• L'essentiel
  • -
  • En savoir plus...
SCOOTERS ÉLECTRIQUES
Paris, le 30 janvier 2008

Scooters électriques e-max : l'alternative allemande aux produits chinois

Scooters électriques e-max : l'alternative allemande aux produits chinois

Les scooters électriques suscitent de plus en plus l'intérêt des particuliers, administrations et autres entreprises. Or jusqu'à présent, seuls les Chinois répondaient à cette demande croissante... Mais en 2008, les scooters e-max débarquent !

Imprimer

Elle y travaillait depuis plusieurs mois et c'est enfin officialisé : la société française Sweet' Elec, importatrice de scooters électriques chinois en France (lire Moto-Net.Com du 30 septembre 2007), sera dès 2008 le distributeur exclusif des scooters électriques allemands e-max !

On connaît déjà les avantages de l'engin électrique : une nuisance sonore quasi-nulle, aucune émission polluante - directe en tout cas - et un entretien simplifié par rapport aux scooters thermiques possédant pistons, soupapes le cas échéant, pots, courroies, etc.

e-max : l'alternative allemande aux scooters électriques chinois !

Dévoilés à l'occasion du Salon de Milan 2006, les scooters électriques e-max se distinguent des scoots à moteur thermique et des scooters électriques chinois par deux points principaux.

Tout d'abord, contrairement aux scooters électriques chinois qui sont des scooters "thermiques" affublés plus ou moins grossièrement de batteries, "les e-max ont été conçus autour de la batterie", explique à Moto-Net.Com Patricia Braillon, gérante de la société Sweet' Elec, sur son stand des JPMS 2008 (lire notre Dossier spécial).

Une vision radicalement opposée et une conception différente pour des produits "que les Chinois ne savaient pas faire", assure la responsable française. Certes, les e-max sont assemblés en Chine, à Wuxi, près de Shanghai. Mais "l'usine est placée sous tutelle allemande, afin de ne pas être lâché en cours de route par un sous-traitant peu scrupuleux !", nous précise Patricia Braillon.

e-max : l'alternative allemande aux scooters électriques chinois !

De plus, ces scooters ont été conçus par une firme allemande et dessinés par l'italien Paolo Valcic : "les concessionnaires et mécanos venus nous rendre visite sur notre stand ont tous été bluffés par la qualité de finition de ce scooter", souligne la gérante.

Et force est de constater que sur le plan de la finition, les e-max représentent une nette amélioration par rapport à la concurrence. Du tout bon pour eux, mais aussi pour le marché en général, et donc pour le consommateur final !

Les connections électriques sont soignées, la gestion de l'énergie se fait via un processeur (BMS "Battery Management System" pour les versions Lithium), le tableau de bord reçoit une jauge digitale et deux totalisateurs de distance, tandis qu'un bouton "Boost" au pouce droit permet d'augmenter de 80% la puissance de l'engin (400W maxi), utile en duo, dans les côtes ou pour un dépassement.

e-max : l'alternative allemande aux scooters électriques chinois !

Niveau partie cycle, le châssis a été créé spécialement pour recevoir les batteries - "ce qui rabaisse le centre de gravité", observe Patricia Braillon -, les roues acquièrent la taille respectable de 13 pouces, les deux freins sont à disques (avec de jolies durits imitant le "type aviation") et les pièces de carénage se marient soigneusement.

Second point important qui différencie cette production de celle 100% chinoise : la société e-max se félicite d'être "l'une des rares sur le marché à proposer des batteries de type Lithium-Ion". Des batteries qui présentent notamment l'avantage de posséder une meilleure capacité : 150 Wh par kg environ contre 30 Wh par kg pour les batteries au plomb.

Les premiers modèles distribués en France ne bénéficieront toutefois pas de ces fameuses batteries Lithium Ion : les 90S et 110S - avec un "S" pour "silicone" - possèderont de bonnes vieilles batteries au plomb leur assurant une autonomie respective de 45 à 60 et de 70 à 90 km selon l'utilisation. Enfin, la partie cycle est garantie deux ans et la batterie un an ou 10 000 km.

e-max : l'alternative allemande aux scooters électriques chinois !

Le 90S (3250 euros) et le 110S (3490 euros), exposés aux JPMS dans une version légèrement différente du produit final, seront disponibles en mai 2008 dans sept coloris unis : rouge, jaune, vert, bleu, noir, argent et blanc. Faciles à prendre en main malgré leur poids (151 et 191 kg), ces deux scooters demandent juste une attention accrue lors des premières accélérations ou relances, le couple étant bien supérieur à celui d'un 50cc "classique".

Il faudra attendre encore quelques mois pour voir débarquer d'Allemagne les versions 100L, 120L et 140L - avec un "L" pour "lithium", vous avez compris ! -, dont l'appellation correspond à peu près à leur autonomie en kilomètres et qui pourraient intéresser la Mairie de Paris dans son projet de lutte contre les gaz à effet de serre. La garantie de leur batterie sera quant à elle portée à "trois ans ou 50 000 km", nous précise Sweet' Elec.

Tous ses scooters sans exception sont considérés aux yeux de la loi comme des "motocyclettes de 49,9 cc", et sont donc bridés à 45 km/h. Mais les plus pressés seront ravis de savoir qu'un modèle 125cc (le 190L) est déjà en préparation à Munich... D'après sa fiche technique, il permettrait d'atteindre une vitesse maxi de "80-100 km/h" pour une autonomie encore inconnue.

e-max : l'alternative allemande aux scooters électriques chinois !

Et quelle est la clientèle pour ce type de scooters ? "Beaucoup de monde", répondent du tac au tac les représentant de Sweet' Elec ! Les administrations et mairies pour leurs différents services, les livreurs et les coursiers, les loueurs qui reçoivent de plus en plus de demandes car "c'est plus agréable pour se déplacer en bord de mer ou découvrir des villes ou villages", ou encore les auto-écoles.

"Pensez-vous : pour des formations routières, à l'école ou pour le BSR, une simple programmation suffit pour brider le scooter à la vitesse que l'on souhaite et travailler en intérieur en toute sécurité", nous explique l'un des responsables de Sweet'Elec. "Et les instructeurs se font entendre sans aucun souci !"

"C'est agréable car avant, avec les produits chinois, nous devions démarcher les clients tandis qu'aujourd'hui, ce sont eux qui viennent nous voir pour distribuer les e-max !", note finalement Patricia Braillon.

En Italie, 200 scooters de ce type ont été vendus en moins d'un mois. Et aux JPMS, l'équipe de Sweet' Elec assure avoir rencontré un nombre "impressionnant" de concessionnaires intéressés par ces nouveautés 2008... Affaire à suivre dans les bilans Moto-Net.Com à partir de cet été !

Commentaires

Ajouter un commentaire

Identifiez-vous pour publier un commentaire.

.

Les derniers essais MNC

Essai Honda X-ADV : l'Integra prend le bon chemin

Cinq ans après l'Integra, premier maxi-scooter construit à partir d'une moto aussi convaincant dynamiquement que décevant sur le plan pratique, Honda pousse encore plus loin ce curieux mélange des genres en explorant avec l'inédit X-ADV une voie totalement inattendue : le tout-terrain ! Et cette fois, le concept fait mouche... Essai.
Essai Street Triple 765 RS : le roadster super sport de Triumph 

Triumph revoit complètement ses roadsters mid-size pour la nouvelle année 2017. Premier (top) modèle à passer entre les gants de Moto-Net.Com : la Street Triple 765 RS, plus puissante, plus sophistiquée, plus "race" et plus chère que les versions R et S... Essai !
Essai KTM 1290 Super Adventure S : maxi-trail maxi performant !

Deux ans seulement après sa sortie, la KTM 1290 Super Adventure évolue en profondeur et se diversifie pour mieux occuper le - juteux - segment des maxi-trails. MNC a testé l'ultra-performante déclinaison "S", forte de ses tempétueux 160 ch (!) et de son électronique de pointe. Essai.
Essai Suzuki GSX-R1000R 2017 : la beauté du Gex 

Décroché par les plus récentes motos hypersportives faute de développements depuis une petite dizaine d'années, Suzuki contracte méchamment les muscles pour reprendre la pole position avec sa nouvelle GSX-R1000 2017. MNC a testé sa déclinaison haut de gamme, la GSX-R1000R, sur le somptueux circuit de Phillip Island (Australie). Essai !

Guide pratique Nouveautés moto 2017 : prix, fiches techniques et dates de disponibilité

  • En savoir plus...

Les derniers articles parus

Privatisation des radars embarqués : tout ce qu'il faut savoir sur les voitures-radar privées

Avant de généraliser dans toute la France les "voitures-radar" privatisées qui circuleront à partir du 1er septembre 2017 en Normandie, la Sécurité routière tente de désamorcer la grogne des automobilistes et des motards en expliquant tous les bienfaits de cette réforme... Explications.
Essai Honda X-ADV : la vidéo MNC

En complément de notre premier essai du nouveau scooter Honda X-ADV, la vidéo de notre roulage sur les routes de Sardaigne.
La pluie perturbe les essais privés de Marquez et Pedrosa à Jerez

Une semaine après les essais officiels MotoGP en Australie, Marc Marquez et Dani Pedrosa (Honda) devaient effectuer un test privé de deux jours sur le circuit de Jerez (Espagne). Mais la pluie a réduit leur travail à une seule journée...
Harley-Davidson La Rochelle remporte la manche française de la Battle of the Kings 2017

Le Custom King français de la meilleure customisation du Roadster Harley-Davidson, désigné hier soir lors d’une soirée Dark Custom par un jury d’experts, est la préparation Lakester de Harley-Davidson La Rochelle.
Essai Suzuki GSX-R1000 2017 : la vidéo MNC

En complément de notre premier essai de la nouvelle Suzuki GSX-R 1000 2017, la vidéo de notre roulage sur le circuit de Phillip Island (Australie).
La Yamaha YBR125 cède la place à la nouvelle YS125 

Yamaha révise ses fondamentaux avec sa nouvelle YS125, après avoir dynamisé sa gamme 125 avec la turbulente MT-125. Cette petite moto de 125 cc refroidie par air succède à la besogneuse YBR125, écoulée à plus de 150 000 exemplaires en Europe. Elle sera disponible fin avril sous la barre des 3000 €.
La ministre du travail, Myriam El Khomri, visite l'usine BMW Motorrad de Berlin

La ministre française du travail, Myriam El Khomri, a visité l'usine BMW Motorrad de Berlin pour découvrir un lieu de travail "4.0" où "l'innovation et le numérique contribuent aux bonnes conditions de travail". Le temps d'une photo, Mme El Khomri est même montée sur une S 1000 RR mais sur la place passager, derrière son homologue allemande Andrea Nahles...
Avertissement sur l'utilisation des cookies
En poursuivant votre navigation sur ce site vous acceptez l'utilisation de cookies et autres traceurs pour vous connecter à votre compte utilisateur, laisser des commentaires, déposer des annonces, paramétrer vos alertes, etc.