• L'essentiel
  • -
  • En savoir plus...
SPÉCIAL JPMS 2009 EN DIRECT
Lyon, le 10 février 2009

Professionnels : comment mieux séduire les motards urbains ?

Professionnels : comment mieux séduire les motards urbains ?

Qui est le motard urbain et comment répondre à ses attentes ? Christophe Gibert (Peugeot), Xavier Redois (Ixon), Laurent Videmont (Aprilia) et Didier Ganneau (L'officiel) ont cherché à dresser son portrait. Une tâche ardue mais qui peut rapporter gros !

Imprimer

Réunis à Lyon du 9 au 10 février pour les Journées professionnelles de la moto et du scooter (JPMS 2009), les professionnels de la moto se sont interrogés sur la définition du motard urbain : "qui est-il vraiment ?"

Une question particulièrement cruciale dans la mesure où la clientèle urbaine ne cesse d'augmenter au sein du marché français du motocycle (lire notre Dossier spécial Marché 2008) !

"Pour la première fois depuis 1983, il s'est vendu en France plus de "véhicules équivalence" - les MTL 125 cc auxquels il faut désormais ajouter les MP3 LT accessibles aux automobilistes (lire notre Essai Moto-Net.Com du 2 octobre 2009) - que de motos de plus de 125 cc - les MTT 1 et MTT 2", résume Didier Ganneau, rédacteur en chef de L'Officiel (groupe Motor Presse).

Conférence JPMS 2009 : Qui est vraiment le motard urbain ?

Quelque soit la cylindrée, la forte progression des scooters prouve à elle-seule l'augmentation de la population motarde urbaine. On imagine facilement que bon nombre des roadsters, routières ou trails achetés dernièrement sont eux-aussi utilisés pour les déplacements quotidiens.

La prolifération de cette catégorie de motards - rien de péjoratif ! - incite donc les constructeurs, accessoiristes et autres équipementiers à adapter leurs produits, voire à en inventer de nouveaux pour satisfaire les besoins spécifiques et les envies de ces "consomotards" d'une genre nouveau.

Sauf que les fabricants, qui maîtrisent parfaitement les différents segments du marché moto depuis des années et dressent plusieurs "portraits type" du motard et de ses comportements d'achat (ses cycles, ses habitudes, ses attentes, ses besoins et ses petits faibles - "t'as vu le dernier casque réplica, le kit carbone ou chrome, les franges pour guidon ou le slip en polaire respirante ?"), avancent quasiment à l'aveugle avec ce fameux "motard urbain", dont une bonne partie sont en outre des "scootards"...

"Cette population représente un fort potentiel de développement"

Le motard urbain n'a "pas encore été identifié", constatent les responsables français d'Aprilia, Piaggio, Peugeot Motocycles et Ixon, qui intervenaient également lors de cette conférence : "il est difficile d'établir un profil d'acheteur de scooter 125 cc et il en est de même dans les cylindrées supérieures", admet notamment Christophe Gibert de Peugeot Motocycles.

Laurent Videmont et Didier Ganneau - Conférence JPMS 2009 : Qui est vraiment le motard urbain ?

Et la mission est quasi impossible, tant les origines divergent : automobilistes avides de liberté, fatigués des transports en commun ou du temps perdu dans les bouchons, motards séduits par le plus grand confort et la meilleure protection du scooter, faibles revenus, et étudiants, amateurs de véhicules à faible coûts d'utilisation, etc.

"Le panel d'utilisateurs est très large", confirme Laurent Videmont d'Aprilia France, "d'où la nécessité de posséder une gamme étendue". Ainsi, d'après lui, "chaque marché doit être considéré comme une petite niche". Pour séduire le plus grand nombre, il faudrait proposer à chacun le bon produit... Facile à dire ! "En grosses cylindrées on tâtonne : 400 cc, 500 cc", poursuit le responsable Peugeot. Les constructeurs cherchent... et trouvent, comme l'illustre l'expérience de Piaggio avec son célèbre MP3 LT qui, de l'avis de tous, est devenu un véritable phénomène !

"Le MP3 LT est un vrai phénomène !"

"Depuis son lancement, nous avons immatriculé plus d'un millier de LT chaque mois", signale à Moto-Net.Com Laurent Videmont. Le succès du "tricycle" (car ce n'est plus un "deux-roues" d'un point de vue légal) est particulièrement retentissant : Piaggio a vu ses immatriculations de deux-roues - les vrais ! - chuter de 64,3% en janvier, "ce qui plombe sensiblement le marché de manière générale", nous confie le responsable Aprilia (lire notre Bilan marché Moto-Net.Com du 6 février 2009).

La solution "tricycle", Peugeot Motocycle y songe aussi... Mais "on a un peu de retard", concède Christophe Gibert en faisant allusion au concept Hymotion3 présenté lors du dernier Mondial de l'Auto à Paris (lire Moto-Net.Com du 7 octobre 2008). Le constructeur français en profite pour intégrer le problème du choix de l'énergie (essence, électrique ou hybride), même si là encore les Italiens devraient conserver leur avance en dégainant le MP3 hybride avant le Hymotion3....

Ces scooters à trois roues qui se vendent comme des petits pains seraient-ils la nouvelle manne pour les manufacturiers et les revendeurs de pneus et de plaquettes de frein ? On peut le penser, à plus d'un titre !

"De gros consommateurs à satisfaire"

Outre cette roue supplémentaire à entretenir, les possesseurs du MP3 représentent une frange de la population motarde extrêmement intéressante pour les professionnels... "Il existe un fort potentiel de développement chez les urbains", affirme Didier Ganneau en estimant leur kilométrage annuel à "6 000 km, soit plus que les autres motards".

Xavier Redois, Christophe Gibert, Laurent Videmont et Didier Ganneau - Conférence JPMS 2009 : Qui est vraiment le motard urbain ?

Les "motards urbains" roulent en effet tous les jours (au moins en semaine) et usent quantité de pneus, plaquettes, courroies, chaînes, filtres à huile, plastiques - aïe... - et autres pièces ! De même, ils salissent ou déchirent leurs gants, font passer les couleurs de leur blouson, fatiguent les fermetures éclair et des coutures, etc. En bref, ils consomment plus que les autres !

"Ce sont des clients qui viennent d'horizons différents et n'ont pas les mêmes habitudes d'achat", analyse Xavier Redois de la marque française Ixon, "et certains accédants peuvent être intimidés par le milieu de la moto".

À ce propos, Christophe Gibert considère que le monde de la moto pourrait profiter de cet engouement soudain pour le scooter : "l'image des deux-roues en France pourrait être améliorée grâce aux scooters".

Made in China, roulent en France...

Les chinois sont bien implantés sur le marché du 50 cc en France : "en 2004 ils représentaient 5% des ventes, aujourd'hui c'est une vente sur trois", calcule Laurent Videmont (Aprilia). Et parmi ces 33%, combien de minots fans de Rossi et rêvant de grosses cylindrées ? Une part sans doute pas négligeable... Ces scooters achetés moins de 1 000 €, en grandes surfaces mais aussi dans des réseaux plus conventionnels, manquent souvent de considération mais n'en ont pas moins besoin d'entretien et d'équipements ! Ils peuvent être une première étape dans la vie d'un motard... ou une étape de transition, puisque certains possesseurs de 50 cc chinois sont aussi des automobilistes à qui on a retiré le permis ! Autre "côté positif du 50 chinois : celui de nous avoir fait réagir", remarque Christophe Gibert (Peugeot) qui commercialise des scooters chinois sous sa marque. "Je me rappelle de l'arrivée en France des motos japonaises : beaucoup disaient qu'ils n'achèteraient jamais !".

Il est donc primordial de présenter dès le début les bons côtés des motards : communautaires et pas sectaires, solidaires, accueillants, chaleureux... voire plus si affinités : "la majorité des possesseurs de Vespa sont des femmes", précise le responsable français d'Aprilia !

Sur le plan des équipements et accessoires, un "travail pédagogique doit être mener par les distributeurs", remarque de son côté le responsable d'Ixon. Car si le casque est obligatoire pour conduire un deux-roues, les gants, blousons, bottes et autres équipements spécifiques ne le sont pas. Chez Ixon, on estime le panier moyen d'un "urbain" à 500 € : un casque, un antivol... et c'est parfois tout !

Néanmoins, on note chez le "motard / scootard urbain" des leviers intéressants qui sont absents dans les autres catégories d'utilisateurs : outre le fait qu'ils usent plus vite leur matériel, une proportion non négligeable des "urbains" se montent sensibles à leur look.

Jusqu'à récemment, les marques d'équipement moto confectionnaient des survestes, des combinaisons et des accessoires munis de protection à enfiler par-dessus son costard : des produits certes efficaces, mais dénués de style.

"Il faut éduquer et intégrer les urbains"

Les fabricants ont donc fait travailler leurs méninges : "nous nous tournons désormais vers du matériel tout aussi spécifique mais au look de prêt-à-porter", décrit le responsable Ixon. Les vestes pour scootards sont toujours équipées de coques, mais elles sont coupées selon la mode actuelle.

Pour les purs utilitaires, les tarifs des vestes "tournent autour de 100 à 150 €", mais il existe une clientèle plus branchée où les budgets peuvent s'envoler. Et si les prix ne montent pas forcément, la fréquence d'achat est plus élevée.

"Il y a des achats de saison qui peuvent être influencés par la mode", ajoute Xavier Redois : qui sait si le blouson "à capuche moumoutée" ne sera pas remplacé l'an prochain par la parka pailletée ? Le changement de collection devient donc un moyen de fidéliser la clientèle, tout comme l'entretien du scooter.

"Il y a de la marge sur les équipements et accessoires"

Cet entretien de la machine subit sa propre mutation : "ces gens ont été éduqués par l'automobile, ils veulent utiliser le produit sans être embêté", souligne le responsable de Peugeot. De manière plus globale, de plus en plus de clients souhaitent se voir proposer des "packs" véhicule + entretien + financement, voire équipement.

Xavier Redois, Christophe Gibert, Laurent Videmont et Didier Ganneau - Conférence JPMS 2009 : Qui est vraiment le motard urbain ?

Et là aussi, les concessionnaires ont une belle carte à jouer : dans la mesure du possible, Piaggio pousse ses concessionnaires à exposer un véhicule "full option, comme ça se fait beaucoup dans l'automobile". La raison est simple : "vendre 1000 € d'accessoires rapporte l'équivalent de la marge du scooter vendu", révèle Laurent Videmont ! Vous avez dit intéressant ?

Interrogés sur leurs perspectives pour 2009, les intervenants se veulent optimistes : "on a noté une croissance externe (nouveaux arrivants, NDLR) du marché par le bas (sur des produits d'entrée de gamme, NDLR) et c'est cette frange du marché qui sera la plus exposée", prévoit Didier Ganneau qui a observé une hausse du prix moyen du motocycle sur ces deux dernières années : "il s'établit actuellement à 9 000 €". Un paradoxe en ces temps de crise ? Pas vraiment : "on a besoin d'une voiture mais envie d'un deux-roues".

Une affirmation valable pour le motard lambda (existe-t-il "vraiment" lui aussi ?), mais qui ne se vérifie pas au départ chez les motards urbains, qui ressentent avant tout un réel besoin de s'extirper de la masse gluante des embouteillages et des transports en commun...

.

.

Commentaires

Bestof: 
1
Lectures: 
0
Respectant la charte du site, je ne ferai que commenter cet article : A la question posée plusieurs fois -- qui sont ces "motards urbains" ? je vais tenter, non pas de persuader qui que soit que mon raisonnement est le bon mais ce que je pense sur ce sujet. D'abord présentation rapide pour cerner le bonhomme {44 ans, permis moto depuis 1982, roule en roadster tous les jours de l'année pour aller bosser et le W.E. avec des groupes de MOTARDS de tous âges. des potes, quoi!} Dans un premier temps ce qui me dérange c'est le terme "motard des villes", que l'on pourrait qualifier de "rats des villes" (SIC) = [personne qui en a marre des embouteillages et qui souhaite circuler le plus librement et plus rapidement possible en complète autonomie] je traduis par type qui se fout bien des us et coutumes des MOTARDS et qui grâce à une "pirouette" d'un constructeur peut s'offrir un scooter pour --griller les feux -- rouler sur les trottoirs -- emprunter les couloirs de bus et les pistes cyclables -- et stationner n'importe où, n'importe comment-- Houlaaaaaaaaaaaaa, c'est pô vrai on va me dire car tout le monde n'est pas comme ça ! certes, mais il faut avouer que la majorité de ces "motards des villes" sont ainsi. Voilà pour moi, qui sont ces "motards des villes" qu'ils soient possesseurs de scooters ou de motos ! Ensuite je rejoins complétement Nelda, car dans cet article, il n'est affaire que de pourcentage, chiffres...etc Oui, tout bien matériel a une valeur mais un être humain vaut combien ? Pas un mot sur la formation / sensibilisation à la sécurité - conduite - apprentissage ? Les femmes et hommes du XXI ème siècle seraient ils devenus si extraordinaires qu'ils pourraient se passer de formations et d'apprentissages ????????? Le 2 roues est une solution de désengorgement des grandes villes mais de grâce, au nom du bénéfice à faire ne négligez pas la formation et la sensibilisation à la sécurité. UN BON COMPORTEMENT SUR SA MOTO / SCOOTER RENVOIE UNE BONNE IMAGE AUX AUTRES ! Et pour conclure tout ceci, méfions nous des sondages où des gens à cours d'idée recherche les témoignages de personnes expérimentées pour en faire "leurs chox gras". Allez, bonne route à tous !!! V
Bestof: 
1
Lectures: 
0
C'est quand même pour le moins bizarre qu'aucune étude sérieuse, de type enquète Sofress, n'ait été entreprise par la profession, sur le plan statistique pour déterminer exactement "qui achete" (homme, femme, jeune, vieux, ouvrier, cadre, citadin, campagnard) "quoi" (scoot, custom, 125, routière, sportive, TT) et pour quel usage il en fait? (km parcourus, fréquence d'utilisation, duo, professionnel, loisir, balade etc, etc,) Ca éviterait toutes ces conjectures et discussions sans fondement réel...Mais bon, ce que j'en dis...

Ajouter un commentaire

Identifiez-vous pour publier un commentaire.

.

A lire aussi sur le Journal moto du Net

Une deuxième moto électrique moins chère, un scooter et des vélos chez Harley-Davidson

Harley-Davidson prévoit de lancer en 2021 ou 2022 une deuxième moto électrique plus abordable que la LiveWire. A suivre également dans les concessions : un original scooter électrique et plusieurs vélos à assistance électrique (VAE)... Présentation.
R&D 1 commentaire
Guillaume Vuillardot (Suzuki) : Euro5 va nous pousser à évoluer et à changer

Suzuki a immatriculé 7643 motos et scooters en France en 2019 (+6,9%). Pour Moto-Net.Com et ses lecteurs Premium, le directeur commercial de la marque japonaise dresse son bilan et fixe ses objectifs. Il aborde avec nous d'autres sujets : la bonne santé du marché, ses évolutions, le phénomène Quartararo, les grèves, etc. Interview MNC de Guillaume Vuillardot.
Pierre Audoin (Indian) : la FTR est un succès et crée un vrai nouveau segment

Indian a immatriculé 1880 motos en France en 2019 (+24,3%). Pour Moto-Net.Com et ses lecteurs Premium, le responsable de la marque américaine dresse son bilan et fixe ses objectifs. Il aborde avec nous d'autres sujets : la bonne santé du marché, ses évolutions, le phénomène Quartararo, les grèves, etc. Interview MNC de Pierre Audoin.
Lorenz Luciano et Amélie Triffet, futures stars du MotoGP ?

Lorenz Luciano (16 ans) et Amélie Triffet (17 ans) intègrent la toute nouvelle Belgian Motorcycle Academy lancée ce matin par la Fédération motocycliste wallonne de Belgique (FMWB). Objectif : se frayer un chemin vers les Grands Prix Moto GP en débutant au sein du Junior Black Knights Team de Christophe Chantrain.
Le Moto GP ira-t-il disputer un Grand Prix en Arabie saoudite ?

L'Arabie saoudite a profité de l'arrivée du Dakar à Qiddiya pour révéler son intention d'y accueillir un Grand Prix de Formule 1 dès 2023 dans un vaste complexe à construire. Les promoteurs de ce projet pharaonique lorgnent également sur le MotoGP... Explications.
Calendriers 12 commentaires
Le point MNC sur le prix des nouveautés motos et scooters Honda 2020

La nouvelle grille tarifaire 2020 des motos et scooters Honda révèle les prix de trois nouveautés 2020 : SH125, CMX500 Rebel et Goldwing. Comment ont évolué les tarifs des meilleures ventes Honda ? Explications.
Pratique 1 commentaire
Évolutions et Euro5 pour la Triumph Street Triple 660 S (A2)

La Street Triple 660 S, entrée de gamme Triumph destinée aux permis moto A2, reçoit les évolutions stylistiques de la nouvelle Street Triple RS et se conforme aux normes Euro5 pour 2020. Ce roadster bridable à 47,5 ch sera disponible en février au prix de 8500 euros. Explications.
Essai Z650 2020 : le roadster Kawasaki pas tout nouveau mais tout beau ?

Lancée en 2017 sur le concurrentiel marché des roadsters de moyenne cylindrée, la Kawasaki Z650 connaît sa première évolution pour l'année 2020. Objectif : recoller à la vedette Yamaha MT-07 avec quelques retouches... subtiles, habiles ou futiles ? Réponses.
Marché moto 2019 (1/12) : Bilan annuel complet

Le Journal moto du Net dresse le bilan complet du marché français du motocycle en 2019 : chiffres, graphiques, analyses, meilleures ventes, évolutions du marché, classements des constructeurs, nombre d'immatriculations de 125 cc, grosses cylindrées et scooters à 3 roues... Découvrez le sommaire.

Abonnement MNC Premium

Vos invitations MNC Premium

En m'abonnant à MNC Premium je lis toutes les infos réservées sans pub intrusive, je profite d'invitations, réductions, annonces gratuites, etc. et je soutiens l'indépendance du Journal moto du Net !

TOUS LES AVANTAGES   |   JE M'ABONNE !

Guide pratique Nouveautés moto 2019 : prix, présentation et dates de disponibilité
  • En savoir plus...