• L'essentiel
  • -
  • En savoir plus...
INTERVIEW
Paris, le 22 août 2001

Yves Contassot répond aux questions de Moto-Net

Yves Contassot répond aux questions de Moto-Net

La nouvelle municipalité parisienne s'élève contre la circulation des motos sur les voies de bus, mettant fin à un usage très répandu et toléré par les forces de l'ordre. Yves Contassot, adjoint écolo du maire de Paris, s'explique sur Moto-Net.

Imprimer

Yves Contassot, adjoint Vert au maire de Paris chargé de l'environnement, de la propreté, des espaces verts et du traitement des déchets, vient d'être renversé par une moto alors qu'il circulait rue de Rivoli sur l'une des nouvelles voies de bus réaménagées en site propre. Paris a en effet vu fleurir cet été des "banquettes" de béton séparant la chaussée avec d'un côté les bus, les taxis et les vélos, et de l'autre les automobiles et les deux-roues motorisés.

Yves Contassot, vous venez d’être renversé par une moto alors que vous circuliez à vélo sur un couloir de bus "nouvelle formule". Cet accident, heureusement sans gravité, explique-t-il votre volonté de ne plus tolérer les motos sur ces couloirs ?
Tout d’abord, permettez-moi de préciser que mon discours n’est absolument pas dirigé contre les motards ! Je suis moi-même un ancien motard, j'ai eu une Honda 250 ancien modèle, et je reconnais volontiers l'intérêt et le plaisir de la moto. Quant au motard qui m'a heurté (blessé à l'avant-bras, NDLR), j'ai eu de très bons rapports avec lui à l'hôpital. Il était sincèrement désolé, et m'a expliqué qu'il avait justement emprunté la voie de bus parce que la rue de Rivoli était engorgée.

Alors pourquoi tenez-vous tellement à ne plus voir de motos circuler sur les nouveaux couloirs de bus ? N'est-ce pas justement un bon moyen de limiter les embouteillages, et donc la pollution ?
Tant qu'il n'y avait pas de séparation physique entre la voie de bus et le reste de la chaussée, les motards pouvaient zigzaguer d'une file à l'autre et c'est vrai que cela pouvait permettre de fluidifier le trafic. Aujourd'hui, en raison du muret en béton qui sépare les couloirs de bus, les motards empruntant une voie de bus courent moins le risque d'être heurtés par une voiture déboîtant brusquement. Or c'est là, à mon sens, que se trouve le danger : Cette impression de sécurité accrue, qui n'est à mon avis pas fondée, risque de les inciter à rouler plus vite. Je ne compte plus le nombre de fois où, circulant à vélo sur la voie de bus, j'ai été doublé par des motos roulant visiblement à plus de 80 ou 90 km/h...

Faut-il pour autant généraliser, et contraindre l'ensemble des motards à ne plus utiliser la voie la moins engorgée ?
Je ne conteste pas le fait que, comme partout, il s'agit d'une minorité, et que 80% des motards se comportent correctement. Et il est vrai que sur les nouvelles voies de bus, plus larges (4,5 m contre 3,5 auparavant), les motos ne gênent absolument pas le trafic. Mais la différence de vitesse, de puissance d'accélération et de freinage entre une moto et un vélo m'amène à penser qu'il faut séparer ces deux types de véhicules.

N'aviez-vous pas autant de risques de vous faire renverser par un bus ou un taxi ?
Je ne crois pas. D'ailleurs, plusieurs bus étaient derrière moi lors de mon accident. Le problème est différent pour les taxis, mais les chauffeurs de bus sont actuellement très fortement sensibilisés à la circulation des vélos lors de leur formation. Ils ont râlé au début, mais maintenant ils font extrêmement attention aux cyclistes.

Comment justifiez-vous votre distinction entre bus et vélos d'une part, et automobiles et motos de l'autre ? Un vélo est à votre avis plus proche d'un bus que d'un deux-roues motorisé ?
Oui, même s'il est vrai qu'en termes d'encombrement de la chaussée, les deux-roues motorisés et les vélos sont tout à fait comparables. Mais encore une fois, je crois qu'il faut plutôt raisonner en termes de vitesse, et la sécurité doit être notre principal souci. Je souhaite appliquer au trafic urbain les principes de la mécanique des fluides, en faisant circuler dans une même voie les véhicules roulant sensiblement à la même allure. La vitesse moyenne d'un bus à Paris est actuellement de 13 km/h, et celle d'un vélo se situe entre 12 et 20 km/h. Quant aux taxis, ils sont obligés de suivre les bus. Je trouve donc normal de réserver une voie commune à ces trois types de véhicules.

Au risque d'augmenter la pollution, en contraignant les motos à se fondre dans un trafic de plus en plus engorgé ?
La pollution des motos est un thème très important, et je compte y travailler en collaboration avec Yves Cochet, le ministre de l'environnement. Car à vitesse identique, les motos polluent davantage car dans leur immense majorité, elles ne sont pas équipées de pots catalytiques. En outre, leur vitesse est généralement plus élevée. Nous devons donc entamer un dialogue avec les constructeurs de motos pour parvenir à un parc de deux-roues motorisés moins polluants qu'aujourd'hui. D'autre part, en réduisant la chaussée à deux voies au lieu de trois en raison de l'élargissement des voies de bus (rue de Rivoli mais aussi boulevard Sébastopol et boulevard de Strasbourg), il reste malgré tout la place pour une "troisième voie" non matérialisée pour que les motos puissent se frayer un passage.

Autos et motos, même combat ?
A pollution identique, il est vrai que je préférerais voir plus de motos et moins de voitures circuler dans Paris ! Mais ce n'est pas encore le cas. Et si toutes les voitures étaient remplacées par des motos, la situation ne serait pas non plus idéale !

Pourquoi ne pas avoir créé de pistes cyclables à l'intérieur des nouvelles voies de bus ? Les vélos auraient ainsi été davantage à l'abri, et les motos pouvaient continuer à emprunter les voies de bus en cas d'embouteillage sur la chaussée...
Il s'agit d'un désaccord avec les associations de cyclistes. Je suis personnellement favorable à la création d'une piste cyclable située à gauche de la voie de bus (entre la voie de bus et la chaussée), encore une fois pour des raisons de sécurité liées aux descentes de bus et aux piétons qui souhaitent traverser et n'entendent pas arriver les vélos. Mais les cyclistes souhaitent que la voie réservée aux vélos se situe à droite (entre la voie de bus et le trottoir), car ils n'ont pas l'habitude de se trouver au centre du trafic en se faisant doubler des deux côtés. Et puis vous savez, c'est aussi une question de coût, nous parlons là d'infrastructures de plusieurs millions de francs ! Je suis également favorable à la matérialisation à l'aide d'une bande de peinture d'une voie réservée aux deux-roues motorisés sur la chaussée.

Euh... N'avez-vous pas l'impression d'avoir déjà entendu ce genre de proposition de la part de l'ancienne majorité municipale, à propos justement des pistes cyclables, avec l'insuccès que l'on sait ?
Je ne dis pas que c'est la solution idéale ! Mais je compte mettre en oeuvre une réflexion à ce sujet, en concertation avec mon collègue Denis Baupin (adjoint au maire chargé des transports)... La moto dans Paris offre des avantages, et c'est notamment une bonne solution en termes d'encombrement et de fluidité. Mais les problèmes de pollution ne doivent pas pour autant être oubliés. Encore une fois, je suis favorable à une répartition des véhicules sur différents canaux en fonction de leur vitesse de déplacement, et non pas en fonction de leur nombre de roues.

Tout à fait entre nous... comptez-vous faire pression sur la Préfecture pour que soit levée la tolérance permettant aux motards d'emprunter les voies de bus ?
Je crois qu'ils réfléchissent à ce sujet, et nous allons voir ce qui va se passer dans les prochaines semaines. Mais vous savez, la Préfecture ne semble pas réellement décidée à faire bouger les choses...

.

.

Commentaires

Ajouter un commentaire

Identifiez-vous pour publier un commentaire.

.

Les derniers essais MNC

Essai Z900 2020 : Kawasaki revient sur sa "Neuf-sans-aides"

Lancée avec succès en 2017, la Kawasaki Z900 évolue en 2020 : le roadster change de musique et passe à l'électro avec écran couleur, connexion Bluetooth, éclairage à LED et surtout, modes de puissance et antipatinage. MNC prend la route avec la nouvelle Kawa... et son vieux K-way, aussi...
Essai Yamaha MT-03 2020 : A2 doigts d'une grande moto

Le roadster MT-03 adopte pour 2020 le "grand méchant look" propre aux motos Yamaha de la gamme Master of Torque (MT), ainsi qu'une nouvelle fourche inversée et une ergonomie revue. Cette évolution par petites touches renforce les nombreuses qualités de cette attachante moto naturellement compatible avec le permis A2. Essai.
Roadster 3 commentaires
Essai Yamaha MT-125 2020 : que de la gueule ?

La Yamaha MT-125 lancée en 2014 reçoit une nouvelle face avant menaçante inspirée de la MT-09 et le moteur à distribution variable découvert l'an dernier sur l'YZF-R125. De quoi légitimer son statut de roadster 125 cc le plus cher du marché ? MNC est allé vérifier à Malaga (Espagne) pour un premier essai. 
Essai Yamaha Tmax 560 2020 : roi de la jungle urbaine !

Avec le permis moto et 14 000 euros en poche dans une concession Yamaha, vous pouvez opter pour l'excitante sportive YZF-R6, le crapuleux roadster MT-10 de 160 ch... ou le nouveau Tmax 560 dans sa luxueuse version Tech Max ! MNC vous explique pourquoi choisir le scooter est loin d'être insensé... même pour un motard ! Essai.
Scooter 11 commentaires

A lire aussi sur le Journal moto du Net

Pourquoi la nouvelle CBR1000RR-R est la plus chère des motos Superbike japonaises

La nouvelle CBR1000RR-R 2020, gonflée à bloc, devient la plus puissante des motos Superbike avec 217,6 ch en standard. Mais cette course à l'armement a un prix : 21 999 €, en hausse de 4000 euros ! Pourquoi une telle inflation ? Quels sont les arguments de la Fireblade face aux autres hypersportives ? Réponses MNC.
Business 1 commentaire
Marché moto et scooter en novembre 2019 : le meilleur antidépresseur

La météo particulièrement chagrine de novembre 2019 n'a nullement freiné le marché français du motocycle : ses 9814 immatriculations représentent au contraire une hausse de +7,5% par rapport à l'an dernier. Les gros cubes tractent, les 125 suivent. MNC dresse le bilan.
8 Heures de Sepang 2019 : Yamaha en pole "à domicile" devant deux Honda

La toute première édition des 8 Heures de Sepang se dispute demain samedi. Meilleur temps des qualifications, la Yamaha Sepang Racing n°21 a confirmé sa vélocité avec Franco Morbidelli en remportant la Superpole "de nuit" devant les Honda n°88 et n°5, la Kawasaki n°1 et la BMW n°37. Compte rendu, chronos et vidéos...
Jusqu'à 500 ch et 362 km/h pour la moto 8-cylindres Eisenberg V8 !

Zef Eisenberg, préparateur britannique de motos et de voitures extrêmes, met la touche finale à un roadster aux performances sans équivalent : l'inédit 8-cylindres en V de 3000 cc de son "EV8" revendique entre 480 et 500 ch et jusqu'à 362 km/h de vitesse de pointe ! Présentation.
Découverte 4 commentaires
Essai Z900 2020 : Kawasaki revient sur sa "Neuf-sans-aides"

Lancée avec succès en 2017, la Kawasaki Z900 évolue en 2020 : le roadster change de musique et passe à l'électro avec écran couleur, connexion Bluetooth, éclairage à LED et surtout, modes de puissance et antipatinage. MNC prend la route avec la nouvelle Kawa... et son vieux K-way, aussi...
Le Grand Prix de France MotoGP 2020 met en place un Espace tranquille

Ras le casque des concours de rupteurs et des chants d'ivrogne dans les campings du GP de France Moto ? L'organisateur propose une solution pour savourer la fête sans subir ses débordements : sa nouvelle aire d'accueil "Espace tranquille", à côté de l'entrée sud du circuit Bugatti-Le Mans.  Explications.
Zarco signe directement avec Ducati pour rouler chez Avintia en 2020

Cette fois, c'est officiel : Johann Zarco disputera bien la saison MotoGP 2020 sur une Ducati au sein du team Avintia, comme prévu depuis le GP de Valence mi-novembre. Mais attention : ce contrat d'un an lie davantage le pilote français au constructeur italien qu'à l'équipe espagnole. Explications. 
Pilotes et équipes 14 commentaires
Essai vidéo de la nouvelle Yamaha MT-03 2020

En complément de notre essai complet de la Yamaha MT-03, voici notre vidéo tournée dans les environs de Málaga (Espagne).
Essai Yamaha MT-125 2020 : que de la gueule ?

La Yamaha MT-125 lancée en 2014 reçoit une nouvelle face avant menaçante inspirée de la MT-09 et le moteur à distribution variable découvert l'an dernier sur l'YZF-R125. De quoi légitimer son statut de roadster 125 cc le plus cher du marché ? MNC est allé vérifier à Malaga (Espagne) pour un premier essai. 

Abonnement MNC Premium

Vos invitations MNC Premium

En m'abonnant à MNC Premium je lis toutes les infos réservées sans pub intrusive, je profite d'invitations, réductions, annonces gratuites, etc. et je soutiens l'indépendance du Journal moto du Net !

TOUS LES AVANTAGES   |   JE M'ABONNE !

Guide pratique Nouveautés moto 2019 : prix, présentation et dates de disponibilité
  • En savoir plus...