• L'essentiel
  • -
  • En savoir plus...
FORZA JULIEN
Paris, le 26 février 2019

Premières déclarations de Julien Toniutti à sa sortie de l'hôpital

Premières déclarations de Julien Toniutti à sa sortie de l'hôpital

40 jours après sa grosse chute sur l'avant-dernière étape de son tout premier Dakar,  Julien Toniutti est sorti de l'hôpital cet après-midi et s'apprête à reprendre une activité normale, malgré des  troubles de la mémoire et un bras cassé. Questions-réponses.

Imprimer

On sait qu'en matière de rallye raid moto, la rédaction de MNC a deux chouchous : Julie Vanneken (seule motarde engagée sur l'Africa Eco Race) et Julien Toniutti (quintuple champion de France des rallyes routiers, révélation française du Tourist Trophy et débutant au Dakar)...

Après son énorme chute dans l'avant-dernière étape, Julien est enfin sorti de l'hôpital avec le moral... et une série de questions-réponses ci-dessous.

40 jours après l'accident, comment vas-tu ?

Julien Toniutti : La chute a été sévère (traumatisme crânien avec hématome cérébral, fracture du plateau orbital et plusieurs traumatismes internes dans l'abdomen qui ont nécessité quatre jours de coma artificiel et 40 jours d'hospitalisation, NDLR), mais maintenant tout se remet en place doucement et tout va pour le mieux. J'ai encore des troubles de la mémoire et le bras droit est cassé. Les différents examens post-opératoires et les différents besoins de rééducation m'ont fait faire la tournée des hôpitaux de Lyon (Villefranche, Trévoux, Saint Genis-Laval et Lyon Croix-Rousse). Aujourd'hui, je suis sur la bonne voie. Le plus dur est désormais derrière !

"Ça passait, c'était beau !"

Que retiens-tu de cette expérience ?

Julien Toniutti : Je retiens que j'ai beaucoup de chance d'être encore là, et aussi beaucoup de chance d'avoir de bonnes personnes autour de moi. Ils et elles se reconnaîtront. Lors de l'accident, ils se sont mobilisés et coordonné avec ASO, l'organisateur du Dakar, pour traiter ce qui était important et ne pas se laisser polluer par ce qui ne l'était pas. Je retiens aussi ce pari fou du projet "Road to Dakar" : passer de la course la plus extrême sur route (le Tourist Trophy) à la course la plus extrême en tout-terrain (le Dakar). C'était une première ! Toute la saison 2018-2019 a été adaptée en ce sens. Jusque-là, tout avait été respecté : finisher au Merzouga Rallye, record français au Tourist Trophy, 5ème titre de champion de France des rallyes routiers... On y était presque ! Comme on dit dans le monde de la moto : "ça passait, c'était beau !"

Premières déclarations de Julien Toniutti à sa sortie de l'hôpital

Alors un grand merci à Moraco, SGR, Team 2B, Nomades Racing et tous mes partenaires de la route qui m'ont suivi dans cette aventure tout-terrain. Merci aussi pour tous les messages de soutiens que j'ai reçus depuis la chute. Dans un lit d'hôpital, le temps est long, alors tous ces messages de fans m'ont aidé à garder le moral.

Jusqu'à l'accident, comment s'est déroulé ton 1er Dakar ? 

Julien Toniutti : Sur les premières journées au Pérou, je suis parti doucement et prudemment car je voulais garder de l'influx et du "jus". Au début c'était éprouvant, je tombais dans les passages techniques des dunes et il fallait relever la moto plusieurs fois par jour... Ensuite j'ai trouvé le bon feeling et de bonnes sensations. Cela allait de mieux en mieux, j'ai pu mettre du rythme. Après la fatigue a repris le dessus et puis... patatra...

Premières déclarations de Julien Toniutti à sa sortie de l'hôpital

Qu'est ce qui t'a le plus marqué au Pérou?

Julien Toniutti :  Trois choses m'ont vraiment marqué. D'abord, l'épreuve. La difficulté est là, elle est réelle. L'exigence est partout. Il faut être bon en navigation, technique dans le sable et surtout très, très endurant. Pour faire le Dakar à moto, Il faut avoir un très bon physique. C'est un facteur clé nécessaire. C'est la course la plus difficile que j'ai faite. Une étape est l'équivalent d'une spéciale Paris-Lyon par les chemins et les dunes, suivie d'un parcours retour de liaison par la route. Et c'est ça tous les jours ! En spéciale, il faut être concentré sur la navigation, les way-points, les obstacles, les pièges des dunes... Nerveusement, c'est intense. Sur les parcours de liaisons la moto vibre, on roule plus vite. Avec la vitesse, la visière du casque tire sur les cervicales. L'accumulation des jours et des kilomètres use. On dort peu et mal. Cette course t'oblige à sortir loin de ta zone de confort. Dès le troisième jour, j'avais mal partout. C'est du costaud, vraiment. Le Dakar n'est pas la course la plus dangereuse, mais certainement la plus physique. Sur les 137 engagés à moto, seulement 75 ont rejoint l'arrivée. C'était une course à élimination.

"Loin de ta zone de confort"

En deuxième, l'organisation et le paddock : tout est gigantesque et il y a du monde partout ! Du staff ASO, des journalistes, des TV, des teams usines, des tops pilotes, des amateurs, des mécanos, du staff technique, du staff médical... Et tous les jours, la caravane déménage. Bref, c'est une énorme machine. Sur le bivouac, le soir, tout est très grand. Cela pourrait être impersonnel tellement c'est grand, mais cela reste humain. Il y a des pilotes qui s'entraident. J'ai pu échanger avec quelques tops pilotes, ceux qui roulent devant, très vite et qui prennent le plus de risques (Petherensel, Loeb...), et tout s'est fait facilement. Après l'accident, Xavier de Soultrait m'a envoyé un message. Lors de l'étape 7, j'ai eu un souci technique. Le petit buzzer qui indique les zones à vitesse limitée ne fonctionnait plus. Je me suis retrouvé un peu au dessus de la vitesse autorisée dans certains passages. A l'arrivée de l'étape, je risquais une amende ou des pénalités. J'ai pu en discuter avec le staff ASO. Jusqu'à cet incident, j'avais validé tous les way-points et respecté toutes les zones à vitesse réduite. Après vérification de la panne de buzzer, ils ont compris la situation et tout est rentré dans l'ordre. 

Premières déclarations de Julien Toniutti à sa sortie de l'hôpital

En troisième, le public et l'accueil des Péruviens. Au départ il y avait des milliers et des milliers de personnes ! On n'avait pas encore commencé le Dakar qu'un concurrent m'a dit "je peux rentrer chez moi. Je n'ai pas pris le départ, mais j'ai signé déjà tellement d'autographes que c'est comme si j'avais déjà gagné la course". J'ai été bluffé par le public du Pérou. C'était chouette, ça crée de bons souvenirs. C'était vraiment un beau moment.

"Je ne ferai pas le championnat de France des rallyes routiers 2019"

Quel est le programme pour la suite de la saison ?

Julien Toniutti :   Effectivement, il va falloir adapter la saison qui arrive. D'abord, je ne ferai pas le championnat de France des rallyes routiers en 2019. Le rallye c'est ma discipline, j'ai commencé le rallye routier il y a plus de dix ans. J'ai connu plusieurs générations de pilotes (Nuques, les frères Derrien, Langlois et les autres pilotes corses, Filleton, Fassouli, etc.). J'en garde d'excellents souvenirs, c'est la discipline qui m'a le plus apporté. En retour, j'ai essayé de mettre la lumière dessus quand je le pouvais car les gens du rallye sont top, ils le méritent. Les bénévoles, les organisateurs, les participants sont tous des passionnés. Mais le championnat  commence dans un mois, fin mars. Pour moi, le timing est vraiment trop court pour être prêt pour les premiers rallyes de la saison. Je sors tout juste de 40 jours d'hôpital. Et puis j'ai déjà cinq titres, alors il est peut être temps de prendre un peu de recul. Je reviendrai sûrement, simplement pour le plaisir et faire quelques piges avec des projets décalés. Au rallye des Volcans en 2017, j'avais roulé en duo avec le Boss d'EMC, François Speck, qui est aveugle depuis 25 ans. Aurélien Ranéa de Moto Journal avait couvert l'aventure. Tout le monde était content : mes partenaires, les médias, les organisateurs, le public... C'était top ! Bref, cette année, j'aimerais bien refaire et partager un projet de ce type. J'ai déjà une idée. On verra... 

Premières déclarations de Julien Toniutti à sa sortie de l'hôpital

Pour le Tourist Trophy, aujourd'hui je ne suis pas en état d'y retourner ! C'est déjà assez dangereux quand toute la préparation est faite dans des conditions optimales, alors ce serait vraiment stupide d'y aller sans être à 100% de mes capacités. Est-ce que dans trois mois je serais à 100% ? Je ne sais pas. On verra ! Disons qu'il y a 10% de chances que je sois au Tourist Trophy en 2019. Ma priorité est de revenir dans les meilleures conditions possibles, physiquement et mentalement. J'ai de la chance d'être encore là, alors il faut relativiser si je dois faire une saison blanche ou une saison de transition avec seulement quelques courses. Enfin, en marge de la compétition moto, j'ai aussi d'autres activités (instructeur moto diplômé, il encadre des balades en moto et est consultant pour un jeu vidéo, NDLR). Je vais donc pouvoir y consacrer plus de temps pour les faire avancer.

A suivre sur MNC : restez connectés !

.

.

.

A lire aussi sur le Journal moto du Net

La nouvelle Yamaha MT-09 mise-t-elle trop sur son design ?

Le constructeur japonais Yamaha ne va-t-il pas trop loin en matière de look sur sa nouvelle MT​-09 ? Le Journal moto du Net ​s'interroge et revient sur les principaux changements de cette moto​ joueuse et turbulente, affichée au prix de 9499 euros dans sa version 2021.
Peugeot Motocycles et Automobiles adoptent un nouveau logo néo-rétro

Peugeot change deux têtes ! Un mois après la nomination de Linda Jackson à la direction de la branche auto, la marque au Lion délaisse son logo moderne de 2010 pour redessiner celui de 1960. Ce changement est également valable pour Peugeot Motocycles, propriété du groupe indien Mahindra. Présentation.
Valentino Rossi dévoile ses nouvelles couleurs pour 2021... et ses dernières ?

Le team Yamaha Petronas SRT vient de présenter ses effectifs 2021, avec parmi eux un certain... Valentino Rossi, qui disputera sa 26ème saison en Grand Prix moto ! Le Doctor y rejoint son poulain Franco Morbidelli, vice-champion MotoGP 2020 : le n°46 peut et doit viser les podiums et la victoire... Explications.
MotoGP 2021 10 commentaires
KTM rappelle les 1290 Super Duke R de 2020

Numéro un des ventes de maxiroadsters maxisportifs l’an dernier en France, la 1290 Super Duke R (modèle 2020) doit effectuer un arrêt à l’atelier en raison de possibles dommages au niveau de son faisceau de câbles principal. Gratuite, l’intervention de KTM peut durer entre une et quatre heures. Explications.
Quelles modalités pour la nouvelle expérimentation de la circulation interfiles ?

Faut-il légaliser ou interdire la circulation interfiles des deux-roues motorisés en France ? Avant de se prononcer, la délégation à la Sécurité routière souhaite expérimenter une seconde fois cette pratique, à partir de juin prochain. Elle a reçu hier les fédérations de motards afin d’en discuter. Explications.
Sécurité routière 4 commentaires
La Pan America débarque en juin 2021 chez Harley, à partir de 16 000 euros

Héritage, genèse, puissance, poids, consommation, équipements des modèles standard et Special, date de sortie et tarifs : la Pan America n’aura plus de secret pour vous après avoir visionné sa présentation en vidéo par Harley-Davidson... et lu cet article de Moto-Net.Com, "of course" !
Trail 18 commentaires
Honda, KTM, Piaggio et Yamaha vont développer des batteries communes

Toujours confidentiel en 2020, le secteur du deux-roues électrique est appelé à croître très rapidement avec le bannissement - très - prochain des véhicules thermiques en ville puis sur toutes les routes. Quatre constructeurs prennent donc la moto par les bornes...
R&D

Soutenez le Journal moto du Net

Aidez les petites entreprises à traverser la crise économique qui va suivre celle du coronavirus : en vous abonnant à MNC Premium, vous lisez toutes les infos réservées sans pub intrusive, vous profitez de nombreux avantages (invitations, annonces gratuites, réductions, etc.) et vous préservez notre indépendance !

ARTICLES PREMIUM   |   JE M'ABONNE !

Guide 2021 des nouveautés moto et scooter : infos, essais et prix
  • En savoir plus...