• L'essentiel
  • -
  • En savoir plus...
COLS ET GLACIERS
le 16 janvier 2002

Les Alpes suisses et italiennes

Octobre 2001Isa et François, deux lecteurs de Moto-Net, nous font part de leur virée en Suisse et en Italie cet été. Au programme : 8 jours, 2150 km, 10 cols, 20 glaciers, 5 cantons, 4 lacs et une Virago 750...

Imprimer
  L E S   R O U T E S
EN BREF

Quelques tarifs :

- Montée glacier des Bossons :30 FF/personne

- Montée glacier d’Aletsch 42,5 FS/personne

- Ferry du Lac Majeur : 80 000 lires environ (une moto + 2 personnes)

- Train pour Zermatt : 14,80 FS/personne

- Litre de 95 SP : Suisse :1,34 :FS, Italie :2050 lires

- Vignette autoroute : environ 50 FS (valable un an)

- Nuit demi-pension en chambre d’hôtes en Suisse :62 FS

- Nuit hôtel *** avec petit déjeuner en Italie (lac d’Orta) :180 000 lires

- Repas dans un petit restaurant dans le Valais et en Italie : de 120 à 160 FF

- 1 FS = 4,56 FF

- 1000 lires = 3,50 FF

Contacts :

- Office de Tourisme de Brig (Valais) pour les adresses d’hébergement

- Office de Tourisme de Lombardie

A voir absolument :

- Le circuit des 4 cols (routes parfaites pour les enrouleurs de câbles, mais s’arrêter pour admirer le paysage).

- Le glacier d’Aletsch (même si la montée en téléphérique est hors de prix !), et choisir le bon jour au niveau de la météo.

- La vallée du Lotschental.

- Saas Fee.

- Lac et village d’Orta

A voir en option :

- Zermatt et le Cervin (nous n’avons pas apprécié la ville, trop touristique à notre goût, mais elle peut constituer une étape idéale pour les passagères en mal de lèche-vitrines. Mais la montagne du Cervin vaut vraiment le déplacement).

- Val d’Anniviers et Zinal.

Autres activités intéressantes :

- Balade en bateau sur le lac d’Orta.

- Balade en bateau sur le lac Majeur (nous avons eu trop de problèmes pour le faire en moto à cause de la circulation trop importante en cette période de congés et de l’état des routes).

Nous avons aimé :

- La qualité des routes suisses, même dans les endroits les plus isolés.

- Le prix (identique partout) et la disponibilité en tous lieux du carburant en Suisse.

- Ernen.

- Le Fendant (vin blanc du Valais).

- La charcuterie italienne.

Nous n'avons pas aimé :

- La qualité des routes et la signalisation en Italie.

Conseils :

- Nous avons vu des campings partout.

- Préparer un road-book, car les noms en Suisse sont difficiles à mémoriser.

- Eviter la Lombardie en août (pleine période de congés pour les Italiens).

- Prendre en compte le fait qu’une étape de 250 km en montagne représente déjà souvent 4 à 5 h de conduite.

- Se munir d’argent liquide en partant, c’est la solution la plus économique pour avoir du cash sur place, et puis bientôt l’euro pour l’Italie.

- Les routes suisses incitent à l’attaque, mais les contrôles radar y sont fréquents et d’une précision très helvétique :des amis ont dû payer sur le champ une amende de 200 FS pour un excès de vitesse (52 km/h au lieu de 50 km/h...) Et si vous n’avez pas d'argent liquide, les "cops" locaux sont équipés pour accepter la carte de crédit !

Isabelle et François Dauvergne

 COLS ET GLACIERS

Les Alpes suisses et italiennes

Isa et François, deux lecteurs de Moto-Net, nous font part de leur virée en Suisse et en Italie cet été. Au programme : 8 jours, 2150 km, 10 cols, 20 glaciers, 5 cantons, 4 lacs et une Virago 750...

1er jour : Trévoux - Chamonix (315 km)
Départ à 8h30. Nous traversons Dombes avec ses 1000 étangs et prenons l’autoroute à Ambérieux en Bugey (01) pour sortir à Bonneville (74).
Puis le Col de la Colombière (1613m), le Grand Bornand, La Clusaz où nous déjeunerons et le Col des Aravis (1498 m).
A St Gervais : Arrêt au tramway du Mont Blanc de quelques minutes, puis nous partons en direction du gîte "Les Bossons" dans la vallée de Chamonix.
Nous sommes bien accueillis et sommes logés dans un "mazot" plus que centenaire (minuscule chalet en bois à usage agricole).
Isa se croit dans la petite maison des 3 ours, dans l’histoire de Boucle d’or. Ce qui est comique, c’est que la clef est énorme par rapport à la toute petite porte par laquelle nous sommes obligés de rentrer courbés.
Puis après avoir posé nos bagages nous allons voir le Glacier des Bossons en télésiège. C’est majestueux... Des débris d’avion sont exposés à la buvette, deux énormes roues du train d’atterrissage ont mis 37 ans à descendre du Mont-Blanc, et ont été retrouvées au pied du glacier il y a quelques années seulement...
Puis nous partons à Chamonix faire le plein et respirer l’ambiance de la capitale de l’alpinisme.

2ème jour : Chamonix - Ernen (251 km)

Glacier Moiry

Nous franchissons la frontière suisse à 10h. Les Cols des Montets (1461 m) et de la Forclaz (1526 m) nous emmènent dans le Valais. Comme nous avons le temps, nous décidons de visiter le Val d’Anniviers. Nous faisons halte à Zinal, petite station bien connue pour le vol libre, puis nous partons de l’autre côté de la montagne, à Grimentz, où a lieu une importante compétition de VTT. Nous montons au barrage de Moiry à 2350 m d’altitude et nous longeons le lac vers le glacier du même nom. C’est beau mais à ce moment là nous ne savons pas ce que nous réserve la suite du voyage...
Nous poursuivons la remontée de la vallée du Rhône, pour arriver en fin d’après midi à Ernen (15 km après Brig), village ensoleillé à 1300 m où nous sommes accueillis par les propriétaires du gîte.
Cet endroit sera notre base pour 5 jours.

3ème jour : région d’Ernen et glacier d’Aletsch (90 km)

Glacier d’Aletsch

Il a plu toute la nuit... Mais ce sera la seule mauvaise météo du voyage. Nous décidons de rester près de notre base. Nous visitons Brig, puis le ciel se dégageant nous partons vers Fiesch pour prendre le téléphérique du Eggishorn au-dessus du glacier d’Aletsch.
La caissière nous avait prédit un temps correct, mais à l’arrivée à plus de 3000 m d’altitude, le temps est complètement bouché sur un désert de cailloux...
Nous sommes seuls, le couple de Japonais qui était avec nous dans la benne est vite reparti, déçu.
Heureusement, le pique-nique de produits régionaux est là pour nous consoler.
Puis les nuages s'écartent et laissent apparaître petit à petit le glacier. Un choc pour nos yeux ébahis !
Nous resterons 3 heures à attendre les éclaircies qui nous ont permis d’admirer ce magnifique spectacle de la nature en son intégralité.
Le paysage ressemble plus au Groenland qu’à notre bonne vieille Europe...
Le glacier d’Aletsch est le plus grand d’Europe (25 km de long), et son classement au patrimoine de l’humanité par l’Unesco est même envisagé.
Finalement à cause de ce relatif mauvais temps, l’ambiance n’en a été que plus magique, et nous sommes restés sans voix face à ce site magnifique.
Nous regagnons la vallée contents, car nous avons sauvé la journée.

4ème jour : circuit de 4 Cols : Furkapass, Oberalppass, Sustenpass et Grimselpass (290 km)

Massif de Sustenhorn

Départ à 8h30. Nous poursuivons la remontée de la vallée du Rhône (Rotten), qui n’est qu’un torrent, et à Gletsch nous attaquons la montée du col de Furkapass (2431 m). Un arrêt nous permet de voir le glacier du Rhône. Nous passons le col et redescendons vers Andermatt (canton d’Uri).
Une erreur de navigation me fait prendre la route de l’Autriche, et ajoute un col imprévu (le Oberalppass 2040 m) à notre périple ainsi qu’une incursion dans le canton des Grisons.
Nous déjeunons à Andermatt, ville carrefour de plusieurs grands cols, et repartons vers Wassen, puis le Sustenpass (2250 m). La route est très bonne, le paysage magnifique, et nous voyons des glaciers et encore des glaciers.

Peu après le sommet du col, nous découvrons le massif du Sustenhorn avec ses 3 glaciers.
Nous poursuivons vers le lac de Brienz et Interlaken, il y fait très chaud et nous faisons demi-tour à Brienz, laissant à regret la visite de Grindelwald et de Wengen pour une autre fois.
Nous regagnons les altitudes élevées pour rejoindre le Valais et Ernen par le Grimselpass (2165 m) et y finir la journée avec une bonne bouteille de Fendant à la terrasse du Saint-Georges, le lieu de rendez-vous des habitants d’Ernen.

5ème jour : Ernen, Zermatt, Saas Fee et Vallée de Lotschental (254 km)

Vallée de Lotschental

Programme court, mais départ à 8h30 tout de même.
Nous rejoignons Tasch où nous prenons le train pour Zermatt (la ville fermée à tous véhicules).
La cité est très touristique avec l’inévitable rue de boutiques de luxe, nous apercevons à peine le mythique Cervin au-dessus des toits.
A pied il a tout de même été possible de rejoindre un endroit idéal pour observer ce sommet de légende, célèbre pour ses ascensions historiques.
Après un bon pique-nique, nous nous rendons à Saas Fee.

Le Cervin

La station n’a rien de spécial, mais simplement depuis le parking obligatoire la vue du cirque glaciaire vaut le déplacement, avec le massif du Mischabell et ses 3 glaciers.
Quelques kilomètres plus loin, au barrage de Mattmarksee, encore une belle vue de glacier nous accueille.
Il nous reste du temps, et sans avoir étudié de guide nous décidons d’aller dans la haute vallée du Lotschental. Sur la carte du célèbre Bib, la route y est bordée de vert et la zone colorée de blanc : tout ce qu'on aime !
Après une montée facile, nous arrivons de nouveau dans un cirque où encore 3 glaciers sont visibles, dont probablement le Sattelhorn. La région est aussi candidate au classement par l’Unesco, et apparaît comme idéale pour des randonnées à pied.
Retour au gîte jusqu'à de nouvelles aventures.

6ème jour : Ernen - Lac d’Orta en Italie (230 km)

Ile d’Isola sur le lac d’Orta
Départ à 8h30. Il fait froid dans la montée du col du Simplon (2005 m). Les ouvrages y sont remarquables. A 10h nous franchissons la frontière italienne, et à partir de là, la qualité des routes laissera à désirer... 
Cap sur le Lac d’Orta pour y trouver un hôtel. Nous trouvons rapidement la dernière chambre disponible dans un établissement près du lac. C’est un peu cher, mais le cadre se paye !
Nos cuirs poussiéreux dénotent, le look des clients d’ici est plutôt style tennisman ou golfeur...
Nous franchissons la montagne pour suivre la rive du Lac Majeur et traversons Stresa. Cela rappelle la Côte d’Azur il y a 40 ans, et l’autre rive n’offre que des routes minables sans la vue sur le lac. A Laveno nous abrégeons le supplice grâce au providentiel ferry qui nous permet de rejoindre au plus court Intra puis notre hôtel près du lac d’Orta. La baignade, puis un repas de filets de perches dans un resto au bord de l’eau nous réconfortent de cette journée pas extraordinaire.
Nous avons trouvé le lac d’Orta plus beau et plus sauvage que le Lac Majeur, mais aussi moins cher.

7ème jour : Lac d’Orta - Ernen (270 km)

Grasse matinée toute relative ! Nous retournons dans le village d’Orta pour poursuivre la visite, et nous cheminons à travers les vieilles ruelles typiques et le long des quais. Cette matinée détente dans ce joli village est bien agréable.
Nous tentons de négocier "en parlant avec les mains" une balade en canot à moteur sur le lac, avec un batelier galonné comme un capitaine au long cours, mais l’effectif minimum fixé par le marin d’eau douce semble être d’une dizaine de personnes...
Dommage, cela aurait été bien sympathique...
Nous effectuons le plein de benzine, de charcuterie italienne et de rosé sicilien, puis remontons vers le Semplone où nous trouvons une belle cascade près du village de Simplon, idéale pour rafraîchir nos victuailles et nos carcasses un peu fatiguées.
Nous y resterons 2 heures puis regagnons le Valais.

Voitures anciennes à Leukerbad
La carte du Bib nous inspire une fois de plus une petite excursion à Leukerbad. Nous effectuons la montée avec une dizaine de voiture décapotables anciennes (des MG, des Alfa, des Morgan, une Corvette...), puis au village la séance photos avec les propriétaires s’impose.
La Virago est regardée, nous comparons nos passions, et cela nous remémore une phrase citée par l’un des nombreux maris de Liz Taylor (le milliardaire qui collectionnait les mongolfières) : "Quelle est la différence entre les adultes et les enfants ? Le prix de leurs jouets !".

8ème jour : Ernen - Trévoux (450 km)

Jour de retour, donc le départ se fait très tôt ! Nous descendons le Valais, puis optons pour la rive nord du Leman par Lausanne pour rejoindre la France. La route est longue (à cause des traversées de villes) et nous regrettons de ne pas avoir pris la vignette suisse pour les autoroutes. Isa conduit un peu, le paysage fait passer le temps.
Nous franchirons le Jura par le Col de la Faucille (1323 m), bien ordinaire par rapport à ce que nous avons vu.
A partir d’Oyonnax l’autoroute ménagera nos fessiers jusqu'à la maison...
En conclusion, il n’est pas utile d’aller à l’autre bout du monde pour s’évader.
Nous aimons depuis longtemps la montagne (et pas qu’en moto !), et cette région de la Suisse nous a beaucoup plu par son côté authentique, sans trop de béton, et la gentillesse des habitants.
Nous avons eu la chance d’avoir un temps magnifique toute la semaine, sans quoi il n’aurait pas été possible de visiter autant d’endroits.

Isa et François Dauvergne

© Moto-Net - Octobre 2001

 LIRE AUSSI :

Toutes les routes de Moto-Net

 

.

.

.

Les derniers essais MNC

Triumph Speed Triple 1200 RR : le bilan de notre essai en vidéo

C'est l’une des bonnes surprises pour 2022 : le retour d'une grosse sportive chez Triumph ! Dérivée du tout nouveau maxiroadster maxisportif d’Hinckley, la Speed Triple 1200 RR se veut moins radicale et plus chic qu’une Superbike. MNC a pu tester cette nouvelle moto atypique, sur route et sur circuit. Essai !
Essai X-Ride 650 (17 et 21 pouces) : attention à la Mash !

Mash, marque française de motos construites en Chine, grimpe une marche supplémentaire via un monocylindre de 644 cc qui propulse notamment un attirant Scrambler en 17 pouces : la X-Ride 650. MNC l'a brièvement testé, ainsi que le prototype de présérie dans son inédite configuration trail en 21 et 18 pouces.  Essai.
Essai vidéo Honda NT1100 2022

Cap sur Tarragone (Espagne), ses routes sinueuses et ses villages pittoresques pour découvrir la nouvelle Honda NT1100. Cette moto routière inédite, extrapolée de l'Africa Twin, tiendra-t-elle toutes ses promesses ? Réponses dans notre bilan vidéo en complément de notre essai complet à lire sur MNC. 
Routière 2 commentaires
Essai Z650RS : Kawasaki lance sa petite Rétro Sport et confort !

Trois ans après la Z900RS, Kawasaki revisite plus succinctement sa Z650 afin de compléter son offre vintage. Très proche de la Z650 d’origine et accessible aux permis A2, la Z650RS (Rétro Sport) propose un look délicieusement "Zeventies", une conduite plus décontractée... et un tarif de néo-rétro chéro. Essai !
Roadster 1 commentaire

A lire aussi sur le Journal moto du Net

Les caractéristiques de la Moto Guzzi V100 "Mande-l'eau" !

Moto Guzzi dévoile au salon EICMA de Milan (Italie) la plupart des caractéristiques de sa nouvelle V100 Mandello, première moto du constructeur de Mandello del Lario propulsée par un V-twin à refroidissement liquide. Présentation.
Routière 2 commentaires
Vidéo embarquée de la Triumph Speed Triple 1200 RR à Ascari

Moto-Net.Com a été convié par Triumph à tester le tout nouveau Speed Triple 1200, dans sa version RR : un inédit et inattendu Café Racer basé sur le Speed RS, avec semi-carénage tout mignon à phare tout rond, aux demi-guidons bien bas et en avant, et aux suspensions Öhlins électroniques ! En piste.
[Vidéo] Une Yamaha R1 GYTR pour le dernier tour de Valentino Rossi

Valentino Rossi était la vedette de l'événement "One more lap" organisé par Yamaha au salon de la moto EICMA de Milan 2021, où le jeune retraité des Grands Prix s'est vu offrir une superbe YZF-R1 entièrement équipée des meilleures pièces du catalogue Genuine Yamaha Technology Racing (GYTR).
La Suzuki Katana un peu plus moderne et bien plus classe en 2022

Étroitement dérivée de la GSX-S1000, la Katana 2022 disposera d’un 4-cylindres de dernière génération plus propre, plus costaud et plus sophistiqué, tandis que sa partie cycle et ses lignes ne bougent pas. Les deux nouveaux coloris en revanche se veulent plus "premium". Découverte.
Roadster 4 commentaires
Honda refait "Forza" avec son nouveau scooter ADV350

Honda ajoute un nouveau scooter dans sa gamme 2022 avec l'ADV350, qui associe le look baroudeur apprécié du X-ADV 750 et le moteur du Forza 350. Présentation.
Scooters 3 commentaires
La Yamaha MT-10 SP à suspensions électroniques repart pour un tour 

La patronne est de retour. La MT-10 SP qui chapeaute la gamme des roadsters MT chez Yamaha profite pour 2022 des mêmes évolutions que la MT-10 "tout court". Elle intègre la dernière génération de suspensions semi-actives Öhlins, conserve ses durits de freins tressés et se pare d’un sabot moteur. Présentation.
Roadster 4 commentaires
La Versys 650 continue son bonhomme de route en 2022

L’un des trails - routiers - préférés des motards français évolue en 2022 : la Versys 650 conserve l’essentiel de sa mécanique largement éprouvée et se concentre sur la cosmétique et l’électronique : la petite Kawasaki reçoit une nouvelle tête et une nouvelle bulle, ainsi qu’un écran couleur et un antipatinage. Présentation.

Soutenez le Journal moto du Net

Aidez les petites entreprises à traverser la crise économique qui va suivre celle du coronavirus : en vous abonnant à MNC Premium, vous lisez toutes les infos réservées sans pub intrusive, vous profitez de nombreux avantages (invitations, annonces gratuites, réductions, etc.) et vous préservez notre indépendance !

ARTICLES PREMIUM   |   JE M'ABONNE !

Guide 2022 des nouveautés moto et scooter : infos, essais et prix
  • En savoir plus...