• L'essentiel
  • -
  • En savoir plus...
Paris, le 11 juin 2014

Underground : à la découverte de la Monsters Race

Underground : à la découverte de la Monsters Race

L’univers des motos modifiées en France est assez méconnu, et parfois encore stigmatisé. L'équipe de l'Artkore Race Club contribue à son développement, avec notamment la Monsters Race destinée à tous les passionnés de préparations et de courses furieuses.

Imprimer

L’univers des motos modifiées en France est assez méconnu, et parfois encore stigmatisé. L'équipe de l'Artkore Race Club contribue à son développement, avec notamment la Monsters Race destinée à tous les passionnés de préparations et de courses furieuses.

Pour sa quatrième édition, l'Icon Monsters Race revient avec toujours ce côté fun qui lui est propre...

La scène underground a trouvé sa compétition : la Monsters Race est une compétition "classique", mais où les préparations moto, les streetfighters, figurent sur le devant de la scène.

Une compétition née d'un magazine

Pour les novices, les streetfighters renvoient à des préparations de gros cubes dont l'esthétique est mise en valeur, voire sublimée, le plus souvent sur des bases telles que la GSXR et l'incontournable Honda CBR 900.

Lancé par Antoine "Artkore" Collignon, le magazine StreetMonsterss a été le déclencheur pour la création de cette course. Yannick Bournazel, rédacteur du site et bras droit d'Antoine Collignon, se souvient : "Au début, le magazine StreetMonsterss marchait bien grâce à l'aide de potes. Et puis on a voulu créer la Monsters Race, pour montrer que des belles bécanes street pouvaient envoyer sur piste. On a créé un règlement pour les amateurs, afin d'éviter que des pilotes de SBK viennent faire des piges comme il y avait eu sur la Joe Bar One. On a voulu aussi que le look soit aussi important que les résultats en course".

Malgré le décès d'Antoine Collignon lors de la manche du Vigeant en 2012 - perte de contrôle de son CBR... - , la communauté s'est formée et même renforcée, créant un réseau fidèle d'amateurs et de passionnés. Cet événement tragique reste forcément dans l'esprit de l'équipe, mais il a aussi contribué sans aucun doute au développement de la compétition.

"Ce fut très dur pour les pilotes, pour ses proches, pour moi, d'apprendre ça aussi brutalement, comme toujours dans ces cas-là. Antoine avait des rêves : faire son magazine, faire sa course. Le premier n'était techniquement plus possible, le deuxième oui. Alors avec quelques-uns, avec JMB notamment, on a pris les choses à bras le corps et on a fini la saison à Carole, puis on a remis la course sur pied pour 2013, 2014 et j'espère encore 2015".

La communauté street y trouve donc un juste milieu entre compétition et plaisir, comme le juge Nimon 11R, bien connu du milieu pour ses diverses préparations : "On déshabille des sportives dans un esprit "street", mais les demi-guidons sport sont toujours là, bien plus pratique sur piste. Tous les styles sont présents, de street à café-racer, etc."

Objectif plaisir

L'édition 2014 de la Monsters Race a débuté le 10 mai sur le circuit Carole, marqué par la victoire de "Chris le plagiste" sur sa CBR 900.

Trois autres manches doivent se jouer respectivement sur le circuit de Saintonge en Charente-maritime (17) pour une course de vitesse et une d'endurance les 21 et 22 juin. Des runs seront réalisés au Perchereau (36) les 5 et 6 juillet, et la dernière manche se déroulera les 2 et 3 août à Hautefage-la-Tour (47) pour la nouveauté de cette édition : la course de côte !

Le côté esthétique si cher au monde des streetsfighters ne sera pas pour autant négligé, puisque le Monsters Show permettra aux plus belles préparations d'obtenir quelques points précieux dans la course à la victoire finale.

"On a voulu aussi que le look soit aussi important que les résultats en course", souligne Yannick : "trois juges passent en revue les motos sur le plan "préparation". On juge le look, la finition, le choix de la base, le fait que le tout ait été fait maison ou "sous-traité". On cherche les petits trucs innovants, les détails. L'idée de la MR, c'est de prouver que les bécanes préparées à outrance qu'on voit dans des salons spécialisés pouvaient envoyer du lourd sur circuit".

Cependant, même si le côté compétition apporte la touche d'explosivité demandée à toutes les courses, c'est bien le côté fun et atypique de la Monsters Race qui prime. "Un seul mot : plaisir ! On n'est pas contre l'esprit de compétition, mais il ne faut pas que ça soit ce qui motive votre inscription à la Monsters Race. Même si certains, évidemment, regardent les classements et l'Alfano, l'idée est vraiment de rester sur ce pourquoi on aime la moto : la mécanique, les chevaux, le look et la solidarité".

Une communauté solidaire

La solidarité dispose également d'une place importante dans la Monsters Race, et c'est l'une des forces de cette compétition : l'aspect communautaire est mis en avant. "A la Monsters Race, quand un pilote a un souci, les autres vont l'aider, quitte à ne pas dormir ou à se taper 300 bornes pour aller chercher un piston dans la grange familiale la veille de la course", résume Yannick.

Un sentiment totalement partagé par Nimon 11R : "à Carole, pour la première manche 2014, je ne pouvais pas rouler faute de cylindrée trop élevée (le décret préfectoral autorise jusqu'à 1200 cm3 maximum en compétition à Carole). La pluie s'était arrêtée mais Cranb, un participant, avait monté des pneus pluie. Malheureusement, la course a été avancée de 30 minutes. Très vite, ce fut la cohue mais tout le monde s'est bougé. On a remonté les roues avec d'autres pilotes pendant que Cranb se préparait. Je finissais à peine de freiner les vis d'étrier que le moteur tournait déjà... Ce sont des moments comme ca qui sont top !"

Des sponsors impliqués

Si au départ certains sponsors furent difficiles à approcher, voire à convaincre, la communauté a eu la chance de voir qu'un célèbre équipementier les soutenait.  

"ICON nous soutient depuis l'époque du magazine, c'est l'un des seuls sponsors qui nous suivent depuis le début de notre aventure ou presque. Ils aiment ce qu'on fait, comment nous parlons, les motos que nous mettons en avant. Nous gérons directement cela avec le siège aux USA. Depuis je pense 2009, ICON nous fournit du matériel, des dotations, mais aussi depuis quelques années un soutien financier, ce qui nous donne avant tout ce qu'il manque à toutes les associations : de la trésorerie".

"Grâce à cet argent on peut anticiper un trou au budget, mais aussi faire des commandes de stock de produits dérivés, faire des vidéos... ICON agit dans sa logique, les préparations qu'ils font avec ICON 1000 sont dans cet esprit d'atypisme", souligne Yannick avant d'ajouter que "les marques françaises sont très dures à approcher en général ! J'en profite pour remercier Beringer, qui nous a fourni pas mal de matériel très haut de gamme pour certaines préparations du magazine, puis en course avec une bonne humeur permanente".

"Aujourd'hui, d'autres sponsors nous suivent, certains financièrement, d'autres via de la dotation, chacun fait ce qu'il peut, mais j'avoue qu'on est assez bien servis de ce côté là. Des gens comme Silver Performance ou USV Racing, pour ne citer qu'eux, sont de vrais passionnés, c'est très agréable de travailler avec eux".

"Les motos sont différentes, l'esprit est cool"

Concernant l'affluence, si elle demeure difficilement chiffrable puisque l'événement passe via un promoteur, l'attrait de la nouveauté devrait plaire à un grand nombre de passionnés de moto et de sport mécanique en général, ne serait-ce que pour l'investissement personnel réalisé sur les motos : "les motos sont différentes, l'esprit est cool, les gens passent nous voir dans les paddocks et se demandent d'où vient telle ou telle pièce".

"A Carole en début de saison, j'ai bien aimé voir la tête des gens quand on explique que le 900CBR que le mec a sous les yeux c'est un moteur de 1100XX, des durites de grue de chantier, un radiateur de voiture, un train avant de S1000RR et que le tout est revenu à moins de 2000 euros au propriétaire. Le nombre de spectateurs je ne sais pas, mais je suis persuadé qu'avec votre article il y en aura encore plus les 21 et 22 juin à Saintonge (17) pour la prochaine manche !"

L'Icon Monsters Race continue jusqu'en août, alors si vous voulez rejoindre la trentaine de participants, n'hésitez pas !

.

.

Commentaires

Ajouter un commentaire

Identifiez-vous pour publier un commentaire.

.

Les derniers essais MNC

Essai vidéo DesertX : le trail Ducati qui va faire des Euros !

Ducati investit le tout-terrain avec une nouvelle moto aussi belle qu'ambitieuse : le trail DesertX et son énergique bicylindre de 937 cc ! MNC l'a poussée dans ses retranchements sur route, pistes et petits chemins dans un essai vidéo ultra-complet pour découvrir les qualités et les défauts de cette inédite italienne en 21 et 18 pouces. 
Essai vidéo MT-10 2022 : la nouveauté Yamaha en fait-elle trop ?

Yamaha ajoute des muscles et de la technologie supplémentaires à sa MT-10, qui n'en manquait déjà pas ! Plus puissant, plus sophistiqué et toujours aussi "torturé" stylistiquement, le roadster d'Iwata ne devient-il pas too much ? Essai vidéo MNC.
Essai MP3 530 hpe Exclusive : Piaggio remodèle son best-seller

Meilleure vente de scooter Piaggio en France, le MP3 500 connaît une importante évolution en 2022. Un plus gros moteur, un nouveau look et des fonctionnalités inédites (caméra de recul !?) doivent permettre au MP3 530 hpe Exclusive de séduire les scootomobilistes avides de nouveautés... à tout prix ?
Essai Z900RS SE : le meilleur des roadsters Kawasaki

Sortie en 2018, la Z900RS est déjà une excellente moto basée sur le best-seller Z900 et inspirée de l’originelle Z1 (mythique, MNC vous explique pourquoi). Or Kawasaki fête ses 50 ans de "Zed" avec, notamment, une Z900RS SE qui intègre l’amortisseur Öhlins de la Z1000R et le freinage Brembo de la Z H2. Un "Best Of" donc... et "Must Have" ?

A lire aussi sur le Journal moto du Net

Essai vidéo DesertX : le trail Ducati qui va faire des Euros !

Ducati investit le tout-terrain avec une nouvelle moto aussi belle qu'ambitieuse : le trail DesertX et son énergique bicylindre de 937 cc ! MNC l'a poussée dans ses retranchements sur route, pistes et petits chemins dans un essai vidéo ultra-complet pour découvrir les qualités et les défauts de cette inédite italienne en 21 et 18 pouces. 
CRF1100L Africa Twin 2023 : nouveaux coloris pour le maxitrail Honda

L'Africa Twin n'évolue pas techniquement pour 2023 mais reçoit de nouveaux coloris disponibles à partir d'octobre sur les CRF1100L standard et Adventure Sports. Présentation.
Trail 1 commentaire
Déclarations des pilotes MotoGP après le GP de Grande-Bretagne 2022

Francesco Bagnaia repart de Silverstone avec un grand sourire et les 25 points de la victoire, tandis que le clan français fait grise mine après la chute de Johann Zarco en tête du GP de Grande-Bretagne et la modeste 8ème de Fabio Quartararo, ralenti par un mauvais choix de pneus. Réactions des pilotes.
Grande-Bretagne 1 commentaire
Le marché moto dans le vague en cette fin de 1er semestre 2022

Au premier semestre 2022, le marché français du motocycle s’est rétracté de -6%, chutant même de -21 % en juin. Les motos et scooters résistent malgré de nombreux bâtons dans les jantes : pénuries de composants, Covid-19 et confinements en Asie, transport maritime saturé, livraisons compliquées... et d’autres menaces guettent ! Bilan.
Combien de temps attendre ma nouvelle moto 2022 ?

Si vous changez de moto cet été, armez-vous de patience : les délais de livraisons s'allongent faute de stocks, en raison notamment du ralentissement de la production en Asie. MNC fait le point avec les constructeurs sur cette problématique commune à presque toutes les marques.
Pratique 1 commentaire
Marché moto et scooter : interviews des constructeurs au 1er semestre 2022

Deux fois par an, Moto-Net.Com propose aux marques de moto et scooter en France de dresser leur bilan marché. Leurs responsables reviennent pour nos lecteurs MNC Premium sur le premier semestre 2022 (-6%)... mais aussi sur le prix de l’essence, le contrôle technique et la fin annoncée du thermique !
Essai vidéo MT-10 2022 : la nouveauté Yamaha en fait-elle trop ?

Yamaha ajoute des muscles et de la technologie supplémentaires à sa MT-10, qui n'en manquait déjà pas ! Plus puissant, plus sophistiqué et toujours aussi "torturé" stylistiquement, le roadster d'Iwata ne devient-il pas too much ? Essai vidéo MNC.

Soutenez le Journal moto du Net

Aidez les petites entreprises françaises qui payent leurs impôts : en vous abonnant à MNC Premium, vous lisez toutes les infos réservées sans pub intrusive, vous profitez de nombreux avantages (invitations, annonces gratuites, réductions, etc.) et vous préservez notre indépendance !

ARTICLES PREMIUM   |   JE M'ABONNE !

Guide 2022 des nouveautés moto et scooter : infos, essais et prix
  • En savoir plus...