• L'essentiel
  • -
  • En savoir plus...
RALLYES ROUTIERS
Villecomtal (12), le 24 juillet 2013

Rallye du Dourdou : Derrien vainqueur, Toniutti champion !

Rallye du Dourdou : Derrien vainqueur, Toniutti champion !

Le pilote Moto-Net.Com officiel KTM Julien Toniutti est champion de France des rallyes 2013, après une bataille acharnée jusqu'à la dernière étape contre Florent Derrien vainqueur de ce dixième Rallye du Dourdou. Récit d'une finale très disputée...

Imprimer

10ème Rallye du Dourdou

Villecomtal (12) accueillait pour la dixième fois le Rallye du Dourdou ce week-end. Un rallye organisé de main de maître par le Moto Club de Villecomtal, avec son schéma hors du commun (étape de nuit avant l'étape de jour) et très apprécié pour son côté festif. Un beau parcours, des spéciales déjà connues et très techniques : une réussite sur toute la ligne !

Rallye du Dourdou : Derrien vainqueur, Toniutti champion de France 2013

Une réussite surtout pour le pilote Moto-Net.Com Julien Toniutti qui termine avec succès son programme des sept péchés capitaux : participer a chacune des sept épreuves du championnat de France des rallyes 2013 sur un modèle KTM différent à l'image de chacun des sept péchés (KTM 990 SMT au Rallye des Garrigues pour l'envie, KTM RC8 au Rallye de la Sarthe pour la luxure, KTM 500 EXC Supermotard au Rallye de Corse pour l'avarice, KTM 690 Duke R au Rallye de l'Ain pour la colère, KTM 990 SMR au Rallye du Morvan pour la gourmandise, KTM 990 Superduke au pour la paresse et enfin pour illustrer l'orgueil, quel meilleur choix que reprendre le modèle avec lequel il a débuté ce championnat par une victoire ?

Rallye du Dourdou : Derrien vainqueur, Toniutti champion de France 2013

N'est-ce pas une belle démonstration d'orgueil que de déroger à une règle, celle du septième modèle différent comme annoncé au début, pour mettre le maximum de chances de son côté en optant pour une machine qu'il connaît très bien ? Excellent choix néanmoins, car Julien vient de décrocher son deuxième titre de champion de France "Scratch" des rallyes en participant à cette finale sur une KTM 990 SMT !

Rallye du Dourdou : Derrien vainqueur, Toniutti champion de France 2013

Mais rien n'était gagné et le pilote du Journal moto du Net Julien Toniutti a eu fort à faire face au talent grandissant et indiscutable du jeune pilote de l'ASMACO Florent Derrien, vainqueur du dernier Rallye du Beaujolais au guidon de sa KTM 690 SM (de 2009 !).

Rallye du Dourdou : Derrien vainqueur, Toniutti champion de France 2013

Rallye du Dourdou : Derrien vainqueur, Toniutti champion de France 2013

Rallye du Dourdou : Derrien vainqueur, Toniutti champion de France 2013

Belle baston aussi pour la troisième place du championnat, qui allait se disputer entre le deuxième pilote Moto-Net.Com Nicolas Pautet (Husaberg 650 FS), Franck Coudert (Ducati 1200 Multistrada) et Bruno Schiltz (KTM 690 Duke) : les trois pilotes se tiennent dans un mouchoir de poche au niveau des points avant l'épreuve finale !

Et d'autres "règlement de comptes" vont aussi avoir lieu dans certaines catégories où rien n'est encore joué... C'est donc dans le superbe décor aveyronnais du Rallye du Dourdou, et avec une météo enfin estivale, que les choses sérieuses allaient se conclure...

Plan du champ de bataille

Plusieurs boucles différentes au programme : une petite d'environ 25 km et une grande d'une soixantaine de kilomètres sont à effectuer successivement pour rejoindre les deux spéciales du parcours, celle du Mouret (3,1 km) et celle de Villecomtal (3,4 km). Deux spéciales à connaître sur le bout des pneus pour pouvoir y claquer de bons temps, en raison de leurs enfilades aveugles qui peuvent passer très vite si l'on n'hésite pas à mettre du gros gaz... Mais il vaut mieux être sûr de soi, car certains virages resserrés ne pardonneront pas !

Rallye du Dourdou : Derrien vainqueur, Toniutti champion de France 2013

Rallye du Dourdou : Derrien vainqueur, Toniutti champion de France 2013

Heureusement, les reconnaissances "pré-course" sont autorisées au Dourdou, avec des créneaux horaires à respecter scrupuleusement : les recos ont lieu depuis le lundi entre 19 et 23h, une limite pas si contraignante que ça grâce à l'installation du parc pilotes dans des emplacements bien agréables comme l'ancien camping municipal de Villecomtal (devenu officiellement en période ordinaire une aire de camping-car), en bordure de rivière (le Dourdou !), ou l'installation pour certains au "Glamping" (Glamour-Camping) de Terre Rouge, dont l'entrée est située au pied de la spéciale du Mouret, sur la commune de Villecomtal : un endroit féérique à l'accueil exceptionnel, avec piscine, où il fait bon farnienter en attendant les heures de reco autorisées !

Le rallye débute par une étape de nuit (qui commencera de jour pour des raisons de planning) de 156 km et se poursuivra ensuite par l'étape de jour (278 km).

Un menu relativement léger, mais corsé par le fait de débuter la course par l'étape nocturne. Heureusement, le parcours est assez simple et la météo très agréable.

Le départ du parcours de nuit est prévu à 20h00 vendredi 19 juillet. Ce tracé aveyronnais débutant par un passage dans les deux spéciales dès les 15 premiers kilomètres, il impliquera que tous les pilotes effectuent un premier tour avant que la nuit tombe... Une épreuve de championnat de France des rallyes doit comporter deux étapes : le contrat est respecté !

Le deuxième tour de nuit est un peu différent du premier mais repasse dans les deux spéciales. L'étape de nuit (semi-nocturne) compte donc quatre spéciales.

Etape de jour : départ à 9h00 le samedi matin (certains n'auront que quelques heures de sommeil...), un passage à la spéciale du Mouret, puis grande liaison d'environ une heure et demi en deux contrôles horaires pour rejoindre la spéciale de Villecomtal et terminer la grande boucle par un retour sur Villecomtal.

Deuxième grand tour identique au premier (avec les deux spéciales), puis troisième tour avec un dernier passage à la spéciale du Mouret et retour à Villecomtal par une grande boucle en shuntant la spéciale de Villecomtal. L'étape diurne comptera donc cinq spéciales.

Commentaires

Bestof: 
1
Lectures: 
0
Voyageur, Ton commentaire et ton analyse ne montre qu'une seule chose : tu ne connais pas Julien. Le fond de l'idée de faire des rallyes avec une moto différente n'a jamais eu pour objectif d'être équipé supérieurement aux autres ou de tuer le sport amateur. C'était un énorme challenge et un gros défi technique dont il me semble que tu ne soupçonnes pas 0,5% de la mesure. Il aurait été beaucoup plus facile pour lui de prendre le Superduke et de rééditer ce qu'il a fait en 2012. Mais Julien est un homme qui voit en grand et qui fait tout pour réaliser ses plus profondes aspirations. Heureusement que dans bien des domaines il y a des hommes de cette carrure. Aucun des autres pilotes qui roulent devant n'a regardé Julien de travers ou avec jalousie, au contraire. Ce qu'il a fait impose le respect de ceux qui savent ce que sait que de préparer une moto et de s'adapter à elle pour être performant en course. Ton commentaire est en décalage complet avec la réalité, avec la Vérité... mais merci d'avoir écrit ces lignes (il faut de tout pour faire un monde) car cela me permet à mon tour d'exprimer à quel point Ju a fait fort cette année et à quel point il inspire et impose le respect. Bonne route. Maxime METTRA
Bestof: 
1
Lectures: 
0
Cher Voyageur En tant qu'un des instigateurs et acteur des 7 péchés capitaux, je te propose de mettre de montrer ton tallant sportif, car pour le verbe c'est fait. Donc, je te propose de choisir une épreuve du championnat de France des rallyes et une moto... Si tu fini dans le top 5 scratch, la facture est pour moi, si ce n'est pas le cas, alors la facture est pour toi + les pénalités qui vont avec...
Bestof: 
1
Lectures: 
0
Je découvre avec consternation le commentaire aigri et naïf de Voyageur. Comment peut-on raisonner ainsi autrement qu'en y connaissant rien en matière de sports mécaniques. Mais, nous le savons, c'est très à la mode de disserter sur des sujets que l'on ne maitrise pas, juste parce que l'on a l'ébauche d'une opinion fondée sur des suppositions. Donc, pour répondre avec politesse à cette peu sympathique intervention je dirai d'abord que pour un pilote qui roule devant et qui est habitué à une machine la difficulté de se familiariser avec un autre modèle est grande. Julien s'est non seulement habitué à de nouvelles montures en un temps record mais il a gagné ! "Voyageur" êtes vous au courant de l'entry list en Corse ? Savez-vous que, même avec un EXC préparé SM les pilotes corses sont extrêmement difficiles à aller chercher ? Pourquoi un pilote officiel n'aurait pas le droit de s'équiper d'une machine adaptée pour aller chercher une victoire ? Bref, vous parler de tuer le sport amateur mais qu'en savez-vous ? Pourquoi justement ne considérez vous pas que Julien est au contraire une belle vitrine pour le Rallye Routier et un excellent vecteur de promotion pour la discipline ? Pourquoi voyez-vous "petit" au lieu de comprendre ce qu'est substantiellement la gestion d'un championnat, sa visibilité et son évolution. Sachez aussi que le championnat de France de Rallyes Routiers est subdivisé en plusieurs catégories, dont une majorité réservée aux amateurs. Ne vous improvisez pas porte parole de ceux qui ne vous ont rien demandé. La plupart des "amateurs" présents sur les compétitions adorent Julien et je méprise fortement la manière dont vous tentez de le salir. Voila deux ans que la discipline évolue, notamment grâce à des profils comme celui de Julien. Si les courses de kermesse vous botte c'est votre problème mais par pitié, ne tirer pas sur des locomotives.

Ajouter un commentaire

Identifiez-vous pour publier un commentaire.

.

Avertissement sur l'utilisation des cookies
En poursuivant votre navigation sur ce site vous acceptez l'utilisation de cookies et autres traceurs pour vous connecter à votre compte utilisateur, laisser des commentaires, déposer des annonces, paramétrer vos alertes, etc.