• L'essentiel
  • -
  • En savoir plus...
INTERVIEW MARCHÉ 2011
Paris, le 20 janvier 2012

Mireille Wellenreiter : Kymco Taiwan a conclu des partenariats technologiques avec BMW

Mireille Wellenreiter : Kymco Taiwan a conclu des partenariats technologiques avec BMW

Avec 4044 immatriculations en 2011, Kymco affiche une chute de -22,4% sur le marché français du motocycle. Mireille Wellenreiter, présidente de Kymcolux, établit pour Moto-Net.Com le bilan 2011 de la marque taïwanaise et dévoile ses objectifs 2012.

Imprimer

Moto-Net.Com : Que vous inspire l'évolution générale du marché français du motocycle en 2011 ?
Mireille Wellenreiter, présidente de Kymcolux
: Après une baisse consécutive du marché global en 2009 et 2010, on peut constater un ralentissement de cette baisse en 2011 (-3,8% au 31/12/2011). Seul le segment des scooters 50 cm3 a échappé à cette baisse avec une progression de 1%. Le scooter 125 cm3 et plus est et sera de plus en plus une alternative à l'engorgement de nos villes. Le scooter 50 cm3, par son côté tarifaire, présente une alternative économique pour circuler quotidiennement. On ne peut qu'en conclure que le marché français se stabilisera, mais que les achats seront plus raisonnés qu'impulsifs. Dans ce contexte, il faut pouvoir non seulement proposer des produits avec un rapport qualité prix élevé, mais aussi un service de qualité pour un véhicule qui devient un outil de travail par excellence. Kymco est une marque "raisonnable" qui a toujours su lier ces paramètres et continuera sur ces principes tout en innovant et en proposant des véhicules technologiquement très aboutis, sans gadget inutile et coûteux.

MNC : Quel bilan dressez-vous de votre année ?
M. W.
: Kymco enregistre une progression de ses parts de marché sur un marché en baisse. Le résultat est encourageant : N°1 en quad sur le marché du loisir/utilitaire, stable sur le marché du scooter 50 cm3 (en excluant L'Agility La Poste). Mais il doit être relativisé car, comme nos concurrents, les ventes des GT 125 ont été touchées de plein fouet par la formation obligatoire des 7 heures. Sur le scooter 125 et plus, nous sommes en 6ème place après Piaggio, Yamaha, Honda, Peugeot et Suzuki. Ce positionnement est plus qu'honorable lorsqu'on voit la valse des prix appliquée par toutes ces marques pour maintenir leur position. Cela a au moins le mérite de montrer que le juste prix auquel le consommateur est prêt à investir à été revu par beaucoup de marques référentes et qu'il est proche de nos propres grilles tarifaires. Il est clair que la formation de 7 heures a été un frein. Sans remettre en question la légitimité de cette formation au niveau de la sécurité, elle est arrivée mal à propos sur un marché tendu et a été très mal présentée au public. Toutes les marques ont fait des efforts pour en compenser le coût sur des offres commerciales diverses... Le constat est là : cette formation est obligatoire. Le message a été mal transmis au public suite à une communication gouvernementale floue et imprécise. Il est important de préciser que cette obligation ne l'est que pour ceux qui n'ont jamais roulé - et donc assuré - un deux-roues d'une cylindrée supérieure à 50 cm3, d'où une justification sécuritaire un peu plus compréhensible.

MNC : Les immats ne sont pas tout : comment qualifieriez-vous votre bilan comptable ?
M. W.
: Notre bilan comptable est positif grâce à une bonne anticipation du marché. Nous avons su prendre à temps les décisions de contrôle budgétaire qui s'imposaient. Il faut cependant être vigilant car les coûts des matières premières, de la main-d'œuvre et des frais de transport impactent directement toute la chaîne du constructeur jusqu'au consommateur. La gymnastique est difficile entre nos marges et celles que nous devons assurer à notre réseau. La rigueur est d'actualité et le sera encore plus en 2012. Il va falloir dissocier du prix public tous les coûts annexes (transport et taxes écologiques diverses) que nous tentons de compenser pour garder des prix psychologiques. Le consommateur est responsable et sait comprendre la réalité économique, il y est lui-même confronté tous les jours lorsqu'il passe à la pompe.

MNC : Êtes-vous pleinement satisfaits des résultats de vos meilleures ventes : Dink Street 125 et 300, Like et Agility City ?
M. W.
: En progression pour le Dink Street 300 qui n'est pas impacté par la formation des 7 heures car le permis est nécessaire et une cylindrée de 300 cm3 présente souvent un rapport performance/prix intéressant pour l'utilisateur urbain. L'Agility City, le Like et le Dink Street 125 on été fortement impactés par la formation des 7 heures. Mais nous avons bon espoir car les décisions d'achats retardées en 2011 devraient se concrétiser en 2012 et le consommateur a eu le temps de se familiariser à l'idée de cette formation obligatoire.

MNC : Quels sont les modèles dont les ventes vous ont déçu et pourquoi ?
M. W.
: Les scooters grandes roues (People GT, Agility City) ont encore du mal à obtenir l'aval du public français, contrairement à nos homologues italiens, alors qu'ils présentent une meilleure stabilité et un gage de sécurité accrue. Les produits sont là, les mentalités doivent évoluer... et nos réseaux doivent en être les premiers prescripteurs.

MNC : D'après vous, vos nouveautés 2011 ont-elles réussi leur première année ?
M. W.
: En deux roues, la principale nouveauté a été l'évolution de l'ABS sur le Dink Street et les déclinaisons en série limitée noir mat pour le 125 et le 300. Un succès incontesté, les séries limitées ont été prises d'assaut. Ce qui montre bien que le consommateur veut se démarquer et que sur ce type de cylindrées, il est prêt à augmenter son budget pour avoir un véhicule plus personnel et haut de gamme. En quad, avec l'arrivée du MXU 465i 4X4 et du MXU 550i 4X4, nous nous positionnons à nouveau sur la première marche du podium ! Le marché du quad se stabilise autour de ces cylindrées (300 à 500/700) et se dirige clairement vers un segment Loisir/Utilitaire, avec une clientèle qui veut allier le côté fonctionnel du quad au plaisir de la randonnée.

MNC : Quelle a été la bonne surprise 2011 ?
M. W.
: Le Dink Street 300 cm3, reconnu comme l'un des meilleurs dans cette cylindrée.

MNC : Quelle a été la moins bonne ?
M. W.
: Le People GT 125 et 300. Comme évoqué précédemment, les grandes roues n'ont pas encore trouvé leur public.

MNC : Quel a été selon vous l'événement marquant de l'année 2011 dans le monde du deux-roues ?
M. W.
: Pas de commentaires.

MNC : Le Salon de la moto effectuait son retour à Paris cette année : quel est votre bilan et quelles améliorations apporteriez-vous à l'édition 2013 ?
M. W.
: Ayant fait des choix différents en 2011, Kymco n'était pas présent en tant qu'exposant. Il est donc difficile de donner un avis objectif. Cependant, il est important que la France puisse avoir un salon représentatif de son marché et il semble que cette nouvelle édition ait trouvé son public. L'organisateur saura certainement y apporter les ajustements nécessaires pour 2013.

MNC : Comment vos nouveautés 2012 ont-elles été accueillies par votre réseau et par l'ensemble des motards ?
M. W.
: Nos nouveautés 2012 présentées au salon EICMA de Milan ont surpris par leur nombre et leur design innovant. Le constructeur a délibérément fait le choix d'investir dans le développement de nouveaux modèles sur un marché difficile. Nous ne pouvons que nous féliciter de ces choix et les modèles présentées en 300/400/700 cm3 démontrent clairement le positionnement de la marque qui offre des modèles aboutis, tant au niveau du design que des aspects technologiques. Le Myroad 700 va être lancé cette année après une sélection de distributeurs qui devront suivre une formation spécifique, ce qui permettra de préparer la rampe de lancement pour les autres surprises que nous prépare Kymco pour les années à venir...

MNC : En 2012, quels seront vos objectifs ?
M. W.
: Kymco tend vers une identification de marque beaucoup plus forte et nos actions sont clairement orientées dans ce sens : un réseau qualifié, une image renforcée par une charte graphique forte et mise en place progressivement dans les points de vente et par la communication sur tous les supports média. Avec 20 ans de présence sur les marchés européens, Kymco a atteint une notoriété qui doit maintenant se traduire sur le terrain et être reconnu comme un acteur majeur sur ce marché. Kymco Taiwan a conclu des partenariats technologiques forts avec BMW et cela confirme le savoir-faire d'un constructeur qui a su s'adapter depuis sa création en 1963, en proposant des véhicules adaptés accompagnés d'un service de qualité. Il faut maintenant le faire savoir en renforçant les outils donnés à notre réseau, qui est essentiellement composé de distributeurs qui suivent Kymco depuis son lancement français en 1996 et qui ne demandent qu'à transmettre leur engouement pour la marque au client.

MNC : Quels seront vos grands rendez-vous 2012 ?
M. W.
: Nous allons principalement renforcer notre présence sur le terrain en épaulant nos distributeurs sur des opérations destinées au public pour présenter et donner l'occasion au consommateur de tester les véhicules : portes ouvertes, salons régionaux, journées d'essais vont être à l'affiche. Nos partenariats avec Yacco et AMV sont intiment liés à nos événements et sont reconduits en 2012. Comme tous les ans en janvier, nous sommes présents au salon auto-moto de Bruxelles pour notre marché belge. Ce salon est un événement annuel où de nombreux Français se rendent également. En compétition, nous serons avec le Quad sur des événements importants tel que le Trophée Kymco Quad. Comme toujours, Kymco est très attentif à la qualité du service apporté à son réseau, qui est son ambassadeur auprès de nos clients. Nous apportons une attention particulière à l'écoute de ce réseau afin de faire évoluer nos outils de gestion et leur permettre une facilité de gestion de la marque. L'objectif est qu'il puisse se consacrer à la vente et offrir un service de qualité, gage de sa rentabilité.

MNC : En conclusion, quelle maxime illustrerait le mieux votre bilan 2011 ?
M. W.
: Innovation, communication mais rigueur budgétaire et qualité de service. Le consommateur averti sait faire la différence entre de belles paroles et la réalité au quotidien lorsqu'il utilise son véhicule ! Le team Kymco LUX SA vous souhaite à tous une bonne année 2012 avec beaucoup de plaisir au guidon de vos engins motorisés !

.

.

Commentaires

Ajouter un commentaire

Identifiez-vous pour publier un commentaire.

.

Les derniers essais MNC

Triumph Daytona 660 : le Petit test MNC en 5 minutes

Pas le temps, le courage ou le besoin de visionner notre essai complet de la Daytona 660 ? Optez pour notre formule allégée : le Petit test Moto-Net.Com ! Cinq minutes suffisent pour vous placer au guidon de la nouvelle sportive - de route - Triumph en allant directement à l'essentiel.
Essai MT-09 2024 : Yamaha révolutionne son roadster

La MT-09 a soufflé cet hiver ses 10 bougies ! Yamaha lui offre comme cadeau une profonde mise à jour 2024 pour fêter ce cap important…. Et pour lui permettre surtout de régner sur le segment des roadsters "maxi-mid-size" composé notamment des Z900, Street Triple 765 et 990 Duke. Test MNC !
Nouveautés 2024 1 commentaire
Essai Honda CBR600RR 2024 : C'est Bon de la Revoir !

Retirée du catalogue européen en 2017, la Honda CBR600RR fait son retour avec son 4-cylindres en ligne de 121 ch et son silencieux sous la selle caractéristique. Comme au bon vieux temps du Supersport ! Moto-Net.Com l'a (re)découverte sur le circuit de Portimao (Portugal)... sous la pluie. Essai.
Essai vidéo Honda CBR1000RR-R Fireblade SP 2024

Honda met un peu d'eau dans son vin pour déradicaliser son incendiaire CBR1000RR-R 2024... Manque de bol : l'eau en question s'est écoulée jusqu'au circuit de Portimao où Moto-Net.Com s'est mouillé pour amadouer les 217,6 ch de la Fireblade haut de gamme SP, avec gestion électronique de l'amortissement Öhlins ! Récit dans notre essai vidéo.

A lire aussi sur le Journal moto du Net

La Suzuki du SERT remporte les 24H Motos du Mans 2024

Suzuki accroche un nouveau record sur la classique de l'endurance au Mans avec sa 15ème victoire aux 24H Motos 2024 ! La n°12 du SERT Yoshimura termine avec un tour d'avance sur la BMW officielle et cinq sur la Yamaha du Yart, championne du monde en titre. Résultats.
Manifestations contrôle technique : forte mobilisation contre le CT2RM

Plusieurs dizaines milliers de motards - 38 000 selon le ministère de l'intérieur - ont participé aux manifestations de la Fédération française des motards en colère (FFMC) contre le contrôle technique moto et scooter, qui est officiellement entré en vigueur ce lundi 15 avril.
Essai Metzeler Roadtec 02 : le pneu supersport-GT

Capacités sportives et qualités routières : voilà le délicat compromis auquel propose de répondre le nouveau pneu Metzeler Roadtec 02 et son intrigante bande de roulement décrite comme adaptative. Moto-Net.Com l'a testé sur plusieurs types de motos pour vérifier si les promesses sont tenues. Essai complet, vidéo incluse.
Le marché moto et scooter en France résiste bien en mars 2024

Malgré une météo délicate et un calendrier désavantageux à négocier, les motos et scooters se tirent plutôt bien de ce troisième mois de l'année 2024 : MNC observe un recul de -4 % des 125, un repli de -1,4 % des gros cubes…. et un effondrement de -27,3% des 3-roues. Bilan !
Pourquoi Fabio Quartararo resigne avec Yamaha jusqu'en 2026 ?

La décision de Fabio Quartararo de prolonger chez Yamaha deux saisons supplémentaires interpelle au regard du manque de compétitivité de la M1. Le niçois de 24 ans s'en explique par les moyens déployés pour revenir au sommet du MotoGP, tandis qu'Aprilia ne lui aurait pas fait d'offre…
MotoGP 2024 9 commentaires
  • En savoir plus...