• L'essentiel
  • -
  • En savoir plus...
ESSAI
Paris, le 29 décembre 2006

Y a du plaisir dans l'R !

Y a du plaisir dans l'R !

Rares sont les motos qui peuvent se targuer de gagner 22 ch tout en perdant 15 kg lors d'une nouvelle évolution... C'est pourtant ce que revendique le dernier né de la fameuse série R de BMW, le roadster R 1200 R. Et ça cause !

Imprimer

Remplaçante de la sage R 1150 R, la nouvelle R 1200 R hérite des améliorations moteur et châssis inaugurées dès 2004 sur le trail R 1200 GS (lire Essai Moto-Net du 19 mai 2004) et déclinées par la suite sur les routières ST et RT ainsi que sur la sportive S (lire Test Moto-Net du 13 avril 2006).

Esthétiquement, le nouveau roadster se contente d'évoluer en douceur : il arbore des lignes un peu plus fluides et tendues qui le rendent plus agressif. Impossible de rater le gros flat-twin boxer, avec ses cylindres qui dépassent allègrement de chaque coté : certains adorent tandis que d'autres détestent, mais force est de reconnaître qu'il constitue l'identité visuelle de cette moto !

Essai BMW R 1200 R : Y a du plaisir dans l'R

La grosse nouveauté de cette BMW réside dans son moteur que l'on retrouve transfiguré. Tout d'abord, le Boxer n'est pas réellement passé de 1150 à 1200 cm3 mais de 1130 à 1170. Et malgré cette modeste augmentation de cylindrée de 40 cm3, le flat-twin se trouve véritablement métamorphosé.

Oubliés les 85 percherons de la R 1150 R : la 1200 revendique maintenant 107 purs-sangs et gagne au passage 11 Nm de couple ! Ce qui se traduit au guidon par beaucoup plus de puissance, plus de souplesse mais aussi plus d'allonge !

Pour autant, ce moteur n'est pas non plus un monstre de caractère et de sensations : il se contente d'être d'une efficacité redoutable et sans fioritures. La sonorité de l'échappement, assez fade et étouffée, peut décevoir mais résonne tout de même mieux que le bruit de 2 CV de la R 1200 GS !

Le flat se rebiffe, la partie-cycle s'affûte

La partie cycle n'est pas en reste : les ingénieurs de BMW l'ont également peaufinée aux petits oignons. La R 1200 R perd donc 15 kg par rapport à son aînée - passant même sous la barre des 200 kg à sec - mais progresse surtout en rigidité... et donc en efficacité !

Essai BMW R 1200 R : Y a du plaisir dans l'R

Quand on sait que les R 1200 GS et R 1200 RT, pourtant beaucoup plus lourdes, sont déjà encensées pour leur facilité et leur tenue de route, il y a fort à parier qu'il y a du "fun" en perspective avec cette nouvelle R1200R, sans compter un empattement raccourci de 60 mm qui devrait apporter un gain substantiel en vivacité... Mais pas d'inquiétude : un amortisseur de direction monté sur le Telelever veille au grain !

La bavaroise est accueillante

On est immédiatement chez soi sur cette BMW : la position est très naturelle et la hauteur de selle de 800 mm conviendra à la majorité des motards. Le roadster est toutefois disponible avec une selle basse (770 mm) ou haute (830 mm) en option gratuite.

Essai BMW R 1200 R : Y a du plaisir dans l'R

Les jambes ne sont pas trop repliées et le guidon tombe parfaitement sous la main. On lui reprochera juste d'être un peu trop haut et large en conduite sportive. Les commandes sont particulièrement douces, grâce notamment à l'embrayage hydraulique.

Essai BMW R 1200 R : Y a du plaisir dans l'R

Seul point noir dans ce tableau : ces sacro-saints commodos chers à la marque allemande ! Antinaturels et anti-ergonomiques pour le novice, ils sont déjà compliqués à utiliser en conduite normale mais s'avèrent franchement délicats à actionner en situation d'urgence... Klaxonner ou faire un appel de phare très vite pour sauver sa vie réclame une grande habitude !

Essai BMW R 1200 R : Y a du plaisir dans l'R

Enfin, comme toujours avec les motos BMW, les béquilles centrales et latérales sont bien conçues et très faciles à utiliser.

Suréquipée… d'options !

Bardées de ses options aussi nombreuses qu'onéreuses, la R 1200 R propose un agrément de conduite hors du commun. Et heureusement, vu son prix !

Le nouveau roadster de BMW est en effet proposé à un tarif de base de 12 000 euros : un prix déjà élevé qui l'oppose, de fait, à la fine fleur des roadsters high-tech… Mais notre modèle d'essai "tout équipé" (avec pas moins de neuf options !) s'affiche au tarif vertigineux de - vous êtes assis ? - 14 720 euros...

Essai BMW R 1200 R : Y a du plaisir dans l'R

Pour ce petit pécule, vous profitez donc l'ABS, des suspensions pilotées électroniquement (ESA), d'un ordinateur de bord, des poignées chauffantes, d'un saute-vent, d'une alarme, d'une béquille centrale, d'un échappement chromé et des clignotants blancs !

Essai BMW R 1200 R : Y a du plaisir dans l'R

Certes, toutes ces options ne sont pas nécessaires mais il reste difficile, pour peu que l'on tienne à l'ABS (affiché à 1 080 €), de ne pas s'en tirer à moins de 13 500 € environ...

Luxe, confort et volupté

Ainsi équipée, la R 1200 R offre un vrai plaisir de conduite, même en cette saison où bon nombre de motards ont déjà rangé leurs machines au garage pour quelques mois. On se sent bien et en sécurité.

Essai BMW R 1200 R : Y a du plaisir dans l'R

L'ABS rassure sur les feuilles mortes et les pavés mouillés. Les poignées chauffantes permettent de rallonger les temps de roulage et le saute-vent, modeste en apparence, protège très honnêtement le pilote. L'ordinateur de bord, complet et facile à utiliser grâce à un bouton "INFO" au commodo gauche, renseigne notamment sur le rapport engagé, la température extérieure, la consommation moyenne, l'autonomie restante, etc.

Essai BMW R 1200 R : Y a du plaisir dans l'R

Seules les suspensions pilotées électroniquement ESA – vendues 680 € - ne nous ont pas parus indispensables, mais nous y reviendrons.

Reconnaissable entre mille

Pour qui n'a jamais roulé sur une moto équipée du flat-twin et des fameuses suspensions Telelever/Paralever chers à BMW, il est possible d'être quelque peu décontenancé lors des premiers mètres.

Essai BMW R 1200 R : Y a du plaisir dans l'R

Au premier abord, on peut en effet être surpris par les coups de boutoir qu'assène latéralement le moteur lorsqu'on accélère à basse vitesse : la course des cylindres étant perpendiculaire à l'axe de circulation, on les ressent très nettement.

Chaque coup de gaz donné à l'arrêt vous fera faire une petite embardée sur la gauche. C'est insolite et exotique, mais en aucun cas désagréable ou dangereux et on s'y habitue très vite.

Essai BMW R 1200 R : Y a du plaisir dans l'R

La suspension avant équipée du Telelever demande aussi un petit round d'observation : elle engage un peu à très basse vitesse et surtout, elle ne plonge pas au freinage ! Si la première caractéristique est un peu déroutante, la deuxième met immédiatement le pilote en confiance en évitant les gros transferts de masses.

En route

Centre de gravité bas + guidon haut et large = maniabilité de vélo ! Que ce soit lors des manœuvres moteur coupé ou lors d'évolutions au pas entre les voitures, la R 1200 R est un vrai vélo !

Essai BMW R 1200 R : Y a du plaisir dans l'R

L'équilibre général de la partie cycle est bluffant et le moteur est également un allié précieux en ville. Il se montre d'une souplesse et d'une douceur rares pour un bicylindre, acceptant de reprendre sans cogner dès les 1300 tr/mn.

Essai BMW R 1200 R : Y a du plaisir dans l'R

La boîte de vitesses et la transmission par cardan sont exempts de tout reproche et se font totalement oublier. Les grosses gamelles qui dépassent de chaque côté n'entravent en rien la capacité de la R 1200 R à se faufiler dans des trous de souris. C'est simple : il suffit de se dire que si le guidon passe, le moteur passera !

De la place pour le flat

Cette nouvelle mouture du flat-twin s'accommode de toutes les utilisations, des plus sages aux plus délurées... Et quand l'horizon se dégage, la R 1200 R fait parler la poudre ! Elle n'a désormais plus rien à envier, en accélérations comme en reprises, aux meilleurs roadsters japonais et italiens !

Essai BMW R 1200 R : Y a du plaisir dans l'R

Quand on le sollicite, le bicylindre vous arrache littéralement les bras de 1 500 à plus de 8 000 tr/mn dans une poussée certes linéaire mais très plaisante. Convenablement protégé par le saute-vent, il est possible de tenir une vitesse de croisière aussi intéressante qu'illicite !

Essai BMW R 1200 R : Y a du plaisir dans l'R

Quant aux cylindres, ils protègent honorablement les jambes du pilote du vent... et du bitume en cas de chute !

Facile et sûre pour l'arsouille

Une telle facilité de conduite conjuguée à un moteur aussi plaisant : forcément, ça titille ! Et la R 1200 R ne déçoit pas non plus dans le registre de l'arsouille. Le roadster BMW a un réel potentiel sportif et ses suspensions font merveille en se montrant efficaces, sécurisantes et confortables... Le top !

Essai BMW R 1200 R : Y a du plaisir dans l'R

La suspension pilotée permet de choisir entre trois positions - confort, normal ou sport - mais son intérêt ne nous a pas semblé flagrant : la moto reste très confortable en mode sport et tout aussi efficace en mode confort. Très bien, ça fera toujours une économie de 680 € !

Essai BMW R 1200 R : Y a du plaisir dans l'R

Le freinage est également d'une efficacité redoutable. Si en plus il est secondé par l'ABS, il permet de taxer au freinage absolument tout ce qui roule. On reprochera juste au système électronique de se déclencher un peu trop vite sur la roue arrière.

Essai BMW R 1200 R : Y a du plaisir dans l'R

Le système anti-plongée du Telelever renforce lui aussi la sensation de sécurité. Du coup, on en vient à regretter que la moto ne soit pas livrée avec une monte plus sportive que les sages Michelin Pilot Road. Nul doute qu'une R 1200 R simplement chaussée de pneus bien tendres et confiée à un pilote de talent serait très, très surprenante sur le Moto Tour...

Polyvalente mais pas pratique !

Dommage qu'une moto qui s'acquitte avec un tel brio de toutes sortes d'utilisations manque aussi cruellement d'aspects pratiques...

Essai BMW R 1200 R : Y a du plaisir dans l'R

Premièrement, compte tenu de sa douceur et de son confort général, la R 1200 R offre de bonnes conditions pour transporter un passager. Malheureusement, elle n'est pas dotée de poignées à l'arrière !

Essai BMW R 1200 R : Y a du plaisir dans l'R

De plus, elle ne permet pas d'emporter un quelconque antivol, la place sous la selle étant dévolue à l'électronique et au boîtier d'alarme... Enfin, il est peu aisé d'arrimer un sac à l'arrière car les points d'ancrages sont rares.

Essai BMW R 1200 R : Y a du plaisir dans l'R

Le prix de l'excellence

La nouvelle R 1200 R cumule donc un grand nombre de qualités qui lui confèrent une polyvalence et une homogénéité rares. Elle vous emmènera paisiblement au boulot tous les jours, vous fera traverser la France avec passagère, valises et top case dans un confort de pacha et une fois, sur place, vous taxerez quasiment tous ce qui roule dans le sinueux !

Essai BMW R 1200 R : Y a du plaisir dans l'R

Le seul véritable problème, c'est que la BMW fait payer très cher ses indéniables qualités. Mais comme disent les Tontons Flingueurs : "le prix s'oublie, la qualité reste"...

Commentaires

Bestof: 
1
Lectures: 
0
J'aime bien le commentaire de moto journal de cete semaine à proppos de cette 1200R "une moto qui donne envie de rouler sans s'arréter". C'est exactement ce que je ressens quand je suis à son guidon.Cent commentaires pour cette super machine...pas mal.
Bestof: 
1
Lectures: 
0
Ninou Je suis d'accord avec toi sur les essais réalisés par la presse moto. Tous les essayeurs ne sont pas les payeurs et encore moins des pilotes de renom, loin de là ;) . Néanmoins, tu remarqueras que celui qui a réalisé cet essai de la R 1200R parle d'une moto de 107cv supposée non bridée... Une machine non bridée dont le moteur s'exprime sans retenue sera toujours plus agréable à utiliser qu'une bombe de 135, 150 ou 190cv castrée à 100 ou 107cv dont le moteur est en apnée 5000t/mn avant la zone rouge, le pôôôvre... Meilleurs voeux à toutes et tous.
Bestof: 
1
Lectures: 
0
bravo les anciens combattants de al moto...Je souhaite réagir aux propos de BENITO:je ne pense pas que le fait de posseder des chevaux à profusion ajoute ou enlève quelque chose à notre image;en effet depuis son apparition, la motocyclette, avec ou sans side-car à toujours suscité des angoisses chez les profanes, pour ne pas dire de la peur!!!donc, une moto, reste une moto, et j'adhère plus aux propos de NINOU, (qui doit rouler en XX? BROYEUR DE RIZ!!)et qui ne dénigre pas cette teutone, loin de là. Voir la fin de son article!! Moi, je pense que la bavaroise à un beau plumage, enfin qques bourrins, mais qu'en sera-t-il de la fiabilité, de la boite? De l'embrayage? Il m'arrive au hasard de rencontres d'autres motards, de discuter avec des possesseurs de béhèmes, qui disent avoir eu des casses de boite, et/ou d'embrayage,de graves soucis d'électronique,y cis sur la 1200 RT, la soeur de ctte machine en string!!! et je pense qu'à ce prix, la fiabilité doit être exemplaire, tant dans la durée que dans le kilométrage!!! Je possède actuellement deux broyeurs de riz, et pense me tourner vers le "Presse-purée"(H.D. quoi!!)en raison du manque de confiance dans les teutons de Bavière!! Au fait, celà fait 28 piges que j'fais d'la motocyclette, je n'ai possédé qu'une grosse diziane de meules, mais jamais eu trop de problèmes mécaniques avec les machines à broyer du riz!!! Et si j'prends une teutone, ce sera un ancien modèle, genre 900 S!!!APPEL DE PHARE D'un "X .F. JR" 1300...
Bestof: 
1
Lectures: 
0
Rien ne sert de critiquer les avis des uns et des autres.Respectes les mec si tu veux que le tient soit respecté !! Personnellement, j'ai eu une quarantaine de bécannes en 30 ans (et 7 neuves sur les deux dernières années.Actuellement VStrom 1000), et même si j'ai été possesseur de japonaises à 95%, je dois reconnaître à BMW un savoir faire en terme de confort et de fiabilité(j'ai pas dit de performance).Ce constructeur évoluait à son rythme en s'attachant jusqu'alors à fidéliser une clientèle . Dorénavant, il essaie de bousculer les japonnais qui, il faut l'avouer,ont la main mise sur le marché mondial de la moto. L'essayeur dont je ne doute pas de l'objectivité a donné son avis qui n'engage que lui par rapport à sa sensibilité, et nul doute que d'autres essayeurs viendront dant les prochainnes semaines donner le leur qui ne sera peut-être pas aussi favorable.Faut-il pour autant être agressif ??? Je ne le crois pas,car chacun en donnant son avis nous permet à nous motards de faire la synthèse des essais avant d'acheter. Le motard qui se précipite pour achèter une bécanne suite à un article relatant un essai n'a rien compris et ferai mieux de rouler à vélo !!!!
Bestof: 
1
Lectures: 
0
J'ai un R1200RT et je viens d'essayer le R1200R. Conclusion, je change. C'est un vrai régal cette moto. C'est sur c'est moins protégé, mais on s'ennuie pas avec elle. Pour la critique des commodos, je ne suis pas d'accord. Pouce gauche pour aller à gauche, pouce droit pour aller à droite. C'est pas parce les autres font autrement que c'est plus logique, non ?

Pages

Ajouter un commentaire

Connectez-vous ou inscrivez-vous pour publier un commentaire

PARCOURS

  • 550 km
  • Ville, départementale, nationale et autoroute
  • Conso moyenne : 6,3 l/100 km

POINTS FORTS

  • Moteur efficace
  • Compromis tenue de route / confort
  • Polyvalence

POINTS FAIBLES

  • Aucun aspect pratique
  • Options nombreuses et chères
  • Prix

  • En savoir plus...
Avertissement sur l'utilisation des cookies
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et autres traceurs, afin de vous permettre la connexion à votre compte utilisateur, de laisser des commentaires sur les articles, de déposer des annonces, de paramétrer vos alertes, de vous proposer des publicités ciblées adaptées à vos centres d'intérêt et d'obtenir les données statistiques qui nous permettent de mieux répondre aux attentes de nos lecteurs.