTOLOGIE
Paris, le 2 décembre 2004

Quelles sont les causes des accidents de moto ?

Quelles sont les causes des accidents de moto ?

Face à la pensée unique actuelle, une salutaire enquête menée à l'initiative des constructeurs européens montre que les causes d'accidents de moto ne sont pas toujours celles qu'on croit... Résultats et analyses.

Imprimer

Pour la première fois en Europe, une enquête approfondie sur les accidents de moto lancée à l'initiative des constructeurs eux-mêmes fournit une véritable base de données d'accidentologie des deux-roues motorisés. Menée pendant deux ans dans cinq pays en collaboration avec la Commission européenne et les associations d'usagers, l'étude MAIDS devrait permettre "l'élaboration et la mise en place de nouvelles mesures de sécurité routière".

MAIDS : In-depth Investigation of Motorcycle Accidents.

ACEM : Association des constructeurs européens de motocycles.

Partenaires : Commission européenne, Fédération des associations motocyclistes européennes (FEMA), Fédération internationale de motocyclisme (FIM), Fédération britannique de motocyclisme (BMF) et Commission internationale des examens de conduite automobile (CIECA).

"Lors d'un accident on sait généralement quand il a eu lieu, qui est impliqué et dans certains cas comment il est survenu, mais le "pourquoi" n'est jamais abordé", regrette Jacques Campagne, secrétaire général de l'ACEM, en présentant l'étude MAIDS ce matin à Paris : "d'où l'intérêt de ces résultats car les autorités, dont M. Heitz ici présent, ont besoin d'une base de données sur les principales causes d'accidents de moto".

Un gros travail d'enquête qui montre que les constructeurs, directement concernés à plus ou moins long terme par la mise à l'index un peu systématique des deux-roues motorisés - ces "mauvais élèves de la sécurité routière" invités à "rejoindre le camp de la conduite apaisée", comme aiment à le rappeler Gilles de Robien et Rémy Heitz - semblent enfin déterminés à ne pas se faire piétiner les parts de marché sans rien faire...

Les données

Lieu de l'enquête : dans chaque pays (France, Allemagne, Italie, Pays-Bas et Espagne), la zone-test devait comprendre des zones urbaines et des zones rurales. En France, c'est le département de l'Essonne qui a été retenu en raison de son caractère à la fois rural et urbain.

Durée de l'enquête : 2 ans (1999-2000).

Nombre d'accidents étudiés : 921 dont 103 mortels (11,2%).

Méthodologie. Elaborée par l'OCDE et commune aux cinq pays, la méthodologie appliquée par l'étude MAIDS repose sur la reconstitution totale de chaque accident, l'inspection des véhicules, l'audition des témoins, le recueil des données médicales et l'accès aux actes de procédures.

Exposition au risque. Une fois toutes les données recueillies, elles ont été saisies dans une base de données pour chaque région-test et comparées aux données d'exposition au risque. "Les analyses statistiques ont permis d'identifier les facteurs de risque en comparant les données des cas d'accidents aux données des cas témoins", précisent les auteurs : "par exemple, les données indiquent que bien que les scooters soient impliqués dans la majorité des accidents, ils ne sont pas surreprésentés proportionnellement à leur présence dans la région test (c'est-à-dire leur exposition au risque)".

Les résultats

L'analyse des données permet d'établir plusieurs types de facteurs ayant causé l'accident : les facteurs humains, très largement majoritaires (87,5%), les facteurs techniques, extrêmement rares (0,7%), les facteurs environnementaux (7,7%) et les défaillances diverses (4,1%).

Errare humanum est. 50% des accidents entre un deux-roues motorisé et une voiture sont dus à une erreur de l'automobiliste (qui dans 70% des cas n'a tout simplement pas vu le deux-roues) tandis que dans 37% des cas l'erreur est imputable au conducteur du deux-roues motorisé lui-même. Un déficit de visibilité des deux-roues qui risque encore de s'accroître avec la généralisation de l'allumage des feux à tous les véhicules, mais qui ne semble pas perturber Rémy Heitz, toujours persuadé que "tout le monde y gagne si tout le monde est mieux vu".

Vitesse. "Vraie fausse" surprise pour les uns, simple confirmation pour les autres : si elle est indéniablement un facteur aggravant en cas de chute, la vitesse n'apparaît pas comme un facteur déterminant dans les accidents de moto. Dans 75% des cas, la vitesse de déplacement du deux-roues au moment de l'impact était en effet égale ou inférieure à 50 km/h, dont 1,5% avec une vitesse de 0 km/h (chocs par l'arrière). "Les excès de vitesse n'ont contribué à l'accident que dans quelques cas isolés", confirme l'étude qui montre que seuls 5,4% des accidents ont été causés par une vitesse du deux-roues supérieure ou égale à 100 km/h.

De quoi relativiser sérieusement le discours "sécuritaire" des partisans des radars automatiques, qui à force de faire semblant de croire que la vitesse est la principale cause d'accidents, risquent de réussir à en convaincre une partie non négligeable de la population...

Evitement. 71,2% des deux-roues motorisés ont tenté une manoeuvre d'évitement immédiatement avant le choc, mais 32% d'entre eux n'y sont pas parvenus et ont perdu le contrôle de leur engin au cours de la manoeuvre. Vous avez dit formation ?

Milieu urbain. 72,3% des accidents ont lieu en zone urbaine contre 24,9% en zone rurale et 2,8% en zone "autre". Toutes zones confondues, le deux-roues heurte une voiture dans 60% des cas, le bitume dans 9% des cas, un camion, une camionnette ou un bus dans 8,4% des cas, un objet fixe dans 8% des cas et un autre deux-roues dans 6,9% des cas.

Glissières de sécurité. Les fameuses "glissières guillotine" ont causé des blessures au pilote d'un deux-roues dans 6% des cas. Un risque relativement faible qui ne doit toutefois pas être ignoré.

Catégories. Contrairement à certaines idées reçues, aucune catégorie n'est gravement surreprésentée dans les accidents de deux-roues motorisés : les scooters sont très majoritairement impliqués en raison de leur grand nombre (354 accidents), mais ramenés à leur exposition au risque (349) ils ne sont que très légèrement surreprésentés. Idem pour les sportives, faiblement surreprésentées avec 137 accidents pour une exposition aux risques de 126. Les sport-touring en revanche sont assez nettement sous-représentées avec seulement 76 accidents pour une exposition au risque de 110.

Cylindrées. Là encore, aucune cylindrée n'est particulièrement sur ou sous-représentée : seuls les cyclos de moins de 50 cc sont très légèrement en surnombre (42,7% d'accidents pour un taux de risque de 39,8%) tandis que les motos de 750 à 1000 cc sont plutôt sous-représentées (8,7% d'accidents pour une exposition de 11,6%), tout comme les plus de 1000 cc (6,3% d'accidents pour une exposition de 9,5%).

Le jour le plus sûr. En raison du retour des beaux jours et du manque de pratique pendant l'hiver, le mois de mai est statistiquement le plus dangereux, suivi par juin et septembre.

Dans la semaine, le lundi et le mardi sont les jours les plus propices aux accidents tandis que le samedi est le jour le plus sûr...


Les premières réactions

"Cette étude est intéressante et ce que je retiens surtout, c'est que nous devons intégrer la vulnérabilité des deux-roues motorisés dans la formation des automobilistes", explique le délégué interministériel à la sécurité routière Rémy Heitz. "La part du facteur humain dans les accidents n'est pas discutable, mais sur la vitesse je suis plus mesuré. Il faudrait regarder de plus près pour voir si son importance n'a pas été minorée". Moto-Net souhaite bon courage aux constructeurs... et recommande la plus grande prudence à ses lecteurs !

.

.

Commentaires

Bestof: 
1
Lectures: 
0
Salut à tous, Rien que parce que la Commission Européenne a subventionné ce projet a hauteur de 'quelques' millions d'euros, (un ou deux, de mémoire), il ne risque pas de rester lettre morte ! Ils vont vouloir rentrer dans leur pognon. Avec en plus la caution de la méthodologie de l'OCDE, et la promesse d'une étude similaire qui devrait intervenir aux USA, vous allez encore en entendre parler..! Reste qu'en France ils sont un peu bouchés au cocktail 'pensée unique'...
Bestof: 
1
Lectures: 
0
pour tous motards cette etude ne revele rien de tres nouveau .On sourit tout de même en lisant que quelque grand principe volent en eclat ( principe de nos elus: cf vitesse ). J'espere naivement que ce rapport ne restera lettre morte....et que la coerence sera de mise... ouais je suis naif la coerance ne rapporte pas de pognons tandis que les radars automatiques si ! par contre dans le rapport il est dit que "seulement 1% des accidents etaient dus à une defaillance technique du deux-roues....une nouvelle preuve de la necessité d'un examen regulier du vehicule par son proprietaire" ce ne serait pas une preparation au controle technique ??????

Pages

Ajouter un commentaire

Identifiez-vous pour publier un commentaire.

.

A lire aussi sur le Journal moto du Net

KTM rappelle ses motos à moteur monocylindre LC4 de 2018 à 2020

Un joint de récepteur d'embrayage défectueux est à l'origine d'une vaste campagne de rappel sur toutes les motos KTM propulsées par le monocylindre LC4 des millésimes 2018 à 2020. Explications.
Présentation de la nouvelle moto Triumph Tiger 660 Sport

La nouvelle Tiger 660 Sport marque l'arrivée de Triumph sur le segment des motos trails-GT de moyenne cylindrée à partir du roadster Trident 660. Cette nouveauté de 81 ch, compatible permis A2, sera disponible en février 2022 au prix de 9095 euros. Présentation. 
Rentrée studieuse pour le marché français du motocycle en septembre 2021 

5808 immatriculations en 125 cc, 10 550 en grosses cylindrées : la rentrée dans les concessions françaises a été moins bonne que l’an passé, mais nettement supérieure à celle de 2019. Mais si rappelez-vous, cette époque où masque et pass sanitaire n’étaient pas nécessaires pour faire son marché… de la moto et du scooter !
Essai du pneu moto Metzeler Roadtec 01 SE (Sport Edition)

Metzeler (groupe Pirelli) regonfle le potentiel dynamique de son pneu Roadtec 01 pour mieux le caler sur les jantes des motos routières au tempérament sportif (et vice-versa). Essai sur route et sur circuit - mouillé - du Roadtec 01 SE pour "Sport Edition".   
Essais 1 commentaire
Essai veste moto RST Adventure-X avec airbag intégré In&Motion

MNC a testé pendant un an la veste Adventure-X du manufacturier anglais RST (groupe Bihr) dans sa configuration avec airbag autonome intégré. Quelles sont les forces et les faiblesses de cet équipement trail et de son coussin gonflable fourni par In&Motion ? Réponses dans notre essai longue durée.
Présentation de la nouvelle moto néo-rétro Kawasaki Z650RS 2022

Le populaire petit roadster de Kawasaki se décline comme annoncé en version classique Z650RS pour 2022, avec des performances et une partie cycle identiques. Seuls l'habillage et les équipements transforment cette nouvelle moto néo-rétro accessible au permis A2 sous les 8500 euros. Présentation et liste de ses rivales.
 
Roadster 2 commentaires
Suzuki GSX-S1000GT : le bilan de notre essai en vidéo 

Les premiers exemplaires de la GSX-S1000GT ne sont attendus dans les concessions françaises que pour les fêtes de fin d'année. Mais MNC a déjà testé cette importante nouveauté Suzuki 2022 qui entend concurrencer la meilleure vente de moto Sport GT, l'une des dernières aussi, la Ninja 1000 SX... Essai !

Soutenez le Journal moto du Net

Aidez les petites entreprises à traverser la crise économique qui va suivre celle du coronavirus : en vous abonnant à MNC Premium, vous lisez toutes les infos réservées sans pub intrusive, vous profitez de nombreux avantages (invitations, annonces gratuites, réductions, etc.) et vous préservez notre indépendance !

ARTICLES PREMIUM   |   JE M'ABONNE !

Guide 2021 des nouveautés moto et scooter : infos, essais et prix
  • En savoir plus...